Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

26/02/2011

CONGO/KINSHASA : COMMENT AVANT QUI VEUT PEUT EXPLOITER LES MINERAIS A L'EST DU PAYS LE GOUVERNEMENT MUZITO IMPUISSANT

Levée de l’interdiction de l’exploitation des matières précieuses- Est de la RDC : des craintes d’un regain de tensions/ Aveu d’impuissance
(Le Potentiel 26/02/2011)


L’option de la levée de l’interdiction de l’exploitation des matières précieuses à l’Est fait l’objet d’un atelier présentement à Kinshasa. C’est sans surprise que la proposition émanant de trois provinces concernées et du ministère des Mines sera entérinée par les autorités centrales. Au-delà des mesures d’encadrement sur les plans politique, administratif et juridique, il demeure que cette levée d’interdiction risque de raviver des tensions et donner un coup de pouce à ceux qui guettent la moindre étincelle pour relancer les affrontements armés.

La pacification de l’Est de la RDC passe par un contrôle systématique de l’exploitation des matières précieuses. C’est la conviction que s’était faite le chef de l’Etat en suspendant toute exploitation minière jusqu’à nouvel ordre. Les raisons profondes de cette mesure c’est que l’encadrement adéquat de cette activité en rapport avec la traçabilité allant de l’extraction jusqu’à la commercialisation en passant par le transport devait permettre d’indexer les minerais issus des sources illicites. 

A l’issue d’une visite dans l’Est du pays, Joseph Kabila avait constaté, comme beaucoup d’autres observateurs nationaux et étrangers, que le produit de l’exploitation irrégulière et illicite des matières précieuses dans les deux provinces du Kivu et celle du Maniema servait au financement de la guerre. D’ailleurs, tous les rapports, produits à ce sujet, démontrent aisément que les conflits à l’Est de la RDC tirent leur origine de la prédation. 

Voilà pourquoi les groupes armés opérant à l’Est de la RDC ne cessent de se battre. Le contrôle des gisements miniers l’emporte sur les raisons idéologiques ou patriotiques. Les ressources générées par l’exploitation illicite servent à l’approvisionnement en armes et munitions. 

Paraphrasant le président de la République, le ministre des Mines en était arrivé à ce constat amer de «la pauvreté généralisée dans les trois provinces qui pourtant sont dotées de potentialités minières énormes et diversifiées». Et Martin Kabwelulu d’ajouter : « Des quantités des minerais sont extraits et vendus par des milliers des artisanaux sans que leur vécu quotidien soit amélioré». 

Mettant le doigt sur la plaie, il martelait en son temps qu’il existait un lien entre les activités militaires des groupes armés et l’exploitation illégale sans précédent dans les trois provinces» et que «Toutes les guerres et rébellions que nous subissons sont des guerres économiques pour le contrôle et l’exploitation des minerais dans notre pays». 

DES MESURES D’ENCADREMENT

Des efforts ont été fournis pendant la période de suspension des activités artisanales dans ces trois provinces. De septembre 2010 à février 2011, beaucoup d’initiatives sont menées dans le sens d’assurer un meilleur encadrement. Le ministre des Mines note quelques mesures d’assainissement. Il s’agit de : «la publication d’un manuel des procédures de traçabilité des produits miniers, de l’extraction à l’exportation, validé par un arrêté interministériel Mines et Finances. La poursuite de construction des centres de négoce pilotes au Nord-Kivu et au Sud-Kivu. L’établissement d’un schéma de traçabilité et d’évacuation des produits miniers en province. La création de trois sociétés minières sur les cendres de Sakima. L’instruction adressée à tous les gouverneurs de provinces d’élaborer un document cadre pour la réalisation des projets sociaux à proximité des sites miniers en vue d’améliorer les conditions de vie des populations affectées par l’exploitation minière. L’élaboration d’un autre document cadre relatif à la réhabilitation des voies de communication servant des voies d’évacuation des produits miniers. L’assainissement du fichier minier cadastral par la déchéance d’office de 58 permis de recherches au Maniema, 21 au Nord-Kivu et 24 au Sud-Kivu. La création d’une commission nationale de coordination de lutte contre la fraude et la contrebande minières». 

