Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

22/08/2011

LIBYE/OTAN : VOICI CEUX QUI PRENNENT LEURS VESSIES POUR DES LANTERNES

Un projet d'attentat libyen déjoué à Tunis

AFP Mis à jour le 22/08/2011 à 17:02 | publié le 22/08/2011 à 17:02 Réagir

Un colonel libyen chargé par le régime Kadhafi de perpétrer un attentat contre une ambassade arabe à Tunis s'est rendu vendredi à l'armée tunisienne, a annoncé aujourd'hui un représentant tunisien du ministère de la Défense. "Un militaire libyen, le colonel Abdzelrazak Rajhi, chargé de perpétrer un attentat à Tunis, s'est rendu vendredi à l'armée tunisienne", a déclaré le colonel Mokhtar Ben Nasser lors d'une conférence de presse.

"Ce projet d'attentat a été programmé par Kadhafi, il visait à faire dérailler la révolution tunisienne", a déclaré, à ses côtés, le colonel libyen Rajhi, présent au point de presse au ministère de la Défense. Il n'a pas précisé quelle était l'ambassade visée.

Le colonel libyen, entré en Tunisie le 30 juillet, n'est pas en état d'arrestation. "Au contraire, il sera remercié pour avoir permis de déjouer cet attentat", a précisé le représentant tunisien du ministère de la Défense.

Pour les USA, Kadhafi est encore en Libye

AFP Mis à jour le 22/08/2011 à 17:22 | publié le 22/08/2011 à 17:22 Réagir

Pour les États-Unis, le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, qui est confronté à l'entrée des troupes rebelles dans la capitale Tripoli, se trouverait toujours en Libye. "Nous pensons qu'il est toujours dans le pays. Nous n'avons pas d'information selon laquelle il aurait quitté le pays", a en effet déclaré le porte-parole du Pentagone, le colonel David Lapan. à des journalistes.

Les forces loyales au colonel Kadhafi ne contrôlent plus qu'une portion de la capitale où les rebelles ont fait leur entrée samedi soir, mais les affrontements se poursuivaient aujourd'hui. Des combats avaient notamment lieu autour de la résidence du dirigeant libyen à Bab al-Aziziya, selon un journaliste de l'AFP. Le colonel Kadhafi serait encore dans sa résidence, a indiqué une source diplomatique.

Le secrétaire à la Défense Leon Panetta se tient informé de l'évolution de la situation depuis son lieu de vacances et a participé à une conférence téléphonique avec le président Barack Obama dimanche soir, a affirmé son porte-parole George Little. Depuis le début de l'opération de l'Otan, les Etats-Unis se cantonnent à un rôle de soutien aérien, notamment grâce à leurs avions et drones de surveillance, et ont affirmé qu'il n'était pas question d'envoyer des troupes sur le terrain.

Pour le colonel Lapan, cette politique n'a pas changé: "il n'y aura pas de troupes américaines au sol" "Qu'il y ait une mission de transition sous l'égide de l'ONU, de l'Otan ou d'autres, elle n'incluera pas de troupes américaines sur le terrain. Cela ne changera pas notre position", a-t-il déclaré.

Libye : Kadhafi introuvable,
son 1er ministre en Tunisie

Mots clés : , , , , , ,

Par lefigaro.fr Mis à jour le 22/08/2011 à 16:47 | publié le 22/08/2011 à 16:46 Réactions (395)
Des opposants à Kadhafi lors d'une manifestation ce lundi devant l'ambassade libyenne en Turquie.
Des opposants à Kadhafi lors d'une manifestation ce lundi devant l'ambassade libyenne en Turquie. Crédits photo : ADEM ALTAN/AFP
  S'ABONNER au Figaro.fr

Le Conseil national de transition (CNT) souhaite capturer Kadhafi «vivant». Les combats se poursuivent à Tripoli notamment autour du complexe présidentiel. Suivez minute par minute les événements en Libye.

16h20 - L'Égypte reconnaît le Conseil national de transition (CNT) comme le gouvernement légitime de la Libye. L'Union européenne a, elle, estimé que la «fin du régime de Kadhafi» se rapprochait et a appelé à des élections libres rapides en Libye.

