Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

29/12/2011

CONGO/KINSHASA : QUAND UN BATETELA LE DIT CE QU'IL LE DIT

En marge des festivités de fin d’année : J.D. Oleko promet de renforcer la sécurité à Kinshasa
(L'Avenir Quotidien 29/12/2011) 


Chaque fin d’année, l’on enregistre un regain de criminalité dans la capitale congolaise. Face à cette expérience malheureuse, notamment avec toute la tension enregistrée après la présidentielle du 28 novembre dernier, l’Inspecteur divisionnaire de la Police nationale congolaise ville de Kinshasa, promet renforcer la sécurité dans la ville. Jean de Dieu Oleko l’a déclaré hier mercredi, au cours d’une parade au camp Lufungula.

A cet effet, le patron de la PNC ville de Kinshasa a félicité ses troupes pour le professionnalisme dont ils ont fait montre lors des élections de novembre passé. « Chaque jour, nous enregistrons des félicitations tant de la part des autorités que de différents partenaires, pour la sécurisation du processus électoral. Soyez-en fiers et remerciés », a dit le Général Oleko.

Qu’à cela ne tienne, il sied de souligner que certaines personnes en uniforme ont été soit impliquées dans différentes bavures, soit accusées de dérapage dans l’exercice de leurs fonctions : « je vous le rasure, tout policier impliqué dans l’indiscipline sera puni et ceux qui seront reconnus coupables dans tel ou tel autre fait, devront répondre de leurs actes devant la justice », a-t-il martelé d’un ton ferme.

Traquer les malfrats

A l’en croire, Jean de Dieu Oleko, en cette période de fin d’année on enregistre une recrudescence généralisée de la violence dans la capitale. C’est pourquoi, appelle-t-il ses troupes à plus de professionnalisme : « l’on peut considérer que c’est toute la ville qui est en état d’alerte. Il vous faudra donc faire preuve de professionnalisme dans votre travail.

Continuez à traquer les malfrats et multipliez des patrouilles en cette période redoutable pendant laquelle on enregistre toujours un certain regain de la violence, notamment avec les festivités de fin d’année », a-t-il exhorté à ses hommes. Et d’ajouter : « pour cette noble raison, il faudra maintenir les dispositifs électoraux et doubler de vigilance, surtout dans les coins ou quartiers à problème », a – t – il précisé.

Une police au service du peuple

Toute sécurité digne de ce nom s’exerce avec la collaboration effective de la population. Pour cela, l’Inspecteur divisionnaire de la PNC, ville de Kinshasa appelle la population kinoise à ne pas se méfier de la police : « contrairement à une certaine intoxication que des personnes de mauvaise foi véhiculent, je rassure la population que la Police nationale congolaise n’est pas un parti politique. Nous sommes au service du peuple, quelle qu’en soit son appartenance politique, ethnique ou sociale », a précisé Jean de Dieu Oleko qui appelle les concernés à dénoncer les fauteurs en eau trouble et tous les bandits de grand chemin qui nuisent à la quiétude des paisibles citoyens.

Et, répondant à la question de la RTG@ qui voulait en savoir un peu plus sur la sécurité des anciens candidats présidents de la République, Oleko est formel : « la loi exige que chaque candidat aient un dispositif sécuritaire important du jour du dépôt de sa candidature, jusqu’à la prestation de serment du président élu », éclaire-t-il. C’est comme qui dirait que la question est révolue. Et d’ajouter : « toutefois, comme tout citoyen congolais, celui des candidats qui sentira le besoin d’être sécurisé par la police devra écrire à l’Inspecteur général pour solliciter cette sécurisation », a-t-il ajouté sans trop commenter.

Eclairer l’opinion

A la suite de cette adresse de l’Inspecteur divisionnaire, d’aucuns estiment que ses propos ne sont pas du tout clairs lorsqu’il parle du maintien du dispositif électoral. Ce, dans la mesure où à Kinshasa, ce dispositif était composé non seulement des éléments de la légion nationale d’intervention rapide (LENI), mais aussi de la police militaire et la Garde Républicaine.

Papy Maluku

 

© Copyright L'Avenir Quotidien

Visiter le site de: L'Avenir Quotidien

Les commentaires sont fermés.