Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

13/10/2011

CONGO/KINSHASA : QUI A RENCONTRE QUI ET QUI N'A PAS RENCONTRE QUI ? ET QUI QUE QUI ?

Mise au point de Tharcisse Loseke Nembalemba : La rencontre de Washington entre Tshisekedi et Kamerhe n’a pas eu lieu.
(Le Potentiel 13/10/2011)


Contrairement à ce qui se raconte dans une certaine presse, la rencontre prévue le jeudi 06 octobre 2011 à 10 heures entre Etienne Tshisekedi et Vital Kamerhe n’a pas eu lieu tout simplement parce que Monsieur Vital Kamerhe n’était pas au rendez-vous. Cette rencontre tant attendue par une importante partie de l’opinion congolaise était un 3ème rendez-vous manqué après Bruxelles et Montréal. Vital Kamerhe aurait eu un « agenda fort chargé » en Afrique.

Du coup Monsieur Etienne Tshisekedi en a profité pour prendre une journée de détente à Washington ce jeudi: une grasse matinée, un petit déjeuner sobre, une marche de 5 km le long de Potomac River et du tourisme dans les environs de Washington.

Mais interrogé sur ce qu’il en est d’une éventuelle autre rencontre avec Vital Kamerhe, la réponse de Monsieur Etienne Tshisekedi est directe et sans équivoque « je recevrai absolument Monsieur Vital Kamerhe à sa meilleure convenance, cette fois en RD Congo étant donné que la semaine prochaine j’entamerai la tournée de sensibilisation de mon parti l’UDPS à l’Est de la RDC. L’idéal serait après cette tournée pour évaluer la santé de mon parti, l’UDPS dans cette partie de la RDC ». Et d’ajouter « j’ai reçu beaucoup de pressions de tout le monde : mon entourage familial, mes amis, les diplomates, plusieurs acteurs politiques congolais et personnalités politiques étrangères. Pour cette raison je dois le rencontrer pour ne pas donner l’impression de l’éviter alors que j’ai entamé des contacts avec tous les candidats à la Présidence de la RD Congo en vue d’un compromis pour un candidat commun de l’opposition ». A ce propos, toute la famille politique de Monsieur Tshisekedi s’abstient de tout commentaire sur l’absence de Monsieur Kamerhe à Washington où il a pourtant dépêché certains membres de son parti, l’UNC.

Pour Etienne Tshisekedi, la discussion entre lui et les autres candidats présidentiables doit tourner autour du programme commun du gouvernement qu’il est en train de soumettre à tous les candidats à la présidence en vue de gouverner ensemble après le scrutin du 28 novembre 2011. Ce programme commun est une version revue et corrigée de celui de la Conférence nationale souveraine (CNS) et spécialement adapté aux priorités du moment en RDC. Une sorte de « Plan Marshall » pour reconstruire la RD Congo.

De toute évidence, Etienne Tshisekedi ne se retirera pas parce qu’il a été désigné et formellement investi par le « groupe de Fatima » alors que le « groupe de Sultani » s’en est sorti avec un « programme dit commun » qui ne fait pas l’unanimité entre ses membres. Bien plus, ce « groupe de Sultani » ne compte pas moins de quatre candidats à la présidence de la République. Quoi de plus normal pour Monsieur Etienne Tshisekedi que d’adopter une posture de véritable candidat rassembleur.

Actuellement, la question fondamentale à J-52 est celle de savoir si certains candidats sont prêts à se retirer de la course en faveur de « Tshitshi » et, par conséquent, adhérer à l’esprit de Fatima. Vital Kamerhe est-il prêt à se désister moyennant un accord politique ? Rien n’est moins sûr dans la mesure où cette décision grave l’obligerait à battre immédiatement campagne en faveur de « TSHITSHI ». Ce qui ne serait pas l’avis de sa base. Le dilemme est total.

En principe, pour chacun des candidats à la présidence de la République, le fait de se maintenir jusqu’aux élections est toujours un pari risqué. Chacun doit évaluer au préalable ses chances de gagner les présidentielles. L’échec serait suicidaire et pourquoi pas une mort politique ?

A 52 jours du scrutin, presque tous les candidats affichent leur optimisme débordant et aucun candidat n’est prêt à décrocher. Entre-temps, les sondages se multiplient et dans leur quasi-totalité trois candidats émergent du lot (Tshisekedi, Kabila et Kamerhe). Selon certaines sources diplomatiques à Washington, l’électorat de l’Est serait fort disputé entre 3 candidats précités.

Pour Monsieur Tshisekedi, le partage des responsabilités est totalement exclu avant le scrutin car le poids politique au lendemain du 28 novembre 2011 serait l’unique paramètre objectif pour ce partage. Le Premier ministre sera désigné par le parti politique ou le regroupement politique majoritaire à l’Assemblée nationale. Un gouvernement d’union nationale ? C’est possible mais avec ceux qui se seront retirés avant la campagne électorale.

Tharcisse Loseke Nembalemba

Washington, DC

 

© Copyright Le Potentiel

Visiter le site de: Le Potentiel  

Les commentaires sont fermés.