16h15 - Les rebelles annoncent s'être emparés du siège de la télévision nationale à Tripoli, qui a cessé d'émettre. Les rebelles libyens affirment également détenir un présentateur de la télévision nationale qui aurait pris les armes pour défendre Kadhafi, selon CNN

16h00 - Le chef du CNT, Moustapha Abdeljalil, évoque sa possible démission pour protester contre les actes de vengeance perpétrés selon lui par certains combattants rebelles sur le terrain.

15h45 - Les diplomates de l'ambassade de Libye à Damas (Syrie) et à Rabat (Maroc) annoncent leur ralliement au CNT. L'ambassadeur libyen en Tunisie a également reconnu «la victoire claire et incontestable» des rebelles en Libye et a promis que ses services allaient faciliter le retour dans leur pays des dizaines de milliers de Libyens réfugiés en Tunisie. Par ailleurs, le drapeau du CNT flotte au dessus du l'ambassade de Libye à Alger, selon un journaliste de l'AFP. L'Algérie, qui partage une longue frontière avec la Libye, n'a, pour l'heure, pas officiellement reconnu le CNT.

15h15 - Le chef du Conseil national de transition (CNT), affirme que l'époque de Mouammar Kadhafi est «révolue». Lors d'une conférence de presse à Benghazi, il a dit espérer que le colonel libyen serait capturé «vivant», au moment où des combats se poursuivaient à Tripoli.

15h00 - La Ligue arabe se déclare «totalement solidaire» avec le gouvernement rebelle en Libye. «Je souhaite à la CNT de réussir à mener à bien une nouvelle ère et à préserver l'intégrité régionale de la Libye ainsi que sa souveraineté et son indépendance», a déclaré le secrétaire général de la Ligue arabe, Nabil al-Arabi.

14h45 - Le fils du colonel libyen Mouammar Kadhafi, Seïf al-Islam, pourrait être jugé en Libye et non par la Cour pénale internationale (CPI) qui l'a inculpé pour crime de guerre, estime l'émissaire du CNT à Paris. Ce dernier a précisé que c'était au CNT de décider où Kadhafi serait jugé.

14h30 - Un bateau a quitté Benghazi et est en route pour Tripoli afin d'évacuer des migrants de la capitale libyenne. Ce navire, affrêté par l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), peut transporter 300 personnes. Il devrait arriver mardi à Tripoli.

14h20 - Le chef du gouvernement italien, Silvio Berlusconi, appelle Kadhafi à se rendre pour «épargner à son peuple de nouvelles souffrances». Silvio Berlusconi, qui a rompu avec Mouammar Kadhafi après le début de l'insurrection en Libye, lui a demandé «de mettre fin à toute résistance inutile». De son côté, la Russie attend un transfert «imminent» du pouvoir aux rebelles.

14h15 - Nicolas Sarkozy appelle les dernières forces fidèles au colonel Kadhafi à déposer les armes. Dans un communiqué, le président français indique qu'il a eu une conversation téléphonique avec le premier ministre du Conseil national de transition (CNT), Mahmoud Djibril, et l'a invité à venir mercredi à Paris. Nicolas Sarkozy lui a assuré que «la France continuera de se tenir aux côtés du CNT et de tous les Libyens pour achever la libération de leur pays de l'oppression». Plus tôt, Alain Juppé a appelé à la fin des combats:

 

La player a utiliser par défaut dans les articles du figaro.fr. maj7
Plus d'infos en vidéo sur itélé.fr

 

13h45 - Le premier ministre libyen, Baghdadi Ali al Mahmoudi, se trouve à Djerba, selon la chaîne de télévision qatarie al-Jezira. Le président du Conseil national de transition, l'organe politique de la rébellion, a indiqué sur la chaîne al-Arabiya que personne ne savait où se trouvait précisément Mouammar Kadhafi.

13h15 - Les rebelles libyens convergent en masse vers le centre de Tripoli. Ils se dirigent vers la place Verte, lieu symbolique où les partisans du régime avaient l'habitude de se rassembler et que les insurgés ont rebaptisée «place des Martyrs», en brandissant des armes.

