Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

29/11/2011

CONGO/KINSHASA : LA RTBF PARLE DES ELECTONS AISEES ET SATISFAISANTES N'EST-CE PAS ?

Lundi, 28 Novembre 2011 02:42   
Novembre 2011 02:42    PDF Imprimer Envoyer
Bilan de la fusillade du 26 novembre à Kinshasa: 27 morts et 40 blessés graves

A Kinshasa, la Police a tiré à balles réelles sur les partisans de l’opposition. Le premier bilan fait état de 10 morts et de 40 blessés graves selon les sources hospitalières et la Radio Okapi. L’UNC de Vital Kamerhe porte le bilan à 27 morts et de plusieurs blessés. Le régime sortant ne parle que de trois morts. La réalité est certainement plus grave que ces trois estimations.  

La vidéo ci-dessous démontre quel genre de police on a en R.D.Congo, une police qui tire à balles réelles sur des civils non armés .  

Cliquez sur le lien suivant : Massacre du samedi 26 novembre 2011 à Kinshasa par la Police 

Entretemps, après sa campagne autour du thème de la restauration de l'Etat de droit en RDC, le candidat-Président Etienne Tshisekedi était séquestré à l’aéroport de Ndjili par la Police pendant plus de 8 heures sous l’œil de Bisengimana, patron a.i. de la Police Nationale Congolaise. 

Tshisekedisequestreakin000

Etienne Tshisekedi wa Mulumba coincé par la Police commandée par Bisengima en personne à l’aéroport international de NDJILI/Kinshasa

Cette violence de la police est un signe que le régime en place veut intimider l’opposition congolaise ainsi que leurs électeurs. 

Ceux qui avaient prédit que Joseph Kabila se préparait à gagner les élections ( ou érections selon nos voisins) non pas dans les urnes mais par les armes, avaient donc raison. 

Les policiers qui n’ont jamais été en mesure d’arrêter un seul FDLR, LRA, ADF/NALU, etc. se sont mis à l’œuvre contre les partisans de l’opposition congolaise. Les armes qui n’ont jamais été utilisé pour sécuriser les frontières congolaises pour lutter contre l’immigration clandestine, sont utilisées contre la population congolaise. 

Le message du régime de Joseph Kabila est donc très clair. Il n’est pas prêt pour la démocratie car il sait qu’il a perdu la confiance du peuple congolais. Sans les armes, il ne peut régner sur la R.D.Congo. 

L’autre révélation du massacre du 26 novembre 2011 à Kinshasa est que la communauté internationale soutient la dictature en RDC. En dépit de l’usage excessif de la force de l’Etat, des bureaux de vote fictifs, des bulletins déjà cochés pour Joseph Kabila, etc., cette communauté dite internationale appelle les congolais à accepter les résultats des urnes et se refuse de condamner le massacre de Kinshasa. 

Après la longue transition démocratique congolaise, les congolais peuvent maintenant conclure que la démocratie congolais est orpheline, elle n’a pas d’amis au niveau international. La voie de la démocratie électorale est entrain d’échouer en R.D.Congo. 

D’où la question de savoir ce qu’il faudra faire si la volonté du peuple congolais n’est pas respectée lors du scrutin de ce lundi 28 novembre 2011. 

Le peuple congolais serait obligé de reprendre son rôle de souverain primaire. Il devrait se débarrasser de toute dictature d’où qu’elle vienne et cela par les moyens appropriés et nécessaires. En attendant ce moment de la victoire du peuple congolais, surveillons chacun la CENI et ses observateurs. 

Edgar Kahindo

Butembo

©Beni-Lubero Online

Dimanche, 27 Novembre 2011 20:10    PDF Imprimer Envoyer
Elections: Le Centre de Mabuku reçoit 150 bulletins de vote pour 52306 enrôlés

Le casse-tête électoral que d’aucuns appellent tout simplement fraude électorale continue de révéler toutes ses facettes au point qu’on se demande pourquoi la CENI a menti aux congolais en disant qu’elle était prête pour organiser le scrutin de demain Lundi 28 novembre 2011.

Après la découverte des bureaux fictifs, des bulletins de vote déjà cochés pour Joseph Kabila, la limitation du nombre d’observateurs par candidat député national à 50, les présidents des bureaux de vote ainsi que les électeurs ne sont pas encore au bout de leurs peines. 

Pour exemple, nous citons le cas du Centre de Vote 22668 de l’Ecole Primaire Mabuku, Chefferie des Bashu, Circonscription électorale de Beni-Territoire en Province du Nord-Kivu. Selon le Président du Centre Electoral de Mabuku, Mr Musabingo Musavuli, les membres de son bureau ont vu atterrir dans leur bureau ce dimanche vers 10h00 un petit paquet de bulletins de vote pour la députation nationale. Ils ont tout de suite demandé au dispatcheur de la CENI s’il s’agissait d’une lettre de transmission du matériel ou des bulletins de vote. Le dispatcheur a répondu que selon ce qui est écrit sur le paquet, il s’agissait bien des bulletins de vote.

