Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

30/07/2012

CONGO/KINSHASA : JOS¨PH KABILA KABANGE A ENFIN ROMPU AVEC LE LANGAGE DIPLOMATIQUE ET COMME PAR HASARD APRES SA RENCONTRE AVEC DOS SANTOS

Guerre dans l’Est : les Congolais assiègent l’ambassade du Rwanda à Bruxelles
(Le Potentiel 30/07/2012)


Un grand nombre de personnes participait samedi 28 juillet à une manifestation organisée par les Congolais à Bruxelles pour protester contre les violences perpétrées par les groupes rebelles soutenus par le Rwanda, selon un rapport de l’ONU, dans l’Est de la RD Congo. Deux personnes ont été blessées lors des échauffourées entre policiers et manifestants au point de chute de cette marche qui était l’ambassade du Rwanda, avenue de Tervueren à Woluwe-Saint-Pierre.

Ils étaient venus de France, d’Allemagne… pour participer à la marche organisée par les Congolais à Bruxelles le samedi 28 juillet. Les organisateurs estiment le nombre de personnes à 350. Mais la police de Bruxelles donne le chiffre de 335.

Les manifestants entendaient protester contre les violences qui secouent l’Est de la RDC. Ils jugent également inadmissible la passivité dont la communauté internationale fait preuve, selon eux, face à cesévénements.

La manifestation était partie vers 15h30 de la place du Trône - sous la statue du Roi Léopold II – avant de rallier l’avenue de Tervueren via la rue Belliard et le parc du cinquantenaire.

A 17h45, les manifestants arrivaient enfin devant l’ambassade du Rwanda protégée par de nombreux policiers qui s’y trouvaient déjà afin d’éviter tout incident.

Pendant près de trois heures, ils ont lancé des slogans anti-Rwanda et son chef Paul Kagame accusé de soutenir la rébellion dans l’Est du Congo, dont le mouvement du 23 mars (M 23) dirigé par Bosco Ntaganda.

«Kagame, pilleur des minerais du Congo ; Kagame, vous avez sur votre conscience des millions de morts Congolais…», pouvait-on entendre.



A chaque fois que les manifestants ont tenté de percer le cordon de sécurité établi devant l’Ambassade du Rwanda, ils ont été repoussés. Cela a provoqué la colère des Congolais. Des échauffourées ont alors éclaté entre les policiers et les manifestants.



Dépassés par l’événement, la police a été contrainte de faire usage du gaz lacrymogène pour disperserdes manifestants lançant des pierres. Un autre groupe de manifestants a également tenté de franchir des chevaux de frise, nécessitant là aussi l’intervention des forces de l’ordre.



Deux blessés



Bilan de la manifestation : deux blessés. Un homme a été victime d’une fracture au bras gauche et un second a été touché à l’épaule gauche. Ils ont tous les deux été conduits à l’hôpital.



Aucun policier n’a été blessé, a indiqué à «Belga» Ilse Van de Keere, porte-parole de la zone de police Bruxelles-Ixelles. «Plusieurs personnes ont été interpellées lors de notre intervention, mais il n’il n’y a pas eu d’arrestation», a-t-elle ajouté.



Par ailleurs, la police belge a tenu à préciser que deux abris de bus avaient été détruits, deux voitures endommagées et une vitre de l’ambassade d’Ouganda avait été brisée.



Vers 21h, le monde s’est effacé : le calme était sur l’avenue de Tervuerenà Woluwe-Saint-Pierre. Les derniers manifestants avaient rejoint la station de métro Montgomery, fiers d’avoir participé à une manifestation de compassion à leurs compatriotes de l’Est du pays.



 

© Copyright Le Potentiel

Visiter le site de: Le Potentiel


SONDAGE
.
Quelle solution envisager pour sortir le pays de cette mauvaise passe?
...Procéder à un recomptage global sous le contrôle de personnalités neutres...
...Engager un dialogue politique entre les principaux candidats..
...Faire confiance à la cour supreme...
...Organiser une nouvelle élection...
...Autre...
...Sans avis...
 
- Participer au sondage
- Résultats du sondage
- Consultez les sondages antérieurs...
 