12h55 - Le premier ministre britannique, David Cameron, appelle Kadhafi à «arrêter le combat sans condition». Dans une déclaration, il estime que «son régime s'effondre et bat en retraite». «Kadhafi doit montrer clairement qu'il renonce à contrôler la Libye», a-t-il précisé. Dans le même temps, Berlin a également appelé le leader libyen à abandonner le pouvoir estimant qu'il avait «perdu toute légitimité». «Nous attendons qu'il y ait rapidement maintenant un changement pacifique et démocratique de gouvernement», a déclaré un porte-parole du gouvernement allemand.

12h29 - BP, qui a dû suspendre en début d'année le lancement d'une campagne d'exploration pétrolière en Libye, espère y redémarrer ses activités dès que la situation le permettra, et en a informé le CNT.

12h22 - Une charge des pro-Kadhafi. D'après Reuters, une brigade, emmenée par le fils du dirigeant libyen, Khamis Kadhafi, se dirige vers le quartier général de son père. Cette unité est réputée être l'une des mieux entraînées de l'armée libyenne.

12h19 - Les chars de Kadhafi défendent son QG. Les pro-Kadhafi ont positionné leurs chars près du port et de la résidence du Guide de Bab Al-Aziziya à Tripoli et résistent aux offensives rebelles. Selon un de leurs porte-paroles, de nombreux insurgés ont péri dans les combats. Mais un garde du corps de Kadhafi aurait été arrêté.

12h10 - La France a proposé une réunion la semaine prochaine à Paris du Groupe de contact sur la Libye. «Tout est en train de basculer. C'est un grand sujet de satisfaction. La France a pris des risques calculés. La cause était juste», a assuré Alain Juppé, appelant les derniers fidèles de Mouammar Kadhafi à déposer les armes. Le groupe de contact comprend tous les pays participant à la campagne militaire de l'Otan contre le régime de Tripoli.

11h34 - Mustafa Abdul Jalil, le chef du CNT, a déclaré à al-Jezira que si les insurgés commettaient des actes de vengeance, il démissionnerait. «Il y a des groupes islamistes extrémistes qui cherchent à créer des turbulences dans la société libyenne. Je ne serai pas fier d'être la tête d'un Conseil avec de tels rebelles».

 

Les principaux points de la bataille de Tripoli.
Les principaux points de la bataille de Tripoli.

 

11h33 - L'Otan va poursuivre ses frappes jusqu'à ce que toutes les forces pro-Kadhafi se rendent. Cette décision pourrait être source de friction avec le CNT, qui préférerait voir les Occidentaux se désengager. L'alliance a mené 46 sorties dimanche.

11h29 - L'opposition réitère son appel à déposer les armes. Les insurgés exhortent les forces encore fidèles au colonel, qui combattent à Brega, à se rendre. Les rebelles se sont emparés il y a une dizaine de jours de la majeure partie de la zone résidentielle, dans l'est de la ville. La zone industrielle reste très disputée et les forces pro-Khadafi font preuve d'une résistance pugnace.

11h25 - La Cour pénale internationale (CPI) discute avec les rebelles libyens du transfèrement de Seif al-Islam, le fils du colonel Kadhafi recherché pour crimes contre l'humanité et arrêté à Tripoli par les rebelles, confirme le porte-parole du CPI. Considéré par le procureur de la CPI comme le «premier ministre libyen de facto», Seif al-Islam est accusé d'avoir joué un «rôle clé dans la mise en oeuvre d'un plan» conçu par son père visant à «réprimer par tous les moyens» le soulèvement populaire de février. Il aurait notamment organisé le recrutement de mercenaires.

11h20 - Des responsables du Conseil national de transition (CNT), l'organe politique de la rébellion libyenne, ont quitté Benghazi et sont actuellement à 100 km de Tripoli. Le groupe est composé essentiellement des représentants de la capitale Tripoli au sein du CNT.

