Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

26/12/2011

CONGO/KINSHASA : D'APRES UN COURRIER QUI NOUS EST PARVENU UN HOMME S'EN PREND A MOSENGWO QU'IL TRAITE DE VIEILLOT

A Son Excellence Laurent Mosengwo Pasinya,
Monseigneur le Cardinal
Archevêché  Catholique
Kinshasa /RDC
 
 
Concerne : Le Bon Berger.
 
 
Excellence Monseigneur le Cardinal,
 
C'est avec déférence que je m'adresse à vous ce jour comme l’un des fidèles catholique paît par vous et le Conseil Episcopale du Congo.
 J'étais encore jeune et j'avais exactement 18 ans d'âge quand en 1991, l'Eglise catholique nous avait invités à marcher un certain dimanche 16 février après la messe du matin pour protester contre la fermeture, par le feu président Mobutu, de la conférence nationale souveraine que vous présidiez.
A cette occasion, l’armée de Mobutu, comme celle de Kabila aujourd'hui,  avait tiré à bout portant sur les chrétiens comme celle de Kabila tire aujourd'hui sur la population civile. Il y eut des morts dont un ami pour qui le souvenir n'a jamais quitté ma mémoire d'homme qui habitait dans la commune de Ngaliema au quartier Ozone (UPECKO) sur l'avenue Kasongolunda.  Ces morts survinrent juste parce que le peuple demandait un peu plus de considération et de changement dans la gouvernance du pays.
A la réouverture de cette conférence et suite aux manipulations et blocages du clan Mobutu, vous nous aviez amené dans un autre schéma celui de la « troisième voie » qui devait éviter des troubles au Zaïre et projeter le futur dans un environnement de paix et de compromis.
 
Monseigneur le Cardinal, je pense que vingt ans plus tard, vous vous êtes rendu compte de ce qu’en voulant éviter à tout prix la confrontation et en essayant de gérer la situation autrement, vous n'avez fait que contribuer à  retarder l'éclatement de la bombe et à faire perdurer la misère de vos brebis que nous sommes jusqu' à notre dépersonnalisation.
Avec du recul, nombreux se seraient rendus compte de la nécessité qu’il ya de fois d'affronter la réalité de l'histoire, faire face au destin et payer le prix comme le feu Monseigneur Kataliko, archevêque de Bukavu.
 
Aujourd'hui, vingt ans plus tard, Dieu a fait qu'un autre rendez-vous très important se passe sous votre nez pendant que vous avez la lourde responsabilité de paitre les brebis de son Eglise.
Cher Monseigneur le Cardinal, sauriez-vous cette fois-ci affronter la réalité de l'histoire pour la paix et le bonheur futurs de vos brebis?
Etes-vous en paix Monseigneur le cardinal dans la gestion d'une église qui prend en charge le social de ses brebis alors que ce sont les brebis qui devraient prendre en charge l'église?
Etes-vous en paix Monseigneur le cardinal quand depuis lundi 05 décembre dernier vos brebis sont à la maison sans électricité et sans savoir ce qui se passe dans leur pays et doivent se référer aux compatriotes à l’étranger pour avoir l’information ?   
Sauriez-vous cette fois-ci, Monseigneur Cardinal,  refusé de retarder la réalité plutôt que de l'affronter?
 
Monseigneur le cardinal, la réalité des choses finit toujours par nous rattraper, ce n'est pas une leçon à vous faire.
 
De partout, particulièrement à l’Est de Kinshasa, à  Lubumbashi, à  Kananga et Mbuji mayi des compatriotes sont sous des coups de balles en ce moment où je vous écris ; les mêmes balles qui ont tué depuis des décennies.
 
Monseigneur le Cardinal, quand je vous ai connu à la conférence nationale souveraine, vous étiez encore plus jeune que ce que j'ai vu aujourd'hui à la télévision. Vous avez gardé votre timbre vocal mais votre physique trahi des signes de l'avancement en âge. Quel héritage nous laisseriez-vous?
 
Il n’ya pas un seul pays au monde où l’on ne trouve pas des jeunes congolais. Que cherchons-nous partout dans tous ces pays, Monseigneur le Cardinal, le cardinal ? Le bien-être ! Ce bien-être que nous ne pouvons pas accéder dans votre pays alors que c’est bien de notre pays que cela vient en matières premières.
 
