Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

10/01/2012

CONGO/KINSHASA : PERSONNELLEMENT JE NE CROIS PAS QU'ON PUISSE CONSTRUIRE QUOI QUE CE SOIT AVEC TSHISEKEDI IMPREVISIBLE ET EGOÏSTE


Pouvoir et opposition appelé à cohabiter pour la bonne marche du pays
(L'Avenir Quotidien 10/01/2012) 


Après le scrutin de novembre dernier et la publication des résultats, le travail relatif à la modernisation de la RD Congo reprend à coup sûr. Certains observateurs estiment que la bonne marche du pays implique une cohabitation harmonieuse entre le pouvoir et l’opposition.

Dans cet ordre d’idée, la main tendue du Président de la République à l’opposition vient à point nommé. En effet, il est souhaitable de vite reprendre le travail dans le souci de mettre fin à la misère du peuple et au festin de maints investisseurs qui ont dépouillé et miné la RD Congo. Pour réussir son programme de modernisation du pays, il va sans dire que le Président de la République mettra à profit son deuxième quinquennat 2011-2016 pour redorer l’image du pays, celle de jadis, d’un pays prospère. Cela passe par une mutation profonde qui exige aussi le sacrifice du peuple. L’emploi et l’amélioration du social comme des réponses aux nombreuses attentes du peuple congolais.

En ce sens qu’en mettant l’homme au centre de l’action, cela permettra en temps réel le décollage définitif de la RD Congo. C’est dans ce sens que bon nombre d’observateurs en viennent à l’évidence qu’en prenant en compte ces deux piliers, le social et l’emploi exigés par la population, que celle-ci pourra bénéficier des fruits de la modernisation de la RD Congo.

Le président Joseph Kabila apparaît comme ce visionnaire qui tient à conduire le pays vers la modernisation. Il devra pour cela prendre langue avec des partenaires de la RD Congo dont notamment la Banque Mondiale été FMI pour résoudre les problèmes du développement du pays. En prenant ce fardeau de la modernisation, en améliorant un tant soit peu le social, l’emploi, le président Joseph Kabila devra impliquer toutes les compétences, autant de la Majorité que celles de l’opposition. C’est pourquoi il n’est pas exagéré de dire que Majorité et opposition doivent cohabiter pour la bonne marche du pays.

Matoko Kambulu Bernardin

 

 

© Copyright L'Avenir Quotidien

 

Visiter le site de: L'Avenir Quotidien

Les commentaires sont fermés.