Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

30/04/2011

FRANCE : CETTE FOIS LE RACISME FRANCAIS EST A SON FIRMAMENT DES QUOTAS ETHNIQUES EN EQUIPE DE FRANCE ? JUSQU'OU IRA SARKOZY POUR SE FAIRE REELIRE ?

FM News

Laurent Blanc calme le jeu
Laurent Blanc calme le jeu
©Maxppp

Scandale FFF : Laurent Blanc monte au créneau, mais Mediapart publie de nouvelles preuves

30/04/2011 - 09 h 24 - 19

L'article de Mediapart évoquant l'instauration de quotas ethniques dans les centres de formation de l'Hexagone continue de faire des vagues. Laurent Blanc est monté au créneau pour démentir les accusations. Et pourtant...

  • PARTAGER
    • Envoyer par mail
    • Partager sur Facebook
    • Partager sur Twitter
    • Partager sur Google Buzz

Une bombe médiatique. L’article publié par Mediapart jeudi, évoquant notamment des quotas ethniques voulus par la Fédération Française de Football dans les centres de formations de l’Hexagone, ne cesse de provoquer des remous. Toute la famille du football français s’indigne contre ses accusations. Le sélectionneur national Laurent Blanc en tête, qui était pourtant resté mesuré jusqu’ici. Le Président a tenu une conférence de presse, relayée aujourd’hui en masse (Le Parisien, L’Équipe, etc.), pour calmer le jeu et faire la lumière sur son réel projet.

« C’est un mensonge. Je suis indigné ! Le 8 novembre, lors de la seule réunion à laquelle j’ai participé avec la DTN, on a fait le constat qu’on avait privilégié l’aspect physique dans la détection et pas suffisamment la technique, le dribble ou le jeu. (...) Tout le monde doit avoir sa chance. Il s’agit de critère footballistiques et pas ethniques. À ma connaissance, il n’y a donc pas de projet qui prévoit des quotas de joueurs de couleur. (...) Je regrette l’amalgame fait. Je veux des joueurs différents dans le jeu, pas au niveau de la couleur de peau. (...) Un tel projet n’a aucune chance de voir le jour, c’est impossible », a-t-il expliqué, sûr de lui et maître de sa pensée.

Pour autant, si cette explication est convaincante, les évènements laissent malheureusement place au doute et à la suspicion. Pourquoi ? Tout d’abord, selon L’Équipe, une enquête en interne va être diligentée par la FFF et le Ministère des Sports. Ensuite, Mediapart, par la voix de l’un des journalistes à l’origine de l’enquête, Fabrice Arfi, a annoncé que des preuves concrètes allaient être très prochainement dévoilées. Il n’a pas fallu attendre longtemps. Le site d’information vient en effet de publier la teneur de la fameuse réunion citée par Laurent Blanc dans son intervention. Et les propos de certains participants sont en effet pour le moins maladroits. Une deuxième explosion en perspective. La FFF n’avait pas besoin de ça.

->Alexis Pereira

Discrimination : pas si blanc que ça...

(30/04/2011)

VIDEO

Médiapart publie ce samedi l'intégralité des échanges de la réunion durant laquelle un projet discriminatoire a été évoqué

PARIS Le sélectionneur de l'équipe de France Laurent Blanc s'est dit "tout à fait favorable" à la limitation du nombre de joueurs à double nationalité dans les centres de formation lors d'une réunion avec des responsables de la Fédération (FFF) fin 2010, selon le site Mediapart.

Mediapart, qui avait écrit jeudi que "pour les plus hautes instances du football français, l'affaire est entendue: il y a trop de Noirs, trop d'Arabes et pas assez de Blancs sur les terrains", reproduit samedi un extrait de la discussion tenue le 8 novembre 2010, avec des coupes:

Laurent Blanc: "Qu'est-ce qu'il y a actuellement comme grands, costauds, puissants ? Les Blacks (...) Je crois qu'il faut recentrer, surtout pour des garçons de 13-14 ans, 12-13 ans, avoir d'autres critères, modifiés avec notre propre culture (...) Les Espagnols, ils m'ont dit: +Nous, on n'a pas de problème. Nous, des Blacks, on n'en a pas+."

Erick Mombaerts (sélectionneur de l'équipe de France Espoirs): "Est-ce qu'on s'attelle au problème et on limite l'entrée du nombre de gamins qui peuvent changer de nationalité ?"

