Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

19/07/2012

AFRIQUE DU SUD ET LE MANDELADAY

Le « Mandela Day », un appel mondial à l’entraide
(L'Humanite 18/07/2012)



La 18 juillet de chaque année, jour de l’anniversaire de l’ancien président Sud-Africain, la Fondation Mandela lance un appel à consacrer 67 minutes de son temps pour aider ses semblables. Le « Mandela Day » (Journée Mandela, reconnue par les Nations-Unies), est l'occasion d'inviter chacun à agir conformément aux valeurs activement défendues pendant 67 ans par cette icône de la lutte contre le régime de l’Apartheid.

Repeindre une école, réparer les cabanes d’un bidonville, nettoyer un parc, une plage ou aider les pensionnaires d’un hôpital : autant d’actions tournées vers l’entraide auxquelles sont aujourd’hui invités à participer, pendant 67 minutes, tous les citoyens du monde. Le « Mandela Day » n’a en effet pas vocation à se limiter à l’Afrique du Sud : avec cette journée, qui bénéficie du soutien de l’Organisation des Nations Unies (ONU), la Fondation Mandela souhaite s’adresser à l’ensemble de l’humanité.

Les messages de vœux et les incitations à agir conformément aux valeurs prônées par le père de la Nation Arc-en-ciel sont également arrivés du monde entier ce mercredi. Le président américain Barack Obama et son épouse Michelle ont salué la « volonté de fer » et l’« intégrité sans faille » de l’ancien président Sud-Africain. Alors qu’en France, une banderole devait être déployée par des enfants au départ de la seizième étape à Pau, le Secrétaire Général de l’ONU Ban Ki-moon rend lui hommage à un « combattant de la liberté ». Dans un message vidéo, il s’est joint à la fondation Mandela pour appeler « chacun d’entre nous à effectuer 67 minutes de service public ». « Rejoignez le mouvement de Mandela pour rendre le monde meilleur. […] Agissez, provoquez le changement. Faites de chaque jour un "Mandela Day" », a-t-il dit.

« Mandela a consacré 67 ans de sa vie à améliorer celle des autres »

En Afrique du Sud, la journée a débuté à 8h00 par un « happy birthday » chanté par plus de 12 millions d’enfants dans les écoles du pays. Un « Joyeux anniversaire » suivi d’un « We love you tata », « Nous t’aimons père ». Paul Ramela, le directeur d’une école primaire de Soweto, explique à ses élèves : « C'est un jour très important pour nous tous. [...] Nous sommes ici pour célébrer l'anniversaire d'une personne très importante, une personne qui nous a libérés de l'apartheid ». « Mandela a consacré 67 ans de sa vie à améliorer la vie des autres. Il a tant fait pour nous », poursuit-il.

Militant du Congrès National Africain (ANC), le mouvement luttant contre la ségrégation raciale et la domination politique de la minorité blanche en Afrique du Sud, Nelson Mandela avait été condamné à la prison à perpétuité en 1963. Relâché le 11 février 1990, il a soutenu la réconciliation entre noirs et blancs et reçu en 1993, conjointement avec le président Sud-africain d’alors, Frederik de Klerk, le prix Nobel de la paix pour avoir mis pacifiquement fin au régime d’apartheid. Après les premières élections non raciales de l’histoire du pays en 1994, « Madiba » devient président de la République d’Afrique du Sud, poste qu’il occupera durant un seul et unique mandat, jusqu’en 1999. Il s’est depuis retiré de la vie politique mais est resté impliqué dans plusieurs associations de lutte contre la pauvreté ou le sida.

À 94 ans, Nelson Mandela a une santé de plus en plus fragile (il avait été hospitalisé au mois de février). Ses apparitions publiques se font rares, la dernière remontant à la finale de la Coupe du monde de football à Johannesburg en juillet 2010. Aujourd’hui, il bénéficie d’un cadeau d’anniversaire inattendu : des biologistes ont découvert en Afrique du Sud un nouveau fossile de pic et l'ont baptisé en son hommage "Australopicus nelsonmandelai".

 

 

© Copyright L'Humanite

Visiter le site de: L'Humanite


MANDELA DAY: et l’Afrique dans tout ça ?
(Le Pays 19/07/2012)



Le 18 juillet, a été célébré, à travers le monde, le « Mandela day ». La date anniversaire de la naissance de Nelson Mandela, le prisonnier le plus célèbre de l’apartheid, est devenue dans les faits et cela depuis quelques années, une journée internationale. De l’Afrique du Sud aux Etats- Unis en passant par l’Europe, le Mandela Day est une occasion d’inciter les hommes et les femmes du monde à agir conformément aux valeurs promues par ce grand homme. Le continent africain, quant à lui, est bien timide dans cette commémoration. Une seule action visible à Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso.

Trop timide dans l’ensemble pour répandre la pensée de celui qui a mis fin à l’apartheid alors qu’Américains et Européens sont les plus en vue dans la commémoration de cette journée. La fondation qui porte son nom a appelé à consacrer 67 minutes de son temps pour aider ses semblables au cours de cette journée. D’une façon ou d’une autre, il faudra que les Africains trouvent les moyens pour entretenir le mythe Mandela afin de magnifier le fait qu’au-delà de la haine et de la violence, il restera toujours l’amour et le pardon pour réconcilier les hommes de toutes les origines ; qu’au-delà de l’égoïsme et de l’injustice, le partage et l’équité les rapprocheront. Cette journée n’a pas encore été décrétée journée fériée, mais le fait seulement qu’une bonne partie de l’humanité puisse s’arrêter un moment, avoir une pensée pour le premier président noir de l’Afrique du Sud, est en soi une double consécration humaine et politique.

A 94 ans, l’homme est un exemple de longévité après toutes les brimades et tortures subies durant ses soixante-sept ans de combat pour une Afrique du Sud non raciale. Jamais de son vivant un homme politique n’aura fait autant l’unanimité autour de sa personnalité et de son engagement politique et social. Il est en train de laisser l’image de celui qui a tout donné pour libérer son peuple des affres du racisme.

Sans haine et sans esprit de revanche, il a tracé le sillon dans lequel tous les Sud- africains, sans distinction de couleurs, devraient s’engouffrer, pour construire une nation africaine prospère et puissante. Il a montré aux hommes politiques africains, ce que c’est que le don de soi, autrement dit servir une cause et non se servir. Après son unique mandat, il passe ses vieux jours en paix, riche de l’amour indéfectible de son peuple et de la haute considération que lui témoigne le monde entier. Une journée porte son nom, une fondation également. Mandela est un héros vivant, une étoile africaine qui brille dans la constellation des grands hommes qui auront marqué ce siècle.

Il n’est pas de la catégorie des héros dont l’œuvre se révèle à l’humanité seulement au lendemain de leur mort. Lui est en train de faire le chemin inverse au grand bonheur des jeunes générations. C’est donc un héros vivant auquel elles doivent pouvoir s’identifier si un vrai travail d’explication et de dissémination de son œuvre est fait. Malheureusement, les Africains ne semblent pas très forts en la matière.



Abdoulaye TAO

 

 

© Copyright Le Pays

Les commentaires sont fermés.