MABUKU-CENTRE00_copy

         Centre de Mabuku,Chefferie des Bashu en Territoire de Beni

Les membres du bureau ainsi que les témoins des candidats présents ont tout de suite senti que quelque chose n’allait pas. Pour un centre comprenant 14 bureaux de vote avec 52306 enrôlés depuis la fusion des centres de Mabingi et de Kyavisogho avec Mabuku, le paquet était trop petit pour contenir le nombre des bulletins de vote requis. A l’unanimité, la décision a été prise d’ouvrir le paquet pour en vérifier le contenu en présence du dispatcheur de la CENI. Au bout du compte, le paquet contenait 150 bulletins de vote. Pris de panique et sous les menaces des témoins des candidats qui ont crié à la fraude, le président du Centre Mabuku a pris la décision d’aller d’urgence au Centre de Liaison de Beni pour réclamer d’autres bulletins de vote. 

Parti de Mabuku vers 16h00, la moto du Président du Centre Mabuku est tombée en panne à Mataba, à une vingtaine de kilomètres de Beni. Depuis lors, on a plus de ses nouvelles car son téléphone est soit déchargé soit en dehors du périmètre. Une chose est vraie : Le président du Centre Mabuku n’est pas arrivé au centre de liaison de la CENI en temps pour savoir s’il y a un surplus des bulletins de vote pour Mabuku. 

A quelques 9 heures de l’ouverture des bureaux de vote, le président du Centre Mabuku est absent de son Centre d’Élections qui n’a que 150 bulletins de vote pour 52306 enrôlés. Que va-t-il se passer sachant que le scrutin ne durera qu’un seul jour ? Dans les camps des candidats qui ont fait une campagne électorale porte à porte dans cette contrée pour éduquer leurs électeurs sur le rendez-vous de demain, c’est la panique et la consternation. Les efforts démocratiques de la base risquent ainsi une fois de plus d'être déçues par la cavalerie d’une CENI partiale, politisée, et à la solde du candidat des grandes puissances. 

A part ce problème, plusieurs électeurs de Mabingi, Kyavisogho, Mabuku n’ont pas trouvé leurs noms sur les listes déjà affichées à Mabuku. Une circulaire de la CENI demande à ces oubliés de listes électorales de voter par dérogation dans le bureau le plus proche de chez eux sur présentation de leurs cartes d’électeurs. 

Avec la fusion des Centres de Mabingi et de Kyavisogho avec Mabuku, les électeurs de Mabingi et de Kyavisogho devraient parcourir 22 à 26 km pour voter à Mabuku. Certains sont déjà arrivés ce soir dans la cité de Mabuku pour accomplir leur devoir envers la patrie. Mais s’il n’y a que 150 bulletins de vote, ils auront perdu leur temps, à moins que la CENI ne trouve une autre solution magique cette nuit. Un lien semble se faire entre les bureaux de vote fictifs et les bulletins de vote qui circuleraient depuis quelques jours entre les mains de certaines personnes, notamment les retournés et leurs semblables congolais. Dossier à suivre ! 

Les oubliés des listes électorales se retrouvent partout. A Goma, certains électeurs enrôlés à Goma ont appris par leurs membres de famille que leurs noms se trouvent sur les listes d’un bureau de vote de la Commune Mulekera à Beni. D’autres habitants de Goma se trouveraient sur les listes électorales de Masisi. Même si la CENI a résolu ce problème en demandant aux oubliés ou transférés de voter dans le bureau proche de chez eux, il faudrait qu’elle explique l’origine de cet embouteillage des listes électorales. La CENI ne peut pas mettre ce désordre sur le compte des erreurs de saisie. Il s’agit sans aucun doute des erreurs du serveur électoral que la CENI n’avait pas voulu auditer sur demande de l’opposition politique congolaise. Ainsi donc, même après les élections de demain 28 novembre 2011, l’audit du fichier électoral s’impose avant toute validation des résultats. 

Edgar Mateso

Mabuku

©Beni-Lubero Online

Dimanche, 27 Novembre 2011 20:10    PDF Imprimer Envoyer
Elections: Le Centre de Mabuku reçoit 150 bulletins de vote pour 52306 enrôlés

Le casse-tête électoral que d’aucuns appellent tout simplement fraude électorale continue de révéler toutes ses facettes au point qu’on se demande pourquoi la CENI a menti aux congolais en disant qu’elle était prête pour organiser le scrutin de demain Lundi 28 novembre 2011.

Après la découverte des bureaux fictifs, des bulletins de vote déjà cochés pour Joseph Kabila, la limitation du nombre d’observateurs par candidat député national à 50, les présidents des bureaux de vote ainsi que les électeurs ne sont pas encore au bout de leurs peines. 

