Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

01/06/2012

AFRIQUE : L'UA DEVAIT DISPARAÎTRE CAR COMME DISAIT L'AUTRE ELLE EST AUSSI UN GROS MACHIN

Crises et conflits en Afrique / L’Union africaine : réformée ou dispraître
(Le Potentiel 01/06/2012)



Les années 2011 et 2012 auront été celles de crises et conflits dans le continent africain. L’intervention de l’OTAN en Libye, de l’armée française en Côte d’Ivoire, les crises au Soudan, Mali, Guinée Bissau…, sont là autant d’éléments qui ont poussé l’opinion africaine à se demander sur la nécessité des réformes ou simplement de la dissolution de l’Union africaine qui, selon cette opinion, n’a pas su répondre aux attentes des gouvernements et peuples africains.

Au-delà de quelques initiatives de l’Union africaine en faveur de la paix dans la région Afrique, une frange de l’opinion publique africaine reste cependant septique quant au véritable rôle que devrait jouer l’Union africaine dans la prévention et résolution des conflits dans le continent africain, qui du reste, n’est pas appelé à vivre ce genre de crises, même 50 ans après les indépendances. 

Revenant sur la guerre en Libye, parmi tant d’autres, l’opinion publique africaine a dû exprimer son total désarroi face au silence coupable, et à l’incapacité de l’Union africaine de se saisir de cette crise, qui a conduit selon cette opinion à la mort du grand leader africain aux ambitions panafricaines. 

Selon cette opinion, «le printemps arabe», avait pour mission première d’amorcer de profondes réformes politiques dans les pays dont la gestion de la res publica ne présageait pas un avenir meilleur. 

Interrogée au sujet de la révolution libyenne, l’opinion publique africaine, se dit être étonnée de la façon dont cette révolution avait été récupérée par les puissances occidentales, jusqu’à en faire un problème privé, qui selon elle, avait pris les allures de règlement de compte «Sarko- Kadhafi». 

«Il n’y a jamais eu une crise dans le continent qui soit réglée par l’Union africaine, sans qu’il y ait eu en amont, une quelconque implication des Nations unies», a affirmé cette opinion, donnant son avis sur le rôle de l’Union africaine. 

Pour appuyer son affirmation, elle a donné l’exemple le plus récent de la reprise des négociations depuis mardi dernier, à Addis Abeba, entre les deux Soudan. 

Une reprise, selon elle, sans la résolution du conseil de sécurité des Nations unions, sommant les deux Soudan à rependre les négociations sous peines des sanctions n’aurait pas eu lieu. Il se pose selon l’opinion africaine, un véritable problème d’une force de coercition, au sein de cet ensemble africain. C’est le cas, le 30 mai dernier, lors de l’audience lui accordée par François Hollande, que Boni Yayi, président béninois et président en exercice de l’UA, appelait à la création d’une force africaine d’intervention au Mali, sous l’égide des Nations unies. 

A la lumière de cette analyse, l’opinion publique africaine s’interroge sur ce qui se cache derrière cette façon de l’Union africaine de gérer les conflits sous sa juridiction. 

« Est-ce c’est le manque de l’expertise, est-ce c’est le manque des moyens financiers, matériels et militaires, ou c’est tout simplement le problème de la complicité », se demande l’opinion publique africaine. 

A en croire cette opinion, l’union africaine serait entrain de fermer l’œil devant les multiples interventions illégales des occidentaux, qui au nom de la résolution des crises en Afrique, viennent plutôt concrétiser leur «plan macabre», laissant derrière, les guerres, les crises, et l’instabilité politique. Cette opinion a, mis en évidence, le cas de la Libye, qui peine encore à trouver sa stabilité depuis la mort de son guide. 

Cyprien Kapuku.

 

 

© Copyright Le Potentie

AFRIQUE : IL Y EXISTE-T-IL ENCORE DES CHEFS D'ETAT TOUS CES SILENCES DE KADHAFI QU'ON MASSACRE A TAYLOR QU'ON EMPRISONNE !!!

DIRIGEANTS AFRICAINS ET CONDAMNATION DE TAYLOR: un silence lourd de sens
(Le Pays 01/06/2012)



Officiellement, les dirigeants africains ont passé sous silence la condamnation de leur ex-homologue, Charles Taylor, reconnu comme le bourreau de nombreux Sierra-leonais, tués durant la longue et atroce guerre civile. Aucun d’eux n’a pipé mot, à l’exception de Boni Yayi du Benin qui a lâché cette formule laconique très connue en Afrique : « la justice a fait son travail, je n’ai rien à redire… ». 

Ce silence est, on ne peut plus lourd de sens. Car, on peut bien se demander ce qu’ils auraient à redire sur le verdict de ce procès sans se faire écharper, quand on sait qu’à travers Taylor, beaucoup se reconnaissent. On n’a d’ailleurs pas besoin de les entendre pour savoir leur position sur la condamnation de Taylor par la justice internationale. Leur attitude envers la CPI a été clairement affichée quand celle-ci avait lancé un mandat d’arrêt contre cet autre bourreau africain, Omar El Béchir. 

On les entendait alors, à travers leur instance corporative appelée Union africaine, proférer des imprécations contre une CPI qui se présente pourtant comme une alternative aux institutions judiciaires africaines acquises aux ordres des princes. Une posture qui permet au Néron du Soudan de parader devant ses victimes qui vivent visiblement le long supplice de Tantale. Certainement, et même si officiellement on observe une omerta totale sur cette condamnation de Taylor de la part des dirigeants africains, il n’en demeure pas moins que des commentaires vont bon train dans les palais présidentiels du continent noir. 

