Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

08/04/2010

CONGO/KINSHASA : JOSEPH KABILA D'ATTAQUE A MBANDAKA QU'AU KIVU !!!

 

Après l’attaque, le dimanche de Pâques, de la ville de Mbandaka par les insurgés Enyele et toute la tension d’insécurité qui en a été créée, le président de la République suit en personne l’évolution de la situation dans le chef-lieu troublé en envisageant même d’aller y présider ce jeudi le Conseil supérieur de la Défense

Pour rétablir définitivement la sécurité dans la ville de Mbandaka, le président de la République compte aller y préside personnellement, le Conseil supérieur de la Défense. Question de prendre des dispositions utiles sur place et faire un tour d’horizon complet de la situation sécuritaire sur toute l’étendue du territoire national. Ainsi, la plénière de l’Assemblée nationale de mercredi qui devrait être consacrée à l’audition des ministres de la Défense et de l’Intérieur sur le même objet a été reportée. Partie remise.

Le chef de l’Etat, Joseph Kabila Kabange tient à présider ce Conseil supérieur de la défense, conformément aux prescrits de l’article 192 de la Constitution. L’information a été confirmée par le vice-président de l’Assemblée nationale, Boris Mbuku Laka, au cours de la séance plénière qu’il a présidée mercredi 7 avril, dans la salle des Congrès du Parlement.


Le choix du chef-lieu de la province de l’Equateur pour abriter ces « assises hautement stratégiques » se justifie par le fait que la ville de Mbandaka vient d’être le théâtre des affrontements armés entre les insurgés Enyele et les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) appuyées par les forces de la Monuc.

Pour préparer cette rencontre, une délégation conjointe FARDC-Monuc conduite par le chef d’état-major général des FARDC, le général Didier Etumba et le commandant de la Monuc, le général Babacar Gaye, a précédé sur les lieux, le mardi 6 avril 2010. Les hautes hiérarchies militaires des FARDC et de la Monuc sont allées réconforter les soldats des FARDC et de la Monuc qui ont vécu des moments difficiles lors de l’attaque des Enyele, le dimanche 4 avril, à l’aéroport de Mbandaka. Question d’évaluer la situation militaire sur le terrain, a affirmé radio Okapi.

Plénière suspendue

Entre-temps, du côté de l’Assemblée nationale, la tension est montée d’un cran jusqu’à la suspension de la séance plénière prévue mercredi 7 avril. Et pour cause. Alors que le vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur, le Prof. Adolphe Lumanu et celui de la Défense, M. Charles Mwando Nsimba, étaient attendus à la représentation nationale pour fournir des explications sur la situation de Mbandaka, les députés étaient sidérés de voir qu’à la place, le Bureau de l’Assemblée faisait entrer les ministres des Hydrocarbures et des Infrastructures pour répondre aux questions orales.

« Par rapport à la situation sécuritaire à Mbandaka, le Premier ministre avait adressé, mercredi soir à 22 heures, une lettre à la représentation nationale. Aussitôt que le rapporteur avait fini de lire, avec l’autorisation du 1er vice-président de l’Assemblée nationale, la correspondance du Premier ministre pour présenter les excuses du gouvernement sur l’empêchement de ses deux membres qui se seraient rendus à Mbandaka le même mercredi pour prendre part au Conseil supérieur de la défense prévu ce jeudi, une motion d’ordre du député Patrick Mayombe est venu tout bousculer.

« Puisque les deux ministres qui devraient nous éclairer sur la situation préoccupante de Mbandaka ne sont pas là, il n’y a aucune opportunité d’écouter ceux qui se sont présentés », a dit ce député de l’opposition. C’est la clameur spontanée qui montera dans la salle pour appuyer cette intervention.. Il fallait départager les uns et les autres sur la question.

