Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

25/08/2011

CONGO/KINSHASA : DECOUVREZ LA PHILOSOPHIE POLITIQUE DU PPRD A CEUX ET CELLES CEUX QUI NE COMPRENNENT PAS MA SYMPATHIE POUR JOSEPH KABILA KABANGE


Aux Martyrs le 21 août, ce fut aussi une géante fête avec une débauche d’artistes. LE SOFT NUMÉRIQUE.

Confidentiel et exclusivité: secrets d'un congrès

A nos visiteurs, désolé, le mardi 23 août, notre site a été attaqué pendant quelques heures par un cybercriminel écrivant mal le Kinyarwanda que nous avons entrepris d'identifier. 
MISE EN LIGNE LE 23 AOÛT 2011 | LE SOFT INTERNATIONAL N° 1122 DATÉ 23 AOÛT 2011. 
«La République née en 1960 s’est réveillée en 2006», écrit le PPRD si fier. Au Congo, «en vieillissant, les anciens n’ont pu se bonifier». Le parti présidentiel «exclut d’interminables et stériles négociations politiques». Le PPRD «se reconnaît dans l’Internationale Socialiste. «Il professe le Patriotisme de Patrice-Émery Lumumba: le Congo est le meilleur, le plus grand et le plus bel héritage que nous ayons reçu de nos ancêtres. Il proclame le Nationalisme de Mzee Laurent-Désiré Kabila: le milieu naturel, l’histoire commune et le destin commun font de nous un peuple attaché à une vie commune». Le PPRD veut en finir avec les vieux chefs charismatiques.

Un dossier de 29 pages est tombé lundi dans nos rédactions. Une vraie mine. A ses secondes Assises au Stade des Martyrs (19-21 août 2011), le parti présidentiel PPRD avait mis en place une équipe chargée de concevoir et de rédiger le message de campagne du Président Candidat. 

L’équipe a passé et repassé tout en revue. Du Congo et du monde d’hier au Congo et au monde d’aujourd’hui. Et froidement a tracé les lignes de forces, le portrait robot de notre prochain Président montrant comment en jouant parfaitement sa partition aujourd’hui, Joseph Kabila Kabange est le précurseur de ce Président à venir. 

«A l’indépendance, les leaders africains et congolais de la première génération furent avant tout des aristocrates traditionnels, nourris de la culture mythique et soucieux de s’assimiler aux aristocrates des anciennes métropoles». 

«La deuxième génération fut celle des dictateurs, des Présidents chefs coutumiers, sous tutelle de parrains, jonglant avec une démocratie dite de conformité à l’africaine, s’accommodant d’une opposition de façade». 

«La nouvelle génération de Chef d’État, celle du 21e siècle et du Cinquantenaire, fait émerger un nouveau profil: engagement démocratique et républicain, redevabilité à l’égard du souverain primaire, indépendance d’esprit, dignité et responsabilité. Il s’agit d’un leadership fondé sur le déploiement des relations avec les groupes intéressés et les différentes parties prenantes». 

Seul Joseph Kabila répond à ce profil, écrit le PPRD qui a choisi son candidat. Aux Martyrs, ce fut certes des discours et une géante fête avec débauche de nos plus grands artistes. Mais ce fut aussi de la réflexion stratégique pour une campagne de combat. 

Trêve de commentaires, découvrons ce texte qui décrit tout, présente tout, jusqu’au programme du Président de la République à venir décliné comme les grains d’un chapelet. In extenso, exclusivement Le Soft International. 

Avec Joseph Kabila: consolidons la paix, l’unité, la démocratie et la reconstruction pour la modernisation du Congo et pour le bien-être social. Manifeste pour la campagne électorale 2011. 
Kinshasa, août 2011
«Aujourd’hui, l’évidence est indéniable: le PPRD est l’expression la mieux accomplie d’un parti des masses, qui permet au peuple de se prendre en charge lui-même en vue d’édifier une société d’espoir».

O. POUR UN NOUVEAU MANDAT
1. Au seuil de la seconde législature, le Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie, PPRD en sigle, mobilise ses membres pour les échéances électorales, dont la première phase interviendra en novembre 2011, à l’occasion de l’élection présidentielle et des élections législatives. 

2. Notre peuple a expérimenté des élections, d’abord, sous la tutelle coloniale à partir de formations sociales et politiques à dominance ethnique, et puis à la fin de la première République à partir des formations politiques ayant relayé les regroupements ethniques. 

3. Sous la deuxième République, le despotisme colonial étranger fut remplacé par un despotisme autochtone à travers des élections par acclamation et des élections au sein d’un parti unique, avec un candidat unique à la présidence de la République. 

4. Après avoir réussi la réconciliation nationale et reconstitué l’unité du territoire, le Président Joseph KABILA a brillamment conduit une Transition politique sui generis 1+4, démontré à l’opinion tant nationale qu’internationale son engagement sans faille sur la trajectoire de la paix, de la démocratie et du développement. 

5. L’expérience électorale de 2006 a été un véritable acte fondateur de notre pratique de la démocratie pluraliste. Des partis politiques de toutes les tendances et de toutes les expressions démocratiques, y compris des personnalités indépendantes, se sont lancés dans la compétition. Le PPRD a réalisé un score qui l’a hissé au rang de première force politique du pays

6. Les élections de 2011 constituent la première épreuve politique de grande envergure sur la voie de la consolidation de la démocratie. Elles doivent permettre à la population congolaise de tirer bénéfice des retombées sociales de la démocratie et la reconstruction mises en œuvre de 2006 à ce jour. 

7. Dans la pratique démocratique, les élections constituent un moment capital de mise à jour et de réarmement moral pour le PPRD, avant de s’engager dans une nouvelle phase de reconquête et d’exercice du pouvoir. 

Aussi le PPRD, résolument déterminé à se soumettre à l’appréciation du souverain primaire, tient-il à présenter à toute la Nation les raisons de son engagement politique et l’ampleur de sa détermination pour rencontrer les aspirations légitimes du peuple congolais. 