Laurent Blanc: "Moi j'y suis tout à fait favorable".

François Blaquart (directeur technique national): "On peut s'organiser, en non-dit, sur une espèce de quota. Mais il ne faut pas que ce soit dit".

Erick Mombaerts: "Donc il faut 30% ? (...) Il y a bien des clubs comme Lyon qui le font dans leur centre de formation".

Francis Smerecki (sélectionneur de l'équipe de France des moins de 20 ans): "Je dis: première chose, c'est discriminatoire".

Interrogé sur les binationaux vendredi lors d'une conférence de presse, Laurent Blanc avait déclaré: "C'est un problème. En parler, c'est interdit ? C'est le rôle de la DTN et cela ne me paraît pas incohérent qu'elle ait un projet. Si elle n'en avait pas, on le lui reprocherait. Quand un joueur a porté les couleurs des U16, U17, U18, U19, U20, U21 et Espoirs, il appartient à la France, il a défendu les couleurs de la France et cela me dérange de le voir partir dans une autre sélection après 23 ans."


© La Dernière Heure 2011

La France ne veut-elle plus d'une équipe "black, blanc, beur" ?

(28/04/2011)

"Pour les plus hautes instances du football français, l'affaire est entendue: il y a trop de Noirs, trop d'Arabes et pas assez de Blancs sur les terrains"
PARIS Le site Mediapart assure jeudi que des "quotas discriminatoires officieux" raciaux ont été approuvés par "plusieurs dirigeants de la Fédération française de football, dont le sélectionneur Laurent Blanc", ces derniers récusant cette enquête auprès de l'AFP.

"Pour les plus hautes instances du football français, l'affaire est entendue: il y a trop de Noirs, trop d'Arabes et pas assez de Blancs sur les terrains", écrit le site d'information Mediapart.

"Plusieurs dirigeants de la Direction technique nationale de la Fédération française de football (FFF), dont le sélectionneur des Bleus en personne, Laurent Blanc, ont approuvé dans le plus grand secret, début 2011, le principe de quotas discriminatoires officieux dans les centres de formation et les écoles de foot du pays", affirme cette enquête.

"D'après des sources internes à la FFF, scandalisées par le procédé, des consignes ont été données en ce sens ces dernières semaines à différents responsables de centres de formation", dont celui de Clairefontaine (sud-ouest de Paris), le centre de formation et de détection des futurs internationaux de la FFF, poursuit Mediapart.

"Laurent Blanc récuse ces propos ineptes et contraires à sa philosophie", a indiqué à l'AFP Philippe Tournon, chef de presse de l'équipe de France, ajoutant que le sélectionneur était "outré qu'on puisse le mettre en cause de la sorte, toute discrimination étant insupportable à ses yeux".

"Un problème, abordé par Laurent Blanc, est celui des joueurs qui possèdent une double nationalité, qui passent trois ans en préformation en France, puis partent ensuite à l'étranger sous d'autres maillots", a encore déclaré M. Tournon.

"Je n'ai jamais entendu parler de ça et ça m'étonnerait franchement", a indiqué à l'AFP Fernand Duchaussoy, président de la FFF, ajoutant qu'il n'accepterait pas de tels quotas, "pas du tout dans l'esprit" de sa fédération. "Il y a un constat, mais ce n'est pas une réflexion, c'est qu'on a plein de joueurs à la double nationalité chez les jeunes et qu'ensuite certains ne veulent pas aller en équipe de France", a poursuivi M. Duchaussoy.

L'article de Mediapart sera discuté lors du conseil fédéral, l'instance dirigeante de la FFF, vendredi.

© La Dernière Heure 2011

Discrimination: Blanc n'a "pas entendu parler d'un tel projet"

(29/04/2011)

La FFF avait aussi démenti dès jeudi soir

PARIS Laurent Blanc, sélectionneur de l'équipe de France, a déclaré vendredi à Bordeaux n'avoir "pas entendu parler d'un tel projet" après les accusations de "quotas discriminatoires" raciaux portées sur la Fédération française de football (FFF) par le site Mediapart jeudi.

Le sélectionneur a insisté sur l'absence "de projet auquel (il aurait) participé, qui impose des quotas". "Un tel projet ne verra jamais le jour", a souligné le technicien.

