Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

25/05/2012

CONGO/KINSHASA : J'AI PREDIT QUE MATATA PONYO AUGUSTIN REUSSIRA SON PARI A LA TÊTE DU GOUVERNEMENT CONGOLAIS ET RECONFORTERA LE CHEF DE L'ETAT DANS SON JUDICIEUX CHOIX

Transport en commun en Rd Congo : Deux cents bus commandés en procédure d’urgence
(L'Avenir Quotidien 25/05/2012)


* Le Gouvernement va déloger ceux qui ont construit le long de la voie ferrée.
*A court terme, le Gouvernement de la République commande 200 bus en procédure d’urgence, pour accroître l’offre publique à Kinshasa et dans toute la Rd Congo *Il est aussi prévu le renforcement de l’ONATRA qui doit nécessairement maintenir ses 5 rotations par jour au lieu de 3 aujourd’hui *Dès aujourd’hui, le ministère des Finances va apporter des appuis financiers indispensables pour permettre la restauration des sociétés de transport existantes.

Après la grève des chauffeurs du lundi 21 mai dernier pour protester contre les tracasseries policières, le Gouvernement, réuni en conseil des ministres extraordinaire le même jour présidé par le Président de la République, avait été informé de la grève dans le secteur de transport des taxis et taxis-bus en protestation contre les présumés tracasseries des policiers. A ce sujet, le gouvernement de la République avait pris acte des revendications ainsi exprimées par les transporteurs et a mis en œuvre une batterie de mesures strictes destinées à juguler d’éventuelles tracasseries par quelques agents de l’ordre véreux.

Par la même occasion, le conseil des ministres avait fermement condamné les voies de fait signalées çà et là de la part de certains grévistes dudit secteur qui se seraient permis de contraindre par la force tous les transporteurs n’ayant pas pris part au mouvement en procédant par des menaces et d’autres manœuvres d’obstruction de la chaussée. Le gouvernement, d’un ton sec, avait rappelé de la manière la plus ferme que dans un Etat de droit, nul n’est autorisé à dicter par la contrainte sa conduite à une autre personne. Et le gouvernement confirme que force reste à la loi à cet égard.

Prendre le Gouvernement au tournant

Nombreux sont les Kinois et d’autres Congolais qui n’avaient pas apprécié la décision du Gouvernement, consistant à exiger un contrôle technique pour tous les transporteurs en commun, notamment ceux des véhicules de marque Mercedes 207 vulgairement appelés à Kinshasa « Esprit de mort ». Cela, suite au nombre élevé des morts causées par les conducteurs de ces bus. Ainsi, ils n’ont pas manqué de fustiger cette décision, tout en regrettant que le Gouvernement n’ait pas acheté ses propres bus. Et ce, lorsqu’on sait que ce sont essentiellement les privés qui tiennent le transport en commun à Kinshasa, et partout en Rd Congo.

Le Gouvernement n’a pas attendu longtemps pour réagir avec des solutions concrètes. C’est la raison pour laquelle le chef du Gouvernement, Augustin Matata Ponyo a réuni hier à la Primature les ministres délégué auprès du Premier ministre, chargé des Finances, ainsi que celui des Transports et Voies de Communication, respectivement Patrice Kitebi et Justin Kalumba. Au sortir de cette réunion à laquelle prenaient part plusieurs experts, Justin Kalumba a indiqué à la presse qu’ils ont fait le point de la situation du secteur de transport public en Rd Congo, singulièrement à Kinshasa.

En effet, il a manifesté la volonté du Gouvernement qui est très déterminé à régler ce problème. Pour cela, plusieurs mesures ont été préconisées et validées. En termes de mesures à court terme, il a été décidé la commande de 200 bus par une procédure d’extrême urgence. En plus, l’ONATRA sera renforcé pour que nécessairement il parvienne à maintenir ses 5 rotations par jour au lieu de 3 comme présentement. Pour ce faire, en plus de l’axe Gare centrale-Matete, l’axe Gare centrale-Kinsuka devra être restauré.

Dans la même rubrique, il est prévu la réparation des bus des sociétés publiques existantes (Stuc et City Train). Ce qui va accroître l’offre en transport public. A ce sujet, le ministre Patrice Kitebi a indiqué que les instructions que nous avons reçues sont très claires. Et dès demain, « nous allons apporter des appuis financiers indispensables pour permettrela restauration de la capacité de transport des sociétés existantes, mais avec des bus qui sont quasiment immobilisés qui réclament des réparations ». De même a-t-il promis d’apporter un appui à l’ONATRA pour faciliter la rotation, tout en restaurant le transport entre Kinshasa et Kasangulu.

