Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

24/10/2011

LIBYE/OTAN : ET SI LA MORT DU GUIDE MAMOUAR KADHAFI N’ETAIT QU’UNE MISE EN SCENE ?

ET SI LA MORT DU GUIDE MAMOUAR KADHAFI N’ETAIT QU’UNE MISE EN SCENE ?

Autrement dit une mise en scène susceptible de permettre à l’organisation criminelle OTAN d’y sortir, enfin une façon de dire, la tête haute du bourbier libyen. Qu’est-ce qui permettrait d’envisager une telle sottise, sil en était une ? C’est tout d’abord, au-delà des images qu’on nous a montrées, j’y reviendrai dans un moment, l’Occident nous a déjà assez menti comme ça que chez des hommes et des femmes éclairés, réfléchis, critiques, ils ne pourront qu’après cédé à l’émotion, l’angoisse, la souffrance, la colère des lendemains de la triste nouvelle de l’assassinat du guide vert, s’y reprendre pour essayer de comprendre ce qu’il s’était vraiment passé.

Faisant partie de cette catégorie d’hommes et de femmes réfléchis et critiques, il m’est aujourd’hui dans l’impossibilité de croire à la version médiatique occidentale donnant pour mort le Colonel, le Guide éclairé Kadhafi. Car, oui l’Occident nous déjà a menti dans le passé lorsqu’il a fait flotter, mieux prétendu faire flotter, sur la surface lunaire sans vent ni air le drapeau américain amené là-bas par les astronautes d’Apollo XI. Car, oui l’Occident nous a déjà menti lors des soi-disant attentats du 11 septembre 2001, car, non pas deux tours qui s’écroulèrent, mais au contraire trois tours ce jour-là même (le troisième s’étant, comme les deux jumelles, écroulée sur elle-même), ce qui laisse dire aux spécialistes en explosifs, qu’il s’agissait, non pas des avions qui auraient percuté les tours, mais plutôt des explosifs déposés sous les trois immeubles qui les auraient comme cela fait exploser, mieux, retomber sur elles-mêmes. Car, oui, l’Occident nous a menti sur la soi-disant élimination physique d’Oussama Ben Laden le terroriste le plus ringard et le plus mégalomane de l’histoire. A la question pourquoi le corps de l’ennemi public numéro un ne nous fût-il pas montré ? La maison Blanche championne toute catégorie du terrorisme d’Etat nous répondit que c’était pour ne pas choquer la sensibilité arabo-musulmane, et qu’il leur valut mieux le donner aux requins de la Floride, plutôt, donc, que de nous montrer le corps de ce fou furieux. Très bien. Sauf que, et comme je le dis au moment entendu, pareille retenue n’a jamais fait partie des bonnes manières ni des Etats-Unis d’Amérique, ni de l’homme blanc tout court lorsqu’il s’agit de régler les comptes à ceux et celles qui s’étaient opposés à eux, ou à lui.

C’est ainsi que le corps de Ernersto Che Guevara fût exposé pendant trois jours, puant sous une chaleur horrible et macabre dans une bourgade de Bolivie le 10/10/1967 pour qu’enfin ceux qui en doutaient encore le voient. Car exhiber le corps de l’ennemi pour eux les Etasuniens, c’est comme montrer un trophée de guerre. Il en fût pareil du colombien Pablo Escobar le dealer number one dont ils confisquèrent le corps, sans doute, jusqu’aujourd’hui. Pareil aussi pour Abbu Moussab Sarkawi allié à Ben Laden en Irak et qui fit perdre des milliers d’hommes à l’armée américaine ; après son assassinat, son corps fut transporté aux Etats-Unis, malgré les supplications de la famille, où il y repose encore normalement. A moins qu’il ait 2T2 bouffé par les membres de la précédente administration qui lui en voulaient à mort ? Et des exemples pourront être multipliés à volonté, mais je n’en citerai que ceux-ci.

