Combattants rebelles dans les rues de Tripoli au matin du 22 août 2011

Combattants rebelles dans les rues de Tripoli au matin du 22 août 2011

AFP - FILIPPO MONTEFORTE
Les opposants au colonel Mouammar Kadhafi convergeaient en masse lundi vers le centre de Tripoli

Les rebelles libyens sont entrés dans la nuit dans la capitale et sont arrivés sur la place Verte, place symbolique où les kadhafistes avaient l'habitude de se réunir.

Selon Rome, le régime du colonel Kadhafi ne contrôle pas plus de 10 à 15 % de Tripoli. Des milliers d'habitants en liesse sont descendus dans les rues de la ville.

 

 Vidéo

 

Toutes les vidéos

 

 

 

Libyens célébrant l'arrivée des rebelles à Tripoli dans la nuit du 21 au 22 août 2011
(AFP -STR)


Le chef d'Etat libyen est introuvable. Selon un diplomate présent dans la capitale libyenne, qui l'a rencontré au cours des deux dernières semaines, le colonel Mouammar Kadhafi serait encore dans sa résidence de Bab Al Aziziya à Tripoli, a indiqué lundi. De violents combats ont fait rage lundi autour de Bab Al Aziziya, une forteresse de plusieurs hectares qui a été la cible de plusieurs raids de l'OTAN depuis le début de ses opérations en Libye, en mars. Quasiment tous les bâtiments ont été rasés par les bombardements occidentaux. Mais le "guide" libyen disposerait de plusieurs bunkers dans sa résidence, a ajouté la source diplomatique.

Les affrontements se sont aussi poursuivis lundi dans plusieurs quartiers du centre-ville, selon des témoins qui ont signalé la présence de tireurs pro-Kadhafi embusqués sur des toits d'immeubles.

Les rebelles ont annoncé qu'ils contrôlaient la télévision nationale, qui a cessé d'émettre, affichant un écran blanc.

Des responsables du Conseil national de transition (CNT), organe politique de la rébellion basé à Benghazi (est), sont partis pour Tripoli, selon les rebelles. Ceux-ci ont atteint dans la nuit de dimanche à lundi la place Verte, où les partisans du régime avaient l'habitude de se rassembler. Ils l'ont rebaptisée "place des Martyrs".

L'un des principaux responsables du CNT, Mahmoud Jibril, a demandé aux combattants rebelles de s'abstenir de toute vengeance. Il les a mis en garde contre des "poches" de résistance pro-Kadhafi dans la capitale. Le chef du CNT, Moustapha Abdeljalil, a lui évoqué "des actes de vengeance", menaçant de démissionner pour protester contre les violences perpétrées selon lui par certains combattants rebelles.

En privé, de nombreux responsables de l'OTAN soulignent que la  neutralisation totale de l'armée libyenne pourrait nécessiter encore plusieurs jours ou semaines.

Deux fils de Kadhafi arrêtés
Le fils aîné du "guide", Mohammed Kadhafi, a confirmé dans une interview à la chaîne quatarie Al Jazira son arrestation et son placement en résidence surveillée à Tripoli. Fils aîné du leader libyen, il dirigeait la poste et les télécom libyennes.

Annoncée par le Conseil national de transition (CNT), organe politique des insurgés, la capture de Saïf al-Islam, le plus jeune fils du colonel libyen, a été confirmée par le procureur de la Cour pénale internationale, Luis Moreno Ocampo. La CPI discute avec les rebelles du transfèrement de Seif Al Islam, recherché pour crimes contre l'humanité. Deuxième fils  du colonel Kadhafi et porte-parole officieux du régime, Saïf al-Islam était souvent présenté comme le futur successeur de son père.

Selon la chaîne Al-Arabiya, un autre fils du leader libyen, Saadi, ancien footballeur professionnel, a été arrêté par les rebelles.

A Benghazi, fief de l'insurrection dans l'Est, plusieurs dizaines de milliers de personnes en délire se sont rassemblées dans le centre ville et ont piétiné des portraits de Kadhafi. "Bye bye le frisé !", "Dieu est grand !", scandait la foule.