Défiscaliser l‘importation des bus neufs

Au-delà de ces mesures prises à court terme, il est aussi prévu des mesures à long terme, comme la possibilité pour le ministère des Finances de défiscaliser l’importation des bus à partir de 20 places assises. En plus, le Gouvernement en veut que des bus neufs ou ceux qui sont âgés d’au moins 5 ans. A terme, l’ambition du Gouvernement est d’arriver à avoir une usine de montage et d’assemblage des bus à Kinshasa et à Lubumbashi. Ceci, pour permettre d’avoir une maîtrise en termes de maintenance et de pièces de rechange.

Pour le ministre délégué auprès du Premier ministre chargé des Finances, la mesure de défiscalisation est temporaire. A côté de cette mesure, il y en a d’autres qui vont être prises, parce que le fisc ne constitue pas le seul coût. Il y a d’autres intervenants comme le Fonds pour la promotion de l’industrie (FPI), l’Office de gestion du frêt multimodal (OGEFREM), etc. qui viennent alourdir la charge à l’importation. « Nous étudions toutes ces questions pour avoir des mesures réellement incitatives pour les importations », précise-t-il.

Des constructions anarchiques

Mais depuis que le chemin de fer a été négligé à Kinshasa, certains compatriotes n’ont pas hésité de construire le long de la voie ferrée où passe le train urbain. Le Gouvernement qui est au courant de cette situation fait savoir que la voie ferrée est prioritaire. S’il faut déloger, ou arriver à une espèce d’indemnisation, il promet d’y arriver. D’autant qu’il est important pour une ville comme Kinshasa que le transport de masses soit organisé et on ne peut réussir qu’à travers le train urbain.

L’Avenir

 

 

© Copyright L'Avenir Quotidien

Après la grève des chauffeurs : Matata relance le train urbain sur l’axe Gare Centrale- Kinsuka !
(La Prospérité 25/05/2012)