8. Le moment est donc propice pour accomplir les tâches qui s’imposent. Soucieux de nous mettre à l’abri des erreurs évitables, le PPRD doit savoir d’où il vient, où il en est, et où il va. C’est-à-dire tirer les leçons du passé, pour mieux baliser l’avenir. Enfin, nous devons indiquer la nouvelle dynamique que le PPRD entend imprimer à la marche générale de notre pays, à savoir que nous devons, tous ensemble, «consolider la paix, l’unité et la reconstruction pour le bien-être social».

Pour y parvenir, nous avons besoin de militants et citoyens engagés au sein d’un parti phare, piloté par un leader visionnaire. 

I. D’OU VENONS-NOUS? 
9. Il y a cinquante et un ans, notre peuple a décidé de se tenir debout et il s’est levé pour mettre fin à la servitude et à la colonisation. Ce fut l’indépendance, conquise et acquise au terme d’une longue lutte qui dura quatre-vingts ans. 

10. Qu’avons-nous fait de notre indépendance? Politiquement, économiquement et socialement? En son temps, dans les années 1990, il avait déjà été reconnu que ce bilan était globalement négatif. Rien n’indique les artisans de chute se soient bonifiés en vieillissant. Le pays était mal parti. Pendant la célébration du Cinquantenaire, nos historiens nous l’ont rappelé si bien à ce propos. 

11. Il y eut un faux départ. Sous la Première République, ce furent: les mutineries, les sécessions, les guerres civiles, les crises de légitimité, la neutralisation du gouvernement légitime, l’assassinat du Premier Ministre, Chef du tout Premier Gouvernement de la jeune République. 

Sous la Deuxième République, il y eut plusieurs ratés: coup d’état, dictature, rébellions, zaïrianisation, corruption, surendettement et gabegie financière. 

Au terme de la première et de la deuxième Républiques, le pays s’est retrouvé avec une génération socialement détruite.

Pendant la longue transition, il y eut des désaccords graves, des pillages, des exclusions ayant conduit à nouveau à des guerres meurtrières, des violences faites aux personnes vulnérables, notamment les femmes et les enfants. 

Cette somme d’expériences, faites de déboussolement politique, de tentatives de balkanisation, nous a confortés dans l’idée que l’unité de la patrie est notre bien le plus précieux. 

12. Dès son accession à la Magistrature Suprême, le Président Joseph KABILA prit l’engagement de renforcer l’Etat de droit, raffermir la justice, garantir la sécurité et relancer la reconstruction nationale. En dépit de nombreuses tergiversations, 

il amena les partisans des négociations sans fin et les seigneurs de guerre à de pressantes initiatives qui les obligèrent à se soumettre aux urnes. La bonne diligence du Président Joseph KABILA facilita l’aboutissement du schéma de la Libération lancée en 1997 et de la Révolution-pardon. Cela permit d’organiser une cohabitation fort agitée, et dont le fragile équilibre n’était tenu que par sa détermination à préserver l’unité nationale, à restaurer l’intégrité territoriale et à rétablir de la paix. 

Toutes les conditions furent ainsi réunies pour organiser les élections, instaurer la démocratie, mettre fin à la crise de légitimité et stimuler la renaissance d’une République véritablement démocratique. 

II. OU EN SOMMES-NOUS? 
13. En 2006, le Président Joseph KABILA a remporté haut la main les élections. Le PPRD a remporté 111 sièges aux législatives et 22 au Sénat. Son Alliance avec d’autres formations politiques pour constituer la Majorité Présidentielle (AMP) prit l’option de sauvegarder les acquis majeurs, à savoir la paix et l’unité. Elle s’est engagée, à cet effet, dans une coalition pour la constitution du gouvernement, selon les normes démocratiques. 

14. C’est une ère nouvelle qui commence, grâce à la sagesse et à l’humilité du Président Joseph KABILA KABANGE. Il s’agit d’une grande victoire politique, mais qui l’a conduit à relever de nombreux défis tant politiques qu’économiques et sociaux. La République, annoncée en 1960, c’est finalement en 2006 qu’elle se réveille, qu’elle nous permet de dresser nos fronts longtemps courbés et de mettre le peuple congolais debout. Les institutions démocratiques ont été installées et la reconstruction a été engagée. Ses premiers défis majeurs ont été les suivants: 

- la restauration de l’autorité de l’État; 

- le raffermissement de la démocratie de et de l’Etat de droit; 

- le redressement du cadre macro-économique; 

- l’annulation substantielle de la dette (près de 90%);

- la reconstruction des infrastructures de base; 

- La promotion du bien-être social. 

2.0. Politique et sécurité. 
15. La Constitution du 18 février 2006, fondement de la République Démocratique du Congo, a été promulguée après référendum, avec ses atouts et ses défis. Il faut élever l’édifice, en préservant toujours la paix et l’unité nationale. 

De 2006 à 2011, sur un total de 23 lois organiques et 46 lois ordinaires que réclame la mise en œuvre de la Constitution, la première législature de la Troisième République a réalisé un véritable exploit. Elle a voté une trentaine de lois prioritaires, sans compter d’autres lois nécessitées par la marche des institutions. 

16. Du point de vue sécuritaire, le Katanga, le Maniema, le Sud-Kivu, le Nord-Kivu et la Province Orientale ont pratiquement été débarrassés des groupes armés incontrôlés. Les nouveaux bandits à main armée sont dans le collimateur de nos forces de l’ordre. Les mouvements insurrectionnels du Bas-Congo, de l’Equateur et du Kivu ont été neutralisés. Les groupes armés étrangers des FDLR rwandais, de l’ADF-NALU ougandais, du FNL burundais et de la LRA ougandaise ont été démantelés et leurs foyers résiduels sont systématiquement traqués. 

17. La paix a été rétablie avec tous les voisins et les opérations de rapatriement des réfugiés ont été intensifiées. 

L’armée et la police sont engagées dans un processus de réforme profonde et elles ont recruté et formé plus de trentaine de bataillons.
Une justice réformée et renforcée a été mise en alerte permanente pour l’application de la Tolérance zéro. 

Une lutte sans merci est menée contre la criminalité urbaine, les viols et violences faites aux femmes ainsi que contre le pillage des ressources naturelles et leur utilisation pour le financement des conflits.
Malgré les menaces de sa balkanisation et autres complots visant sa déstabilisation, la RDC est restée dans ses frontières de 1960, grâce aux efforts inlassables et remarquables de Joseph Kabila, Commandant Suprême des F ARDC. 