Le feu Cardinal Malula, le fossoyeur de l'Eglise catholique congolaise, du rite africain de notre église et de l'habillement africain de nos religieuses, nous a appris, nous les jeunes catholiques, les « bilenge ya mwinda » à « dire la vérité à  temps et à contre temps ».
Nous avons été mis au parfum des rapports d’observation de l’Union européenne et du centre carter mais qu’ils ne veulent pas rendre publics sur instructions de leurs gouvernements respectifs et estimant qu’il est de la responsabilité des congolais de parler de la vérité de leur élection.
 
Vous avez eu, Monseigneur le Cardinal, le plus grand nombre d'observateurs électoraux sur l'ensemble de la République, Sauriez-vous, cette fois-ci, nous dire la vérité de ce qui s'est passé dans ces élections?
 
Que Dieu vous bénisse tous.
 
Kabanda Wa Kabasela
« Dressons nos fronts longtemps courbés et pour de bon, prenons le plus bel élan dans la paix ».

Corps du message

A mes chers compatriotes.
 
La CENI vient de publier les résultats de l’élection présidentielle de 2011 en République Démocratique du Congo.
Ces résultat n’est ni moins ni plus ce auquel nous nous attendions tous depuis le début de ce processus et qui consacre la victoire du président sortant Joseph Kabila.
 
Que cela ne nous décourage pas. Il doit au contraire s’agir d’un stimulant à la protection de notre vote que personne ne doit nous voler. Ce vote pour lequel des compatriotes sont morts et continue de mourir.
 
Cette annonce des résultats constitue pour nous la clé qui ouvre la porte à la révolution citoyenne pour la libération de notre chère nation des mains impérialistes.
 
Prenons d’assaut les rues, de jour comme de nuit, et marchons sur le Palais de la Nation. Donnons le meilleur de nous-mêmes et dans quelques jours l’intimidation et la peur vont changer de camp.
 
Jeune et vieux, hommes et femmes, enfants, mineurs et adultes ;
Chrétiens, musulmans, animistes et bouddhistes ;
Fonctionnaires, étudiants, entrepreneurs, indépendants ;
Pasteurs, prêtres, marabouts, spiritualistes ;
Tous, l’heure a sonné : Engageons-nous avec responsabilité, dignité, courage et audace dans cette ultime bataille de la libération de notre nation des mains impérialistes.
 
Il n’ya jamais eu meilleure armée pour une nation que son peuple. Faisons notre part et le monde libre viendra à notre secours. Bannissons la peur, l’ennemi numéro 1 de notre libération.
 
Agissons tous ensemble comme si nous allons tous mourir ce soir et libérons-nous de l’impérialisme.
 
Compatriotes de la diaspora. L’heure est venue de marcher définitivement sur nos ambassades et nommer de nouveaux représentants du citoyen congolais. Votre lutte et votre participation dans ce sens sont cruciales et constituent un atout et un soutien majeurs pour le peuple du front à l’intérieur du pays.
 
Nous ne serrions plus jamais en paix et cette revolution vivra jusqu'à ce que la nation soit libère de l’impérialisme.
 
Que votre cœur seul soit votre juge face à votre attitude à la nation, à la mère patrie.
 
Seule l’action va désormais nous libérer !
 
Où que nous soyons, rendons ingouvernable la République : Chassez les chefs de territoires, chassez les bourgmestres, chassez les administrateurs de territoires ;
Chassez les mineurs des mines de cuivre, coltan, or…Faites la guerre aux trafiquants illégaux de nos matières précieuses, saboter les avions, les véhicules et les trains qui transportent ces matières hors de nos frontières nationales.
 
Battons-nous chers compatriotes pour la dignité et la paix des générations futures.
 
Que Dieu bénisse et protège la République Démocratique du Congo.
 