Préparé depuis des mois, le soulèvement de la capitale a été coordonné par des cellules de l'opposition sur place. Selon une source diplomatique à Paris, les cellules rebelles de Tripoli n'ont fait que suivre les plans établis il y a des mois et répondu au signal.


Un membre des forces rebelles tire en l'air à Benghazi tire en l'air pour célébrer l'arrivée des insurgés à Tripoli (AFP - GIANLUIGI GUERCIA)


L'action de l'OTAN
Les Etats-Unis ont intensifié ces derniers jours leur activité aérienne autour de Tripoli, en utilisant notamment des drones armés, ce qui a pu contribuer à faire pencher la balance en faveur des rebelles libyens, rapporte dimanche le New York Times. Citant des responsables non-identifiés, le quotidien écrit que l'aviation américaine a établi ces derniers jours une surveillance permanente au-dessus et autour des zones toujours contrôlées par les forces loyales au colonel Mouammar Kadhafi.

Les forces américaines ont notamment eu recours à des drones Predator pour détecter, suivre et à l'occasion frapper les troupes du colonel, selon la même source.

Dans le même temps, la Grande-Bretagne, la France et d'autres pays ont déployé au sol des forces spéciales pour participer à l'entraînement et à l'armement des rebelles, ajoute le quotidien.

Jusqu'à samedi, les avions de l'alliance occidentale ont mené au total 7459 missions en Libye, attaquant des milliers de cibles, du lance-roquettes aux quartiers-généraux des forces libyennes, indique le New York Times.

Ces raids ont non seulement détruit les infrastructures militaires du régime mais ont également fortement réduit la capacité des officiers loyalistes à diriger leurs troupes. Des unités loyalistes se sont ainsi retrouvées dans l'incapactité de se déplacer, de se ravitailler, ou de mener des opérations, selon le quotidien américain.

Réactions à l'étranger
Le président américain Barack Obama: "la façon la plus sûre de mettre un terme au bain de sang est simple : Mouammar Kadhafi et son régime doivent reconnaître que leur règne est terminé. Kadhafi doit regarder la réalité en face, il ne contrôle plus la Libye. Il doit abandonner le pouvoir une fois pour toutes.".

La Chine "respecte le choix du peuple libyen et espère un retour rapide de la stabilité en Libye", a indiqué le ministère chinois des Affaires étrangères dans un communiqué sur son site internet.  

Le chef de l'Etat français, Nicolas Sarkozy: "Alors que l'issue ne fait désormais plus de doute, le président de la République exhorte le colonel Kadhafi à éviter à son peuple de nouvelles souffrances inutiles en renonçant sans délai à ce qui lui reste de pouvoir".

Le secrétaire d'Etat britannique aux Affaires étrangères, Alastair Burt: ""La première des priorités doit être de s'assurer que l'ordre est maintenu, qu'il y a de la nourriture, de l'eau, de l'électricité, toutes les choses ont les gens ont besoin pour leur existence quotidienne. L'expérience d'autres villes montre que quand le Conseil national de transition a pris le contrôle des mains du régime de Kadhafi, les choses se sont très bien passées, sans aucun accroc".

Le ministre italien des Affaires étrangères, Franco Fratini: "Le seul chemin que Kadhafi doit prendre est celui de la reddition. Le régime devrait nommer deux figures faisant autorité, qui ne sont pas salies par des crimes", pour procéder à la transition.

Le président du Vénézuéla, Hugo Chavez, l'un des derniers alliés du dirigeant libyen, a estimé que les gouvernements occidentaux "sont en train de détruire Tripoli sous les bombes". 

Réactions en France
Le candidat à la primaire PS François Hollande: "On a le sentiment que tout va commencer. Quelle va être la capacité de cette coalition hétéroclite de faire véritablement un changement? Va-t-il y avoir un redressement de la Libye qui soit conforme à des principes démocratiques? Il va falloir aussi accompagner la solution politique".

Le président du Modem, François Bayrou: "Je veux avoir une pensée pour les victimes de Lockerbie (...) tués par le fanatisme de Kadhafi (en 1988, NDLR). C'est un événement qui marque une page et c'est un succès pour les amis de la  liberté. Kadhafi doit être arrêté et jugé".

