Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

28/01/2012

ADOLF HITLER : MÊME SI L'ON M'A SOUVENT REPROCHE DE ME MÊLER DE CE QUI NE ME REGARDE PAS COMME SI LE GENOCIDE EST UNE AFFAIRE D'UNE RACE, JE NE COMPRENDS PAS L'INTERÊT, MÊME CRITIQUE, POUR CET OUVRAGE DIABOLIQUE ENFIN ...

Le Point.fr - Publié le 24/01/2012 à 07:58 - Modifié le 24/01/2012 à 11:26

L'entrée de "Mein Kampf" dans le domaine public début 2016 encourage le projet d'une édition critique du livre. Mais continue d'inquiéter.

Image tirée du documentaire "Apocalypse, Hitler".

Image tirée du documentaire "Apocalypse, Hitler". © AFP

 
  • Partagez sur Facebook
  •  
  • Partagez sur Twitter
  •  
  •  
  • Partagez sur LinkedIn
  •  
  • Envoyer par email

 

Le débat allait inévitablement surgir. Que faire au XXIe siècle deMein Kampf ? Sous quelle forme (tronquée ou complète, munie ou non d'un appareil critique) la bible hitlérienne doit-elle aujourd'hui circuler ? Surtout, doit-on craindre son entrée dans le domaine public au 1er janvier 2016 ? Les disputes d'experts ont été récemment prises de court par la publication annoncée de passages du livre en Allemagne. Une première depuis 1945 outre-Rhin, où le Land de Bavière, qui détient les droits du texte et veille à faire respecter son interdiction de publication, envisagerait d'attaquer l'éditeur en justice.

L'homme, Peter McGee, a déjà par le passé créé la polémique en Allemagne. Zeitungszeugen, sa revue hebdomadaire, s'attache en effet à la littérature nazie des années 1933-1945, qu'elle réédite à destination d'un public de chercheurs et d'historiens, accompagnée de commentaires. Il s'agit cette fois de publier une série d'extraits deMein Kampf (le premier volet, attendu le 26 janvier, sera tiré à 100 000 exemplaires). Peter McGee souhaite, explique-t-il, montrer par là que derrière la "bible diabolique" du national-socialisme, "que personne n'a lue", se cache un "ouvrage de piètre qualité et confus".

Engouement

Tabou, Mein Kampf ? À l'évidence. Méconnu ? Certainement pas. Véritable best-seller sous Hitler (il a été vendu de son vivant à plus de 10 millions d'exemplaires, et le Führer avait même renoncé à son traitement de chancelier pour ne vivre que de ses droits d'auteur), il est resté après la Seconde Guerre mondiale un phénomène éditorial hors norme. Selon l'historien Ian Kershaw, 70 millions d'exemplaires du livre, traduit en 16 langues, auraient été publiés depuis la chute du régime nazi.

Et l'intérêt est loin de s'affaiblir aujourd'hui. Les historiens reviennent ainsi, après une période marquée par le structuralisme qui se penchait d'abord sur la bureaucratie du régime et son caractère nihiliste, à l'idéologie nazie elle-même et à la place qu'y occupait Hitler. Plus inquiétant, moins défini, pointerait depuis une vingtaine d'années un "engouement" nouveau pour Mein Kampf, selon Bernard Bruneteau, professeur de sciences politiques à l'université Rennes-I et auteur de L'âge totalitaire, idées reçues sur le totalitarisme (éditions Le Cavalier bleu). "On parle de choc des civilisations, de conflits ethniques : les fantasmes de ce type, avec le retour des extrémismes en Europe d'une part, et d'autre part les tensions au Moyen-Orient, ont contribué à accentuer l'intérêt pour ce texte", explique le chercheur. 

C'est donc peu de dire que la diffusion de Mein Kampf est délicate. A fortiori si, comme c'est aujourd'hui le cas, les situations et les éditions varient selon les pays. L'association Initiative de prévention de la haine, qui réfléchit à la manière dont pourrait être réédité le livre en 2016 pour couper l'herbe sous le pied à d'éventuelles manipulations, recense une multitude de cas.

Variantes

Si, en France, Mein Kampf est autorisé à la vente depuis 1979 comme document historique pour peu qu'il soit accompagné d'un avertissement, il vient d'être interdit en Russie. Aux Pays-Bas, sa vente est interdite, pas sa possession. Au Royaume-Uni, il est largement disponible, tandis qu'en Espagne ne subsistent que d'anciens exemplaires... Plus subtil encore : plusieurs versions du texte seraient aujourd'hui en circulation. "Les éditions sont différentes selon que tels ou tels passages ont été retirés conformément aux voeux d'Hitler", explique Bernard Bruneteau. Dans les années trente, le "combat" d'Hitler pouvait être légèrement modifié selon qu'il était destiné à un public anglo-saxon ou arabe...

De l'avis de certains, cette confusion même rend d'autant plus pertinente aujourd'hui une édition scientifique de Mein Kampf que mènerait un collège d'historiens chargé d'établir un appareil critique. "La lecture du texte montrerait que Hitler est un homme de 1900, que son système de pensée est extrêmement daté", estime Bernard Bruneteau, selon qui craindre les effets d'une telle édition serait "sous-estimer la maturité des citoyens". Antoine Vitkine, auteur du documentaire Mein Kampf, c'était écrit, ainsi que de l'ouvrage du même nom, partage cette analyse. "Il ne faut pas traiter ce texte comme un objet magique ou sacré, il n'est aujourd'hui que le témoignage d'un moment historique, aussi terrible soit-il, analyse-t-il. La bataille se joue en amont, par un travail de mémoire et par l'éducation des citoyens sur ce qu'a été le nazisme." 

Si l'idée fait consensus du côté des historiens, elle tend aujourd'hui à diviser les représentants des institutions juives, chez qui demeure la crainte de voir "banalisé" le symbole de l'idéologie nazie. En Allemagne pourtant, le secrétaire général du Conseil central des Juifs allemands s'est prononcé en faveur d'une édition critique. Mein Kampf, dégoupillé.

Commentaires

Bonjour,

Je travaille à Newsring.fr, le site de débats lancé par Frédéric Taddeï, je me permets de vous contacter car nous venons de lancer un débat auquel nous souhaiterions avoir votre contribution afin d'éclairer nos internautes :

Pour ou contre la réédition de "Mein Kampf" ?

Pour participer, il suffit de se connecter sur le site (à l’aide de Facebook, Google+ ou LinkedIn) et de cliquer sur “contribuer au débat”. Je peux aussi vous créer un compte sur Newsring, indépendant des réseaux sociaux cités, si vous le préférez.

Si vous avez des questions, n'hésitez pas à me recontacter.

Cordialement,


--
Jérémy Fregefon
Community Manager à Newsring.fr
153 rue de Rome
75017 Paris

Facebook : Newsring.fr
Twitter : @Newsring_fr

Écrit par : Jérémy Fregefon | 26/04/2012

Les commentaires sont fermés.