Par ailleurs, un processus irréversible a été engagé pour faire reconnaître pacifiquement nos droits sur le Plateau continental. 

Économie et finances. 
18. De 2006 à 2011, le Président Joseph KABILA a impulsé des réformes économiques structurelles et amélioré la discipline dans la gestion des finances publiques. Ce qui a permis d’accéder au mythique point d’achèvement de l’Initiative des Pays Pauvres Très Endettés (PPTE) et à l’obtention de l’annulation de la quasi-totalité d’une dette odieuse contractée sous la deuxième République. 

19. Il y a eu stabilisation du cadre macro-économique et raffermissement du franc congolais: réduction sensible de l’inflation (4,5 %), passage de la croissance négative à la croissance positive (7%), amélioration sensible du climat des affaires, mise en œuvre du STAREC (programme de stabilisation et de reconstruction des régions affectées par de longues périodes de conflits), adhésion à l’OHADA (Organisation de l’Harmonisation du Droit des Affaires), accroissement significatif du nombre d’entreprises nouvellement créées. 

20. Le portefeuille de l’État a connu d’importantes réformes. Le partenariat public-privé s’est mis progressivement en place. 

21. Le secteur des Télécommunications avait connu une descente aux enfers de la SCPT et la désagrégation du secteur des PPT. Grâce à la libéralisation de ce secteur, notre pays a réalisé des bonds de géant: les PTT connaissent une cure de jouvence, plusieurs sociétés de télécommunications, utilisant de Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication, couvrent désormais le territoire national; la fibre optique s’installe définitivement, ouvrant la voie à l’internet à haut débit. 

22. Les ressources minières, qui constituent le poumon de la relance économique dans notre pays, sont désormais mieux gérées grâce au Code minier, au Cadastre Minier, à l’adhésion au processus de Kimberley, et à l’Initiative sur la Transparence dans les Industries Extractives (!TIE), à la révision des contrats léonins et au renforcement du contrôle dans les zones minières affectées par les conflits. La promotion de la valeur ajoutée des produits miniers, l’élaboration du contrat minier type, l’élaboration du Manuel des Procédures de traçabilité des produits miniers sont autant d’efforts qui ont été déployés pour maîtriser la gestion du secteur minier. 

23. Dans le secteur des hydrocarbures, il y a eu une reprise en main de l’octroi des blocs pétroliers et un suivi méticuleux du dossier du Plateau continental, afin de remettre cette partie de l’espace marin dans les limites géographiques de notre territoire national, ce qui nous assurera un accès légitime aux importantes ressources dont elle regorge. 

Le recouvrement de nos droits sur notre Plateau Continental permet l’essor de la production pétrolière au-delà des côtes congolaises (loi sur la délimitation des frontières maritimes pour une meilleure gestion des contentieux frontaliers). 

24. L’agriculture, la pêche et l’élevage, qui avaient été particulièrement délaissés au cours des nombreuses années d’incurie, retrouvent un nouvel essor (acquisition de 1.000 tracteurs agricoles et des équipements agro-sylvo pastoraux en vue de moderniser l’agriculture). Un Code agricole a été promulgué, divers engins de production ont été déployés à travers toutes les provinces, tous les districts et territoires de la République. Chaque mois, de nouvelles fermes s’implantent à travers le pays et se mettent à produire pour les marchés locaux. L’accès de produits agricoles congolais au marché international reste l’objectif optimal pour soutenir la croissance durable de notre économie. 

25. L’environnement n’est pas demeuré en reste. Il y a eu rationalisation de sa protection dans la perspective du développement durable. Le Code forestier est mis en œuvre d’une manière judicieuse, (notamment par l’instauration de la certification et de la traçabilité des bois à l’exportation), des engagements ont été pris dans le cadre du REDD (Réduction des Effets de Dégradation et Déforestation), de nouvelles aires protégées ont été instaurées jusqu’à 15 % du territoire national), les mesures de gestion du cadastre forestier ont été renforcées. 

2.2. Sur le plan Social. 
26. La crise multiforme a porté un coup dur au social. Le nouveau redressement politique et économique s’est accompagné d’une attention plus soutenue vis-à-vis de ce secteur. De 2006 à 2011, le pays a, enfin, été doté d’une nouvelle législation sociale conforme aux recommandations de l’OIT. Le Conseil National du Travail tient périodiquement ses sessions. Les Tribunaux du travail ont été installés. Un programme Pro-Yen dédié à l’emploi des jeunes a été mis sur pied, un cadre permanent de concertation a été mis en place, l’Office National de l’Emploi (ONEM) a été redynamisé, des efforts d’amélioration des rémunérations ont été consentis, particulièrement pour les enseignants, les médecins et les magistrats. Le pouvoir d’achat est de mieux en mieux préservé. 

27. Sur la même lancée, la femme a bénéficié d’une attention spéciale, notamment à travers la promulgation de la loi sur la parité et la mise en place du Programme Toutes les filles à l’école, du Fonds de Promotion de la femme (FONAFEM), sans compter la création d’une Agence Nationale de lutte contre les Violences faites à la Femme (AVIFEM) et l’ouverture du Centre Régional d’Etudes sur la femme. 

28. De même, les préoccupations relatives à l’enfant ont été prises en compte. Une nouvelle loi sur la protection de l’enfant a été promulguée. De vastes programmes de démobilisation des enfants soldats ont été lancés, des tribunaux des enfants ont été ouverts et des unités de police chargées de la protection de la femme et des enfants sont désormais opérationnelles. 

29. La culture, les sports, le tourisme et les loisirs ont connu un nouvel essor. Notre pays a vécu des participations remarquables aux compétitions de football, de basketball et d’autres disciplines sportives. Des coupes et des médailles prestigieuses ont été remportées par nos athlètes. Nos musiciens et nos artistes font un effort pour porter encore plus haut les couleurs de la Nation. Avec la célébration du Cinquantenaire de notre indépendance, les talents les plus variés se sont exprimés et mis en valeur. L’image de marque de la RDC se reconstitue progressivement attirant de plus en plus de touristes. 