Lire aussi:
>> 
 Qui pour succéder à Kadhafi ?

ui l'a rencontré au cours des deux dernières semaines, le colonel Mouammar Kadhafi serait encore dans sa résidence de Bab Al Aziziya à Tripoli, a indiqué lundi. De violents combats faisaient rage lundi matin autour de Bab Al Aziziya, une forteresse de plusieurs hectares qui a été la cible de plusieurs raids de l'OTAN depuis le début de ses opérations en Libye, en mars. Quasiment tous les bâtiments ont été rasés par les bombardements occidentaux. Mais le "guide" libyen disposerait de plusieurs bunkers dans sa résidence, a ajouté la source diplomatique.

Des témoins ont aussi fait état d'accrochages dans plusieurs quartiers du centre-ville et de la présence de tireurs embusqués, partisans de Kadhafi, sur des toits d'immeubles.

Des responsables du Conseil national de transition (CNT), organe politique de la rébellion basé à Benghazi (est), sont partis pour Tripoli, selon les rebelles. Ceux-ci ont atteint dans la nuit de dimanche à lundi la place Verte, où les partisans du régime avaient l'habitude de se rassembler. Ils l'ont rebaptisée "place des Martyrs".

Deux fils de Kadhafi arrêtés
Le fils aîné du "guide", Mohammed Kadhafi, a confirmé dans une interview à la chaîne quatarie Al Jazira son arrestation et son placement en résidence surveillée à Tripoli. Fils aîné du leader libyen, il dirigeait la poste et les télécom libyennes.

Annoncée par le Conseil national de transition (CNT), organe politique des insurgés, la capture de Saïf al-Islam, le plus jeune fils du colonel libyen, a été confirmée par le procureur de la Cour pénale internationale, Luis Moreno Ocampo. La CPI discute avec les rebelles du transfèrement de Seif Al Islam, recherché pour crimes contre l'humanité. Deuxième fils  du colonel Kadhafi et porte-parole officieux du régime, Saïf al-Islam était souvent présenté comme le futur successeur de son père.

A Benghazi, fief de l'insurrection dans l'Est, plusieurs dizaines de milliers de personnes en délire se sont rassemblées dans le centre ville et ont piétiné des portraits de Kadhafi. "Bye bye le frisé !", "Dieu est grand !", scandait la foule.

Préparé depuis des mois, le soulèvement de la capitale a été coordonné par des cellules de l'opposition sur place. Selon une source diplomatique à Paris, les cellules rebelles de Tripoli n'ont fait que suivre les plans établis il y a des mois et répondu au signal. 

L'un des principaux responsables du CNT, Mahmoud Jibril, a demandé aux combattants rebelles de s'abstenir de toute vengeance. Il les a mis en garde contre des "poches" de résistance pro-Kadhafi dans la capitale. "Le combat n'est pas terminé", a-t-il ajouté.

En privé, de nombreux responsables de l'OTAN soulignent toutefois que la  neutralisation totale de l'armée libyenne pourrait nécessiter encore plusieurs jours ou semaines.


Un membre des forces rebelles tire en l'air à Benghazi tire en l'air pour célébrer l'arrivée des insurgés à Tripoli (AFP - GIANLUIGI GUERCIA)


L'action de l'OTAN
Les Etats-Unis ont intensifié ces derniers jours leur activité aérienne autour de Tripoli, en utilisant notamment des drones armés, ce qui a pu contribuer à faire pencher la balance en faveur des rebelles libyens, rapporte dimanche le New York Times. Citant des responsables non-identifiés, le quotidien écrit que l'aviation américaine a établi ces derniers jours une surveillance permanente au-dessus et autour des zones toujours contrôlées par les forces loyales au colonel Mouammar Kadhafi.

Les forces américaines ont notamment eu recours à des drones Predator pour détecter, suivre et à l'occasion frapper les troupes du colonel, selon la même source.

Dans le même temps, la Grande-Bretagne, la France et d'autres pays ont déployé au sol des forces spéciales pour participer à l'entraînement et à l'armement des rebelles, ajoute le quotidien.

