Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

22/05/2012

CONGO/KINSHASA/RWANDA : LE PIEGE SE REFERME CETTE FOIS SUR PAUL KAGAME IL SENT A SON TOUR LE VENT DE LA TPI SOUFFLE

CUS SUR L'ACTUALITÉ

 

Accord de Kigali : des monstrueuses contradictions
(Le Potentiel 22/05/2012) 


A voir l’imbroglio qui se tisse autour de l’action de l’Etat, le gouvernement Matata est mal parti. Il brille aussi bien par des insuffisances que des contradictions internes, apparemment monstrueuses. Au sujet de l’accord signé entre Kigali et Kinshasa, l’on se tait et l’on parle ; l’on nie et l’on se dédit ; l’on dément et l’on reconnaît. Le jeu est tellement grossier qu’on a l’impression de se moquer du peuple, pourtant souverain primaire de qui toutes les institutions tirent leur pouvoir et leur légitimité.

Il aurait été de bon ton que le gouvernement Matata s’assume comme gouvernement. Sans attendre qu’on l’y force. Tant les griefs que les observateurs retiennent à sa charge sont flagrants et s’accumulent à un rythme d’enfer. Aussi, serait-il trop tôt d’exiger de ce gouvernement de rendre le tablier ? 

La vérité c’est que le Premier ministre a accepté sa charge dans un élan sentimental au point qu’il en a fait une surprise-party. Il prend tout son temps alors que des défis majeurs devraient être relevés en urgence, dans la mesure où ils touchent directement au vécu quotidien du peuple congolais. 

Il s’agit, entre autres, du budget de l’Etat pour l’exercice 2012 et dont l’absence jusqu’à ce jour traduit une navigation à vue. Du transport en commun dont la perturbation a paralysé, le lundi 21 mai 2012, les activités à Kinshasa. De l’insécurité dans l’Est dont le peu d’attention y accordée a ouvert la voie à une nouvelle rentrée des forces armées rwandaises sur le sol congolais. 

C’est sur ce dernier dossier que le gouvernement a brillé par des contradictions monstrueuses. Tenez. Le 12 mai 2012 une rencontre a eu lieu à Rubavu (Gisenyi/Rwanda) entre les ministres de la Défense, les chefs d’Etat-major des Armées ainsi que les responsables des services spécialisés des deux voisins. Kigali a fait part de la rencontre tandis qu’à Kinshasa c’était motus et bouche cousue. Contacté au téléphone par notre rédaction, le porte-parole du gouvernement a nié le fait laissant entendre qu’il y aurait beaucoup de rumeurs. 

Le 18 mai 2012, une nouvelle rencontre a lieu, cette fois dans la capitale rwandaise et elle est présidée par le président Paul Kagame. Kigali en fait mention et indique qu’une forte délégation congolaise y prend part. A Kinshasa, derechef, on fait mystère sur ce qu’ils aiment à appeler secret défense (sic !). Interrogé par notre rédaction, le ministre Mende Omalanga a craint d’être piégé. «Il ne faut pas piéger les membres du gouvernement», a-t-il fait remarquer au Potentiel. Comment ? Dieu seul sait. Sur notre insistance, il finira par lâcher que si nous étions convaincus de la tenue de ladite rencontre, nous n’avions qu’à nous adresser directement au ministre de la Défense puisqu’il était cité parmi les membres de la délégation congolaise à Gisenyi. 

L’esquive était facile. Mais les faits étant têtus, le porte-parole a été obligé de donner de la voix et fixer l’opinion publique qui ne savait plus à quel saint se vouer. Malheureusement, Mende Omalanga, dans son point de presse a tenté de calmer le jeu en effleurant le dossier sans aller dans le fond. Selon lui, la rencontre aurait bel et bien eu lieu mais qu’elle n’aurait pas donné lieu à la signature d’un quelconque accord sur une nouvelle opération militaire conjointe. Cela s’appelle langue de bois, autrement dit rétention de l’information ou «parler pour ne rien dire». 

Raison pour laquelle d’aucuns sont d’avis que le gouvernement n’aurait pas encore pris le sens de ses responsabilités et se comporterait comme dans une partie de plaisir. Et ils souhaiteraient qu’il démissionne. Quid ? 