« Tozali Peuple » elingi koloba : Bokonzi ya peuple, ewuti na Peuple mpo na Peuple
« Tozali Peuple » elingi koloba : To koteka lisusu bokonzi na biso na mbongo te
« Tozali Peuple » elingi koloba : To kopona bakambi oyo bakoki ko kamba mboka mpo na bolamu ya Peuple
« Tozali Peuple » elingi koloba : To kopona bakambi oyo bakoki ko kamba mboka ekende liboso
« Tozali Peuple » elingi koloba: To telema ti na suka ya maponami, to kotika moto te akamba mboka na makasi to mpe na mayuya
« Tozali Peuple » elingi koloba: Biso nde bakonzi ya mboka mpe bakolo mabele. Tozali na liloba ya suka                                    
 
Kabanda Wa Kabasela
« Dressons nos fronts longtemps courbés et pour de bon, prenons le plus bel élan dans la paix ».

Corps du message

                                                                                         TOZALI PEUPLE : LA PATRIE ou LA MORT
(Faites-en une large diffusion pour l’amour du Congo)
 
Cher(e) compatriote,
 
L’heure du choix ultime est enfin arrivée.
L’heure d’où le sentiment de la révolte ronge inéluctablement les cœurs.
L’heure est venu d’où la peur et l’intimidation doivent changent de camp.
 
Cher(e) compatriote,
 
Le monde entier nous regarde, l’Afrique noire nous observe. Tenons bon le flambeau de la révolution jusqu'à la victoire finale.
 
Dire à l’un des candidats aux élections présidentielles de donner un mot d’autre aux citoyens congolais pour arrêter leur mouvement de contestation est une injure de plus au peuple que nous sommes et, une preuve de plus de notre déconsidération par l communauté impérialiste internationale. C’est nier au peuple congolais sa personnalité en tant que peuple souverain.
 
Cher(e) compatriote,
 
Nous sommes, depuis des années, entrain de payer un impôt sur tout achat fait en tant que consommateur congolais ; impôt dénommé « Effort de guerre ». Cet argent ne sert qu’à enrichir les gouvernants criminels qui achètent les armes avec notre impôt pour nous tuer.
 
L’heure du vrai « effort de guerre » est venue, l’effort de guerre qui ne demande pas votre argent mais vos mains et celles de vos filles et fils; les mains de vos frères et sœurs.
 
NE REGARDONS PAS EN ARRIERE, ALLONS DE L’AVANT
 
Dans quelques heures, la CENI va proclamer la victoire fraudeuse du président sortant Joseph Kabila ; nous sommes tous d’avis qu’elle est frauduleuse à cause de tous les indices en amont et de preuves de la tricherie en aval contre laquelle plusieurs tentatives ont été stoppées par nous en tant que peuple.
 
Cependant, cet élan de responsabilité citoyenne dont nous avons fait preuve, n’a pas dissuadé le gouvernement en place et ses complices de la communauté internationale d’arrêter leur plan d’un holdup électoral et de faire justice au peuple congolais. Par contre, nous sommes intimidés et menacés chaque jour qui passe au vu et au su de tout le monde.
 
Les medias internationaux dans leur ensemble nous ont mis sous embargo et ne parlent pas ou très peu de la situation dramatique dans laquelle nous nous retrouvons par la volonté de certains individus.
 
Nos compatriotes vivant à l’étranger qui essaient d’élever la voix pour nous soutenir sont menacés et emprisonnés alors que quand dans des situations similaires entreprises par les ressortissants d’autres pays, ils ont été soutenus par les medias et les gouvernements occidentaux. Pourquoi alors cette injustice.
 
Cher(e) compatriotes,
 
Notre sort est entre nos mains et avec l’aide de Dieu, nous vaincrons
 
NE REGARDONS PAS EN ARRIERE, ALLONS DE L’AVANT.
 
Bravons la peur et affrontons la milice de Kabila pour notre dignité en tant que peuple.
 
Notre destination, notre objectif doit être la prise du Palais de la Nation.
La prise de ce Palais constitue le symbole de notre victoire finale et de notre libération pour laquelle de nombreux compatriotes sont morts.
 
Luc 9 : 62 dit :
 
« Quiconque met la main à charrue, puis regarde en arrière, n’est pas fait pour le royaume de Dieu ».
 