FORUM DE DISCUSSION
.
- Les discussions politiques
- Votre Opinion sur l'actualite
- Africa 2000*
- Rencontre et Detente*
- Le Monde des affaires*
  *Commun à tous les pays
 

AGENCE DE RENCONTRE
.
- Lui pour Elle
- Elle pour Lui
 


 HOROSCOPE

 

  FOCUS SUR L'ACTUALITÉ
Kabila dénonce le soutien du Rwanda aux mutins du M23
(Afrik.com 30/07/2012)


Joseph Kabila a rompu le langage diplomatique pour tancer le Rwanda. Au cours de son allocution, tenue samedi soir à la télévision publique, le président congolais a dénoncé le soutien de Kigali aux mutins du M23. Ce dernier met sur la table trois pistes pour sortir du conflit dans le Nord-Kivu : militaire, politique et diplomatique.

L’étau se resserre sur le Rwanda. L’Onu a réitéré ce dimanche ses accusations condamnant le soutien de Kigali aux mutins du Mouvement du 23 mars (M23). Ce vendredi, les Pays-Bas ont suspendu temporairement les cinq millions d’euros d’aide au développement destinée au Rwanda. Dimanche 22 juillet, les Etats-Unis avaient décidé de ne pas allouer, comme prévu, les 200 000 dollars (164 000 euros) de fonds accordés pour le financement d’une école militaire rwandaise. « En gelant leur aide militaire au Rwanda, les Etats-Unis ont mis fin à leur idylle débutée il y a 15 ans avec le régime du président Paul Kagame [...] », souligne l’AFP. Ces réactions en cascade de la communauté internationale ont donné des ailes au Président Joseph Kabila.

Kabila accuse le Rwanda

Le président congolais a rompu le langage diplomatique pour tancer le Rwanda. Au cours de son allocution, tenue samedi soir à la télévision publique, il a dénoncé le soutien de Kigali aux mutins du M23. Ce dernier met sur la table trois pistes pour sortir du conflit dans le Nord-Kivu, à l’Est de la République démocratique du Congo (RDC).

« On a déjà officiellement demandé aux Ougandais de nous expliquer exactement ce qui se passe et la réponse à cette demande est que l’Ouganda n’a rien à voir. », a déclaré Joseph Kabila, rapporte RFI. « Quand à la présence du Rwanda, c’est un secret de polichinelle. », s’est exclamé le président congolais. Et de conclure « Alors, est-ce que la diplomatie peut être une solution ? De toutes les façons, il y a ces trois pistes de solution : militaire, politique et diplomatique. Ça peut être les trois à la fois ».

Le rapport de l’ONU, publié mardi 26 juin, est catégorique. Les experts des sanctions des Nations Unies accusent le Rwanda de soutenir les mutins du M23, en leur fournissant « des armes, du ravitaillement militaire et de nouvelles recrues ». Le démenti ferme de Kigali n’avait pas calmé l’ire de Kinshasa. Même si, depuis, les relations entre les deux pays s’étaient réchauffées notamment le samedi 14 juillet lors du sommet des chefs d’Etats du conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA) qui s’est tenu à Addis-Abeba, en Ethiopie.

Si Joseph Kabila s’est montré ferme avec le Rwanda. Il n’a pas non plus évoqué d’éventuelles négociations avec les mutins du M23, ex-rebelles du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP).

Des négociations avec les mutins du M23 ?

Les autorités congolaises du Nord-Kivu l’auraient fait à sa place. D’après RFI, « Kinshasa demande une évaluation des accords du 23 mars, signés avec l’ancienne rébellion du CNDP qui constitue l’actuel M23, en présence d’une médiation internationale [...] une position relayée par le gouverneur du Nord-Kivu [...] le porte-parole du M23 se dit satisfait de cette position mais il ajoute de nouveaux points [...] ».

Les mutins du M23 reprochent à Joseph Kabila de ne pas avoir respecté les accords de paix. Ils réclament la pleine application du traité signé le 23 mars 2009. Pour rappel, entre les mois de mai et juin, les combats entre les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et les mutins du M23 ont provoqué le déplacement de plus de 200 000 personnes, dont 30 000 qui se sont réfugiées au Rwanda et en Ouganda, deux pays frontaliers de la RDC.