Me Boris Mbuku invitera alors le député Justin Bitakwira à soutenir la motion ainsi que Sophie Kakudji à la rejeter. Après les deux interventions pour et contre, la motion a été soumise au vote. La majorité des députés présents dans la salle ont soutenu la motion, signe que lorsqu’il s’agit de la question qui menace l’intégrité du territoire national, il n’y a plus de fossé entre la Majorité et l’Opposition. Les deux membres du gouvernement n’avaient même pas eu le temps de s’exprimer puisque la plénière a été simplement suspendue. Et le rendez-vous remis sine die.

Des interrogations

Dans les couloirs de l’hémicycle, des commentaires fusent dans tous les sens. Des interrogations aussi. Est-ce que l’attaque de Mbandaka procède d’un vaste complot pour déstabiliser les institutions de la République ? Qui serait derrière les insurgés Enyele ?

Certains députés se demandent si l’entrée de ces insurgés en plein jour à Mbandaka ne s’est pas effectuée en intelligence avec les services de sécurité pour, après, procéder aux enlèvements et autres exécutions sommaires des populations qu’on assimilerait aux Enyele. D’autres députés, comme François Muamba du MLC, ont démontré qu’avec ce qui est arrivé à Mbandaka, il est tôt de demander le départ de la Monuc.

« Quoiqu’il en soit, il y a eu bel et bien attaque à Mbandaka. Ce n’était pas une simple révolte des pêcheurs autour des étangs. Il y a lieu de repenser sérieusement notre système de sécurité et de défense », a déclaré un autre député de l’Opposition.

Ceci dit, le rapport de la réunion du Conseil supérieur de la défense est attendu avec beaucoup d’impatience. Surtout les résolutions qui en découleront pour le renforcement des mesures de sécurité sur toute l’étendue du territoire national.

Le Potentiel

 

ET SI LA TERRE SE DEGRAGEAIT ?

 

Un astéroïde nouvellement découvert frôlera la Terre ce soir

L'avis de Luc Besson : "J’ai beau être attiré par les profondeurs marines, cela ne m’empêche pas de regarder vers le ciel ! Je suis toujours impressionné par la capacité des scientifiques à anticiper avec autant de précision la trajectoire d’objets qui se situent à des années-lumière de notre planète… Espérons en tout cas que cet astéroïde ne passera pas trop près, c’est le genre de scénario qu’on n’aime voir se produire qu’au cinéma !" Lire la suite l'article

Un astéroïde découvert il y a peu passera près de notre planète ce soir. Malgré la faible distance qui séparera alors les deux corps célestes, les scientifiques sont formels : aucun risque de collision avec la Terre n'est à craindre.

Baptisé 2010 GA6, cet astéroïde mesure 22 mètres de large. Il a été découvert par les astronomes impliqués dans le projet Catalina Sky Survey, visant à identifier de nouveaux objets géocroiseurs, comètes ou astéroïdes. 2010 GA6 frôlera ce soir notre planète puisqu'il passera à 359.000 kilomètres de la Terre. Une courte distance à l'échelle astronomique, inférieure notamment, à celle séparant la Terre et la Lune (en l'occurrence, 384.400 kilomètres). C'est ce soir à 23h06 GMT que ce "rendez-vous céleste" a été fixé. Pas de panique cependant : les astronomes de la Nasa écartent tout risque de collision avec la planète bleue.

Cet astéroïde n'est pas le premier à passer près de la Terre cette année. En janvier dernier, un petit corps céleste du nom de 2010 AL30 s'était ainsi aventuré à seulement 130.000 kilomètres de notre planète. Le Near-Earth object program (traduisible par "Programme d'observation...Lire la suite de l'article sur Maxisciences

 

07/04/2010

OM : C'EST PEUT-ÊTRE LA BONNE ANNEE 2010 ?

 

OM 3-0 SOCHAUX : LEADERS !

