Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

10/09/2011

BELGIQUE : ICI CA VA BIEN MAIS LA AH !!!

Verso

  • Partager sur Twitter.
  • Partager sur Facebook.
  •  
  •  
  •  

Il frappe des personnes âgées après une collision de caddies

(06/09/2011)

 

© Olivier Pirard

Dans l'allée réservée aux étalages de pains, le prévenu qui poussait son caddie avait été heurté par le caddie d'une dame distraite

LIEGE Le parquet a requis mardi devant le tribunal correctionnel de Liège une peine de 100 heures de travail ou 8 mois de prison contre un quadragénaire liégeois poursuivi pour des faits de coups et blessures volontaires portés à deux sexagénaires. L'homme s'était emporté contre les victimes après une collision de caddies dans une grande surface. Les faits s'étaient déroulés le 27 décembre 2008 au Cora de Rocourt. Le magasin était bondé à cette période de l'année.

Dans l'allée réservée aux étalages de pains, le prévenu qui poussait son caddie avait été heurté par le caddie d'une dame distraite. L'homme s'était emporté et avait été grossier envers la dame et son mari.

Une altercation avait opposé ensuite les deux parties. Le prévenu avait poussé la dame sexagénaire dont la tête avait heurté le sol. Son mari qui voulait s'interposer avait reçu un coup de tête. Certains témoins avaient été interpellés par la violence des coups portés aux victimes.

Le prévenu s'est défendu en exposant qu'il était nerveux en raison d'un drame familial. Il a prétendu qu'il a répondu à une provocation lorsqu'il a frappé la dame sexagénaire, laquelle lui aurait envoyé une baguette de pain dans l'oeil après ses insultes.

Le prévenu a refusé l'opportunité d'une peine de travail. Il risque une peine de 8 mois de prison, sauf si le tribunal décide de faire droit à sa demande de suspension du prononcé.

Jugement le 4 octobre.

© La Dernière Heure 2011

Tentative de meurtre sur un policier d'Anderlecht

(05/09/2011)

 

L'incident a eu lieu lors d'une opération "sécurité"


BRUXELLES Un homme, qui tentait de se soustraire à un contrôle lors d'une opération "sécurité" menée par la zone de police Midi à Saint-Gilles et Anderlecht, a tenté, samedi, à Molenbeek, de percuter à deux reprises un inspecteur de police. C'est ce qu'a indiqué lundi le porte-parole du parquet de Bruxelles. Le suspect a été mis à la disposition du parquet. Les faits se sont produits, samedi à 18h30, lors d'une opération "sécurité" effectuée par la zone de police Midi. Le conducteur d'une VW Golf a tenté de se soustraire au dispositif de sécurité et a pris la fuite en direction de la chaussée de Mons.

Une patrouille de police s'est lancée à sa poursuite. La Golf a ensuite été bloquée par un grand nombre de voitures se trouvant aux feux du carrefour des boulevards Industriel et Paepsem. Des inspecteurs sont sortis de leur véhicule pour interpeller le suspect. Ce dernier a fait marche arrière, a percuté le véhicule de police et un inspecteur a été écrasé entre la porte et le véhicule.

Le conducteur a continué sa marche arrière et il a tenté une nouvelle fois de percuter un inspecteur qui a alors fait usage de son arme à deux reprises.
Le suspect, 20 ans, a terminé sa course boulevard Industriel, au niveau d'un terre-plein situé au milieu des bandes de circulation. Le suspect et son passager ont été interpellés. Le propriétaire de la Golf a porté plainte pour le vol de son véhicule.

© La Dernière Heure 2011

Verso

  • Partager sur Twitter.
  • Partager sur Facebook.
  •  
  •  
  •  

Une femme handicapée tue son père d'un coup de couteau à Couvin

(03/09/2011)

 

© Demoulin Bernard

Les faits se sont produits à la suite d'une dispute entre la jeune femme et sa maman

COUVIN Une femme de 31 ans, handicapée mentale, a porté un coup de couteau à la poitrine de son père, jeudi vers 15h. L'homme, âgé de 76 ans, est décédé sur le coup.

Les faits se sont produits dans une maison située rue du calvaire, à Couvin, à la suite d'une dispute entre la jeune femme et sa maman.