L’opinion publique a été tournée en bourrique. On a tenté de lui faire avaler des couleuvres. Mais, la vérité est comme la lumière, elle finit toujours par jaillir et éclater au grand jour. Alors que la presse congolaise été court-circuitée, les médias rwandais et internationaux ont comblé le vide en rendant public le condensé des discussions de Rubavu et de Kigali. Ils n’ont pas utilisé le langage diplomatique pour faire état des conclusions de deux rencontres. Il s’agit, selon ces derniers de la signature d’un accord entre Kinshasa et Kigali pour la relance des opérations militaires conjointes ayant pour objectif principal la traque des FDLR. 

Ce qui triture les méninges c’est la priorité accordée aux FDLR alors que les FARDC étaient engagées dans la poursuite des mutins dirigés par Bosco Ntaganda et ses complices Makenga Sultani et autres Kazarama Vianney devenus par le concours des circonstances ses rivaux. Cela a tout l’air d’un marché dans lequel les priorités de Kigali priment sur celles de Kinshasa. Suite à ce nouvel accord, les FARDC, qui étaient sur le point de l’attraper, vont observer une trêve qui permettra au général mutin et à ses acolytes de gagner du temps et du terrain ; de renforcer leur capacité de nuisance. 

Le péché du gouvernement ? C’est d’avoir fait de la rétention de l’information au point de nager dans des contradictions qui ne peuvent pas l’honorer. Or, ce que le gouvernement a tenté de déformer se retrouve en des termes adoucis ou diplomatiques dans le communiqué final qui a sanctionné la rencontre des 18 et 19 mai 2012 à Kigali. Laquelle fait suite à celle du 12 mai 2012 à Rubavu (Rwanda). 

Communiqué final des travaux de la 5ème session ordinaire de la Grande commission mixte Rwanda-RDC du 18 et 19 mai 2012

La délégation de la République démocratique du Congo était conduite par Son Excellence Monsieur Raymond Tshibanda N’Tungamulongo, ministre des Affaires étrangères, Coopération internationale et de la Francophonie, tandis que la délégation de la République du Rwanda était conduite par Son Excellence Madame Louise Mushikiwabo, Ministre des Affaires étrangères et de la Coopération. 

La cérémonie d’ouverture a été marquée par l’allocution de bienvenue de madame Louise Mushikiwabo, ministre Rwandais des Affaires étrangères et de la Coopération et celle de Monsieur Raymond Tshibanda N’Tungamulongo ministre des Affaires Etrangères, Coopération internationale et de la Francophonie. 

Les deux parties se sont félicitées de l’excellence des relations qui existent entre la République démocratique du Congo et la République du Rwanda ainsi qu’entre leurs deux peuples qui reflète la volonté manifeste de deux Chefs d’Etat, Leurs Excellentes Paul Kagame et Joseph Kabila, de faire de la région des Grands Lacs un havre de paix, de stabilité et de développement durables. 

Les deux parties ont noté avec satisfaction les efforts fournis pour mettre en application les recommandations de la 4ème Session la Grande Commission mixte entre la République démocratique du Congo et la République du Rwanda tenue à Kinshasa du 17 au 19 décembre 2009. 

Les deux parties ont recommandé de poursuivre les efforts pour l’aboutissement des projets et programmes communs pour l’intérêt des peuples Congolais et Rwandais. 

Concernant la question de sécurité, les deux parties réitèrent leur engagement à œuvrer de concert pour mettre fin à l’existence des groupes armés dans la région. 

Par ailleurs, elles s’engagent à saisir et encourager tous les pays, notamment ceux de la région où se trouvent encore les Fdlr et les autres forces négatives ainsi que des éléments opportunistes en vue de leur neutralisation. 

Sur cette même question, les deux parties ont vivement encouragé la poursuite des rencontres régulières au niveau des ministres de la Défense, des chefs d’état-major des Armées ainsi que des services spécialisés à l’instar de la récente rencontre de Rubavu du 12 mai 2012 pour l’évaluation de la situation sécuritaire entre les deux pays. 