La question devient maintenant simple : pourquoi la gêne de ne pas montrer ni l’assaut contre la cache de Ben Laden ni son corps dans une banlieue d’Islamabad/Pakistan n’était pas observée pour le corps de Kadhafi ? Est-ce à dire que celui-ci suscitait plus de haine chez l’homme blanc que Oussama Ben Laden qui a défié Washington et, donc, l’ensemble du monde occidental ? Kadhafi reste et restera qu’on l’accepte ou non l’homme qui a de son vivant, tout en finançant d’un côté les mouvements palestiniens contre Israël et le monde occidental, et d’un autre côté les combats de libération en Afrique noire et en Afrique du Sud contre le régime d’apartheid en particulier, combattu les islamistes. Ceux avec lesquels, ironie du sort, mais pour des raisons mercantilistes et consuméristes, l’Occident vient de s’allier.

La population de Syrte, de Mistrata plus particulièrement était descendue hier en masse pour aller voir exposer le corps du guide dans la chambre froide de la place. Mais il était quasi impossible de l’y voir. On ne peut empêcher dans l’état des spéculations diverses d’y prendre langue. Voici un témoignage parmi tant d’autres que j’ai pu récolter sur Internet : « Libye: dépouille de Kadhafi exposée au public, rumeurs d'autopsie et doutes sur le transfert de sa dépouille(Xinhuanet 23/10/2011) MISRATA/TRIPOLI (Libye), 23 octobre (Xinhua) -- De sombres doutes s'abattent sur la Libye samedi, en raison d'un manque de consensus sur la manière de gérer le cadavre de l'ancien dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, alors que le pays s'apprête à annoncer sa "libération" et ensuite son leadership par intérim. Des centaines d'habitants à Misrata, à quelque 200 km de la capitale Tripoli, ont souhaité samedi voir la dépouille de l'homme ayant gouverné leur pays durant les quatre dernières décennies. Devant la porte et faisant la queue en dehors du marché al-Tunsy, à l'ouest de Misrata, de petits groupes se pressent, téléphones portables à la main, attendant l'autorisation d'entrer dans la chambre froide où sont placées les dépouilles de Kadhafi et de son fils Moatassem. Deux jours après la mort de Kadhafi et malgré les traditions de l'Islam, la date d'enterrement de Kadhafi reste inconnue. La mort du dirigeant déchu laisse perplexe le CNT, qui, non seulement n'a pas encore décidé des lieux et circonstances de son enterrement, mais aussi s'interroge sur la Libye post-Kadhafi et la reconstruction nationale. Tard samedi, la BBC, citant une source du ministère libyen des Affaires étrangères intérimaire, a rapporté qu'una autopsie avait été pratiquée sur la dépouille de Kadhafi, qui serait remise plus tard à ses proches. Cependant, des informations contradictoires circulent toujours, une source du CNT à Misrata ayant déclaré à Xinhua samedi soir qu'il n'y avait toujours pas de plan concret au sein de la direction du CNT sur la remise du cadavre de Kadhafi. Cette source, sous couvert d'anonymat, a également nié une autopsie médico-légale, soulignant que le corps se trouvait toujours dans une chambre froide à Misrata. Selon un membre du CNT, qui a préféré garder l'anonymat, le corps de Kadhafi sera enterré dans un lieu tenu secret et ne sera pas remis à sa famille. Toujours samedi, un membre du CNT a soulevé des doutes sur les circonstances exactes de la mort de Kadhafi. "Kadhafi a été clairement capturé et il devrait y avoir une enquête" sur sa mort, a déclaré Waheed Burshan, cité par la chaîne de télévision Al-Jazira basée à Qatar. "Y-avaient-ils des combats lors du transfert de la dépouille vers Misrata ? Nous ne le savons pas. Mais il y avait certainement un écart de temps et je suis sûr qu'une enquête aura lieu", at-il ajouté. Ces propos, en contradiction avec ceux tenus par le chef du comité exécutif du CNT Mahmoud Jibril, qui selon lui Kadhafi aurait été tué dans une fusillade, interviennent un jour après l'appel de l'ONU à l'ouverture d'enquêtes approfondies sur la mort de Kadhafi. Parallèlement, M. Jibril a déclaré samedi que les autorités libyennes devraient être autorisées à former un gouvernement intérimaire après l'élection du Congrès national dans huit mois. "Après le vote sur le Congrès national, nous allons commencer à rédiger une Constitution et ensuite formerons un gouvernement par intérim pour gérer les affaires d'Etat en attendant l'élection présidentielle", a déclaré M. Jibril lors du Forum économique mondial tenu en Jordanie. Actuellement, la restauration de la stabilité et de l'ordre, la collecte des armes et le processus de réconciliation nationale sont les priorités du CNT, a ajouté M. Jibril. La mort de Kadhafi et le retrait des forces de l'OTAN, attendu fin octobre, laisseront une période de vide du pouvoir en Libye, faisant monter les préoccupations quant aux affrontements entre différents groupes ethniques. Selon des sources émanant du Niger, des troubles sont déjà survenus samedi après les informations selon lesquelles Abdallah al-Senoussi, ex-chef des renseignements, se réfugierait dans l'extrême nord du Niger. Bazoum Mohamed, ministre d'Etat nigérien chargé des Affaires étrangères et de la Coopération, a déclaré samedi matin à une radio étrangère qu'il avait appris les informations selon lesquelles Senoussi a été apercu dans la zone à la frontière entre l'Algérie et la Libye. "Le gouvernement nigérien ne trouverait en rien gênant de se conformer aux obligations internationales, en lui remettant à Interpol si jamais il est arrêté sur son territoire national". © Copyright Xinhuanet

Visiter le site de: Xinhuanet » (Fait de citation).

En attendant, et dans l’hypothèse où effectivement il aurait trouvé la mort le jeudi 20/10/2011 dans les conditions inhumaines que nous avons tous vues, rien ne m’empêche en ce moment de reconnaître que le feu Mamouar Kadhafi mon leader anti-colonialiste, anti-esclavagiste, anti-impérialiste, anti-hégémoniste a rencontré la mort comme tous les martyrs qui ont dit NON aux criminels occidentaux. Comme tous les pauvres révolutionnaires qui ont refusé le diktat machiavélique occidental, son pays et son peuple ont été envahis sous l’initiative de la France à la tête de laquelle il y a deux repris de justice que sont Alain Jupé ministre des Affaires étrangères et Bernard Longuet ministre de la défense. L’intervention en Libye était composée et de la seule initiative des forces néo-colonialistes, esclavagistes, impérialistes, capitalistes au service de l’OTAN et de l’ONU (Ban-Ki-MON secrétaire général en tête). L’objectif de cette intervention, je ne le dirai jamais assez, n’était pas pour des raisons politiques, mais au contraire économiques. Il fallait endetter la Libye, puiser eux-mêmes son pétrole. Et pour ce faire y placer des pantins voire des marionnettes, exactement comme il y a dix ans jour pour jour en Irak du Raïs Saddam Hussein assassiné par pendaison dans des conditions ostentatoires de la part d’un Occident pourtant qui se prétend chrétien et dépositaire de la seule culture respectueuse des droits de l’homme, et donc de la vie.

Si Kadhafi était bel et bien mort ce jour-là, force est de constater que le guide vert est parti au Paradis en ce moment même. Et il est parti comme un homme et un vrai. Car il est tombé l’arme à la main. Quoi que la presse sous la botte du Mossad et de la CIA veuillent nous faire croire qu’il était en train de fuir. Fuir où, lui qui était chez lui à Syrte, et que les forces spéciales françaises, israéliennes, et surtout américaines traquaient sans relâche depuis la chute de Tripoli. Il était question qu’il parte au Venezuela chez son ami Hugo Chavez, au pays de Nelson Mandela, au Niger, en Algérie, en Guinée Equatoriale, etc. Si il voulait fuir, il y serait depuis longtemps parti dans l’un ou l’autre pays. Mais il est resté chez lui pour mourir en martyr de la cause des opprimés du monde entier.