Cher(e) compatriote, en nous engageant dans cette lutte, nous avons mis notre main à la charrue. Nous l’avons fait avec courage, honneur, dignité et responsabilité parce que nous voulons un changement positif et qualitatif dans notre pays. Nous l’avons fait parce que nous rêvons d’un Congo meilleur, riche et prospère. Un Congo où il fait bon vivre et où nos enfants pourront réaliser leur rêve et ambition. Nous sommes faits pour ce Congo meilleur, riche et prospère. Ce Congo où il fait bon vivre qui est notre royaume ; ne regardons donc pas en arrière vaillants combattants. Ne cédons pas à fatalité car la victoire est certaine et entre nos mains.
 
La maison RDC brule et a besoin de tes mains pour éteindre le feu. Si nous n’agissons pas collectivement et immédiatement, le feu continuera à s’étendre et nous périrons tous progressivement. Nous vous l’avions dit il ya quelque mois.
 
Il ya dans la vie de chaque peuple, des moments où seuls le COURAGE et l’AUDACE se doivent de guider son ACTION pour la reconquête de sa DIGNITE et de ses DROITS.
 
Cher(e) compatriote,
Nous devons faire preuve de courage et de l’audace pour nous attaquer au feu qui brule la maison RDC.
Utilisons tout ce que nous avons en mains, tout ce que nous pouvons trouver autour de nous pour éteindre ce feu. Nous n’avons pas de leçon à vous donner à ce sujet car vous savez ce que vous avez à faire : Chaque jour qui passe, dans un coin de Kinshasa, par manque de service anti-incendie organisé et le manque permanent de courant qui pousse à l’utilisation permanente des bougies, se déclenche un incendie contre lequel nous nous mobilisons à maitriser avant l’arrivée des sapeurs pompiers qui arrivent toujours tard. Regardons bien autour de nous, nous trouverons ce dont nous avons besoin pour éteindre le feu et définitivement.
 
Cher(e) compatriote, ce que nous recherchons, nous le cherchons pour le meilleur de notre nation. Nous le devons à la mémoire de nos pères de l’indépendance qui rêvaient d’un Congo indépendant, libre, meilleur et prospère. Nous le devons à nos enfants qui rêvent d’un bien être collectif qui n’arrive pas. Nous le devons aux générations futures pour qu’elles ne subissent pas les mépris et humiliations que nous subissons moralement, matériellement et physiquement chaque jour sur la terre de nos ancêtres.
 
«  Si, à cause de la tricherie, nous ne pouvons pas obtenir ce que nous voulons en usant de notre droit légal de porter au pouvoir, de manière démocratique, transparente et crédible, les dirigeants politiques de notre choix, nous devons nous tenir prêt d’user de notre droit révolutionnaire légitime de renverser tout pouvoir qui s’élèverait au-dessus de nous par la force et le défi ». Il n’ya jamais eu dans l’histoire du monde un gouvernement plus fort qu’un peuple décidé et déterminé. Regardons autour de nous des exemples pullulent dans le monde arabe.
Je ne doute pas un seul instant que les souffrances endurées ensemble pendant les clinquantes dernières années nous aient suffisamment préparés à ne pas laisser passer cette occasion pour poser les bases républicaines de cinquante années avenir. Je ne doute pas que nous soyons aujourd’hui un peuple capable de surprendre et digne de confiance.
Mobilisons-nous en tant que Peuple et Nation ! La victoire est certaine.
 
 
Que Dieu bénisse et protège la République Démocratique du Congo.
 
 
« Tozali Peuple » elingi koloba : Bokonzi ya peuple, ewuti na Peuple mpo na Peuple
« Tozali Peuple » elingi koloba : To koteka lisusu bokonzi na biso na mbongo te
« Tozali Peuple » elingi koloba : To kopona bakambi oyo bakoki ko kamba mboka mpo na bolamu ya Peuple
« Tozali Peuple » elingi koloba : To kopona bakambi oyo bakoki ko kamba mboka ekende liboso
« Tozali Peuple » elingi koloba: To telema ti na suka ya maponami, to kotika moto te akamba mboka na makasi to mpe na mayuya
« Tozali Peuple » elingi koloba: Biso nde bakonzi ya mboka mpe bakolo mabele. Tozali na liloba ya suka                                    
 
 
Kabanda Wa Kabasela
« Dressons nos fronts longtemps courbés et pour de bon, prenons le plus bel élan dans la paix ».
 

Les commentaires sont fermés.