Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

16/09/2011

CONGO/KINSHASA : MINERAIS ET ACTUALITE ! LISEZ AÏE !

Mines : La Gécamines veut revisiter ses contrats de partenariat afin de relancer ses exportations


La Générale des Carrières et des Mines (Gécamines) va investir $930 millions pour redevenir un grand producteur du cuivre et du cobalt. A cet effet, la société étatique va lancer des audits de ses sociétés créées en joint-venture pour aider à soulever des fonds, a déclaré le Président du Conseil d'Administration de la Gécamines, M. Albert Yuma.
Le projet risque néanmoins d’entrainer l’ancienne grosse société minière, créée par le Maréchal  Mobutu Sese Seko après l'indépendance en 1960, sur la voie d’un conflit ouvert avec ses partenaires de joint-ventures comme Freeport McMoRan, Glencore (propriétaire de Katanga Mining) et ENRC, au sujet du montant de la contribution à payer.
 «Toutes les conditions (de l'audit) seront soumises à nos partenaires de façon transparente», a affirmé M. Albert Yuma mercredi lors d’une interview donnée à l’Agence de presse « Reuters ».
«Tout ce que nous désirons, c'est nous assuré que la Gécamines obtienne ses rétributions lors de l'exécution des contrats de joint-venture, ainsi que dans le financement des investissements et la vente de minerais, » a-t-il dit.

La Gécamines, qui croule sous $1,6 milliard de dette par suite de plusieurs années de corruption et de mauvaise gestion, vise à accroître sa production propre et n’a aucune intention de signer d’autres accords de partenariat avec des entreprises étrangères, a déclaré le PCA.
La société va investir $ 690 millions en cinq ans pour moderniser ses équipements et effectuer de la prospection sur de nouveaux sites miniers, le restant sera utilisé pour réduire ses effectifs et pour restructurer ses dettes, a-t-il soutenu. «L'objectif étant d'arriver, d'ici 10 ans, à une production de 150 000 à 160 000 T [de cuivre par an], » expliquait M. Yuma, ajoutant que l'année dernière la société a produit environ 18 000 T de cuivre.
Certains fonds seront levés grâce à l’audit des 30 partenariats que possèdent la Gécamines avec des sociétés internationales, qui, selon le PCA, ont quasiment rien payé à la Gécamines, parce qu'ils disent opérer à perte ou ne produisant pas.
«Je comprends que les partenaires étrangers ont investi et doivent avoir le temps de récupérer leurs investissements. Cela est compréhensible; mais [pendant] ce temps, plus il est long, plus la Gécamines se meure à petit feu », a-t-il déploré.
M. Yuma, qui fut nommé PCA depuis l’année dernière suite à la révocation de l’ancienne administration déficitaire, a déclaré qu’un appel d’offre avait été lancé pour trouver un cabinet international qui effectuerait l’audit.

 

NOUVELLES MINES

Après l’audit, les partenaires seront également invités à avancer des fonds sur base d’estimation de leurs bénéfices de production pour aider à financer l'effort d'investissement de la Gécamines, a révélé M. Yuma.
Dans le plan de réduction drastique de la dette de la société, le gouvernement se verra imputer autour de $1 milliard de la dette ; particulièrement ce que la Gécamines doit à d’autres entreprises. 
La Gécamines pourra alors renégocier son passif restant avec ses créanciers et les banques, a déclaré l’actuel PCA.

La Gécamines était jadis l'une des sociétés minières les plus importantes d'Afrique qui produisait environ 470 000 T de cuivre à son apogée dans les années 1980.
M. Yuma croit que la prospection de nouveaux sites miniers est la clé pour augmenter la production de la société et que celle-ci pourrait détenir des réserves d’environ 4 millions de tonnes; ce qui doit encore   se vérifier.
La compagnie dépense actuellement $72 millions en prospection, en se concentrant notamment dans la région située entre Kolwezi et Likasi en province du Katanga.
Toute découverte future sera exclusivement exploitée par la Gécamines, ce qui signifie que d’avantage de revenus vont rester en RD Congo, a déclaré M. Yuma.
«Si vous prenez l’image actuelle de la Gécamines, vous remarquerez que la situation est pire que lorsque la décision avait été prise de la diviser et de distribuer les mines à des partenaires étrangers ... [Les joint-ventures] ne sont pas bonnes et elles ne sauraient être l'avenir de la Gécamines », a-t-il affirmé.

La société vise également à se rationaliser en réduisant de moitié ses effectifs à 6 000 personnes au cours des trois prochaines années et en se retirant de toutes les activités sortant du domaine minier.
La Gécamines va continuer à vendre des participations dans ses joint-ventures actuelles si elles sont jugées «non stratégiques», a avancé Yuma.
M. Yuma a également déclaré que la compagnie, qui a été transformée en une entreprise privée au début de l'année, n'est pas tenue par les règles de transparence imposées par la Banque mondiale et le FMI.

Source : Reuters
 http://www.miningweekly.com/article/drcs-gecamines-to-aud...
Traduit de l'anglais par KD pour mediacongo.net


Kinshasa, 16/09/2011 (Miningweekly / MCN, via mediacongo.net)

Les commentaires sont fermés.