Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

19/01/2012

QUAND J'Y SUIS INTERPELLE PAR UNE ECOLE DE LA PLACE POUR ECOUTER SON INDIGNATION SUR LES PROPOS QUALIFIES D'HOMOPHOBIQUES A CHACUN SON TOUR

Antoine-Dover OSONGO-LUKADI


Courriel : adolosongo@hotmail.com

Louvain-La-Neuve, 19/01/2012

 

Objet : Votre invitation

 

Monsieur le directeur,

J’ai bel et bien reçu votre appel et l’objet susmentionné. C’est dommage, car je n’avais pas mon téléphone avec moi. Malheureusement c’est souvent le cas. Néanmoins, j’ai pu discuter avec mon fils Evangile, et il m’a rapporté que l’incident concernait ses propos négatifs sur l’homosexualité.

Pour commencer, je vous rassure tout de suite, qu’en dépit de la ferveur chrétienne de la famille à laquelle il appartient -, encore que c’est l’Occcident qui était allé l’en inculquer à nos anciens au détriment de leurs croyances divines -, celle-ci n’est nullement homophobe. Elle sait que la Belgique est un Etat des droits et du libre arbitre. Surtout, si après avoir lapidé dans le passé les homosexuels ici chez lui et dans ses colonies, il a décrété la fin de la volte-face en la matière, en légalisant les mariages gay, et le droit de ceux-ci d’y aller vivre partout dans le monde, et plus particulièrement en Afrique où ces types d’unions y ressemble tout de même à de la provocation. Ensuite, en tant que père je n’élève pas mes enfants comme des afro-noirs, mais comme des blancs à la peau noire. En d’autres termes, je leur indique l’obligation qu’ils ont de s’intégrer aux valeurs qui, dans les temps immémoriaux, ont fait l’Occident. Mais, il est de mon devoir également de les prémunir afin de ne pas prendre pour argent comptant tout ce qu’on leur présente maintenant comme valeurs. Mais, un tri rationnel, moral, éthique, voire sentimental s’avère nécessaire. Ainsi, autant je ne comprends pas la mentalité de l’homme arabe consistant à imposer sa culture, sa vision à l’Occident qui l’a accueilli - alors que le bon sens exige plutôt le contraire – autant je trouve inadmissible que ce dernier  cherche, chaque fois que ses responsables politiques sont débordés par l’opinion publique, à convaincre voire à imposer même à ses immigrés ses tendances et choix sexuels.

Mon devoir y consiste à dire à mes enfants le bien à faire, et le mal à éviter. De ce qu’il adviendra par la suite quand il atteindra l’âge de raison ne regardera que lui à ce moment-là. C’est, sans doute, là que vous devriez comprendre le mépris de mon fils à l’encontre de l’homosexualité. C’est parce qu’il entend dans la maison son père, sa mère, ses sœurs, ses frères la dénoncer, qu’il s’y met aussi. Mais, absolument pas parce qu’il y en avait en lui, ni encore moins en l’un des membres de sa famille la violence qu’avait le boucher de Berlin à l’égard des homosexuels. Ce disant, pour nous les immigrés afro-noirs, la tâche est difficile. Car, il faut à la fois rester soi-même. Sans perdre ce qu’on a de plus cher en soi, et le transmettre à ses rejetons, sans tomber dans le déni, l’intégrisme, le radicalisme, la haine ; bref dans l’intolérance culturelle, sexuelle, politique, raciale, etc. Nous sommes tenus d'élever nos enfants comme si nous étions chez en Afrique. Alors que c'en est une gravissime erreur. Parce que ces enfants que nous croyons les nôtre et que nous élevons comme en Afrique, comme si ils étaient des Africains don, en réalité, des blancs, mais à la peau noire.

Soyez convaincu, et ma lettre ci-jointe de solidarité et de compassion adressée au premier ministre belge monsieur le camarade Elio di Rupo au sujet des injures et des mépris dont il fait l’objet ici chez lui en Belgique, que contrairement au racisme que l’on apprend aux petits blancs pour traiter les Noirs des sauvages, des animaux, moi je ne passe pas mon temps à imaginer des stratégies pour rendre  aux racistes belges de souche la monnaie de leur pièce.