Pour exemple, nous citons le cas du Centre de Vote 22668 de l’Ecole Primaire Mabuku, Chefferie des Bashu, Circonscription électorale de Beni-Territoire en Province du Nord-Kivu. Selon le Président du Centre Electoral de Mabuku, Mr Musabingo Musavuli, les membres de son bureau ont vu atterrir dans leur bureau ce dimanche vers 10h00 un petit paquet de bulletins de vote pour la députation nationale. Ils ont tout de suite demandé au dispatcheur de la CENI s’il s’agissait d’une lettre de transmission du matériel ou des bulletins de vote. Le dispatcheur a répondu que selon ce qui est écrit sur le paquet, il s’agissait bien des bulletins de vote.

MABUKU-CENTRE00_copy

         Centre de Mabuku,Chefferie des Bashu en Territoire de Beni

Les membres du bureau ainsi que les témoins des candidats présents ont tout de suite senti que quelque chose n’allait pas. Pour un centre comprenant 14 bureaux de vote avec 52306 enrôlés depuis la fusion des centres de Mabingi et de Kyavisogho avec Mabuku, le paquet était trop petit pour contenir le nombre des bulletins de vote requis. A l’unanimité, la décision a été prise d’ouvrir le paquet pour en vérifier le contenu en présence du dispatcheur de la CENI. Au bout du compte, le paquet contenait 150 bulletins de vote. Pris de panique et sous les menaces des témoins des candidats qui ont crié à la fraude, le président du Centre Mabuku a pris la décision d’aller d’urgence au Centre de Liaison de Beni pour réclamer d’autres bulletins de vote. 

Parti de Mabuku vers 16h00, la moto du Président du Centre Mabuku est tombée en panne à Mataba, à une vingtaine de kilomètres de Beni. Depuis lors, on a plus de ses nouvelles car son téléphone est soit déchargé soit en dehors du périmètre. Une chose est vraie : Le président du Centre Mabuku n’est pas arrivé au centre de liaison de la CENI en temps pour savoir s’il y a un surplus des bulletins de vote pour Mabuku. 

A quelques 9 heures de l’ouverture des bureaux de vote, le président du Centre Mabuku est absent de son Centre d’Élections qui n’a que 150 bulletins de vote pour 52306 enrôlés. Que va-t-il se passer sachant que le scrutin ne durera qu’un seul jour ? Dans les camps des candidats qui ont fait une campagne électorale porte à porte dans cette contrée pour éduquer leurs électeurs sur le rendez-vous de demain, c’est la panique et la consternation. Les efforts démocratiques de la base risquent ainsi une fois de plus d'être déçues par la cavalerie d’une CENI partiale, politisée, et à la solde du candidat des grandes puissances. 

A part ce problème, plusieurs électeurs de Mabingi, Kyavisogho, Mabuku n’ont pas trouvé leurs noms sur les listes déjà affichées à Mabuku. Une circulaire de la CENI demande à ces oubliés de listes électorales de voter par dérogation dans le bureau le plus proche de chez eux sur présentation de leurs cartes d’électeurs. 

Avec la fusion des Centres de Mabingi et de Kyavisogho avec Mabuku, les électeurs de Mabingi et de Kyavisogho devraient parcourir 22 à 26 km pour voter à Mabuku. Certains sont déjà arrivés ce soir dans la cité de Mabuku pour accomplir leur devoir envers la patrie. Mais s’il n’y a que 150 bulletins de vote, ils auront perdu leur temps, à moins que la CENI ne trouve une autre solution magique cette nuit. Un lien semble se faire entre les bureaux de vote fictifs et les bulletins de vote qui circuleraient depuis quelques jours entre les mains de certaines personnes, notamment les retournés et leurs semblables congolais. Dossier à suivre ! 

Les oubliés des listes électorales se retrouvent partout. A Goma, certains électeurs enrôlés à Goma ont appris par leurs membres de famille que leurs noms se trouvent sur les listes d’un bureau de vote de la Commune Mulekera à Beni. D’autres habitants de Goma se trouveraient sur les listes électorales de Masisi. Même si la CENI a résolu ce problème en demandant aux oubliés ou transférés de voter dans le bureau proche de chez eux, il faudrait qu’elle explique l’origine de cet embouteillage des listes électorales. La CENI ne peut pas mettre ce désordre sur le compte des erreurs de saisie. Il s’agit sans aucun doute des erreurs du serveur électoral que la CENI n’avait pas voulu auditer sur demande de l’opposition politique congolaise. Ainsi donc, même après les élections de demain 28 novembre 2011, l’audit du fichier électoral s’impose avant toute validation des résultats. 

Edgar Mateso

Mabuku

©Beni-Lubero Online

Les commentaires sont fermés.