Selon la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en RDC (Monusco), environ 2 000 personnes ont fui ce jeudi ces combats, dont une partie se dirige vers Goma, la capitale du Nord-Kivu. Ce vendredi, les affrontements se sont poursuivis dans la province.


par Sébastien Badibanga

 

© Copyright Afrik.com

Visiter le site de: Afrik.com

Dans une interview diffusée sur RTNC : Guerre dans l’Est : les trois pistes de Kabila
(Le Potentiel 30/07/2012)


Dans une interview diffusée sur les antennes de la Radiotélévision nationale congolaise,télévision publique, Joseph Kabila identifie trois fronts à prendre en compte pour sortir de la crise actuelle au Nord-Kivu. Il s’agit de la diplomatique, la politique etl’option militaire. Le chef de l’Etat, qui planche pour la première en public sur la question, annonce également des négociations à l’échelle nationale. Plus des pourparlers en secret, confiné à une seule province et ses ressortissants. La nation entière devra s’engager à rechercher la paix dans l’Est.

Les fronts diplomatique et militaire sont déjà opérationnels et donnent des résultats que tout le monde connaît. Des avancées sont enregistrées, mais elles ne sont pas encore totalement satisfaisantes. Sur le plan militaireparticulièrement, le M23, appuyé par le Rwanda et l’Ouganda, consolide ses positions. Sur le plan diplomatique, une condamnation ferme et claire du Rwanda se fait toujours attendre. Toutefois, à l’actif de ces deux fronts, la RDC se tire avec un verre à moitié plein. Une posture avantageuse pour d’éventuelles négociations.

A l’interne, le président de la République parle publiquement d’un dialogue, où tout le monde sera associé. L’expérience de 2009 ayant démontré ses limites, Joseph Kabila tient à faire de ce dialogue, une affaire de la nation entière. Toutes les provinces ainsi que toutes les couches de la population seront conviées à ces pourparlers dont le format n’est pas encore déterminé. Joseph Kabila qui se charge d’annoncer la nouvelle, c’est dire toute l’importance accordée à la question.

Lorsque le chef de l’Etat réfléchit à haute voix sur le format, cela signifie que le M23 devra s’attendre à avoir en face de lui, l’ensemble des forces vives de la nation en ce compris l’opposition politique. La mobilisation générale constatée à la suite de la mutinerie, aux allures d’agression avérée, menée par le M23 comme porte-étendard, présage d’une partie serrée pour ce mouvement. C’est peut-être pour cette raison que le porte-parole du M23 avait salué, avec empressement, l’annonce faite par le gouverneur Julien Paluku et le ministre Mende. La sortie du président Kabila risque de les faire changer d’avis. Dans ce cas, l’agenda étranger sortirait au grand jour d’autant plus que pareil comportement serait incompatible avec l’intérêt de la nation.

Parlant de l’agression, Joseph Kabila explique : la présence des forces rwandaises dans l'Est de la République démocratique du Congo est un "secret de polichinelle", a affirmé samedi soir le président Joseph Kabila dans un entretien à la télévision nationale. Le président de la République indique avoir saisi les autorités ougandaises sur l'appui de ce pays au Mouvement rebelle M 23. Bref, le président Kabila note : «On a déjà officiellement demandé aux Ougandais de nous expliquer exactement ce qui se passe et la réponse à cette demande est que l'Ouganda n'a rien à voir. Quand à la présence du Rwanda, c'est un secret de polichinelle. Alors, est-ce que la diplomatie peut être une solution ? De toute façon, il y a ces trois pistes de solutions : militaire, politique et diplomatique. Ca peut être les trois à la fois».

 

© Copyright Le Potentiel

Visiter le site de: Le Potentiel

Commentaires

Excellent post ! Nous sommes une liaison à cet excellent article sur notre site Web. Suivre la bonne écriture.

Écrit par : acheter maxosize en france | 08/10/2014

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire