Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

18/01/2012

CONGO/KINSHASA : QU'ON LE VEUILLE OU NON APRES LES MANDATS POLITIQUES DE JOSEPH KABILA KABANGE LE PROCHAIN PRESIDENT POUR QUE JE VOTERAI C'EST LE TRES DYNAMIQUE MOÏSE KATUMBI CHAPWE EN VERITE IL EST LE MEILLEUR

  FOCUS SUR L'ACTUALITÉ

 

Fronde avortée au PPRD : Moïse Katumbi à nouveau sur la sellette dans sa famille politique
(Le Potentiel 18/01/2012) 


Les détracteurs de Moïse Katumbi Chapwe sont loin de désarmer. Après un répit dû à la campagne électorale de la présidentielle 2011, ils sont revenus à la charge en cherchant cette fois à impliquer le gouverneur du Katanga dans une affaire de fronde avortée au PPRD à laquelle il n’est lié ni de près ni de loin. L’homme est à nouveau remis sur la sellette dans sa famille politique. Une intox qui intervient au lendemain de la désignation du président du T.P Mazembe en qualité de membre de la commission stratégique de la Fifa. 

Une tension couve au sein du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie, PPRD. A l’instar de ce qui s’était passé autrefois au MLC, au RCD et à l’UDPS, notamment, un groupe de cadres du PPRD a tenté de remettre en cause l’ordre établi jusqu’à ce jour au sein de leur parti. Leur démarche visait les structures du parti et leurs animateurs, la gestion des ambitions à l’horizon 2016. La tentative, qualifiée par les uns de «rébellion» et par les autres de démocratie interne, aurait fait flop. 

L’affaire serait passée inaperçue du grand public n’eût été cette insinuation malencontreuse que les adversaires ont pris le malin plaisir de répandre dans l’opinion telle une trainée de poudre. Un cadre du PPRD ayant requis l’anonymat s’en est indigné et s’est confié à notre rédaction pour apporter quelques éclairages. Selon ce dernier, les instigateurs de la malheureuse tentative sont connus de même que les participants à la fameuse rencontre de remise en cause qui n’avait pas obtenu l’aval de la hiérarchie. Il y aurait même eu des arrestations parmi les frondeurs. 

La préoccupation de notre source est celle d’apprendre que le nom de Moïse Katumbi est mêlé à cette affaire où on tente de le faire pour passer l’initiateur. «On devrait rester humain et cesser un acharnement inutile sur un compatriote qui fait des efforts énormes pour se rendre utile à la nation», a-t-il fait remarquer avant de s’interroger : «Est-ce que les ennemis et autres adversaires politiques de Moïse Katumbi ne seraient-ils pas dans la logique de distraire l’opinion publique nationale afin qu’elle ne sache pas suivre ce qu’ils sont en train de mijoter contre le PPRD et son initiateur ?». 

Son avis est que des délateurs invétérés ne s’avouent pas vaincus. Ils ont prêté toutes les intentions du monde au gouverneur du Katanga. Ils ont calomnié, suspecté, affirmé des choses qui se sont révélées plus tard clairement fausses. N’avaient pas prétendu que Moïse Katumbi serait candidat à l’élection présidentielle 2011 ? In fine, l’on connaît ceux qui ont postulé à ce niveau de scrutin. 

De même, n’avait-on pas mis sur le compte d’une intention de faire ombrage au chef de l’Etat la popularité de Moïse Katumbi au Katanga et dans le reste du pays a été mise ? Le ridicule, quand ça nous prend ! Or, à la lumière du processus électoral en cours, les crocodiles dissimulés au fond des mares ont été mis à nu. 

Que cacherait donc ce nouveau coup de sellette contre le gouverneur élu du Katanga ? Peut-être, les félons seraient en train de récidiver en alléguant que le gouverneur pourrait être candidat à l’élection présidentielle en 2016. Ce qui serait une belle manière de l’opposer à son chef et de perdre sa confiance. La plupart des observateurs estiment que l’on devrait laisser Moïse Katumbi tranquille pour avoir subi trop de tribulations, d’humiliations et de persécutions morales durant tout son mandat électif. Ses avoirs en banque ont été gelés l’année passée aussi bien au pays qu’à l’étranger. Il a dû, pour cela, comparaître devant des tribunaux européens pour des détournements de fonds que ses accusateurs n’ont pu prouver. La liste n’est pas exhaustive. Puisqu’un dicton populaire dit que l’on jette des pierres sur un arbre qui porte des fruits, Moïse Katumbi est récompensé autrement. Ses mérites ne cessent d’être reconnus aussi bien sur le plan national qu’international. Récemment, le président du Tout Puissant Mazembe vient d’être élevé au rang de membre de la célèbre commission stratégique de la Fédération internationale de football association (Fifa). Il va siéger aux côtés de grands noms du football tels Michel Platini, président de l’Uefa, Vicente Del Bosque, sélectionneur de l’Espagne, Marta Viera Da Silva, cinq fois meilleure joueuse de la Fifa, Karl Heinz Rummenigge, ancienne gloire du football allemand et actuellement membre de la direction de Bayern de Munich. 

En réalité, Moïse Katumbi est parmi les quatre Africains sur lesquels la Fifa a jeté son dévolu, notamment le Camerounais Issa Hayatou, président de la CAF ; l’Éthiopien Sahilu Jebremariam, le Sud-Africain Imtiaz Patel. La commission stratégique de la Fifa a pour mission d’élaborer les stratégies globales de la situation politique, économique et sociale du football mondial. Elle est placée sous l’autorité directe du président de la Fifa lui-même, M. Joseph Sepp Blatter. 
Par Le Potentiel





 

© Copyright Le Potentiel

Visiter le site de: Le Potentiel

Les commentaires sont fermés.