11h17 - Les rebelles affirment contrôler 95% de Tripoli et n'ont pas pour le moment retrouvé la trace du colonel Kadhafi. Des affrontements avec les pro-Kadhafi se poursuivent dans certains lieux de la ville. Plusieurs journalistes britanniques expliquent essuyer des tirs lors de leurs déplacements. Damien McElroy, correspondant du Telegraph, décrit des snipers postés autour de la place Verte. Selon Reuters, des centaines de combattants rebelles se dirigent vers la place Verte.

11h15 - Les poches de résistance pro-Kadhafi sont en train d'être maîtrisées. «Autour de l'aéroport, qui est une zone clé, les dernières formes d'agression (de la part des forces loyales à Kadhafi, ndlr) sont en train d'être éliminées, des francs-tireurs sont arrêtés et dans certains cas ils se rendent», affirme le chef de la diplomatie italienne, Franco Frattini.

11h10 - La Chine «respecte le choix du peuple libyen et espère un retour rapide de la stabilité en Libye». Pékin est «prêt à oeuvrer avec la communauté internationale et jouer un rôle positif dans la reconstruction future» du pays.

10h27 - Un troisième fils de Kadhafi a été capturé par les rebelles, affirme CNN. Outre Seif al-Islam et Mohammed, Saadi Kadhafi aurait lui aussi été arrêté. Cet ancien footballeur professionnel, qui aimait s'afficher avec la jet-set internationale, a dirigé les forces militaires avant d'être mis sur la touche. Mohammed Kadhafi s'est lui rendu aux forces rebelles. Il était en pleine interview avec Al-Jezira quand des coups de feu ont retenti. «Des hommes armés encerclent ma maison, je suis à l'intérieur et ils sont à l'extérieur», expliquait à la chaîne le fils aîné du colonel, qui est, selon les rebelles, sain et sauf. Les quatre autres fils du dirigeant libyen se sont enfuis ou se terrent, croit savoir le CNT.

10h01 - L'Afrique du Sud n'aide pas Kadhafi à quitter la Libye. «Le gouvernement réfute les rumeurs selon lesquelles il a envoyé des avions en Libye pour transporter le colonel et sa famille vers une destination inconnue», a déclaré la ministre des Affaires étrangères

9h52 - L'Union européenne apelle le colonel à démissionner «sans délai» et prépare déjà l'après Kadhafi. «Nous avons travaillé sur plusieurs scénarios en ce qui concerne notre aide à l'administration» post-Kadhafi. Bruxelles demande aussi aux rebelles d'agir avec responsabilité et de protéger les civils de Tripoli

9h49 - Selon la BBC, non seulement Internet a été rétabli à Tripoli mais les rebelles qui ont pris en main deux des réseaux de téléphonie mobile d'Etat ont donné 28,60€ de crédit gratuit à tous les abonnés.

9h21 - Le premier ministre suédois Fredrik Reinfeldt a exprimé son «espoir» d'un changement de régime en Libye mais «beaucoup de choses peuvent encore mal tourner dans les prochains jours», a-t-il cependant mis en garde.

9h09 - Un journaliste du quotidien russe Izvestia a été blessé par balles à Tripoli. Orkhan Djamal doit bientôt être opéré mais sa vie n'est pas en danger.

8h30 - Le premier ministre britannique David Cameron a une nouvelle fois interrompu ses vacances et est rentré à Londres pour tenir une réunion d'urgence du Conseil national de sécurité sur la Libye.

8h21 - Mouammar Kadhafi serait encore dans sa résidence de Bab Al-Aziziya à Tripoli, a indiqué à l'AFP un diplomate qui l'a rencontré au cours des deux dernières semaines. Des violents combats font rage autour de cette forteresse de plusieurs hectares, cible de plusieurs raids de l'Otan depuis le début de ses opérations en Libye, en mars. Quasiment tous les bâtiments ont été rasés par les frappes, mais le colonel disposerait de plusieurs bunkers dans sa résidence.