2.3. Diplomatie et coopération
30. Le nouveau leadership républicain a mobilisé les partenaires de la coopération internationale. La voix de la République Démocratique du Congo s’est fait de nouveau entendre à la tribune des Nations Unies et dans de nombreux autres forums. Nous avons assumé la présidence de la SADC, de la CEEAC, de la CEPGL et de bien d’autres organisations internationales. 

Kinshasa et d’autres villes de la République ont abrité des assises internationales telles que la Marche Mondiale des Femmes à Bukavu, Forum Femme Performante à Kinshasa, 20e Session de l’Assemblée parlementaire paritaire ACP-Union Européenne, la relance de la CÉPGL, etc. Kinshasa a été désignée pour abriter la XIVe Sommet de la Francophonie. La RDC a fait son retour dans le concert des Nations. 

2.4. Cinq chantiers de la République
31. Entre le volet politique de mise en place d’une République réellement démocratique et le volet social de la promotion du bien-être social, s’est activé le volet économique touchant aux infrastructures. La mandature de la première législature de la Troisième République restera à jamais marquée du sceau indélébile du programme des Cinq chantiers de la République. 

32. Il s’agit d’un programme à la hauteur de nos ambitions de grandeur, de nos potentialités économiques, lesquelles reposent sur une vision exaltante, certes, mais réaliste, à savoir « Bâtir un Congo, Pays d’espoir, Nation unie, forte et prospère, où il fait bon naître et vivre, dans la fierté et la dignité»

33. Les cinq secteurs prioritaires et catalyseurs retenus sont: 

- Infrastructures

- Santé

- Education et santé. 

- Eau et électricité 

- Emploi

- Habitat

Globalement, les réalisations ont redonné l’espoir à notre peuple qui a pu voir, à travers les efforts de conception des projets, de mobilisation de financement et de mise en œuvre, une volonté réelle et un leadership d’action capable de bâtir un pays plus beau qu’avant et de l’engager sur la voie du développement. Elles se présentent de la manière suivante: 

34. Infrastructures Voies de communications
Routes

- Routes revêtues réhabilitées: 1.322 Km

- Nouvelles routes bitumées : 110 Km

- Routes en terre ouvertes ou réhabilitées: 3.754,40 Km 

- Voiries réhabilitées ou modernisées: 198,27 Km

Ponts et Bacs
100 bacs de traversée

Eléments de ponts métalliques

Des ponts et bacs construits et/ou réhabilités: 

- Elila (PO) 

- Kalamu (BC) 

- Kalule Nord (Kt) 

- Kangote (Beni- Butembo) 

- Kinsuka-Pompage (Kinshasa) 

- Loange (Bandundu) 

- Mabenga (Rutshuru) 

- Malepe (Goma) 

- Mpozo (Matadi) 

- Mpozo-Nduizi

- Mweya (Masisi

- Talihya (Lubero) 

- Ulindi (Man) 

- Yolo (Kinshasa). 

Aéroports, construction, réhabilitation et modernisation

- Ankoro

- Goma

- Kalemie

- Kamina

- Kavumu

- Kindu

- Kolwezi

- Lubumbashi

- Mahagi

- Mbujimayi

- Muanda

- Ndolo

- Pavillon d’honneur 

- Ndjili

- Pweto

- Tshikapa

Stade réhabilités ou construits
- Stade des Martyrs (Kinshasa) 

- Stade de la Kenya (Lubumbashi) 

- Stade de Kamalondo

- Stade Tata Raphaël (Kinshasa) 

- Stade Omnisports de Kasangulu

- Stade du 30 juin (Kikwit) 

- Stade de Kikwit

- Stade Diur (Kolwezi) 

Infrastructures touristiques
- Place du 30 juin (Gare centrale Kinshasa) 

- Boulevard Triomphal

- Esplanade du Palais du Peuple

- Monument Kasa Vubu

- Monument Famille des visages

- Avenue du Tourisme

- Echangeur de Limete

- Place Tshombe (Lubumbashi) 

Logement
- Affectation des espaces du domaine privé de l’Etat à la construction de logements sociaux

- Attribution de lotissements pour la construction de logements sociaux 

- Incitation des privés à la construction d’immeubles de haut et moyen standings

- Boom immobilier: nombreuses constructions modernes, hôtels, appartements, grandes surfaces, restaurants, banques 

- Réhabilitation et équipement de Cité de l’OUA 

- Lutte contre les érosions

35. Santé
- Construction et/ou réhabilitation d’Hôpitaux et Centres de santé; 

- Équipements des formations médicales; 

- Réhabilitation des Cliniques universitaires

- Campagnes de vaccination (contre la poliomyélite, la rougeole et le tétanos) ; 

- Riposte contre l’épidémie de choléra; 

- Prise en charge des urgences et catastrophes; 

- Acquisition d’ambulances; 

- Acquisition de vélos et motos pour les zones de santé. 

- Approvisionnement en médicaments essentiels
- Approvisionnement en intrants spécifiques

- L’équipement en véhicules tout terrain (108) et en motos (289) de 139 supervisions - Renforcement du laboratoire national de l’institut National de recherches Biologiques (INRB), qui est devenu un laboratoire de référence pour certains pays limitrophes, en le dotant de capacités à isoler différents types de virus notamment le virus de la grippe, le virus Ebola ou encore le virus de Marburg. 

Projets-phares: 
- Hôpital du Cinquantenaire
- Hôpital Marie Biamba Mutombo . Hôpital de l’Amitié sino-congolaise 

36. Éducation
Enseignement Supérieur et Universitaire

- Construction de nouvelles universités

- Construction et/ou réhabilitation de Cliniques universitaires . 

Réhabilitation des Universités et Instituts Supérieurs

- Équipement des Cliniques Universitaires

- Enseignement- Science et technologie

Depuis septembre 2007, des bourses d’études sont octroyées aux étudiants finalistes de chaque cycle. De nombreuses entreprises versent des prix aux lauréats dans les différentes universités et consentent à soutenir la recherche et la formation. 
Des plans stratégiques permettent d’assurer progressivement la relève académique, à travers la formation de nouveaux docteurs. Les universités reprennent la recherche scientifique avec des résultats de mieux en mieux prometteurs. 
Les secteurs publics et privés recrutent avec satisfaction des diplômés de nos établissements d’enseignement supérieur et universitaire. Le souci de l’assurance-qualité est devenu un objectif institutionnel. 