L’Occident n’y comprendra jamais le sens de l’honneur et de la dignité qu’habite le peuple arabe d’une manière générale. Car, une fois de plus - excepté les mafieux sans âme qu’ont été Ben Ali et Moubarak – les dirigeants arabes acceptent, volontiers, la mort d’où qu’elle vienne. Ils ne sont pas non plus comme les dirigeants afro-noirs, qui une fois défaits, se cachent, demandent asile, et font allégeance aux oppresseurs occidentaux, dont la barbarie, on l’a vu hier et entendu tant dans les médias écrits, oraux que visuels, n’a aucune limite, ni aucune retenue, ni encore moins raison gardée.

Lorsqu’il s’agit de nommer la cause blanche, l’Occident peut trouver normal de faire tirer sur une ambulance, de frapper un cadavre, de refroidir un adversaire qui n’a plus aucun moyen de défense. Alors où est-il Hegel le philosophe allemand le plus controversé de l’histoire de la philosophie qui, dans sa « Raison dans l’histoire », présentât le Noir comme un anhistorique au nom des arguments indécents tels l’amoralité, la sauvagerie nègres ? Où est-il passé cet Occident détenteur de l’exclusivité des droits de l’homme, de la vie contre la mort ? Comment cet Occidental-là qui nous a maintes fois prouvé qu’il avait l’imagination créatrice la plus fertile au monde peut-il entraîner, et ce depuis la nuit des temps, son peuple dans le déni de la vie lorsqu’il s’agit des autres peuples ? Et de son affirmation (celle de la vie donc) lorsque des terroristes (soi-disant, même si je n’ai jamais encouragé le terrorisme à cause de l’amalgame qu’il porte, car on tue uniquement dans le but de se faire remarquer, mieux, de se faire voir, alors que leurs vrais ennemis couraient toujours) s’en prenaient à la vie de ses paisibles citoyens ? En conséquence, et comme à chaque cause il y a une action bonne ou mauvaise, c’est bien là la propension, et il faut que ça cesse bien entendu, qu’ont les peuples du Sud à encourager, à se féliciter, voire à applaudir des actes terroristes qui frappent les Occidentaux. Parce qu’ils se disent, hélas, que c’est sans doute le seul langage qu’ils comprenaient.

Comment, se disent certains, rester muets, sans réagir, lorsque cet Occident, sous le couvert de la loi du plus fort est toujours la meilleure, celle du loup et de l’agneau De La Fontaine, mène sans coup férir des combats partout où il a des intérêts miniers, économiques, technologiques à sauvegarder ? Pour d’autres, à la tête d’un génocide le plus alarmant du vingtième siècle – celui du peuple juif, l’Occident n’a cesse de tuer l’humanité un peu partout, et sans jamais y être puni, militent pour que lui aussi soit concerné par les résolutions des Nations Unies.

En attendant, alors que le corps du colonel Kadhafi, selon le rite musulman aurait dû être enterré au lendemain de sa mort (comme on l’a fait avec Saddam Hussein après sa pendaison par les mollahs irakiens et de la région, avec Oussama Bin Landen dans l’estomac des requins de la côte sud ouest des USA de Floride), eh bien il attend toujours dans la chambre froide, et où aucun habitant ne l’a vu. Sauf, bien entendu, ceux qui disent ou prétendent l’avoir tué.

Et quand ont sait que certaines rumeurs disent que pour échapper à Sony mon frère, idole et ami Michaël Jackson s’était évadé, et donc ne serait jamais mort …

 

Antoine-Dover OSONGO-LUKADI

 

 

ADOL’CHE

« Esta muerte mais que si ahora siempre »

Les commentaires sont fermés.