Je ne serai donc pas au rendez-vous, non seulement parce que j’estime que ces deux courriers suffisent, mais malheureusement je suis trop pris par mon travail de chercheur, ma présence en Belgique en ce moment ne signifiant pas des vacances, mais que du contraire, car je collabore ici et ailleurs à plusieurs projets de recherche, c’est mon travail. Néanmoins, je reste et resterai à votre entière disposition pour toute information complémentaire.

Veuillez agréer, Monsieur le directeur, l’expression de mes sentiments distingués.

 

Prof.Hdr/Dr.Antoine-Dover OSONGO-LUKADI

Chercheur habilité de philosophie

 


Antoine-Dover OSONGO-LUKADI


Courriel : adolosongo@hotmail.com

Louvain-La-Neuve, 11/01/2012

Concerne : UN EUROPEEN BLANC

VICTIME DU DENI CULTUREL EN BELGIQUE

 

AU GOUVERNEMENT BELGE EN SON ENSEMBLE

16, rue de la Loi 
1000 Bruxelles
Belgique 
Tél. : +32(0)2 - 501 02 11

 

Mesdames/Messieurs les ministres et secrétaires d’Etat,

Effaré par les insinuations négatives, horrifiantes à l’encontre de la vie privée du Camarade Elio di Rupo Premier ministre belge, et en ma qualité de penseur et intellectuel marxiste et socialiste, il me revient de dénoncer l’hypocrisie légendaire de l’homme blanc. Parce que je ne comprends pas le but de cette campagne nauséabonde aujourd’hui. Car, nul n’ignore, depuis l’affaire Julie et Melissa en août 1996, la nature de la vie privée de notre premier ministre. Il sied de savoir que lors de cette affaire ignoble de disparition des enfants, les témoins, les magistrats, et l’intéressé en personne, avaient démêlé les choses notamment en y récusant des fausses accusations de pédophilie injustement calfeutrées contre le camarade Elio di Rupo.

Reste qu’ici en Belgique, et en Occident blanc en particulier, et qui plus est vecteur de la modernité, de la civilisation, du respect de la vie privée, le camarade premier ministre a fait le choix de son choix sexuel, pas chrétien certes, mais réglementaire. Et cela depuis la nuit des temps. Tout le monde le savait avant 1996. Tout le monde le sait depuis 1996. Et tout le monde le saura tant que battra le cœur d’Elio Di Rupo un homme intelligent, compétent, sociable, humain. L’engouement que suscite sa vie privée est, donc, inutile, hypocrite, voire raciste. A tout prendre, l’incorrectement politique belge ne tolère pas de voir à la primature un fils d’immigré italien et italien de souche lui-même. Ce n’est ni un délit d’homophobie, ni un délit de sale gueule qu’il est question, mais au contraire un déni culturel.

 

Prof.Hdr/Dr.Antoine-Dover OSONGO-LUKADI

Chercheur habilité de philosophie

 

 

C.C./

 

-Monsieur Elio di Rupo Premier Ministre de Belgique

-Monsieur et camarade André FLAHAUT Président de la Chambre des Représentants de Belgique

-Madame Joëlle MILQUET Ministre de l’Intérieur de la Belgique

-Madame Laurette ONKENLIX Ministre de la Santé

-Monsieur André ANTOINE ministre wallon de logement et compagnies

Laurent Louis s'en prend à la vie privée du Premier ministre

 

(11/01/2012)

 

"Allez allez, tout le monde connaît les goûts de notre 1er Ministre" déclare Laurent Louis

Le parlementaire Laurent Louis, ex-PP et fondateur du Mouvement Libéral Démocrate tient des propos plus que limites sur Twitter: il accuse le Premier ministre de mener une vie privée dissolue et évoque la pédophilie. "Allez allez, tout le monde connaît les goûts de notre 1er Ministre. Un ami mineur en a encore fait l'expérience au You récemment" accuse-t-il sur le réseau social."N'attendons pas de lui qu'il soit l'homme du renouveau alors qu'il est loin d'être irréprochable!" avait-il tweeté quelques minutes plus tôt. Laurent Louis dénonce"une réputations plus que douteuse en ce qui concerne son intimité et sa vie privée".De la diffamation qui risque de provoquer des réactions. 

La rédaction en ligne

DH du 11/01/12

 

 

Les commentaires sont fermés.