Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

18/08/2011

CONGO/KINSHASA : LE CHAÄRMAN JEAN-PIERRE BEMBA GOMBO PROCHAINEMENT A KINSHASA INFO OU INTOX ? LISEZ

RDC: Bemba ou un retour à haut risque pour l’opposition
(Direct.cd 17/08/2011)


L’article d’un confrère paru dernièrement à Kinshasa annonce un retour imminent de Jean-Pierre Bemba, le président du Mouvement de Libération du Congo (MLC). L’homme devrait revenir au pays pour s’enrôler et déposer sa candidature à l’élection présidentielle de novembre de 2011. Le texte rempli de trop de conditionnels fait dire à une certaine opinion qu’il s’agit de simples spéculations de journaliste.

Mais voilà : il ne s’agit pas de n’importe quel journaliste puisque l’article est paru dans « Le Soft » de Kin-Kiey Mulumba. Cet éditeur est député national et membre de la Majorité Présidentielle (MP). C’est-à-dire qu’il est mieux informé que le commun des mortels et qu’il est dans les secrets de Dieu. Ces spéculations peuvent être au pire de vérités déguisées pour cacher la source. On peut logiquement s’inquiéter qu’il n’y ait pas par exemple la date du dépôt de la demande de libération provisoire chez le juge de la CPI. Mais on constate aussi une certitude : un avion stationné à un aéroport de La Haye pour convaincre le juge à lui accorder une liberté provisoire pour venir s’enrôler en RDC. Bemba en a déjà profité à deux reprises.

Cet article a aussi énoncé de deux écueils de taille à l’accord sollicité auprès du juge: l’opposition possible du procureur Luis-Moreno Ocampo et les garanties de sécurité à offrir par le gouvernement congolais pour ne pas dire le président Joseph Kabila. Il y a certainement des arguments judiciaires et autres – suivez mon regard- pour persuader Ocampo à ne s’opposer à cette libération provisoire.

Joseph Kabila peut aussi s’arranger pour que le jet amenant Bemba Gombo atterrisse à … Lubumbashi pour son enrôlement et le dépôt du dossier de candidature. Objectivement, cette démarche présente… 5% de chances de réussite. Ce n’est pas nul !

A qui bénéficie la candidature de Bemba ?

Si la candidature de Bemba est déposée en bonne et due forme, elle profiterait d’abord au concerné. Imaginez un peu un président de la République démocratiquement élu en son absence et gardé en prison sans condamnation du juge même si c’est à la CPI ! Ce sera un précédent historique qui embarrasserait terriblement cette instance judiciaire internationale.

Le second bénéficiaire serait sans doute le candidat Joseph Kabila. Toute la stratégie électorale de celui-ci est basée sur la division de l’opposition où Etienne Tshisekedi a le vent en poupe. Les électeurs du MLC privés de leur leader naturel seront en effet plus que tentés de verser leurs voix au dernier cité. Mais si le chairman était candidat, il prendra à son compte les suffrages de ses partisans en en privant ainsi l’adversaire le plus redoutable du président sortant.

Attention, à l’effet boomerang. Le soutien de Kabila à la démarche de Bemba n’est garanti à 100% car, l’élan de sympathie envers ce « martyrs de la CPI » couplé à une bonne stratégie de communication au MLC peut produire plus de suffrages que n’en récoltera le fils de Mzee Kabila sur ses terres à l’Est.

Dans son « fief naturel », il doit compter avec la défection de Vital Kamerhe qui lui a ravi une portion significative d’électeurs dans le Nord-Kivu et le Sud-Kivu. Ces contrées n’ont pas de raison de s’engager totalement derrière Kabila vue aussi l’insécurité qui y persiste malgré les opérations de pacifications réalisées.

Dans ce terrible jeu d’échecs pour la conservation du pouvoir présidentiel, les stratèges de la MP doivent pousser Antoine Gizenga à déposer sa candidature à la présidence. C’est le meilleur moyen d’avaler les voix flottantes du PALU où les partisans digèrent mal l’absence du patriarche dans la course. Trois tendances existent présentement au Palu: l’une pense à soutenir Tshisekedi, la deuxième veut intégrer l’Arc d’Olivier Kamitatu et la troisième catégorie est restée fidèle au leader historique.