Enseignement Primaire, Secondaire et Professionnel
- Réhabilitation et construction d’écoles; 

- Construction d’écoles techniques pilotes; 

- Élaboration des normes de construction des infrastructures scolaires; 

- Distribution de kits scolaires aux élèves de première année; 

- Acquisition et distribution de guides pédagogiques pour enseignants de français et mathématiques, diffusion de manuels essentiels pour les classes de 6è des humanités; 

- Distribution de kits pédagogiques aux enseignants du primaire; 

- Informatisation de la correction des épreuves de l’Examen d’État (réduction du temps de publication des résultats de 6 mois à 15 jours); 

- Suppression progressive des frais scolaires et allocation des frais de fonctionnement aux écoles et bureaux gestionnaires; 

- Accroissement significatif du nombre d’enseignants et d’écoles mécanisés; 

- Accroissement sensible du taux brut de scolarisation; 

- Accroissement sensible du taux d’achèvement au primaire. 

37. Eau et électricité
Eau

- Construction de nouvelles usines d’épuration d’eau

- Construction de nouvelles usines de mise en bouteille d’eau minérale

- Construction de station de pompage

- Captage sources d’eau

- Déploiement d’ateliers de forage déployés

- Accroissement desserte en eau par Regideso

- Réhabilitation des ouvrages de traitement d’eau

- Réhabilitation, extension et renforcement de réseaux d’eau

- Relance de l’implantation de bornes fontaines

Électricité
- Extension du réseau électrique Snel

- Rénovation de centrales hydroélectriques

- Remise en état d’anciennes centrales hydroélectriques

- Installation groupes thermiques

- Installation de groupes électrogènes

- Installation d’une turbolienne à Kananga

- Réhabilitation et fiabilisation de Inga 1 et II

- Electrification de nouvelles agglomérations

- Renforcement de la desserte électrique dans de nombreuses agglomérations 

- Implantation de nouveaux injecteurs haute tension

- Réhabilitation éclairage public

- Eclairage public par panneaux solaires 

- Construction de nouvelles lignes

- Réhabilitation des lignes existantes

- Construction de nouvelles centrales hydroélectriques

- Libéralisation du secteur de l’électricité

38. Emploi
- Création d’emplois consécutifs aux investissements dans le secteur minier

- Création d’emplois liés aux travaux d’infrastructures dans le cadre du programme des Cinq chantiers de la République

- Recrutement et mécanisation de nouvelles unités dans les secteurs de la santé, de l’éducation et de la magistrature

- Création d’emplois dans les secteurs agricoles, de pêche et d’élevage

- Création d’emplois dans les secteurs privés grâce aux conditions incitatives offertes par le Gouvernement. 

39. Les Cinq chantiers, réalisés jusqu’ici sur fonds propres, n’ont été possibles que grâce aux performances politiques touchant à la mise en place des institutions de la République dans un système démocratique et à la discipline de gestion financière, qui ont rassuré les partenaires traditionnels. 

Il est évident que, dès que les fonds liés à la négociation stratégique des contrats chinois seront débloqués, le programme atteindra son plein essor. 

Par leur beauté, leur nombre et leur diversité, les œuvres du programme des Cinq Chantiers de la République méritent de l’estime à son Initiateur, le Président Joseph KABILA. C’est une phase déterminante dans la modernisation du pays et qui redonne ainsi l’assurance au peuple, en reconstituant sa fierté et sa dignité. 

40. En 2006, nous sommes sortis du tunnel des crises permanentes de légitimité. En 2010, nous sommes sortis du tunnel du long cauchemar de l’endettement. De 2006 à 2011, nous avons déclenché, pour la première fois, le programme des grands travaux qui doivent servir de socle à l’édification d’un bien-être social durable. 

41. En 2011, nous sommes appelés à rendre compte de notre mandat, indiquer clairement le cap vers lequel nous allons nous orienter, pour mériter de nouveau la confiance du peuple. 

Ce bilan d’étape est une obligation incontournable. Le PPRD n’entend point s’y soustraire et se refuse à alléguer tel ou tel prétexte, qui tendrait à surprendre la bonne foi du Souverain primaire, à travers la réédition d’interminables et stériles négociations politiciennes. Car, la mesure de la popularité et de la légitimité se trouve dans les urnes. 

III. AGENDA 2011-2016
3.0. Vision et programme d’action
42. Le PPRD croit fermement au rôle éminent que jouent les formations politiques dans la conduite d’une société et l’édification d’un État de droit par une démarche démocratique. 

43. Fort de cette conviction, le PPRD s’est engagé à servir la Nation congolaise en mettant en œuvre son projet de société, conformément à son idéologie et à sa doctrine. 

Du point de vue idéologique, le PPRD est héritier des convictions patriotiques de nos héros nationaux. Il professe

le Patriotisme de Patrice-Émery Lumumba: le Congo est le meilleur, le plus grand et le plus bel héritage que nous ayons reçu de nos ancêtres. Il proclame aussi le Nationalisme de Mzee Laurent-Désiré Kabila: le milieu naturel, l’histoire commune et le destin commun font de nous un peuple attaché à une vie commune. Organisons-nous à la base, prenons-nous en charge. 

Par rapport aux courants idéologiques mondiaux, le PPRD prône la social-démocratie: une économie sociale de marché associée à des mécanismes de régulation de la production privée qui assurent la défense des intérêts des employés, des consommateurs et des petites entreprises. La promotion des valeurs démocratiques, la défense des droits de l’homme; une démocratie qui préserve le droit de l’État de tracer le cadre économique et de fixer les limites du marché. 

Il se reconnaît dans le courant mondial de l’International Socialiste. 

44. Le programme d’action du PPRD pour le quinquennat 2011-2016 s’appuie sur la démarche démocratique pour réaffirmer les valeurs républicaines intangibles que sont la paix et l’unité, et pour poursuivre le programme de reconstruction et de modernisation en visant un objectif prioritaire, à savoir promouvoir le bien-être social. 

Ainsi les trois piliers du programme d’action sont: 

- la paix et de l’unité; 

- la reconstruction; 

- la promotion du bien-être social. 

45. Consolider la paix, l’unité et la reconstruction pour le bien-être social. 

Les actions à mener, les activités à conduire et les objectifs à atteindre viseront à consolider les acquis et les programmes en cours, en vue d’assurer et de promouvoir le bien-être social. 