"Depuis une quinzaine d'années, le projet de jeu a été discriminatoire pour un certain nombre de joueurs, les critères athlétiques et physiques ayant été retenus essentiellement", a surtout remarqué l'ancien défenseur de l'équipe de France.

"En ce moment, les +petits+ (gabarits) sont pénalisés, ce qui est discriminatoire", a-t-il remarqué en faisant une analyse des pôles Espoirs et des centres de pré-formation. "Je veux permettre à ces jeunes joueurs qu'on ne soit pas radical", a-t-il ajouté.

"Ce qui me dérange le plus, c'est qu'on y ajoute des couleurs. Qu'on me reproche ce type de discrimination, ça me dérange", a-t-il martelé.
"La diversité existe, dans la rue comme dans le football", a encore déclaré Blanc.

"Pour les plus hautes instances du football français, l'affaire est entendue: il y a trop de noirs, trop d'arabes et pas assez de blancs sur les terrains", affirmait jeudi Mediapart.

"Plusieurs dirigeants de la Direction technique nationale (DTN) de la Fédération française de football (FFF), dont le sélectionneur des Bleus en personne, Laurent Blanc, ont approuvé dans le plus grand secret, début 2011, le principe de quotas discriminatoires officieux dans les centres de formation et les écoles de foot du pays", selon cette enquête.

La FFF avait aussi démenti dès jeudi soir auprès de l'AFP.

© La Dernière Heure 2011

Discrimination : pas si blanc que ça...

(30/04/2011)

VIDEO

Médiapart publie ce samedi l'intégralité des échanges de la réunion durant laquelle un projet discriminatoire a été évoqué

PARIS Le sélectionneur de l'équipe de France Laurent Blanc s'est dit "tout à fait favorable" à la limitation du nombre de joueurs à double nationalité dans les centres de formation lors d'une réunion avec des responsables de la Fédération (FFF) fin 2010, selon le site Mediapart.

Mediapart, qui avait écrit jeudi que "pour les plus hautes instances du football français, l'affaire est entendue: il y a trop de Noirs, trop d'Arabes et pas assez de Blancs sur les terrains", reproduit samedi un extrait de la discussion tenue le 8 novembre 2010, avec des coupes:

Laurent Blanc: "Qu'est-ce qu'il y a actuellement comme grands, costauds, puissants ? Les Blacks (...) Je crois qu'il faut recentrer, surtout pour des garçons de 13-14 ans, 12-13 ans, avoir d'autres critères, modifiés avec notre propre culture (...) Les Espagnols, ils m'ont dit: +Nous, on n'a pas de problème. Nous, des Blacks, on n'en a pas+."

Erick Mombaerts (sélectionneur de l'équipe de France Espoirs): "Est-ce qu'on s'attelle au problème et on limite l'entrée du nombre de gamins qui peuvent changer de nationalité ?"

Laurent Blanc: "Moi j'y suis tout à fait favorable".

François Blaquart (directeur technique national): "On peut s'organiser, en non-dit, sur une espèce de quota. Mais il ne faut pas que ce soit dit".

Erick Mombaerts: "Donc il faut 30% ? (...) Il y a bien des clubs comme Lyon qui le font dans leur centre de formation".

Francis Smerecki (sélectionneur de l'équipe de France des moins de 20 ans): "Je dis: première chose, c'est discriminatoire".

Interrogé sur les binationaux vendredi lors d'une conférence de presse, Laurent Blanc avait déclaré: "C'est un problème. En parler, c'est interdit ? C'est le rôle de la DTN et cela ne me paraît pas incohérent qu'elle ait un projet. Si elle n'en avait pas, on le lui reprocherait. Quand un joueur a porté les couleurs des U16, U17, U18, U19, U20, U21 et Espoirs, il appartient à la France, il a défendu les couleurs de la France et cela me dérange de le voir partir dans une autre sélection après 23 ans."


© La Dernière Heure 2011

Le DTN du football français suspendu !

(30/04/2011)

VIDEO

La ministre française des Sports Chantal Jouanno a annoncé la suspension du DTN François Blanquart suite à la polémique sur des quotas discriminatoires

PARIS François Blaquart, le directeur technique national de la Fédération française de football (FFF), a été suspendu de ses fonctions par le ministère français des sports, samedi, rapporte le quotidien l'Equipe sur son site internet.