Va-t-on assister à une autre série de démolitions à Kinshasa, particulièrement sur la voie ferrée reliant la Gare Centrale au Quartier Kinsuka dans la Commune de Ngaliema ? C’est tout à fait probable. Du moins si l’on se fie aux résolutions issues de la réunion tenue hier par le Premier Ministre Matata Ponyo qui est plus que déterminé à en découdre avec le problème de transport public à Kinshasa. Il a été décidé, entre autres, au cours de cette réunion à laquelle avait pris part les Ministres des Transports et des Finances, le maintien, par la SCTP (ex-ONATRA), de cinq (5) rotations par jour du train urbain qui, il convient de le rappeler, étaient de trois (3) jusque-là sur l’axe Gare centrale – Ndjili/Aéro. Matata Ponyo et ses collaborateurs ont également décidé de la restauration du train urbain sur l’axe Gare centrale – Kinsuka. Seulement, sur cet axe, plusieurs constructions ont été érigées rendant ainsi la voie ferrée étroite, la circulation du train urbain difficile, voire impossible à certains endroits. «Nous sommes bien conscients de ce problème qu’il y a des compatriotes qui ont construit des maisons, voire des immeubles sur le long des rails. Mais, ce qui est important à savoir est que la voie ferrée est prioritaire. S’il faut qu’on en arrive à une espèce d’indemnisations, pour que ceux qui ont construit soient délogés afin que le train passe, on y arrivera. Il est important que dans une ville comme Kinshasa, que le transport des masses soit organisé », a martelé le Ministre Justin Kalumba. Et, de préciser qu’on ne peut organiser le transport des masses que par la voie ferrée. Parce que le train, indique-t-il, peut évacuer 3.000 personnes par rotation. S’agissant d’autres mesures, l’on retiendra la défiscalisation temporaire, la commande, par procédure d’urgence, de 200 bus de grande envergure ; la relance de la Stuc et City train… Ce jeudi 24 mai 2012, à l’Hôtel du Gouvernement, le Premier Ministre Matata Ponyo a fait le point de la situation générale des transports en RDC et, plus particulièrement, à Kinshasa, avec le Ministre des Transports et Voies de Communication ainsi que le Ministre Délégué auprès du Premier Ministre chargé des Finances. De cette concertation, l’on retiendra que le gouvernement est plus que déterminé à régler le problème de transport public, surtout au regard de ce qui s’est passé en début de cette semaine. Ce faisant, plusieurs mesures ont été préconisées et validées dont certaines sont à court terme et donc, d’application immédiate ; d’autres, à moyen et long terme. S’agissant de mesures à court terme, le Ministre des Transports et Voies de communication, M. Justin Kalumba Mwana Ngongo a cité notamment, le maintien, par la SCTP (ex-ONATRA), de cinq (5) rotations par jour du train urbain qui, il convient de le rappeler, étaient de trois (3) jusque-là sur l’axe Gare centrale – Ndjili/Aéro. Matata Ponyo et ses collaborateurs ont également décidé de la restauration du train urbain sur l’axe Gare centrale – Kinsuka. Seulement, sur cet axe, plusieurs constructions ont été érigées rendant ainsi la voie ferrée étroite, la circulation du train urbain difficile, voire impossible à certains endroits. «Nous sommes bien conscients de ce problème qu’il y a des compatriotes qui ont construit des maisons voire des immeubles sur le long des rails. Mais, ce qui est important à savoir est que la voie ferrée est prioritaire. S’il faut qu’on en arrive à une espèce d’indemnisations pour que ceux qui ont construit soient délogés afin que le train passe, on y arrivera. Il est important que dans une ville comme Kinshasa, que le transport des masses soit organisé », a martelé le Ministre Justin Kalumba. Et, de préciser qu’on ne peut organiser le transport des masses que par la voie ferrée. Parce que le train, indique-t-il, peut évacuer 3.000 personnes par rotation. Avec 5 rotations, à titre illustratif, c’est 15.000 passagers par jour. Or, avec les bus, qu’ils soient au nombre de 20, 30 ou 50, on ne peut pas atteindre ce chiffre des passagers. Une défiscalisation temporaire Une autre mesure d’urgence qui a été prise, concerne les deux entreprises de l’Etat qui organise le transport en commun, à savoir : Stuc et City Train. En effet, le Premier a, au cours de cette réunion, décidé de les booster en réhabilitant leurs bus. Ainsi, pour accroître l’offre du transport public, a dit le Ministre des Transports, les 25 bus de la Stuc qui ont des petites pannes vont être rapidement réhabilités ainsi qu’une quarantaine des bus de la City Train. Outre ce paquet de mesures d’urgence, la réunion a également pris une décision que le Ministre Justin Kalumba a qualifié d’extrême. C’est celle de commander, par procédure d’urgence, 200 bus de grande envergure. «L’acquisition de nouveaux bus va bénéficier à l’ensemble du pays et non seulement à la Capitale car, Kinshasa n’est pas le Congo», a précisé le Ministre Patrice Kitebi. Ce paquet de mesures, il faut le souligner, demande l’implication du ministère des Finances. A cet effet, les ministères des Transports et des Finances vont se concerter pour étudier les modalités de défiscaliser les importations des bus. A ce sujet, Patrice Kitebi et Justin Kalumba ont convenu que seuls les bus de 20 places et plus seront concernés. Une autre condition pour être éligible à ce régime fiscal, les bus importés doivent être neufs et à la rigueur vieux de 5 ans tout au plus. Patrice Kitebi a prévenu que cette mesure de défiscalisation est temporaire. Il a ajouté que d’autres mesures seront prises puisqu’il y a un certain nombre d’éléments qui concernent l’Office de gestion de fret multimodal (Ogrefrem), le Fonds pour la promotion de l’industrie (Fpi) et d’autres éléments qui viennent alourdir la charge à l’importation. «Nous sommes en train d’étudier toutes ces questions de manière à ce qu’on ait des mesures réellement incitatives pour le secteur de transport en commun », a dit le Ministre délégué en charge des Finances. Au-delà de ces mesures, le Ministre des Transports a annoncé que l’objectif à terme est, pour le gouvernement, d’avoir une usine de montage et d’assemblage des bus à Kinshasa et, éventuellement, à Lubumbashi, en vue d’avoir une maîtrise en ce qui concerne la maintenance et les pièces de rechange. Confirmant les propos de son collègue, le Ministre délégué auprès du Premier ministre en charge des Finances, Patrice Kitebi Kibol M’vul a affirmé que les instructions du Chef de l’Etat rappelées par le Premier Ministre sont claires. « Nous allons, dès demain, apporter des appuis financiers ponctuels pour restaurer la capacité des transports qui existent dans la perspective de remettre sur la voie publique, des bus immobilisés ». S’agissant du transport ferroviaire, Il a indiqué qu’un appui va être accordé à la SCTP dans ce cadre pour permettre d’assurer les fameuses rotations et de restaurer le transport entre Kinshasa et Kasangulu.

La Pros.

 

© Copyright La Prospérité

Les commentaires sont fermés.