Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

22/01/2012

LIBYE/OTAN/CNT : LES MAÎTRES ET LEURS ESCLAVES EN DIFFICULTE POURTANT LE COLONEL N'EST PLUS LA AH MALGRE L'IRAK, L'AFHGANISTAN ET PRECEDEMMENT LE VIET-NAM QUE L'HISTOIRE NE DONNE PAS DE LECON

Le siège du CNT à Benghazi occupé par des manifestants

BENGHAZI, Libye (Reuters) - Le siège du Conseil national de transition libyen (CNT) a été occupé samedi par des manifestants à Benghazi, capitale de la Cyrénaïque et berceau de l'insurrection qui a renversé Mouammar Kadhafi, a constaté un journaliste de Reuters présent sur place.

Des centaines de jeunes gens, dont plusieurs blessés lors de l'insurrection anti-Kadhafi, ont participé à cette action.

Lorsque le président du CNT, Moustapha Abdeljalil, est sorti pour haranguer la foule, certains manifestants lui ont lancé des bouteilles en plastique vides, obligeant les forces de l'ordre à tirer des grenades lacrymogènes.

"Dégage, dégage !", ont scandé les protestataires lorsque le chef du CNT a pris la parole avant de se replier à l'intérieur du bâtiment où il se trouverait, croit-on, toujours.

La foule a lancé des pierres et des barres en métal sur le bâtiment avant d'y pénétrer en force. Un véhicule 4x4 utilisé par le président du CNT a été endommagé par les manifestants en colère.

Les habitants de Benghazi manifestent depuis des semaines pour réclamer la révocation de responsables du régime déchu et plus de transparence dans la manière dont le CNT gère les ressources de la Libye.

"Beaucoup de blessés de guerre sont mécontents que le CNT ne tienne pas compte de leurs doléances", a expliqué un jeune homme. "Les gens sont également furieux que des postes soient octroyés à des personnalités ayant des liens avec Kadhafi".

Mohamad al Tommy, Jean-Loup Fiévet pour le service français


Les autorités libyennes de plus en plus contestées

BENGHAZI, Libye (Reuters) - Le vice-président du Conseil national de transition (CNT) libyen, Abdoul Hafiz Ghoga, a présenté dimanche sa démission, trois jours après avoir été pris à partie par de jeunes manifestants à Benghazi, capitale de la Cyrénaïque et berceau de l'insurrection anti-Kadhafi l'an dernier.

Le président du CNT, Moustapha Abdeljalil, également conspué samedi soir par des manifestants, a affirmé que la Libye risquait d'être entraînée dans "un puits sans fond" si la contestation violente des nouvelles autorités se poursuivait.

Ces incidents illustrent le mécontentement d'une partie de la population qui exige la révocation des personnalités liées à l'ancien régime encore à des postes de responsabilités.

Les manifestants de Benghazi exigent également une totale transparence sur les dépenses publiques, notamment sur la destination des fonds libyens gelés à l'étranger pendant la guerre civile et dont une partie a été débloquée après la chute de Mouammar Kadhafi.

Abdoul Hafiz Ghoga a annoncé dimanche sur Al Djazira sa démission "pour le bien de la nation".

"Malheureusement, le consensus en vue de défendre les intérêts de la nation n'existe plus. Une atmosphère de haine s'est installée (...) Je ne veux pas que cette atmosphère perdure et contrarie les efforts du Conseil national de transition", a-t-il dit.

Des sources politiques ont cependant précisé qu'une délégation avait été envoyée auprès du numéro deux du CNT pour tenter de le faire revenir sur sa décision.

S'adressant à des journalistes dans un hôtel de Benghazi, Moustapha Abdeljalil a souligné la gravité de la situation.

"Nous avons affaire à un mouvement politique qui peut entraîner le pays dans un puits sans fond", a-t-il dit. "Derrière ces manifestations, il y a quelque chose de néfaste pour le pays."

"DÉGAGE, DÉGAGE !"

"Il faut laisser plus de temps au gouvernement et il faut que ce gouvernement ait l'argent pour conduire les réformes. Il y a des retards, peut-être, mais nous ne sommes au travail que depuis deux mois. Il faut laisser sa chance au gouvernement, il faut lui donner au moins deux mois."

Moustapha Abdeljalil a précisé qu'il avait rencontré des dirigeants religieux et des manifestants pour discuter de leurs revendications.

Il a ajouté avoir accepté la démission du maire de Benghazi, Saleh el Ghazal, dont le successeur, a-t-il dit, ne sera plus désigné par les autorités mais sera élu.

Le président du CNT doit présenter dans la journée la loi électorale qui permettra d'installer d'ici six mois une assemblée nationale.

Samedi soir, une foule en colère réclamant la démission du gouvernement a envahi le siège du CNT à Benghazi.

Lorsque Moustapha Abdeljalil est sorti pour haranguer la foule, des manifestants lui ont lancé des bouteilles en plastique vides, obligeant les forces de l'ordre à tirer des grenades lacrymogènes. "Dégage, dégage !", scandaient les protestataires lorsque le chef du CNT a pris la parole avant de se replier à l'intérieur du bâtiment.

Jeudi soir, c'est le vice-président du CNT qui avait été pris à partie par des étudiants à l'université de la ville. Abdoul Hafiz Ghoga avait été entouré et bousculé par une foule de manifestants en colère, avant d'être secouru et mis à l'abri.

"Nous attendions la sécurité, la paix et la transparence et nous avons eu tout le contraire", a dit un manifestant de 28 ans, Miftah al Rabia.

Avec Taha Zargoun à Tripoli et Mohammad Al Tommy à Benghazi, Omar Fahmy au Caire; Guy Kerivel pour le service français

Le numéro deux du CNT libyen pris à partie à Benghazi

BENGHAZI, Libye (Reuters) - Le vice-président du Conseil national de transition (CNT) libyen a été pris à partie par des étudiants jeudi à Benghazi, dans l'est du pays, où était né l'an dernier le mouvement de révolte contre Mouammar Kadhafi.

Cet incident illustre le mécontentement d'une partie de la population qui exige des nouveaux dirigeants du pays qu'ils écartent les personnalités liées à l'ancien régime et encore à des postes de responsabilités.

Les manifestants de Benghazi demandaient également au CNT une totale transparence sur les dépenses publiques, notamment sur la destination des fonds libyens gelés à l'étranger pendant la guerre civile et dont une partie a été débloquée après la mort de Kadhafi.

Abdoul Hafiz Ghoga, le numéro deux du CNT, a été entouré et bousculé par une foule de manifestants en colère, avant d'être secouru et mis à l'abri.

Il assistait dans la capitale de la Cyrénaïque à une cérémonie organisée à l'université en mémoire des morts de la guerre civile.

Attia al Odjeli, un professeur de l'université, a précisé que le vice-président du CNT avait été accueilli à son arrivée par un groupe d'étudiants qui criaient "Dégage, dégage !". Malgré tout, Ghoga a voulu entrer dans l'établissement et a été bousculé.

Mohammad Al Tommy, Guy Kerivel pour le service français

Les commentaires sont fermés.