Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

10/09/2011

CONGO/KINSHASA : LA RELIGION DE TOUT ORDRE QU'ELLE SOIT EST A LA BASE DU DEVELOPPEMENT MENTAL DU CONGOLAIS DE SA PERTE DE CONSCIENCE EN TANT QU'HOMME CAPABLE, CREATEUR, PRODUCTEUR, INVENTEUR !

Des pasteurs de Dieu veulent être les élus des hommes


De nombreux pasteurs d'Eglises du Réveil veulent se présenter aux élections législatives du 28 novembre prochain en Rd Congo. Ils se prétendent investis d'une mission divine mais sont s urtout attirés par l'argent, comme les autres candidats, estiment de nombreux fidèles. A Béni, ils sont une cinquantaine engagés dans la course au mandat.

"Nous sommes tous des créatures de Dieu. Personne ne peut se prévaloir du privilège de parler seul au nom du peuple…", harangue un maître de chant, devant les chantres d’une chorale des jeunes. Cet acteur influent d’une Eglise du Réveil de Beni, ville au nord de Goma (Nord-Kivu), à l’est de la Rd Congo, sera candidat député provincial. Dans cette ville, les pasteurs sont nombreux à revendiquer un rôle politique et à se présenter à la députation au nom d'une mission divine. "La Bible nous considère comme le sel de la terre, explique-t-il, pour justifier son ambition. Car, lorsque le prophète Elysée est entré à Jéricho, il a trouvé que les eaux étaient souillées. Pour assainir ces eaux, il a pris du sel et est allé à la source. Voilà la vraie source pour sauver et défendre les intérêts du peuple.".
Une grande effervescence s’observe ainsi dans les Eglises du Réveil de la ville, alors que le dépôt des candidatures pour l’élection présidentielle et les législatives a débuté depuis le 17 août. Une cinquantaine de pasteurs n’ont presque plus le cœur à l’ouvrage dans leur mission de dire l’Evangile. Ils passent le plus clair de leur temps à séduire les électeurs, sans attendre le début de la campagne électorale. L’un d’eux, T.K., candidat député national, estime que la population a besoin d’hommes comme eux, qui peuvent mieux faire. "Lorsque je considère tous les cours que j’ai eus à l’école primaire, au secondaire et à l’université, je n’ai pas trouvé un cours sur l’amour du prochain, argumente-t-il. Je l’ai trouvé dans la Bible. C’est pourquoi je demande aux fidèles de me soutenir parce que quand il y a l’amour, il y a le progrès, le bien-être et le bon partage du gâteau…"

Mission divine ?

Durant la dernière législature (2006-2011), une poignée de pasteurs avaient déjà tenté leur chance à la députation nationale, et certains avaient réussi à se faire élire. Ils doivent avoir donné le goût de faire de la politique à nombre de leurs collègues. Souvent courtisés par des politiciens traditionnels qui les comblent de cadeaux à l’approche de chaque élection pour gagner les voix des fidèles de leurs Eglises, ils croient aujourd’hui leur heure arrivée. Certains prétendent même être investis d’une mission divine. "J’avais prophétisé certaines choses concernant la construction de notre chapelle. J’avais dit, je le répète : votre pasteur est l’objet du choix de Dieu…, il est bel et bien le futur député capable de défendre les intérêts de ses électeurs parmi les politiciens", déclarait récemment Jules Paluku, devant les fidèles de son Eglise.
Ces pasteurs veulent que “les justes se multiplient”, qu’ils soient nombreux dans la sphère de prise des décisions. Mais ils ne sont pas les seuls à nourrir de telles ambitions. Des animateurs d’associations et des Ong de développement organisent aussi des réunions, dans le but d’amadouer les électeurs. Etienne Kakule témoigne qu’ils ont reçu, dans leur mutualité des jeunes, 15 futurs candidats en l’espace d’un mois. "L’un d’eux nous a remis des stylos et des calendriers sur lesquels sont gravées ses photos", dit-il. Des candidats qui promettent des chaises, des uniformes ou de faire légaliser les statuts des associations, souvent difficiles à obtenir…

"Attirés par l’argent facile…"

Mais la bataille électorale sera rude. Car à Beni, qui compte 500 mille habitants, seule la moitié de la population s’est fait enrôler. La ville n’aura que deux sièges à l’Assemblée nationale, et huit sièges pour le reste du territoire de Beni. Courtisés, les électeurs sont assez critiques sur les nouvelles ambitions des pasteurs. Certains, mêmes au sein de leurs Eglises, parlent d’opportunisme politique et estiment qu’ils se détournent de leur mission. "Ils sont attirés par l’argent facile, pas pour l’intérêt du peuple", accuse un fidèle sous couvert de l’anonymat.
L’Eglise catholique qui, à l’approche de chaque scrutin, donne généralement comme consigne à ses fidèles de voter en "âme et conscience", a lancé cette année un appel en faveur des élections apaisées en Rd Congo. "La mission des Eglises dans la marche de la démocratie, c’est notamment d’interpeller les consciences par des messages de paix, synonyme de développement", a rappelé l’abbé Léonard Santedi, secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo.



Jacques Kikumi
Kinshasa, 9/09/2011 (Syfia Grands Lacs, via mediacongo.net)

01:15 Publié dans Passions | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.