L'OM n'a pas manqué l'occasion de prendre les commandes de la Ligue 1, en remportant nettement son match en retard face à Sochaux (3-0)

OM 3-0 SOCHAUX
1-0 : Heinze (9e)
2-0 : Ben Arfa (27e, sp)
3-0 : Koné (90e+1)

« Saluez le nouveau leader de la Ligue 1 ». Resté fidèle malgré la pluie, le public a savouré l’annonce du speaker à peine le match terminé. Trempé mais heureux.
Ces mêmes Olympiens, que certains avaient enterrés fin janvier après une défaite-accident à Montpellier, s’installent en première. Ils n’y étaient plus montés depuis l’an passé. On ne sait pas s’ils y voyageront jusqu’au 15 mai, mais il va falloir se lever tôt pour les déloger. Sur la lancée de sa victoire en Coupe de la Ligue, l’OM a de sérieux atouts pour le titre. Il l’a encore démontré en signant un succès bien plus probant que celui de dimanche dernier.
Depuis le temps qu’ils le traînaient ce match, les joueurs de Deschamps ont fait en sorte de le négocier au mieux, en ne lambinant pas en route.
On imagine que le plan sochalien prévoyait de tenir le plus longtemps possible pour faire douter une équipe marseillaise poussive face aux Lensois. Tout s’est retrouvé par terre au bout de neuf minutes, et visiblement il n’y avait pas de plan b.
Comme contre Lens, c’est un coup de pied arrêté qui a débloqué la situation à la faveur des Phocéens. Mais contrairement à dimanche dernier, il n’a donc pas fallu attendre longtemps. Dès la 9e, l’OM mettait une main ferme sur le match. Un corner de Lucho, repris plein axe par Heinze, de la tête (1-0). Quinze minutes plus tard, Ben Arfa transformait un penalty obtenu par Bonnart (2-0).
Les carottes étaient cuites et recuites pour les hommes de Francis Gillot. Et il restait encore une bonne heure à trimer sous la pluie, et à subir les assauts gourmands de Ben Arfa côté gauche, et du tandem Valbuena-Bonnart sur la droite.
Les tourments ne manquaient pas pour les Lionceaux. D’autant que quand le danger ne venait pas des côtés, Lucho éclairait le jeu, dans l’axe, pour offrir deux balles de but à Brandao.
C’en était trop pour Sochaux, qui n’en pouvait plus d’attendre la pause pour enfin se sortir la tête du tambour.
Ceux qui avaient pris les jumelles pour scruter la performance de la défense marseillaise, recomposée par la suspension de Mbia, en étaient pour leurs frais. La charnière Diawara-Heinze n’avait pas eu à déballer la marchandise.
Bien conscient de ces limites, Gillot chamboulait avec les moyens à sa disposition à la mi-temps, avec deux remplacements (Dramé et Privat). Tandis que Deschamps, dans une position plus confortable, pouvait relancer Cheyrou (à la place de Cissé) après trois semaines sur le flanc.
Sans doute parce qu’il n’était pas indispensable de forcer le talent, l’OM ne le fit pas en deuxième période. Se gardant des jambes et du jus en prévision des prochaines échéances. Et contenant sans franchement s’affoler l’envie doubiste de recoller au score. Bien sûr, Mandanda finira par avoir un peu de pain sur la planche. Mais alors juste un quignon. Un ballon bien boxé sur une grosse frappe de Dramé. Il n’aurait par contre rien pu sur le tir contré de Butin qui frappera la barre.
Devant ces offensives sochaliennes, les Olympiens assuraient le coup avec une certaine patience. En faisant circuler le ballon, sans non plus appuyer sur l’accélérateur pour changer de rythme. Si ce n’est en deux occasions : un débordement d’enfer de Ben Arfa pour alerter Taiwo, qui ne trompait pas Dreyer. Puis par Lucho qui lançait Koné, dont la finesse et l’efficacité du lob concluait de fort belle manière la partie (3-0, 90e). Chantons sous la pluie. L’OM est premier.

Laurent Oreggia

* L’OM est en tête avec 59 points, soit deux de plus que Lyon (2e), avec pourtant encore un match en retard à disputer la semaine prochaine à Sochaux. Seul Bordeaux, qui compte 56 pts et deux rencontres en moins, peut revenir à sa hauteur.