3.0. Consolider la paix et l’unité
46. Engagements
- Poursuivre la mise en œuvre du programme de décentralisation et du découpage territorial; 

- Elaborer la loi sur la programmation de la décentralisation

- Émettre la carte d’identité nationale

- Mettre en œuvre la réforme de la Fonction publique - Organiser le recensement général de la population - Lancer la mise à jour de la cartographie générale de la RDC - Finaliser le cycle électoral: élections provinciales, urbaines, municipales et locales

- Promouvoir la convivialité entre les citoyens et entre les communautés

- Affermir notre identité et notre unité

- Renforcer la cohésion nationale

u Garantir les libertés fondamentales

3.0.1. Sécurité
47. Engagements
- Mettre fin au cycle infernal des guerres, en éradiquant les groupes armés

- Poursuivre la lutte contre l’insécurité

- Bâtir une armée républicaine, professionnelle

- Former une police nationale, citoyenne

- Renforcer les services de renseignements

- Ouvrir une Académie de Police et consolider la formation dans l’Armée à travers la réhabilitation des Académies militaires et Ecoles spécialisées. 

- Créer un Centre de Recherche pour les Problèmes de la Défense

- Réhabiliter les Bases Militaires

- Construire des casernes

- Mettre en application les statuts spécifiques des militaires et des policiers

- Mettre en œuvre les Plans stratégiques pour le développement des Forces Armées et de la Police Nationale

- Doter les Forces Armées et la Police d’équipements spécifiques

- Renforcer les capacités opérationnelles des Forces Armées et de la Police Nationale 

- Renforcer les unités de production au sein de l’armée 

- Éradiquer par la scolarisation les phénomènes enfants et bandes de jeunes de la rue

- Rapatrier tous les réfugiés congolais installés dans les pays limitrophes

- Rapatrier les Mbororo dans leurs pays

3.0.2. Justice
48. Engagements
- Mettre en application effective les statuts des magistrats

- Intensifier la lutte contre l’impunité et la corruption

- Ouvrir une École Supérieur de la Magistrature

- Construire, réhabiliter et équiper les Palais de justice

- Construire, réhabiliter et équiper les prisons

- Moraliser la vie publique 

- Renforcer les sanctions contre les abus du pouvoir

- Appliquer sans faille la politique de Tolérance zéro

- Lutter contre le détournement des deniers publics

- Lutter contre les tracasseries diverses et les harcèlements multiformes

- Lutter contre les viols et violences faites à la femme

- Bannir l’affairisme des dirigeants

- Lutter contre l’indiscipline caractérisée des élites

- Lutter contre les incivilités administratives: favoritisme, enrichissement sans cause, apologie de la médiocrité, népotisme, régionalisme, le tribalisme

3.0.3. Diplomatie
49. Engagements
- Maintenir les avancées diplomatiques

- S’inscrire dans la mondialisation en préservant nos intérêts propres 

- Assumer notre leadership en tant que locomotive dans la sous-région 

- Promouvoir les relations de bon voisinage

- Sauvegarder la paix à nos frontières

- Assumer notre leadership dans la Francophonie

- Réussir l’organisation du XIVe Sommet de la Francophonie de 2012 

- Apurer nos arriérés auprès des organisations internationales

- Apurer les arriérés de rémunérations dues aux diplomates

- Mettre à niveau de la diplomatie

- Réhabiliter le statut de diplomate

- Assurer la protection effective des Congolais à l’étranger

- Assurer le retour au pays des diplomates fin mandat

- Promouvoir la coopération bi- et multilatérale tous azimuts

3.1. Consolider la reconstruction
3.1.1. Poursuivre, raffermir et intensifier le programme des Cinq chantiers de la République

Santé

50. Engagements
- Renforcer la lutte contre les grandes endémies et les épidémies (la malaria, le choléra, la tuberculose et le VIH-Sida, etc.). 

- Renforcer les infrastructures et équipements sanitaires

- Renforcer la prise en charge des malades du VIH-SIDA

- Soutien à l’implantation des mutuelles de santé

- Relancer des dépôts centraux médico-pharmaceutiques

- Promouvoir la médecine et phannacopée traditionnelles

- Améliorer le taux vaccinal contre les maladies-cibles

- Renforcer la protection de la santé maternelle et infantile

- Améliorer l’accessibilité de la population aux soins de santé de qualité à des coûts abordables

- Subventionner les structures de santé

- Faciliter l’accès aux soins de santé primaire

Éducation
51. Engagements

- Renforcer les infrastructures et équipements scolaires et académiques

- Créer des écoles d’excellence

- Créer et renforcer les écoles et instituts techniques et professionnels

- Mettre en place les nouvelles structures de l’ESU adoptées aux États Généraux de l’Éducation et dans le cadre du Pacte de Modernisation de l’Enseignement Supérieur (PADEM) 

- Renforcer l’assurance-qualité

- Rendre effective la gratuité l’éducation fondamentale

- Doter les écoles de matériels didactiques

- Développer la carte scolaire et académique

- Relancer la Fondation Universitaire et améliorer la gestion des bourses universitaires

- Promouvoir l’équité et l’égalité des sexes

- Promouvoir la recherche scientifique et technologique

- Mettre en place un fonds pour la recherche scientifique et technologique

- Mettre en œuvre le statut particulier des professeurs d’Université

- Créer l’Académie Congolaise des Sciences, Lettres, Arts et Culture

Logement et habitat
52. Engagements

- Élaborer une loi pour promouvoir les investissements fonciers et immobiliers

- Créer une banque de l’habitat

- Promouvoir la construction des logements sociaux 

- Renforcer les plans d’aménagement urbain

- Mettre en œuvre la loi sur les baux à loyer

Eau, Énergie et Hydrocarbures
53. Engagements

- Mettre en place de l’Autorité de gestion de l’eau et d’électricité

- Poursuivre le programme de construction et de réhabilitation des barrages hydro-électriques 

- Améliorer la desserte en eau et en électricité 

- Apporter un appui au programme d’installation des énergies nouvelles et renouvelables