La fille s'est alors emparée d'un couteau et s'est dirigée vers sa mère afin de lui porter un coup. C'est finalement le père, en voulant s'interposer, qui a été victime du coup, touché en pleine poitrine, a expliqué le substitut du Procureur Serge Mottiaux.

La maman ainsi que sa soeur ont rapidement appelé les secours. Une fois sur place, le Samu a essayé de stabiliser le septuagénaire, en vain. Le médecin a confirmé que l'homme était décédé sur le coup.

Une autopsie du corps aura lieu dans les prochains jours.

L'auteur des faits est handicapée mentale. Elle séjourne en centre de jour et rentre chez elle les soirs et les week-ends. Son audition est actuellement en cours.

© La Dernière Heure 2011

Verso

  • Partager sur Twitter.
  • Partager sur Facebook.
  •  
  •  
  •  

Les commerçants du Risquons-Tout: "Créer une milice ou fuir"

(07/09/2011)

 

Lors de la dernière fête du quartier, les commerçants ont dormi dans le chapiteau, ils ont eu peur de voir débarquer les vandales durant la nuit


MOUSCRON Lundi, 17h30. Le quartier du Risquons-Tout semble encore calme. « Les rats sortiront bientôt de leurs trous », souffle M. Kortleven, commerçant dans le quartier depuis plus de 30 ans. Si les commerçants sont contents d’avoir une clientèle française à portée de main, ils maudissent la disparition des frontières. Depuis, le quartier est devenu le terrain de jeu des délinquants de la ZUP de la Bourgogne à Tourcoing.

Excédés, des commerçants énumèrent les multiples vols et agressions dont ils sont victimes depuis des mois. « Ce week-end, trois jeunes ont saccagé mon magasin », explique Francis Bucsan, le fleuriste. Les caméras installées dans la commerce ont filmé la scène. Ces trois jeunes, clairement identifiés par la police française, ont fait preuve d’une violence extrême. « J’ai rencontré une patrouille française. Ils savent que ces jeunes vivent dans la ZUP mais ils ne peuvent pas les interpeller sans une demande de la police belge. Ce n’est pas normal », râle Francis.

Du coup, Benoît Kortleven, le président du comité de quartier, a affiché les tronches des trois suspects sur des affiches distribuées dans les commerces du quartier. « Nous avons l’impression d’être abandonnés par les autorités politiques et policières. Et les réseaux inter-quartiers n’apportent pas, à notre sens, les résultats escomptés », dit-il, étonné de voir qu’aucune caméras de vidéosurveillance n’a été installée dans le quartier.

Francis Bucsan a même interpellé lui-même des jeunes qui tentaient de voler, une nouvelle fois, le vélo de son fils. « Ils ont été libérés par la police deux heures plus tard après avoir promis à leurs parents de ne plus recommencer», se lamente-t-il.

Le père de Benoît raconte même qu’il s’est fait tirer dessus. « Des gens, avec qui j’ai eu une altercation la veille dans mon commerce au sujet d’un prix, sont passés en voiture et m’ont tiré dessus. J’ai été blessé dans le dos. »
A l’instar de leurs collègues du Mont-à-Leux, dont les inquiétudes ont une nouvelle fois été relayées lundi au conseil communal par la conseillère Martine Vandenbroucke (MR), les commerçants en ont marre. Ils voient différentes issues : créer une milice ou fuir. « C’est peut-être ça le but. Des Pakistanais ne tarderaient pas à racheter nos commerces pour ouvrir des magasins de tabac », poursuit une commerçante.

Lors de la dernière fête du quartier, les commerçants ont dormi dans le chapiteau, ils ont eu peur de voir débarquer les vandales durant la nuit. L’incendie couve en bord de frontière. Il est temps de réagir.

Cédric Ketelair

© La Dernière Heure 2011

  • Partager sur Twitter.
  • Partager sur Facebook.
  •  
  •  
  •  

Oublier un instant son handicap

(10/09/2011)

 

L’ASBL Ensemble destine sa marche gourmande aux personnes handicapées

ORCQ Encadrer les personnes handicapées en leur donnant les clés pour surmonter leurs différences et s’intégrer dans la société, c’est l’objectif que poursuit l’ASBL Ensemble, basée à Orcq, qui a fêté l’an dernier ses dix années d’existence.