 

A Tajoura, dans la banlieue de Tripoli, les Libyens célèbrent l'arrivée des insurgés.
A Tajoura, dans la banlieue de Tripoli, les Libyens célèbrent l'arrivée des insurgés. Crédits photo : -/AFP

 

Jusqu'à présent, sa localisation était sujette à caution. Certaines rumeurs le disaient caché dans l'un de ses bunkers de Tripoli, d'autres affirmaient que le Guide avait quitté la capitale, cherchant à se réfugier en Algérie ou en Tunisie. Si le dirigeant est toujours à Tripoli, il serait difficile pour lui d'en partir : toutes les routes sont bloquées. Interrogé par Skynews, un porte-parole de la rebelion confirme ne pas savoir où se trouve le colonel mais affirme vouloir garantir «sa sécurité» ainsi que celle de sa famille. «Nous voulons le juger en Libye».

7h15 - De violents combats ont lieu autour de la résidence de Kadhafi à Tripoli, selon un journaliste de l'AFP sur place. Des combats ont lieu également dans le sud de la capitale. Vers 06H30, des tirs de kalachnikovs ont également entendus tout près de l'hôtel Rixos, où est logée la presse internationale. Selon le porte-parole des rebelles, les pro-Kadhafi contrôleraient encore entre 15 à 20% de la ville.

7h08 - Internet a été rétabli dans la nuit à Tripoli, pour la première fois depuis le début de l'insurrection en Libye, mi-février.

7h03 - Une centaine de Libyens se sont rassemblés devant la Maison-Blanche, à Washington, priant, criant, agitant des drapeaux des rebelles et chantant en choeur: «La Libye est libre, merci Sarkozy, thank you Obama».

7h00 - Les Etats-Unis ont intensifié ces derniers jours leur activité aérienne autour de Tripoli, ce qui a pu contribuer à faire pencher la balance en faveur des rebelles libyens, annonce le New York Times. L'aviation américaine a établi ces derniers jours une surveillance permanente au-dessus et autour des zones toujours contrôlées par les pro-Kadhafi. Dans le même temps, la Grande-Bretagne, la France et d'autres pays ont déployé au sol des forces spéciales pour participer à l'entraînement et à l'armement des rebelles, ajoute le quotidien.

4h37 - Le président américain Barack Obama appelle dans un communiqué le dirigeant libyen à quitter le pouvoir afin de mettre un terme au bain de sang. Il appelle les rebelles à respecter les droits de l'Homme et à marcher vers la démocratie.

 

Un rebelle libyen célèbre la chute de Tripoli, à Benghazi.
Un rebelle libyen célèbre la chute de Tripoli, à Benghazi. Crédits photo : GIANLUIGI GUERCIA/AFP

 

3h42 - Des dizaines de milliers d'habitants de Benghazi ont envahi les rues de la «capitale» rebelle dans l'est de la Libye pour célébrer la fin prochaine du régime. Des concerts de klaxon, tirs d'armes automatiques en l'air, cris de victoire ont éclaté dans toute la ville à l'annonce par les chaînes de télévision en arabe de l'arrivée des rebelles jusqu'au coeur de la capitale Tripoli. «Pas de bol le frisé!», «Dieu est grand!», a scandé la foule en liesse

2h17 - Mahmoud Jibril, l'un des principaux responsables du Conseil national de transition, l'organe politique de la rébellion, a demandé aux combattants rebelles de s'abstenir de toute vengeance et les a mis en garde contre des «poches» de résistance pro-Kadhafi dans la capitale. «Je demande à tous mes frères libyens de prouver que nous sommes responsables en ce moment critique. Les yeux du monde vous regardent: soit vous gagnez la démocratie, soit vous choisissez la vengeance», a souligné Jibril.

1h07 - L'Otan voit la fin du régime de Kadhafi comme imminente. Le secrétaire général de l'Alliance a promis l'aide de l'Otan à la rébellion pour aider à reconstruire une Libye démocratique. «Les rebelles doivent garantir que la transition se fera dans le calme (...), que le pays reste uni et que l'avenir soit fondé sur la réconciliation et le respect des droits de l'Homme».

 


 

La bataille de Tripoli

Après six mois de bataille contre le régime autoritaire de Mouammar Kadhafi, au pouvoir depuis 42 ans, les rebelles libyens sont entrés dimanche dans Tripoli. Cette nuit, les rebelles qui ont lancé l'offensive «Sirène» samedi soir sur la capitale, ont atteint la place Verte à Tripoli, un lieu symbolique où les partisans du régime avaient l'habitude de se rassembler au début de la contestation à la mi-février pour exprimer leur fidélité au leader. Une foule en liesse agitait des drapeaux rouge, noir et vert, aux couleurs de la rébellion, dansant, et scandant «Allah Akbar» (»Dieu est grand») tout en tirant en l'air.