Jusqu'à samedi, les avions de l'alliance occidentale ont mené au total 7459 missions en Libye, attaquant des milliers de cibles, du lance-roquettes aux quartiers-généraux des forces libyennes, indique le New York Times.

Ces raids ont non seulement détruit les infrastructures militaires du régime mais ont également fortement réduit la capacité des officiers loyalistes à diriger leurs troupes. Des unités loyalistes se sont ainsi retrouvées dans l'incapactité de se déplacer, de se ravitailler, ou de mener des opérations, selon le quotidien américain.

Messages de Mouammar Kadhafi
Alors que les forces rebelles progressaient vers le centre de la capitale, Mouammar Kadhafi a une nouvelle fois invité les Libyens à "sauver Tripoli" dans le deuxième message sonore diffusé dimanche par la télévision publique. "Il s'agit d'une obligation pour tous les Libyens. C'est une question de vie ou de mort", a dit Kadhafi dont la garde rapprochée s'est rendue en début de soirée dimanche aux rebelles.

"Je crains que si nous n'agissons pas, ils brûlent Tripoli", a indiqué le colonel libyen qui règne sans partage depuis 42 ans dans le pays. "Il n'y aura plus d'eau, de nourriture, d'électricité et de liberté", a-t-il par ailleurs affirmé.

Son porte-parole, Moussa Ibrahim, a pour sa part mis en garde contre un réglement de comptes des rebelles. "Un massacre va être commis à Tripoli si l'un des deux camps l'emporte parce que les rebelles viennent emplis de haine. Que notre dirigeant parte ou démissionne, il y aura dans tous les cas un massacre." Le "guide" libyen est prêt à négocier en personne avec le chef de file des rebelles, a affirmé Moussa Ibrahim, faisant état de 1300 morts dans la capitale dimanche.

Réactions à l'étranger
Le président américain Barack Obama: "la façon la plus sûre de mettre un terme au bain de sang est simple : Mouammar Kadhafi et son régime doivent reconnaître que leur règne est terminé. Kadhafi doit regarder la réalité en face, il ne contrôle plus la Libye. Il doit abandonner le pouvoir une fois pour toutes.".

La Chine "respecte le choix du peuple libyen et espère un retour rapide de la stabilité en Libye", a indiqué le ministère chinois des Affaires étrangères dans un communiqué sur son site internet.  

Le chef de l'Etat français, Nicolas Sarkozy: "Alors que l'issue ne fait désormais plus de doute, le président de la République exhorte le colonel Kadhafi à éviter à son peuple de nouvelles souffrances inutiles en renonçant sans délai à ce qui lui reste de pouvoir".

Le secrétaire d'Etat britannique aux Affaires étrangères, Alastair Burt: ""La première des priorités doit être de s'assurer que l'ordre est maintenu, qu'il y a de la nourriture, de l'eau, de l'électricité, toutes les choses ont les gens ont besoin pour leur existence quotidienne. L'expérience d'autres villes montre que quand le Conseil national de transition a pris le contrôle des mains du régime de Kadhafi, les choses se sont très bien passées, sans aucun accroc".

Le ministre italien des Affaires étrangères, Franco Fratini: "Le seul chemin que Kadhafi doit prendre est celui de la reddition. Le régime devrait nommer deux figures faisant autorité, qui ne sont pas salies par des crimes", pour procéder à la transition.

Le président du Vénézuéla, Hugo Chavez, l'un des derniers alliés du dirigeant libyen, a estimé que les gouvernements occidentaux "sont en train de détruire Tripoli sous les bombes". 

Réactions en France
Le candidat à la primaire PS François Hollande: "On a le sentiment que tout va commencer. Quelle va être la capacité de cette coalition hétéroclite de faire véritablement un changement? Va-t-il y avoir un redressement de la Libye qui soit conforme à des principes démocratiques? Il va falloir aussi accompagner la solution politique".

Le président du Modem, François Bayrou: "Je veux avoir une pensée pour les victimes de Lockerbie (...) tués par le fanatisme de Kadhafi (en 1988, NDLR). C'est un événement qui marque une page et c'est un succès pour les amis de la  liberté. Kadhafi doit être arrêté et jugé".