Elles saluent, soutiennent sans réserve et recommandent la mise en ouvre rapide et effectives des conclusions adoptées par les ministres de la Défense de la République du Rwanda et de la République démocratique du Congo lors de leur dernière rencontre fructueuse à Gisenyi, Rubavu, le 12 mai 2012 : 

Les ministres de la Défense ont convenu d’étendre le mandat de la Commission conjointe des renseignements à la vérification conjointe de la situation sécuritaire le long des frontières ainsi qu’à l’intérieur de chaque pays. Les Chefs d’état-major des services des renseignements des deux pays vérifieront l’efficacité de ce mécanisme dans les 10 jours. 

Dans les dix jours, les deux chefs d’état-major Généraux présenteront un plan concerté pour les opérations contre les FDLR. Le plan comprendra notamment un mécanisme conjoint de monitoring de ces opérations. 

Endéans dix jours, les Chefs de services de renseignements sont chargés de mettre sur pieds un mécanisme de prévention de toute action nuisible aux bonnes relations, et à la sécurité des deux Etats, notamment par des éléments opportunistes et la propagande négative. Le Gouvernement de la RDC s’engage à créer des conditions favorables au retour le plus vite possible dans leurs milieux d’origine des personnes affectées par les opérations récentes. 

Le Gouvernement du Rwanda continuera à appuyer les efforts de la RDC visant à restaurer et maintenir la paix et la sécurité à l’Est de la RDC. 

S’agissant du domaine des réfugiés, les deux parties ont recommandé la poursuite de la sensibilisation des réfugiés de deux pays pour leur retour volontaire dans les meilleurs délais. Par ailleurs, les deux parties ont appris avec satisfaction la tenue à Kigali en juillet 2012 de la deuxième réunion tripartite HCR-RDC-RWANDA sur la question des réfugiés. 

Quant au domaine de la circulation des personnes et des biens, les deux parties ont salué les avancées significatives pour la facilitation de la circulation des personnes et du commerce transfrontalier. 

Pour différents autres domaines liés au développement socioéconomique entre les deux pays, les deux parties ont recommandé la poursuite des efforts déjà entrepris en vue de leur mise en application dans les meilleurs délais. 

Les deux parties ont convenu de la tenue de la 6ème session de la Grande Commission Mixte en République démocratique du Congo au mois de mais 2013. 

Les travaux se sont déroulés dans une ambiance fraternelle et de convivialité. 

Fait à Kigali, le 19 mai 2012 

 

© Copyright Le Potentiel


Rwanda / RDC : Kagame réaffirme « l'importance de l'engagement » dans « l'intérêt mutuel »
(Le Soleil 22/05/2012) 


Le président rwandais Paul Kagame a réaffirmé « l'importance de l'engagement » de son pays et de son voisin congolais actuellement confronté à une mutinerie au sein de l'armée, « sur des questions d'intérêt mutuel », selon un communiqué officiel rwandais.

Kagame a fait cette déclaration samedi en recevant une délégation de la République démocratique du Congo (RDC) conduite par le ministre de la Coopération internationale et régionale, Raymond Tshibanda N’Tunga Mulongo.

La délégation était venue participer aux travaux de la 5ième commission permanente rwando-congolaise.

Le président rwandais a « réaffirmé l'importance de l'engagement continu entre les officiels rwandais et congolais sur des questions d'intérêt mutuel », indique le communiqué en anglais.

« Cet engagement est crucial pour nos deux pays et la région. Il est clair que nous avons tous besoin de paix et de stabilité pour nous concentrer pleinement aux affaires, au commerce et à une coopération qui apportera le bien-être et la prospérité aux Africains », a assuré le chef de l'Etat cité dans le texte.

N'Tunga Mulongo a indiqué « que la RDC restait engagée à combattre toutes les forces négatives opérant dans son pays, y compris les FDLR (Forces démocratiques de libération du Rwanda) », et s'est réjoui de constater « la même détermination de la part des autorités rwandaises », ajoute le texte.

L'armée congolaise est en guerre contre des mutins qui ont déserté en avril. Ces mutins sont conduits par le général Bosco Ntaganda, un ancien chef rebelle qui avait été intégré au sein des forces régulières, et qui est recherché par la Cour pénale internationale (CPI).



Les mutins se sont repliés aux abords de la chaîne des volcans, près de la frontière commune avec le Rwanda et l'Ouganda.
Écrit par Bouba Sow 

Source: APAnews

 

© Copyright Le Soleil

Les commentaires sont fermés.