Toutes ces mesures d’encadrement visent, note Martin Kabwelulu, la mise en place «des mesures pour renforcer les contrôles internes en vue de garantir une meilleure traçabilité des minerais et mettre fin au désordre qui caractérisait le secteur minier dans ces provinces». 

RISQUE DE REGAIN DE TENSIONS

Toute cette planification se caractérise par des brèches et des limites qui inquiètent des observateurs. Ceux-ci estiment que la levée de la mesure d’interdiction serait précipitée. Selon le gouverneur du Sud-Kivu, un travail en profondeur reste à réaliser. Marcellin Cisambo regrette que cela arrive en cette période de relève des unités des FARDC. «Une fois les unités des FARDC parties, les sites sont aussitôt occupés par les FDLR et autres milices», fait-il savoir. Ce qui suppose que les mesures d’encadrement énumérées, à foison, ne seront efficaces qu’à la condition de mettre à contribution l’Armée, la police et les forces de sécurité. 

La sécurisation des sites a primauté sur toutes les autres mesures d’encadrement, telles que détaillées par le ministre Martin Kabuelulu. Malheureusement, il est clairement apparu qu’un accent particulier n’a pas concerné ce volet. La précipitation constatée peut tirer sa source de l’imminence de l’entrée en application de la loi américaine prise par le président Obama sur les minerais provenant des Etats de l’Afrique centrale. Mais, il faut également considérer que la commercialisation ne suffit pas pour déterminer une telle décision. 

A ce sujet, un officiel rwandais a déclaré : «Ce n'était pas l'intention du gouvernement américain d'imposer un embargo commercial. Malheureusement, cela peut être le résultat si nous ne trouvons pas une solution viable». Michael Biryabarema, directeur de la Géologie et des Mines du Rwanda voit déjà le danger se profiler à l’horizon pour son pays. En cas d’un encadrement efficient, les pays voisins de la RDC accepteront-ils de perdre autant de recettes ? 

En perspective, un regain des tensions est à craindre. Non seulement entre groupes armés, mais également entre Etats. L’argumentaire est le suivant : lorsque l’exploitant artisanal aura un comptoir près de sa résidence, sans parcourir de nombreux kilomètres ou ne plus traverser la rivière pour vendre au Burundi ou au Rwanda, les recettes baisseront dans ces pays. 

D’où, pour se protéger contre les éventuelles convoitises, le déploiement d’une armée républicaine, professionnelle, dissuasive est plus qu’urgente. L’affaire de l’avion cloué à l’aéroport de Goma est la parfaite illustration de l’existence des réseaux maffieux. Accepteront-ils de se sevrer de cette source de revenus sans y être contraints ? Autant d’inconnus à la base du scepticisme de nombreux observateurs. 

Le gouvernement semble mettre la charrue devant les bœufs. Mais, les raisons économiques ne suffisent pas pour arriver à une telle décision. Des observateurs sont d’avis qu’une force spéciale chargée de surveiller l’application de la mesure de suspension devrait se déployer pendant la période de transition jusqu’à la prise totale de contrôle par les FARDC. 

NEUTRALISATION DES RESEAUX MAFFIEUX

Autant le chef de l’Etat que le ministre des Mines avaient en son temps dénoncé «L’implication manifeste des autorités locales, provinciales et nationales dans les activités illégales et le commerce illicite des minerais ». Au lieu d’appliquer la loi, celles-ci s’adonnent aux activités minières illicites. D’où, cette pertinente interrogation : a-t-on déjà neutralisé tous ces réseaux maffieux opérant avec la bénédiction des «autorités locales, provinciales et nationales tant civiles que militaires ?» Il va de soi qu’à la lumière de toutes ces interrogations, il reste encore des étapes à franchir et que tout peut se remettre à flamber à tout moment. 


EDITORIAL : Aveu d’impuissance

« Chassez le naturel, il revient au galop », rappelle un vieil adage. En République démocratique du Congo, le vieux proverbe se justifie à tout point de vue au regard de la volte-face que se prépare à faire le Gouvernement par rapport à la mesure d’interdiction de toute exploitation minière artisanale dans l’Est du pays. 