Les insurgés se sont infiltrés dans la capitale en arrivant par la mer de l'enclave côtière de Misrata, à 200 km à l'est, selon la rébellion. D'autres rebelles venant de l'Ouest ont réussi, après de violents accrochages avec des soldats loyalistes, à entrer dans Tripoli en fin d'après-midi dimanche, acclamés par les habitants qui couraient le long de leur convoi, dans une ambiance euphorique.

Les rebelles ne semblent n'avoir pas rencontré une forte résistance. Dans la nuit de dimanche à lundi, des forces pro-Kadhafi pilonnaient cependant le quartier al-Hemida, à l'est de la ville, selon un habitant de ce quartier.

Deux fils de Kadhafi arrêtés

Seif al-Islam, présenté dans le passé comme le futur successeur de son père, a été arrêté. Seif al-Islam, fait l'objet d'un mandat d'arrêt de la CPI pour crimes contre l'humanité commis en Libye. «Nous espérons qu'il pourra être très bientôt à La Haye» pour y être jugé, a déclaré le procureur de la CPI, qui va contacter le gouvernement de transition pour discuter des modalités pratiques de son transfèrement aux Pays-Bas. Un autre fils influent de Kadhafi, Mohammad Kadhafi, a déclaré tôt lundi dans une interview à Al Jezira qu'il avait été arrêté par les rebelles et qu'il était en résidence surveillée.

Le régime se dit prêt à négocier

Dimanche, le colonel Kadhafi avait appelé ses partisans à «nettoyer» la capitale des rebelles, dans un message sonore diffusé par la télévision libyenne. Dans la matinée, il avait affirmé qu'il ne se rendrait pas et sortirait «victorieux» de la bataille de Tripoli.

Malgré les succès apparents des rebelles, le porte-parole du régime, Moussa Ibrahim, a affirmé pour sa part que «le régime est toujours fort et que des milliers de volontaires et de soldats sont prêts à se battre», tout en précisant que le «guide» libyen est prêt à négocier en personne avec le chef de file des rebelles. Selon lui 1.300 personnes ont péri ces dernières 24 heures à Tripoli. Il n'était pas possible de vérifier ce bilan.

Le président français Nicolas Sarkozy a estimé «que l'issue ne fait désormais plus de doute».

Révoltes dans le monde arabe


Tripoli presque acquise aux rebelles, Kadhafi introuvable

TRIPOLI (Reuters) - Des chars et tireurs d'élite de l'armée libyenne peinent à résister aux assauts des rebelles à Tripoli, où des milliers d'opposants à Mouammar Kadhafi ont fêté lundi la fin prochaine d'un règne sans partage entamé en 1969.

Dans l'immédiat, la principale interrogation concerne le sort du dirigeant libyen, qui affirme dans des messages sonores qu'il restera à Tripoli "jusqu'à la fin".

Deux de ses fils ont été arrêtés par les insurgés, qui négocient la remise de Saïf al Islam Kadhafi à la Cour pénale internationale, qui l'a inculpé pour crimes contre l'humanité.

Le ministre italien des Affaires étrangères, Franco Frattini, a résumé le sentiment de nombre de dirigeants de la planète.

"Le temps est écoulé" pour d'éventuelles négociations sur un exil de Mouammar Kadhafi, a-t-il dit sur la chaîne de télévision Sky Italia. Selon lui, "il n'y a pas plus de 10%, 15% de Tripoli qui soient aux mains du régime".

Les combats ont repris à l'aube, notamment autour de la résidence fortifiée du colonel libyen, Bab al Aziziah. Les rebelles s'en disent proches mais les soldats qui sont encore fidèles à Mouammar Kadhafi opposent une forte résistance.

