Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

07/01/2012

CÔTE D'IVOIRE : LA SITUATION PRECAIRE DE L'ANCIEN PRESIDENT IVOIRIEN AU TRIBUNAL DES NEGRES A LAHAYE

07/01/2012 à 15h:50 Par AFP
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
 
L'ancien président Laurent Gbagbo devant la Cour pénale internationale le 5 décembre 2011.L'ancien président Laurent Gbagbo devant la Cour pénale internationale le 5 décembre 2011. © AFP

L'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, soupçonné par la Cour pénale internationale (CPI) de crimes contre l'humanité, va bénéficier provisoirement de l'aide judiciaire, a-t-on appris samedi auprès de la CPI.

L'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, soupçonné par la Cour pénale internationale (CPI) de crimes contre l'humanité, va bénéficier provisoirement de l'aide judiciaire, a-t-on appris samedi auprès de la CPI.

"Les dépenses engagées pour la défense du demandeur à compter du 6 décembre 2011 seront prises en charge par le système d'aide judiciaire de la Cour", a indiqué le greffe de la CPI dans une décision publiée sur le site internet de la Cour.

L'aide judiciaire, une aide financière allouée aux suspects de la CPI considérés comme indigents, doit permettre à M. Gbagbo de préparer sa défense. Cette aide est valable "uniquement pour la phase préliminaire dans l'attente des résultats de l'enquête sur sa situation financière", a ajouté le greffe. Cette décision sera réexaminée dès la conclusion de l'enquête financière ou "lorsque tout facteur pertinent le justifie", a souligné le greffe.

Ni "bureau", ni "ordinateur"

Lors d'une audience technique le 14 décembre 2011, l'avocat de Laurent Gbagbo, Emmanuel Altit, avait affirmé que la défense n'avait pas les moyens d'être efficace sans cette aide judiciaire. "En ce moment, nous n'avons pas de bureau, pas d'ordinateur, pas accès au système informatique de la Cour, pas de moyens", avait-il déclaré.

Premier ex-chef d'Etat remis à la CPI, Laurent Gbagbo, 66 ans, est écroué à La Haye depuis le 30 novembre. Il était auparavant détenu dans le nord de la Côte d'Ivoire. Il est soupçonné par la CPI d'être "coauteur indirect" de crimes contre l'humanité commis lors des violences post-électorales de 2010-2011.

Son refus de céder le pouvoir à son rival et actuel président Alassane Ouattara avait plongé le pays dans une crise meurtrière qui avait fait 3.000 morts.
 



Lire l'article sur Jeuneafrique.com : Côte d'Ivoire : Laurent Gbagbo bénéficie provisoirement de l'aide judiciaire de la CPI | Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique 

06/01/2012 à 10h:37 Par Jeune Afrique
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
 
L'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo le 26 novembre 2010 à Abidjan.L'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo le 26 novembre 2010 à Abidjan. © AFP

Le médecin personnel de Laurent Gbagbo, Christophe Blé, a été libéré jeudi 5 janvier 2012, une semaine après que la justice ivoirienne lui a accordé la liberté provisoire. Sa sortie a été retardée par un chef militaire, selon son avocat.

Une semaine après avoir obtenu sa mise en liberté provisoire, Christophe Blé, le médecin personnel du président ivoirien déchu Laurent Gbagbo, vient enfin d’être libéré, jeudi 5 janvier 2012. « Le docteur Christophe Blé a été libéré. Au tribunal de Korhogo (nord) le juge lui a signifié son ordonnance (de mise en liberté provisoire) et la levée du mandat de dépôt », a expliqué Me Toussaint Zahui Dako, l’avocat du médecin.

La justice ivoirienne avait accordé la liberté provisoire à Christophe Blé, arrêté après l'arrestation de Laurent Gbagbo le 11 avril, le 30 décembre 2011, ainsi qu’au journaliste Hermann Aboa et à Franck Anderson Kouassi, ancien président du Conseil national de la communication audiovisuelle (CNCA).

Détenu dans le nord du pays, à Korhogo, Christophe Blé a été, selon son avocat, « retenu » par un chef militaire, alors qu’une source judiciaire avait indiqué la semaine dernière que les procédures permettant sa libération effective étaient remplies.

"Mépris de la loi"

« Ça coinçait par le fait d'un individu qui fait exactement ce qu'il veut au mépris de la loi et des autorités judiciaires : le commandant Fofié », chef de la Compagnie territoriale de Korhogo, a fustigé l'avocat du médecin. Le chef militaire accusé n’a pas réagi à ces propos.

Martin Kouakou Fofié était le chef rebelle de Korhogo, après la prise du nord du pays en 2002 par la rébellion anti-Gbagbo. Il est aujourd’hui l’un des piliers de la nouvelle armée.
Si la libération de Christophe Blé est une première victoire pour les avocats du camp Gbagbo, elle n’est cependant pas suffisante. Ils réclament la libération de 17 autres personnalités, dont l'ancienne Première dame Simone Gbagbo, inculpées d'atteinte à la sûreté de l'État ou d'infractions économiques.

(Avec AFP)



Lire l'article sur Jeuneafrique.com : Côte d'Ivoire : le médecin personnel de Laurent Gbagbo enfin libéré | Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique 


Les commentaires sont fermés.