La décision intervient quelques heures après les révélations de Médiapart, site d'informations français, concernant une réunion le 8 novembre au cours de laquelle a été évoquée la mise en place de quotas discriminatoires, raciaux par la FFF.


"Plusieurs dirigeants de la Direction technique nationale (DTN) de la Fédération française de football (FFF), dont le sélectionneur des Bleus en personne, Laurent Blanc, auraient approuvé dans le plus grand secret, début 2011, le principe de quotas discriminatoires officieux dans les centres de formation et les écoles de foot du pays", selon l'enquête menée par Mediapart.

© La Dernière Heure 2011

CONGO/KINSHASA : CHEZ MOI A LODJA ENFFIN UNE FACON DE PARLER QUOI EST AU CENTRE D'UNE GRAVE CONTROVERSE DONT ON EN HELAS L'HABITUDE

Pour rappel, c’est depuis le 15 avril dernier que la Ceni avait décidé de fermer, à titre conservatoire, tous les centres d’inscription à travers le territoire de Lodja. La raison évoquée était la menace dont son personnel commis aux opérations de révision du fichier électoral faisait l’objet.

La Commission Electorale Nationale et indépendante (CENI) a décidé de rouvrir tous les centres d’inscriptions implantés dans le territoire de Lodja dans la province de Kasaï-Oriental.

La nouvelle est tombée depuis hier jeudi 28 avril 2011 à travers un communiqué officiel signé par son Rapporteur Matthieu Mpita.

Pour rappel, c’est depuis le 15 avril dernier que la Ceni avait décidé de fermer, à titre conservatoire, tous les centres d’inscription à travers le territoire de Lodja. La raison évoquée était la menace dont son personnel commis aux opérations de révision du fichier électoral faisait l’objet.

Il faut signaler que cette mesure de levée de suspension par la Ceni est consécutive à celle prise par le Gouverneur du Kasaï Oriental suspendant l’administrateur du territoire de Lodja pour remettre l’ordre et la sécurité, nous semble-t-il. Ainsi, la Ceni revient à sa mission régalienne, à savoir, la poursuite de révision du fichier électoral dans le territoire précité.

Et cela a été fait depuis le mercredi 27 avril dernier. Selon le même communiqué, la Ceni demande aux agents de différents centres d’inscription implantés dans le territoire de Lodja de reprendre sans attendre les opérations d’enregistrement des électeurs.

Toutefois, la Ceni rappelle à la classe politique et aux autorités politico-administratives son indépendance dans le recrutement du personnel commis aux opérations de révision du fichier électoral. A ce titre, il tire une sonnette d’alarme et martèle que toute immixtion quelconque dans les opérations préélectorales, électorales ou post électorale est strictement interdite.

Aussi, devons-nous, peuple Congolais prendre à bras le corps cette jeune démocratie naissante afin de ne pas retourner à la case départ.

Beaucoup de nos frères ont perdu de leur vie rien que pour voir le peuple Congolais aller aux urnes, cela mérite bien d’être souligné alors que certains partis politiques ont même évoqué la fatidique date du 24 avril 1990.

Il sied à la classe politique congolaise de respecter les règles du jeu démocratique. Car, le peuple Congolais a le droit de se tourner résolument vers l’avenir sur des bases solides afin de matérialiser son rêve de développement à travers un climat politique apaisé et stable.

C’est ici qu’une fois de plus, à l’orée des nouvelles élections, sera mise à l’épreuve la maturité politique de cette classe politique face à l’évidence de la vie démocratique, encore fragile, entretenue jusqu’ici aux bons soins du Président de la République et Chef de l’Etat Joseph Kabila.

Lodja : le Palu appelle la population à se faire enrôler

L’appel pathétique a été lancé en ce sens par le porte-parole du Premier ministre qui a séjourné la semaine dernière dans cette partie du pays. Il s’agit de Mathieu Wateto wa Djemba, combattant actif et de longue date du Parti lumumbiste unifié (PALU).

Selon Wateto wa Djemba qui vient de regagner la capitale, la participation massive à l’enrôlement de la part des filles et fils de Lodja à l’âge de voter permet d’avoir une représentation proportionnelle au poids démographique des habitants au sein des institutions politiques et administratives du pays.