Selon des sources rebelles citées par la chaîne de télévision Al Arabya, une unité emmenée par Khamis Kadhafi, un fils du colonel, a quitté Bab al Aziziah en direction du centre de Tripoli.

Les rebelles ratissent les immeubles à la recherche de tireurs embusqués, qui font de nombreuses victimes. Les civils opposants à Mouammar Kadhafi, qui célébraient la victoire les deux nuits passées, sont restés chez eux lundi.

L'APRÈS-KADHAFI

Les puissances occidentales à l'origine de l'intervention de l'Otan dans le ciel libyen en mars ne doutent toutefois plus de la défaite de Kadhafi après six mois de combats.

"C'est fini", a estimé Alain Juppé, ministre français des Affaires étrangères, lors d'une brève intervention à Paris. Il a dit ne pas savoir si Mouammar Kadhafi était encore à Tripoli.

L'heure est déjà au passage de pouvoir dans les capitales européennes. "Nous sommes en train de planifier l'après-Kadhafi", a dit le porte-parole de Catherine Ashton, la chef de la diplomatie européenne.

La France souhaite accueillir "dans les prochains jours" une réunion du groupe de contact sur la Libye afin de rédiger une "feuille de route" sur l'avenir du pays, a dit Alain Juppé.

Nicolas Sarkozy s'entretiendra dans la journée avec le président du Conseil national de transition (CNT), le gouvernement des rebelles.

Barack Obama, actuellement en vacances dans le Massachusetts, a appelé le CNT "à faire preuve de l'autorité nécessaire pour conduire le pays vers une transition qui respecte les droits du peuple de Libye".

L'Alliance atlantique a également annoncé qu'elle continuerait à protéger la population civile en Libye conformément à la résolution 1793 du Conseil de sécurité de l'Onu adoptée le 17 mars, qui autorise les Etats membres à prendre toutes les mesures nécessaires dans ce but.

"DÉLIVRÉS"

Dans un message sonore diffusé dimanche soir par la télévision publique alors que les forces rebelles progressaient dans la capitale, Mouammar Kadhafi a une nouvelle fois invité les Libyens à "sauver Tripoli".

"Il s'agit d'une obligation pour tous les Libyens. C'est une question de vie ou de mort", a dit Kadhafi dont la garde rapprochée s'est rendue en début de soirée dimanche.

Agitant des drapeaux rouge, noir et vert aux couleurs de l'opposition en signe de victoire, les insurgés ont atteint dans la nuit la place Verte, dans le centre de Tripoli. La place, jusqu'alors lieu de rassemblement des partisans du colonel libyen, a été rebaptisée par les rebelles place des Martyrs.

"Nous sommes sur le point d'être délivrés du pouvoir du tyran. C'est tout nouveau pour moi. Je suis très optimiste", a dit Laila Jawad, âgée de 36 ans.

De nombreux habitants de la capitale ont reçu un texto du CNT disant: "Dieu est grand. Nous félicitons le peuple libyen pour la chute de Mouammar Kadhafi."

Le fils aîné du "guide", Mohammed Kadhafi, a confirmé son arrestation et son placement en résidence surveillée à Tripoli. Annoncée par le CNT, la capture de Saïf al Islam, le plus jeune fils du colonel libyen, a été confirmée par le procureur de la Cour pénale internationale, Luis Moreno Ocampo.

La CPI a émis en juin des mandats d'arrêt à l'encontre de Mouammar Kadhafi, de Saïf al Islam et du chef des services de renseignement, Abdallah al Senoussi, inculpés pour crimes contre l'humanité.

A Benghazi, fief de l'insurrection dans l'Est, plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées dans le centre ville et ont piétiné des portraits de Kadhafi.

Préparé depuis des mois, le soulèvement de la capitale a été coordonné par des cellules de l'opposition sur place. Selon une source diplomatique à Paris, les cellules rebelles de Tripoli n'ont fait que suivre les plans établis il y a des mois et répondu au signal.

Avec Robert Birsel à Benghazi, William MacLean à Londres, Hamid Ould Ahmed à Alger, Laura MacInnis et Alister Bull à Oak Bluffs, Massachusetts, Marine Pennetier et Clément Guillou pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Les commentaires sont fermés.