En septembre 2010, après un périple dans les trois provinces de l’Est, le président de la République a pris la décision, depuis Goma, chef-lieu du Nord-Kivu, de suspendre toute exploitation minière à l’Est, dépité, sans doute, par l’implication manifeste des autorités tant civiles, militaires que politiques dans le vaste réseau de commerce illicite des minerais de l’Est. 

Quelques heures après, la décision - non encore officialisée du président de la République - a été coulée sous forme d’arrêté ministériel signé par le ministre national des Mines. 

Mais, plus d’un trimestre s’est écoulé sans que le gouvernement ne soit en mesure de garantir l’applicabilité de sa décision. 

Des éléments incontrôlés, la plupart issus des groupes armés, ont continué de faire la loi dans les carrières minières de l’Est. La preuve en a été donnée avec la dernière saisie à l’aéroport international de Goma d’un avion, avec à son bord, des étrangers impliqués dans le commerce illicite des matières premières de l’Est. 

C’est apparemment la petite goutte qui a fait déborder le vase. Des langues se sont donc déliées pour réclamer la levée d’une mesure qui n’avait pour seul mérite que l’asphyxie des activités commerciales dans les provinces minières de l’Est. 

Car, au-delà de l’interdiction, les réseaux maffieux, dénoncés dans le temps par le chef de l’Etat, ont continué à opérer dans les mines, censées être fermées de l’Est. Est donc pris qui croyait prendre. 

Tout se passe comme si le gouvernement est tombé dans son propre piège. Il pensait retrouver sa marque avec la mesure d’interdiction. Mais, au bout du compte, Kinshasa s’est retrouvé totalement dépassé par les événements, ne sachant que faire pour couvrir son opprobre. 

L’atelier qui s’est ouvert hier à Kinshasa n’est qu’une façon subtile de maquiller la décision du Gouvernement – connue d’avance. Rien ne peut donc obstruer la levée de la mesure d’interdiction de l’exploitation minière artisanale à l’Est. 

En interdisant, le Gouvernement n’a fait que déshabiller Saint Paul pour bailler Saint Pierre, en déplaçant le problème sans jamais en neutraliser les causes. Ainsi, les réseaux qui alimentent le commerce des minerais à l’Est ont, malgré l’interdiction, fonctionné comme si de rien n’était. Il était temps, pense-t-on, de revenir à la raison. Et, peut-être à la mascarade de septembre 2010. 

Malheureusement, pour Kinshasa, la levée de la mesure qui interdisait toute exploitation minière artisanale à l’Est est un aveu de son impuissance à contrôler réellement la partie Est de la RDC. 

© Copyright Le Potentiel

Visiter le site de: Le Potentiel

Retour à la page d'accueil

25/02/2011

CONGO/KINSHASA : PROCES GENERAL FAUSTIN MUNENE CE N'Y SERAIT QU'UNE AFFAIRE DE BOL DE RIZ ESTIME MON AMI D'ENFANCE Me. JEAN-MARIE ELEYE AVOCAT DE LA DEFENSE !!!

Procès Munene et consorts: la défense sollicite l’acquittement des prévenus

février 23, 2011, sous Actualité, Bas Congo, Justice.

 – Patrick Palata, journaliste de CCTV à Matadi. – Patrick Palata, journaliste de CCTV à Matadi.
– Patrick Palata, journaliste de CCTV à Matadi.

Le tribunal militaire de garnison de Matadi poursuit ses audiences dans l’affaire opposant le ministère public au général Munene et consorts. Ce mercredi 23 février, la défense a continué sa plaidoirie. Mardi, les avocats des prévenus ont tous sollicité l’acquittement de leurs clients, estimant qu’il n’y a pas de preuves sur les infractions qui leurs sont reprochés.
Pour la défense, il s’agit d’un « procès de la honte », car aucune arme n’a été trouvée sur ces prévenus accusés de mener un mouvement insurrectionnel dénommé ARP,  Armée de résistance populaire dont le chef  serait le général Faustin Munene.