Espérons seulement que cette condamnation ne leur offre pas à nouveau l’occasion de se lancer dans de longues diatribes truffées de flèches caustiques contre la CPI qu’ils qualifient, à dessein, de justice sélective, érigée en un instrument des Blancs contre les Noirs. Ce procès aura-t-il un effet dissuasif sur ces dirigeants africains qui peinent encore à tourner définitivement le dos à Machiavel ? 

Ces derniers ont en tout cas intérêt à se raviser et à faire leur introspection à temps, au risque de subir, tôt ou tard, les foudres d’une Cour pénale internationale déterminée à faire rendre gorge à tous ceux qui s’érigent en bourreaux contre leur peuple. Et ce sont les nombreux Africains, orphelins de leurs instances judiciaires nationales, qui ont désormais de quoi se féliciter.



Boulkindi COULDIATI

 

 

© Copyright Le Pays

AMNESTY INTERNATIONAL N'A JAMAIS RIEN COMPRIS DES MANIPULATIONS OCCIDENTALES LORSQU'ELLES VEULENT DE FORCE OBTENIR CE QU'ELLES VEULENT CHEZ LE FAIBLE CAR QU'A APPORTE LE PRINTEMPS ARABE LA DEMOCRATIE OU L'ISLAMISATION RADICALE ?

 
 

Moureaux: "Ils ne seront pas maîtres de la rue",

(01/06/2012)

VIDEO "On ne va pas se laisser impressionner par ces gens, ils ne seront pas les maîtres de la rue"

MOLENBEEK Le bourgmestre de Molenbeek, Philippe Moureaux (PS), est arrivé, vendredi vers 18h30, sur les lieux de la manifestation de soutien à la jeune femme au niqab, en face du commissariat de police à Molenbeek.

Le bourgmestre a été interpellé, sur un ton virulent, par une femme voilée qui lui a demandé de condamner "l'agression subie" par Nathalie, citoyenne de Ganshoren interpellée jeudi soir par la police à Jette pour port du niqab. Il lui a rétorqué qu'une enquête était en cours et qu'il attendait les résultats de celle-ci avant de se prononcer.

"On ne va pas se laisser impressionner par ces gens, ils ne seront pas les maîtres de la rue", a indiqué, sur place, le bourgmestre de Molenbeek à l'agence Belga, justifiant ainsi la mise en place d'un dispositif policier important. Tout le quartier autour de la maison communale et du commissariat a été bloqué. La station de métro Comte de Flandre a été fermée.

"Les manifestants ne sont pas de Molenbeek mais ils viennent d'Anvers" a précisé Philippe Moureaux, faisant référence à Shariah4Belgium.

Jeudi soir, le bourgmestre de Molenbeek avait tenté de discuter avec un membre de ce groupuscule radical islamiste. Mais un autre membre de Shariah4Belgium est alors intervenu pour dire à son coreligionnaire: "Ne parle pas avec l'ennemi, c'est la guerre avec lui", pointant le bourgmestre de Molenbeek.
La police a procédé à trois arrestations administratives: deux femmes pour port du niqab et un homme, fauteur de troubles, apparenté à Shariah4Belgium. Aucun blessé n'a été signalé.

Le rassemblement a été dispersé en grande partie.

En raison de ces nouveaux incidents, la conférence de presse organisée par Nathalie et les membres de Shariah4Belgium a été annulée.

© La Dernière Heure 2012

Sur le même sujet:

 
 
Vidéo : L'attroupement à Molenbeek
 
 
Molenbeek: Milquet demande une enquête
 
 

Molenbeek: Milquet demande une enquête approfondie

(01/06/2012)

VIDEO "Les faits doivent être condamnés avec la plus grande sévérité

BRUXELLES La ministre de l'Intérieur, Joëlle Milquet, a condamné vendredi les émeutes qui ont eu lieu jeudi soir à Molenbeek et demande une enquête approfondie sur les circonstances qui ont conduit à de tels débordements. "Les faits doivent être condamnés avec la plus grande sévérité", a indiqué Mme Milquet (cdH) à son arrivée au conseil ministériel restreint vendredi matin.

La ministre de l'Intérieur s'est félicitée de la rapide intervention des services d'ordre. "Les services de police sont rapidement arrivés sur les lieux. Il y a eu une très bonne coordination entre les différents services qui démontre que le mécanisme du maintien de l'ordre a parfaitement fonctionné. Ces débordements sont inacceptables. Il faudra réaliser une enquête approfondie afin de déterminer l'origine de ces débordements ainsi que le déroulement des événements. Je pense que la police a fait son travail. Mais il faut une enquête approfondie pour analyser l'ensemble des circonstances qui ont conduit à ces émeutes", a-t-elle dit.

Une émeute a éclaté, jeudi soir à Molenbeek, à la suite de l'interpellation d'une femme vêtue d'un niqab qui refusait de se soumettre à un contrôle d'identité. Au cours de cette émeute, quatre policiers ont été blessés.

Cet article génère un nombre très important de commentaires qui doivent être tous revus en raison du sujet abordé. Il ne nous est matériellement pas possible d’assumer cette charge additionnelle. En conséquence, cet article ne sera pas ouvert aux commentaires. Veuillez nous en excuser. Merci de votre compréhension. La modération.

© La Dernière Heure 2012

Sur le même sujet:

 
 
Vidéo : L'attroupement à Molenbeek
 
 
Vidéo : Emeutes à Molenbeek
 
 
Les policiers se rapprochent des émuetiers
 
 
Molenbeek: Milquet demande une enquête
 

Lire la suite