A titre de rappel, l’alliance AMP-PALU n’avait pas rapporté tous les 13% d’Antoine Gizenga à Joseph Kabila en 2006. Alors, autant noyer les voix du Palu dans le fleuve Congo de laisser Tshitshi en profiter. Et ce serait autant de moins pour empêcher Bemba de faire tabac et embrouiller dangereusement le jeu électoral.

Quoiqu’il en soit, le MLC et l’UNC sont les arbitres politiques de l’élection présidentielle de novembre 2011. Kabila et Tshisekedi qui en sont les favoris doivent chacun en récupérer au moins un pour espérer gagner. Malheur à celui qui croirait l’emporter avec ses partisans actuels.

Publié par La Rédaction, le 17 août 2011 dans Actualité, La une, Spécial Elections ·

 

© Copyright Direct.cd

Visiter le site de: Direct.cd


 
J.-P. Bemba a entrepris des démarches pour aller s'inscrire en RDC comme candidat à la présidentielle


L'ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba détenu et jugé à la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité, a entrepris des démarches pour être autorisé à se rendre brièvement à Kinshasa afin de s'inscrire comme candidat à l'élection présidentielle.

Jean-Pierre Bemba, candidat malheureux à la présidentielle de 2006 face au président Joseph Kabila mais élu sénateur, estime qu'il a le droit de déposer sa candidature au scrutin du 28 novembre, n'ayant pas été privé de ses droits civils et politiques, a indiqué un de ses proches à l'agence Belga, confirmant des spéculations parues dans la presse kinoise.

Le parti de Jean-Pierre Bemba Gombo, le Mouvement de Libération du Congo (MLC), la principale formation en République démocratique du Congo (RDC), l'a d'ailleurs reconduit en juillet à sa tête pour un nouveau mandat de cinq ans et désigné comme candidat à la présidentielle.

Jean-Pierre Bemba a demandé à la CPI, par le biais de son conseil, de lui permettre de se rendre sous conditions à Kinshasa pour s'inscrire. "Les démarches sont en cours", a assuré ce responsable du MLC.

Il s'agirait d'effectuer "un aller-retour" entre La Haye et Kinshasa, "sans bain de foule", a-t-il précisé.

Selon ce responsable du MLC, M. Bemba a déjà à deux reprises bénéficié d'une courte mise en liberté conditionnelle, notamment pour assister à Bruxelles, le 8 juillet 2009, à une cérémonie religieuse pour son défunt père, le riche homme d'affaires et sénateur d'opposition Jeannot Bemba Saolona, décédé la semaine précédente dans la capitale belge - une visite qui avait toutefois été émaillée de quelques incidents.

Selon lui, la CPI a aussi approché le gouvernement de Kinshasa à propos des aspects sécuritaires d'un éventuel déplacement à Kinshasa.

Selon le journal congolais "Le Soft International", il s'agirait de faire voyager Jean-Pierre Bemba"incognito, par jet privé affrété à ses frais"et"bourré d'une nuée de policiers de la CPI, d'agents secrets et d'avocats"pour séjourner "moins d'une heure"à Kinshasa afin de s'enrôler à un bureau spécial de la Ceni (Commission électorale nationale indépendante) avant de redécoller aussitôt"en s'abstenant de tout bain de foule malencontreux".

Les audiences du procès de Jean-Pierre Bemba doivent reprendre le 22 août. L'inscription pour la présidentielle devrait débuter le 27 août, avec retard en raison de la lenteur du parlement congolais à adopter une annexe à la loi électorale.

Jean-Pierre Bemba, 48 ans, est détenu depuis 2008 à Scheveningue, près de La Haye, dans la prison de CPI qui le juge pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité commis en République centrafricaine.

Il doit répondre de viols mais aussi de pillages et de meurtres commis par sa milice du MLC entre octobre 2002 et mars 2003 en Centrafrique où elle était venue soutenir les troupes du président Ange-Félix Patassé, en butte à une rébellion du général François Bozizé. Il avait fui Kinshasa en 2007, avant d'être arrêté le 24 mai 2008 à Rhode-Saint-Genèse en vertu d'un mandat d'arrêt de la CPI.


Kinshasa, 17/08/2011 (Belga / MCN, via mediacongo.net)

Les commentaires sont fermés.