- Poursuivre et intensifier le programme d’électrification rurale 

- Poursuivre et intensifier le programme d’hydraulique rurale

- Poursuivre le programme de production de l’électricité à partir de la biomasse

- Finaliser l’exploration pétrolière

- Relancer de la raffinerie des produits pétroliers à Muanda

- Implanter de nouvelles raffineries pétrolières nationales (notamment en Ituri et dans le Nord-Kivu), 

- Finaliser le projet de production du gaz méthane

Emploi
54. Engagements

- Générer des emplois grâce à la mise en œuvre des cinq chantiers

- Encourager l’ONEM à l’identification et au reclassement des chômeurs et des sans-emploi

- Promouvoir les PMI et PME créatrices d’emplois

- Développer les activités susceptibles de générer des emplois

- Créer au moins 100.000 emplois par province 

- Rendre effectif le paiement du SMIG

Infrastructures
55. Engagements

- Poursuivre les travaux de réhabilitation et de modernisation des infrastructures dans le cadre des Cinq chantiers

- Moderniser les grandes agglomérations en assurant une longue espérance de vie aux routes 

- Finaliser le projet de construction du port en eaux profondes de Banana 

- Poursuivre le projet de réhabilitation des Infrastructures transport multimodal (aéroportuaire, fluvial, terrestre, aérien) 

- Maintenir les infrastructures en bon état par une politique d’entretien soutenu et régulier. 

SCPT/PTT
56. Engagements
- Poursuivre la couverture nationale en télécommunications

- Mettre en place le domaine officiel de la République Démocratique du Congo: «gouv.cd»

- Finaliser et rendre opérationnelle l’installation des points d’accès à la fibre otique

- Réhabiliter et moderniser les infrastructures traditionnelles de la SCPT

3.2.2. Économie
57. Engagements
- Intensifier les efforts de création de richesses afin de soutenir la croissance

- Transformer les ressources naturelles en richesses effectives

- Réhabiliter l’Institut National de Statistique

- Réhabiliter l’institut Géographique du Congo

- Maintenir la rigueur dans la gestion des finances publiques

- Promouvoir la création des institutions de micro-finance

- Mettre en application effective de la loi sur la TVA, du Code des douanes, loi sur les finances et les marchés publics

- Implanter de nouvelles industries

- Poursuivre les efforts d’amélioration du climat des affaires

- Renouveler l’outil de production dans les industries

- Encourager le redressement des entreprises existantes

- Renforcer l’appui

de l’ANAPI aux entreprises

- Promouvoir l’industrie de transformation

- Renforcer le contrôle des prix et services pour protéger le pouvoir d’achat

- Promouvoir le partenariat public-privé

- Remettre effectivement le petit commerce aux nationaux

- Inciter l’économie informelle dans l’économie formelle en milieu rural

Portefeuille
59. Engagements
- Poursuivre de la réforme du secteur du portefeuille

- Mettre en place de mécanismes de protection du patrimoine de l’État - Promouvoir la création d’entreprises d’économie mixte

- Étendre la libéralisation et veiller à la régulation de l’économie

Mines
60. Engagements
- Promouvoir l’industrie de transformation minière

- Lancer le programme de mise à jour de la carte géologique et minière

- Poursuivre la lutte contre l’exploitation illégale des ressources minières 

- Veiller à l’application rigoureuse du Code minier

- Installer des industries de transformation et de métallurgie

- Poursuivre la lutte contre l’exploitation illégale des ressources naturelles

Agriculture, Pêche et Élevage
60. Engagements
- Renforcer la mécanisation agricole

- Favoriser l’implantation la chaine du froid pour la conservation des produits de la pêche

- Favoriser l’implantation d’usines de production des engrais

- Favoriser l’implantation d’usines de transformation des produits agricoles

- Développer des fermes semencières

- Redynamiser la recherche agro-vétérinaire

- Renforcer l’encadrement des paysans par des agronomes

- Développer la pêche industrielle

- Renforcer le programme de pisciculture 

- Créer une banque de crédit agricole 

- Mettre en place des coopératives ou des comptoirs d’achat des produits agricoles

- Ouvrir et entretenir des routes de desserte agricole

Environnement
61. Engagements
- Appliquer effectivement le Code forestier en veillant à la protection et à la prise en charge des communautés locales

- Promouvoir l’accès au crédit-carbone

- Développer des programmes éducatifs en relation avec la protection de l’environnement 

- Mettre à jour de la cartographie forestière et des aires protégées 

- Promouvoir l’assainissement et l’hygiène publique

- Renforcer la lutte contre le braconnage

- Lutter contre l’insalubrité publique

- Prise en compte des cahiers de charge des communautés locales dans les zones d’exploitation forestière

- Encourager la création et l’entretien des parcs botaniques et zoologiques

- Faire appliquer les conventions internationales en matière d’environnement

- Consolider le processus de certification et de traçabilité du bois à l’exportation

3.2. Promouvoir le Bien-être Social

62. Engagements
- Endiguer la lutte pour la réduction de la pauvreté sous toutes ses formes - Assurer la qualité de la vie

- Mettre en application effective les statuts des personnels émargeant le budget de l’État

- Mettre en application le programme PRO-YEN pour l’emploi des jeunes

- Renforcer les mécanismes de sécurité sociale, y compris dans les secteurs informels

- Mettre en œuvre le partenariat entre l’État et les Confessions religieuses

- créer une agence nationale pour la réinsertion sociale

- Créer une chaîne d’orphelinat et d’écoles spécialisées pour enfants abandonnés

- Créer une chaine de maisons d’accueil pour les personnes de troisième âge

- Créer une structure de protection et d’encadrement de personnes vivant avec handicap

3.3.2. Médias

63. Engagements
- Renforcer l’éducation civique par les médias

- Rendre effective l’aide publique à la presse

- Poursuivre l’installation des émetteurs Radio-TV à travers le territoire national