Actuellement, indique-t-on, le territoire de Lodja compte plus de 700.000 habitants.

Il est inadmissible a-t-il martelé, qu’une telle population ne puisse disposer que de trois sièges au sein de l’Assemblée nationale et six à l’Assemblée provinciale.

L’orateur a saisi l’occasion pour rappeler qu’en 2005-2006, une frange de la population de Lodja avait accédé à l’appel anti-patriotique du boycott de l’opération d’enrôlement lancé par certains politiciens.

C’est ainsi que Wateto wa Djemba a mis la population en garde contre un tel agissement, affirmant qu’aujourd’hui tout le monde a compris que le boycott en question constituait une grave erreur à ne plus commettre cette fois-ci.

Pour lui, il ne suffit pas de se faire enrôler ou de remplir son devoir civique en votant mais de voter utile, en choisissant des hommes et des femmes compétents, patriotes et capables de se surpasser afin de ne voir que l’intérêt général et communautaire profitable à l’ensemble de la population.

Il a insisté sur la sélection des personnalités qualifiées dotées d’une probité morale indéniable et acquises au service du peuple. Prêchant par l’exemple Wateto wa Djemba s’est fait enrôler lui-même dans un village du secteur d’Olemba, convaincu de la montée en puissance du PALU à travers le territoire de Lodja.

Le Potentiel/L’Avenir


(CL/GW/Yes)



Last edited: 29/04/2011 14:29:45

CONGO/KINSHASA : LA MAISON SCHENGEN EST FERMEE POUR UNE DUREE INDETERLMINEE DE TELLE SORTE QUE POUR ATTEINDRE L'EUROPE C'EST PAR PIROGUE AÏE !!!

Sans donner des plus amples détails sur la durée ou une alternative possible, le communiqué laconique publié par cet établissement qui a la lourde mission de centraliser les dossiers de demandeurs de visas pour l’espace Schengen.

Située dans le comple­xe qui abrite l’école prince de Liège de Kinshasa, sur l’avenue Ex-24 novembre dans la commune de la Gombe, la Maison Schengen a fermé ses portes depuis hier jeudi 28 avril 2011. Sans donner de plus amples détails sur la durée ou une alternative possible, le communiqué laconique publié par cet établissement qui a la lourde mission de centraliser les dossiers de demandeurs de visas pour l’espace Schengen, indique simplement qu’elle a baissé pavillon, faute de fourniture en énergie électrique de ses bureaux. Et, c’est la Société nationale d’électricité (Snel) qui est ainsi pointé du doigt de ne pas fournir le service que ses clients attendent d’elle.

Par ailleurs, informations prises, il revient au Phare de signaler que ce complexe disposeraient d’un groupe électrogène d’une grande puissance pour supplée aux désagréments éventuels de la Snel, mais ce dernier se­rait lui aussi tombé en panne. Malheureusement, à l’heure du tout électro­nique, les déboires de la maison Schengen qui a fait couler beaucoup d’encre et de salive ce dernier temps, est un sérieux handicap pour les Congolais de tout bord appelés à sortir du pays pour rejoindre l’es­pace Schengen ou ceux appelés a y transiter pour d’autres pays puisque les dossiers ne peuvent pas se traiter manuellement.

Et le non traitement de dos­siers en l’absence de four­niture en électricité entraîne de perturbations, certes en terme de réservation de place dans les compagnies d’aviation qui ne vont pas à leur tour hésiter à faire payer de pénalités, à ces pauvres voyageurs à leur corps défendant. Il leur faudra reprendre le processus à zéro de nou­velle réservation, arrêter de nouvelles dates. Pour ceux qui vont participer à de séminaires internationaux ou qui doivent répondre à des rendez-vous médicaux ou d’affaires, c’est du retard fort embêtant à expliquer.

Bref, les demandeurs de visas Schengen, Congo­lais pour la plupart sont désormais soumis aux ca­prices de l’électricité et pris en otage par un système qui ne propose pas une solution alternative afin de servir et de répondre à la demande des visas. Il faut prier que cette maison trouve le plus tôt possible un autre mécanisme, afin de satisfaire la demande, sinon la fronde des Con­golais qui exigeaient déjà sa fermeture risque de re­prendre de plus belle.

A.Vungbo/Le Phare


(BT/TH/GW/Yes)



Last edited: 29/04/2011 14:09:34