Montage et saupoudrage, c’est en ces termes que les avocats de la défense ont qualifié ce procès.
Me Eley Lofele, défenseur du prévenu Patrick Palata, directeur des programmes de CCTV/Matadi, a demandé l’acquittement  sans condition de son client.

Car, selon lui, on ne peut pas arrêter un journaliste pour le simple fait d’avoir remis par  générosité du riz et une somme d’argent à un  membre présumé de l’ARP qu’il connaissait depuis longtemps à Kinshasa au moment où ce militaire était à la garde rapprochée de l’ex-vice président  Jean-Pierre Bemba.

L’arrestation de ce journaliste vise à museler la presse à la veille des élections, a estimé Me Eley Lofele.
Les avocats d’autres prévenus militaires et civils ont rejeté la version du ministère public selon laquelle les accusés sont passés aux aveux.

Les déclarations de quelques prévenus, ont précisé tous les avocats de la défense, ont été obtenus de manière tronquée notamment  par la non assistance des accusés par leurs avocats au niveau des services spéciaux de la police.

La semaine dernière, le ministère public avait demandé la condamnation de soixante dix sept prévenus à 20 ans de prison ferme et au payement des amendes ainsi  l’acquittement de six autres prévenus.

CONGO/KINSHASA : LORSQUE NATHALIE MAKOMA CONTINUE A SE FAIRE ROSSER PAR SON GENITEUR A L'INSTAR DE MICHAËL JAKSON PAR LE SANGUINAIRE DE SON PERE QUELLE AFFAIRE ? ON DOIT RESPECTER LA FEMME MERDE ALORS !

Alors que c’est moi qui écris toutes les chansons, je n’ai même pas droit à un euro pour m’acheter ne serait-ce qu’un simple Jeans. Toutes mes revendications se soldent par des coups de fouet. A cet âge, on continue de me battre avec une ceinture ? Je ne pouvais plus supporter cela.

Vendredi, 21 heures 30’, restaurant Le Carrefour, 14, rue de Dublin à Matonge commune d’Ixelles à Bruxelles. J’ai un creux dans le ventre et je voudrai bien m’envoyer une bonne boule de fufu de semoule avec du pondu accompagné de poisson grillé, le tout surmonté d’un bon pili-pili de chez nous.

Comme ça me manque ! Dans un coin du restaurant, une fille dont le visage me paraît familier. Je m’approche pour en avoir le cœur net. Elle me regarde, je la regarde. On se regarde donc. Elle me fait un clin d’œil et je réponds par un sourire. C’est-elle ! Je te connais, me dit-elle, seulement je ne me souviens plus où on s’était vu. Je rappelle que je suis journaliste... Ah, oui, à Kinshasa, se souvient-elle !

Asimba Bathy : Alors, c’est quoi la raison de ta présence ici, puisque le tenancier du restaurant vient de me dire que tu vas chanter à un moment ?
Nathalie Makoma : Sourire. Oui, s’il y a de l’ambiance, je vais chanter. Mais, je ne suis pas encore sûre. Sinon je le fais de temps à temps, un peu partout, si je suis invitée.

Avec ou en dehors du groupe Makoma ?
Deuxième sourire. Seule.

Ainsi donc, tu ne fais plus partie du groupe Makoma ? Je crois savoir que c’est une histoire de famille ?
Il y a nuance. Quitter le groupe Makoma ne signifie nullement quitter la famille. Malheureusement c’est ce qui est arrivé pour le moment. Pour les autres, c’est l’un ou l’autre : être dans le groupe et être ainsi dans la famille sinon être dehors et hors de la famille. Je dois faire ma carrière et penser à mon avenir. Figures-toi que j’ai commencé la musique à l’âge de sept ans au sein du groupe, composé de sept membres, tous d’une même famille comme tu le sais. D’où le nom de Makoma. Aujourd’hui j’ai vingt huit ans et je continue d’être toujours considérée comme un enfant par mes frères qui font régner leur dictature et ont de gros bras sur les recettes du groupe. Alors que c’est moi qui écris toutes les chansons de notre répertoire, je n’ai même pas droit à un euro pour m’acheter ne serait-ce qu’un simple Jeans. Toutes mes revendications se soldent par des coups de fouet. A cet âge, on continue de me battre avec une ceinture ? Je ne pouvais plus supporter cela. Voilà pourquoi je suis partie.