- Promouvoir la liberté de la presse et la protection du droit à l’information 

3.3.3. Genre et famille

64. Engagements
- Mettre en œuvre le Fonds de la Promotion de la Femme pour les projets spécifiques de la femme

- Mettre en œuvre les dispositions sur la parité

- Mettre en œuvre les activités de l’AVIFEM et du FONAFEM 

- Promouvoir l’entrepreneuriat féminin

- Promouvoir l’autonomisation des femmes

- Veiller à la scolarisation des jeunes filles

- Promouvoir l’accès de la femme à l’emploi

3.3.4. Culture et tourisme

65. Engagements
- Promouvoir les infrastructures et l’industrie touristiques

- Aménager des sites touristiques

- Alléger les conditions d’entrée, de séjour et de circulation des touristes 

- Réhabiliter les lieux de culture

- Renforcer la promotion de la production artistique

- Elaborer la loi-cadre sur le tourisme

- Favoriser la mise en place une caisse de solidarité en faveur des artistes

3.3.5. Sports et loisirs

66. Engagements
- Poursuivre le programme des infrastructures sportives des cinq chantiers

- Promouvoir les écoles sportives

- Mettre en place un fond de promotion des activités sportives

- Renforcer le professionnalisme

- Mettre en place une caisse de solidarité en faveur des sportifs 

- Relancer l’organisation périodique des jeux congolais

- Garantir le soutien aux fédérations sportives

IV. POUR UN LEADERSHIP VISIONNAIRE
4.0. Notre feuille de route
Les exigences de l’agenda 2011-2016 sont telles que le PPRD doit renforcer davantage les capacités de ses cadres à exercer le pouvoir et à innover dans l’offre des services au peuple. Dans chaque secteur-clé, des indicateurs stratégiques doivent permettre d’évaluer les performances de notre parti et de ses membres en fonction de l’amélioration du niveau de vie de la population et de la protection de son bien-être. 

Ces indicateurs sont les premiers témoins des avancées dans le processus de reconstruction de l’homme, à travers un effort permanent, constant et sans cesse renouvelé de ]a promotion du bien-être communautaire. 

D’où l’importance de la qualité de la gouvernance politique, dont la Classe dirigeante doit être caractérisée essentiellement par: 

- la probité morale, le mérite, la compétence et la soumission à la loi; 

- une adhésion inconditionnelle à l’accès aux charges politiques par la voie pacifique, à travers un système de démocratie pluraliste; 

- la promotion de la cohésion nationale; 

- le sens de la gêne et de l’indignation face aux faits susceptibles de compromettre l’honneur ou de porter atteinte aux valeurs sociales et spirituelles. 

4.1. Missions pour le quinquennat 2011-2016
67. La reconstruction de l’homme et de son milieu de vie permettra de trancher avec le leadership charismatique de la première et de la deuxième Républiques. De 1960 à ce jour, les peuples et les nations ont évolué, le profil de Chef d’Etat a changé, et avec lui aussi s’est modifié le type de leadership politique. 

68. A l’indépendance, les leaders africains et congolais de la première génération furent avant tout des aristocrates traditionnels, nourris de la culture mythique et soucieux de s’assimiler aux aristocrates des anciennes métropoles. 

69. La deuxième génération fut celle des dictateurs, des Présidents chefs coutumiers, sous tutelle de parrains, jonglant avec une démocratie dite de conformité à l’africaine, s’accommodant d’une opposition de façade. 

70. Pour la prochaine mandature, le Président élu aura la responsabilité de mettre en œuvre le Programme d’action du PPRD, en ajustant harmonieusement trois piliers: 

- Fondement: Capitalisation des acquis de la paix, de l’unité et de la reconstruction 

- Processus: Une dynamique et un besoin de modernisation 

- Objectif: Assurer le bien-être social

4.2. Profil du candidat du PPRD à la présidentielle
71. Pour réaliser ces missions et répondre valablement aux attentes et préoccupations du peuple, le PPRD entend confier le pilotage de son programme d’action à un homme visionnaire. 

72. Seul un leadership relationnel, doublé d’une vision de grandeur et d’une volonté ardente, peut assurer le développement de l’expérience acquise et garantir la réalisation du Programme d’action du PPRD. 

Le chemin parcouru sous la conduite du Président Joseph KABILA montre que notre pays a été conduit avec responsabilité et compétence pour convaincre les politiciens friands de négociations à se soumettre au verdict des urnes, établir la démocratie et s’acheminer vers de nouvelles élections, stabiliser l’économie et rembourser les dettes au lieu de se contenter d’éternels rééchelonnements, transformer les ressources naturelles enfouies sous la terre en richesses visibles à travers des infrastructures remarquables, maintenir la paix avec les voisins et traquer les criminels. 

73. La nouvelle génération de Chef d’État, celle du 21e siècle et du Cinquantenaire, fait émerger un nouveau profil: engagement démocratique et républicain, redevabilité à l’égard du souverain primaire, indépendance d’esprit; dignité et responsabilité. 

Il s’agit d’un leadership fondé sur le déploiement des relations avec les groupes intéressés et les différentes parties prenantes. 

4.3. Option en faveur du Camarade Joseph KABILA KABANGE
74. Profil d’un candidat de la reconstruction pour le bien-être social

- Un homme de parole, capable de tenir les promesses faites au peuple 

- Un Chef à l’écoute du peuple

- Un Chef attaché à la paix, à l’unité et à la reconstruction du pays

- Un Chef soucieux de la sauvegarde de la souveraineté nationale

- Un Chef d’une grande intégrité morale

- Un Chef humble et digne, plein de vivacité, de fraicheur et de vigueur

4.4. Atouts du Camarade Joseph KABILA pour la présidentielle 2011
75. Aujourd’hui, seul le Camarade Joseph KABILA répond au profil requis pour la consolidation des acquis, la poursuite de l’œuvre de reconstruction en cours et la transformation des nouvelles richesses en bien-être social. Le Camarade Joseph KABILA a, à son actif, des atouts que nul autre politicien ne saurait présenter. 

76. Politique
Avoir assuré le passage en douceur de la longue tradition des crises de légitimité vers une nouvelle ère de gestion démocratique de la République. 

77. Économique
Avoir accompli la stabilisation et l’essor économiques, ainsi que l’assainissement des finances publiques, en réussissant notamment l’accès au mythique point d’achèvement. 

78. Social
Être résolument engagé pour la promotion du bien-être social des générations présentes et futures. 

79. Culture
Avoir reconstitué l’unité identitaire du Congolais au-delà des clivages géographiques et socio-politiques. 

Fait à Kinshasa, le 21 août 2011. 

 

 

LES CONGRESSISTES

Les commentaires sont fermés.