Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

23/07/2012

CONGO/KINSHASA : LES EXACTIONS COMMISES PAR LES TUTSIS RWANDAIS, OUGANDAIS ET BURUNDAIS AU KIVU NE RESTERONT JAMAIS IMPUNIES CAR TROP C'EST TROP

EDITORIAL: Affaire nationale
(Le Potentiel 23/07/2012)


Loin d’être une affaire de seuls ressortissants de la partie Est de la République démocratique du Congo, particulièrement ceux du Nord-Kivu, la rébellion menée par le Mouvement du 23 mars (M23) revêt une dimension nationale. Avec la guerre de l’Est, c’est la RDC qui est attaqué dans ce qu’elle a de plus précieux à préserver, c’est-à-dire son intégrité territoriale et sa souveraineté.

En effet, des rapports réalisés par des experts indépendants ont nettement prouvé l’existence d’une main étrangère, notamment celle du Rwanda, dans le nouveau drame de l’Est de la RDC.

Après le gouvernement qui a lancé officiellement un mot d’ordre à la mobilisation, relayé par les chefs de confessions religieuses, toutes tendances confondues, l’Eglise Catholique vient de s’engager solennellement dans le grand combat contre la balkanisation de la RDC.

L’Eglise Catholique est donc convaincue que la guerre de l’Est du pays a des connexions avec ce vieux projet de démantèlement de la RDC. Gagner la bataille de l’Est, pense-t-elle, passe inévitablement par une intense mobilisation pour faire échec au plan de balkanisation de la RDC.

Si l’Eglise est ouvertement montée au créneau, ce qu’elle a trouvé de bonnes raisons pour se lancer dans l’arène. Quoi de plus normal que la population entière lui emboîte le pas.

Déjà, le 1er août, journée consacrée aux parents vivants et décédés, l’Eglise Catholique a promis de mobiliser tous ses fidèles dans une marche dite de «l’espérance» ; espérance pour un Congo et un peuple qui tient à défendre son pays et sa dignité. Car, l’humiliation qu’on a fait subir à la RDC et à son peuple n’a que trop duré. Il est temps d’y mettre fin pour donner, enfin, l’occasion à la RDC de se construire un avenir meilleur dans la paix et la dignité retrouvée.

Avec ses neuf voisins, la RDC ne peut plus servir de déversoir des problèmes des autres. Elle a longtemps souffert de son hospitalité qualifiée de légendaire. C’est sur cette même notion d’hospitalité que s’explique en partie son malheur. Il est temps aussi de recadrer les choses sur ce point.

Et c’est au peuple congolais dans son ensemble que revient cette lourde charge. Celle de se redonner espoir pour rayonner véritablement au cœur de l’Afrique.

Comme le rappelle la bible, le salut du Congolais ne viendra ni de l’Orient, ni de l’Occident ; il sera la résultante d’une action interne, menée par des Congolais, soucieux de se libérer de la servitude de ceux qui craignent son épanouissement. Car, le jour où la RDC s’éveillera, c’est toute l’Afrique qui se relèvera. Franz Fanon l’avait prédit.

Raison de plus pour les Congolais de dresser leurs fronts longtemps courbés pour se laver de l’opprobre et barrer la route au plan macabre de balkanisation de la RDC.

Par Le Potentiel




 

 

© Copyright Le Potentiel

RDC-Rwanda : la Monusco ne désavoue pas l’envoi d’une force neutre internationale
(Le Potentiel 23/07/2012)


D’aucuns estiment que l’envoi d’une force neutre internationale d’interposition entre la RDC et le Rwanda est «un désaveu» de la Mission de l’Organisation des Nations unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (Monusco). Réagissant à ce jugement, Madnodje Mounoubai, porte-parole de la Monusco, a déclaré que l’intervention de cette force neutre internationale ne peut pas être considérée comme un désaveu du mandat de la Mission onusienne en RDC. Cela d’autant plus que «plusieurs autorités congolaises, notamment, le président de la République, des officiels, des acteurs politiques, des responsables militaires, ont, lors du 19ème sommet de l’Union africaine à Addis-Abeba, en Ethiopie, félicité la Monusco pour son appui aux côtés des FARDC», a-t-il ajouté.

Concernant l’envoi de cette force neutre internationale dans l’Est de la RDC, «nous n’avons aucun état d’âme (…). Nous n’en connaissons ni le contour ni le mandat», a avoué le porte-parole de la Monusco. Avant de renchérir : «Nous continuons à assumer notre mission de maintien de la paix».

Pour Madnodje Mounoubai, la décision d’envoi de cette force neutre n’engage que la RDC et le Rwanda ainsi que les pays membres de la Conférence internationale pour la région des Grands Lacs (CIRGL).

«Nous souhaitons tous la bienvenue à tout ce qui peut concourir au retour de la paix dans l’Est de la République démocratique du Congo et dans la région des Grands Lacs», a-t-il affirmé.

Toujours dans le même registre, le porte-parole militaire intérimaire de la Monusco n’a pas caché ses appréhensions dans la mesure où «aucun élément n’a été donné» au sujet de cette force neutre internationale.

Le secrétaire général exécutif de la CIRGL, Ntumba Luaba, a récemment déclaré que cette force «ne va pas remplacer la mission onusienne, mais plutôt la compléter». Il est en tournée dans les onze pays membres de la CIRGL pour consulter les dirigeants au sujet de la constitution de cette force qui aura pour mission de contrôler la zone frontalière commune aux deux pays et combattre les groupes armés dans l’Est de la RDC, dont les FDLR et le M23.

Pour rappel, le déploiement de la force neutre internationale entre la RDC et le Rwanda a été décidé par les participants au 19ème sommet de l’UA à Addis-Abeba (Ethiopie) pour ramener la paix dans l’Est de la République démocratique du Congo.

L. C

 

© Copyright Le Potentiel

Visiter le site de: Le Potentiel

 

 

 

Les commentaires sont fermés.