Accueillis dans une ancienne ferme entièrement rénovée, les vingt résidents évoluent dans une ambiance et un décor spécialement étudiés pour qu’ils évoluent dans un environnement serein et calme. “Les résidents passent la moitié de leur temps à l’extérieur : ils vont faire les courses chez les commerçants locaux, se rendent à la piscine, à l’hippothérapie ou dans un club sportif, confie Olivier Dupont, directeur et fondateur de l’ASBL. Tout cela dans une optique d’intégration, pour qu’ils comprennent que même différents, ils ont toute leur place dans la société.”

C’est dans cette optique que l’ASBL organise le jeudi 29 septembre une balade gourmande destinée aux personnes handicapées qui résident dans des institutions spécialisées.

“La plupart de ces institutions mettent ponctuellement sur pied des animations réservées aux personnes handicapées, en invitant les structures d’accueil à y participer. Après avoir accepté ces invitations pendant dix ans, nous avons éprouvé l’envie d’organiser à notre tour une activité, que nous voulions originale”, explique Kevin Burlet, le responsable pédagogique de l’ASBL. Après avoir mis leurs idées sur la table, les membres de l’équipe éducative ont finalement opté pour une balade gourmande.

Les participants pourront choisir l’un des trois circuits, allant de deux à six kilomètres, en fonction de leurs capacités physiques, et le plus court sera accessible aux voiturettes ”, détaille Kevin Burlet.

Plusieurs haltes sont prévues au cours de ces circuits, avec des dégustations et des animations gourmandes. Retrouver les ingrédients d’un potage, définir les épices utilisées pour un feuilleté, etc.

Les dégustations seront préparées par les élèves de la section hôtellerie de la Sainte-Union, tandis que les futurs éducateurs de cette même école encadreront les participants.

 

Sibylle Dekeyser

© La Dernière Heure 2011

  • Partager sur Twitter.
  • Partager sur Facebook.
  •  
  •  
  •  

Les maisons de repos en danger

(09/09/2011)

 

© CORALIE CARDON

Le rapport rendu par l’administration wallonne n’est pas brillant du tout

CELLES Le 13 septembre prochain, le bourgmestre de Celles, Daniel Lefebvre (PS), et le président du CPAS, Jacques Franck, sont convoqués au ministère de la Santé de la Région wallonne pour discuter le rapport rendu par les inspecteurs au sujet des deux maisons de repos.

Selon nos informations, le rapport rendu est accablant et les deux maisons de repos seraient clairement menacées de fermeture. Contacté, le bourgmestre de Celles confirme en partie ces informations. “Le rapport n’est en effet pas brillant mais on ne parle pas encore de fermeture, loin de là”, dit-il.

Les infractions seraient graves : manque d’hygiène, du personnel qui effectue des tâches à la place d’autres, sans les qualifications requises, etc. Des choses auxquelles le CPAS essaie de remédier. Mais au CPAS, le président est de plus en plus isolé. Il s’est même mis tout le conseil communal à dos quand il a présenté les comptes, il y a quelques jours.

Il a demandé aux conseillers communaux d’approuver un compte extraordinaire qu’il savait rempli de fautes. À l’unanimité, le conseil avait dit non à ce vote. À noter que l’an dernier, il manquait des pages.

Du coup, cette nouvelle tuile n’étonne plus personne. Au sein du CDH, le chef de file, Jean Delestrain, dit être vaguement au courant de ce rapport dans lequel tout, ou quasi-tout, est remis en question.

Selon nos informations, le bourgmestre et le président du CPAS vont demander à la tutelle de postposer la décision si fermeture il y a. En effet, c’est dans un an que la nouvelle maison de repos du CPAS devrait être prête à accueillir les pensionnaires.

Sur ce dossier-là, le président du CPAS n’a pas été non plus très clair et correct. On se souvient de la colère d’Annie Verfaillie (CDH) lors d’un conseil communal. Pour évincer un projet privé, le président avait usé de la ruse pour doubler tout le monde.

 

Cédric Ketelair

© La Dernière Heure 2011

12:21 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.