Tu es à Bruxelles jusqu’à cette heure, tu vas encore rentrer en Hollande ce soir ?
Non, je ne suis plus basée en Hollande mais bien à Bruxelles comme tu peux le constater.

Peut-on conclure que le succès à rendu fous les Makoma ?
Les garçons, oui. Le succès leur a fait tourner la tête. Moi pas. En 2000 déjà, lors de la grande tournée des Makoma à Kinshasa, tu m’avais juré, au cours d’une interview, de ne jamais quitter les Makoma pour tenter une carrière en solo malgré le succès foudroyant récolté et en dépit du fait que c’est toi qui dominais le groupe sur tous les plans ? Je viens de te donner mes raisons. Je n’étais pas considérée par les miens. Aussi, je dois songer sérieusement à ma carrière. Mes sœurs Pengani et Annie sont mariées, elles ont des enfants mais, moi, non. Ma carrière, je la prends au sérieux. Je suis née chanteuse et je voudrais bien continuer. J’ai envie de me marier moi aussi, avoir des enfants, m’acheter une maison (pour mes enfants), une voiture…

Te marier… ?
Oui. Pour le moment, je suis fiancée.

Fiancée ? Et pourtant tout le monde sait que tu t’es mariée depuis plusieurs années avec le footballeur international Lwalwa avec qui tu as même eu des enfants ?
Troisième sourire. Lwalwa ? C’est un f… Je l’ai planqué depuis. On ne s’était jamais marié et on n’a jamais eu d’enfants. ça s’est arrêté au niveau des fiançailles. Nzambe na ngai, elingaki kozala libabé ya vie na ngai nakende kobota na ye, mutu kutu abala yo té ! Maintenant je suis fiancée avec le responsable de ce restaurant, un Congolais…

Et pourtant, il y a une vidéo qui circule sur Youtube, concernant ton mariage…
Je viens de te dire que je suis fiancée et j’attends le mariage.

Puisqu’on parle vidéo. Il y a des photos de toi dans une tenue on ne peu plus choquante, qui ont énormément circulé sur le net, avec une vidéo en bonus. Pour être clair, tu étais nue sur les photos !
Quatrième sourire. Je n’étais pas nue. Ces photos ont été sollicitées par un magazine pour une campagne de récolte des fonds pour venir en aide aux victimes d’une catastrophe. Si tu as bien regardé la petite vidéo tournée pendant la prise de ces photos, tu verras que j’étais habillée correctement. Par contre, ce sont ces photos, au finish, qui donnent l’illusion que je ne suis pas habillée, alors qu’en réalité, ce n’était pas cela.

Alors, ta nouvelle carrière, tu la traces comment ?
J’ai un cingle chez Sonny, le deuxième est en route. Elle me montre son nouveau clip sur un I-pod sophistiqué.

Et l’église dans tout cela ?
Cinquième sourire. Je n’ai pas oublié mes racines et je ne les oublierai jamais…

C’est quoi alors le nouveau thème de prédilection ?
Tu vas rigoler. Je tourne autour de moi. Des conseils que ma mère m’a toujours donnés. Ne pas oublier qui je suis, d’où je viens, de qui je suis la créature… Rien de choquant ni de contre nature. Ma musique actuellement est dansante et je la veux très dansante. Simplement.

Les Makoma, d’abord cinq membres d’une même famille puis sept. Exactement comme les Jackson. Le cadet émerge, coiffe le groupe, se fait remarquer de tous et… se rebelle. Opte pour une carrière en solo. En égoïste (?). Les autres se cassent presque la figure. Nathalie calque-t-elle sa carrière sur celle de Michaël Jackson ?
Sixième sourire. Tout le monde me dit la même chose mais moi je dis non ! J’ai voulu seulement me libérer d’une dictature. Puisqu’ils n’ont rien compris, ils m’ont bannie de la famille. C’est triste mais, ils finiront par revenir à la raison. Quitter le groupe Makoma ne signifie pas quitter la famille Makoma.

L’Avenir