Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

30/11/2011

CONGO/KINSHASA : QUAND PERE DES ENFANTS VUGB O FILS DE L'AUTRE EGRATIGNE JOSEPH KABILA ET SES SBIRES QUI N'EXISTAIENT PAS, EUX, SOUS MOBUTU SESE SEKO LE DICTATEUR DE KAWELE

 

Kabila et ses sbires croyaient que le Congo étaient leurs produits

Masquer les détails

Corps du message



Kabila et ses sbires croyaient que le Congo étaient leurs produits

Par Henri Paul Vungbo, mercredi 30 novembre 2011, 10:14
 
 

Mes frères et  amis,

 

Prenez un peu de votre temps pour lire cette analyse d'un fils d'Afrique. Qu'est ce que l'occident a apporté à l'Afrique les années de colonisations et celles d'après la décolonisation ?

 

Seulement le maintien du continent sous sa pesante joug avec pour lots: misère, prédation, guerres, divisions, corruption des dirigeants qu'il promeut (pour ses intérêts) et déchoit à sa guise quand il n'est plus utile.

Ah! Si les intello Africains comprenaient ce jeu du malin pour refuser toutes tentatives et séductions de l'occident pour le dresser contre ses frères, l'Afrique pourrait éviter beaucoup de choses qui créent conflits et servent les intérêts de ses bureaux de toujours. Lisez, lisez et relisez cette analyse géniale.

 

C'est ce type d’intellectuel dont l'Afrique a besoin pour son relèvement et non seulement les matières premières du sol et sous sol.

L'un des mécanismes pour confier un mandat en démocratie est l'élection.

L'élection en démocratie suppose une concurrence entre diverses candidatures, programmes, visions.

 

Des éléments indispensables pour une vraie démocratie

Chaque pays a un système démocratique adopté à sa propre histoire. Il y a cependant, certains éléments de base qui caractérisent les systèmes démocratiques dits modernes. Quels sont ces éléments ?

Kabila et ses sbires croyaient que le Congo étaient leurs produits, mais les peuples ont compris qu’il faut mettre fin à tous ses ingrats gouvernant comme des :  « Léviathan » et le 28 novembre 2011 est une date de l’histoire et du grand changement pour un congo nouveau.

Pour affirmer qu'un système politique est démocratique, il faut tenir compte de plusieurs éléments :

 

  1. L'existence de plusieurs partis politiques
 
C'est une condition nécessaire mais pas toujours suffisante pour avoir un régime démocratique. Cette condition est nécessaire parce que sans l'existence de plusieurs partis politiques, il n'y a pas de place pour les échanges constructifs d'idées et le contrôle effectif de la gestion de l'Etat par la population.
Mais cette condition n'est pas suffisante car, il peut y avoir plusieurs partis politiques sans que ceux-ci aient un pouvoir ou un poids réel sur la gestion de l'Etat. En effet, le pouvoir peut appartenir à un parti tellement dominant et puissant, qu'il n'y a pas de place pour une réelle participation des autres partis politiques.
 
  1. La liberté de la presse et de l'information  
    Elle est aussi nécessaire pour que les différentes idées puissent  s'exprimer. Elle est indispensable pour que les citoyens puissent être réellement informés des problèmes sociaux, économiques et politiques. Elle leur permet de demander des comptes à leurs gouvernants et d'assurer ainsi un certain contrôle de la gestion de l'Etat.  
    Mais la multiplication des journaux de différentes tendances politiques n'est pas toujours une condition suffisante pour garantir la liberté d'expression et d'information des citoyens. Il faut encore que le gouvernement n'empêche pas les idées et les points de vue des gens de paraître et de s'exprimer dans ces journaux; il faut que les taxes et les impôts ne puissent pas empêcher le développement d'une presse indépendante du pouvoir. Il faut aussi que les journalistes soient bien formés et que les lecteurs soient capables d'analyser les informations qu'on leur fournit.
 
  1. La liberté d'organisation
 
Cette liberté d'organisation ne concerne pas seulement les partis politiques. Elle concerne aussi les associations, les coopératives, les syndicats . . . C'est dans ces organisations que les citoyens peuvent faire l'expérience de la démocratie, à condition que ces organisations aient un type de fonctionnement démocratique. Elles constituent avec les partis une force qui peut s'opposer au pouvoir excessif de l'Etat. Elles empêchent l'Etat d'imposer son pouvoir dans tous les secteurs de la vie sociale.
 
 
  1. L'organisation à intervalles réguliers, d'élections libres  
    Les élections permettent aux citoyens de choisir les personnes qui les représenteront. C'est une des formes de participation des citoyens aux prises de décisions et au contrôle de la gestion de l'Etat.  
    Pour cela, les élections doivent être des élections au scrutin secret, c'est-à-dire que le choix de chaque citoyen est tenu secret. Le gouvernement légitime est celui qui est élu à intervalles réguliers par la majorité des citoyens qui ont participé aux élections. Les gouvernements battus aux élections doivent accepter de quitter le pouvoir et de laisser la nouvelle majorité gouverner le pays. L'alternance du pouvoir est un bon signe de démocratie.
  1. La séparation des pouvoirs
 
  1. 1  Le pouvoir législatif ou l'Assemblée Nationale doit être indépendant du pouvoir exécutif. Le pouvoir législatif doit pouvoir contrôler effectivement le gouvernement. Il doit pouvoir le remplacer au cas où il ne gère pas bien les affaires de l'Etat.
  2. 2 Cela suppose non seulement l'existence de plusieurs partis politiques mais également un équilibre entre les partis en présence. Si un des partis est dominant, l'Assemblée Nationale ne peut pas contrôler effectivement le pouvoir exécutif.
  3. 3 Le pouvoir judiciaire doit être séparé du pouvoir législatif et du pouvoir exécutif. l'Etat doit assurer aux juges les conditions matérielles nécessaires et des garanties suffisantes pour leur permettre de bien exercer leurs fonctions. Ainsi ils peuvent accomplir leur mission en toute indépendance sans craindre pour leur travail ou même pour leur vie à cause des jugements qu'ils rendent.
 
 
  1. La séparation de l’Etat et des institutions religieuses
L'Etat doit être un Etat laïque, c'est-à-dire qu'il ne doit pas être sous l'autorité d'une religion. Mais cette séparation ne doit pas être comprise en termes de conflits entre l'Etat et les institutions religieuses. Il s’agit au contraire d'organiser la coexistence entre l'Etat et toutes les croyances. L'Etat ne doit pas faire de distinction entre les croyants et les non croyants, il ne doit pas établir de différence entre les religions.
 
  1. 1 La séparation de l’Etat et des partis politiques
L’Etat doit se placer au-dessus des partis politiques.
Ses moyens ne doivent pas être détournés au profit du parti au pouvoir. Les ministres qui exercent des responsabilités dans un parti ne doivent pas utiliser les biens de l’Etat pour financer ou organiser les activités de leur parti.
Les gouvernants doivent apprendre à distinguer entre leurs responsabilités d'hommes d’Etat et celles de membres de partis politiques. Cela est souvent difficile à réaliser. L’existence et l'application de lois sur l’utilisation des biens de l’Etat et des collectivités publiques pourraient, par exemple, aider les gouvernants à s'habituer à faire ces distinctions indispensables.
 
Henri Paul Vungbo
Bruxelles
Citoyen du monde
   
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 


 
 



site de rencontres 100% gratuit :  www.cheriamoi.com
(tchat en direct, messenger, blogs, horoscope...)



 
 

Les commentaires sont fermés.