Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

03/08/2012

CONGO/KINSHASA : LE SORCIER KAGAME LE BOUCHER DE TSHIGALI PLUS QUE JAMAIS DANS LA LIGNE DE MIRE DE SES ANCIENS ALLIERS OCCIDENTAUX BLANCS

ONU / Rwanda - 
Article publié le : vendredi 03 août 2012 - Dernière modification le : vendredi 03 août 2012

 

RDC : le Conseil de sécurité de l'ONU veut protéger Goma du M23

Des combattants rebelles du M23 célèbrent la chute de Rumangabo, à 23 km au nord de Goma, le 28 juillet 2012.
Des combattants rebelles du M23 célèbrent la chute de Rumangabo, à 23 km au nord de Goma, le 28 juillet 2012.
REUTERS/James Akena
Par RFI

Le Conseil de sécurité de l'ONU a lancé ce jeudi 2 août 2012 un avertissement aux rebelles congolais du M23, leur demandant de cesser leur avancée vers la ville de Goma. Le Conseil a également condamné les pays qui soutiennent le M23, sans toutefois nommer le Rwanda.

 

De notre correspondant à New York, Karim Lebhour

L’avertissement est adressé aux rebelles du M23, mais c’est bien le Rwanda, et dans une moindre mesure l’Ouganda, qui sont visés par ce rappel à l’ordre du Conseil de sécurité sous l’appellation plus générale de « soutiens extérieurs ». En coulisses, les diplomates disent qu’ils n’ont guère de doute sur l’aide fournie par le Rwanda au M23, mais le Conseil a préféré ne pas pointer directement du doigt Kigali, et encore moins de parler de sanctions.

La stratégie est plutôt de faire pression sur le Rwanda pour qu’il lâche le M23 et qu’il mette un terme aux opérations militaires. Le Conseil s’est félicité des contacts entre les présidents Paul Kagame et Joseph Kabila. Il s’agit pour l’ONU d’éviter que la ville de Goma ne tombe aux mains des rebelles. Une menace imminente, affirme le Conseil des Nations unies. La chute de Goma mettrait la Monusco, la force de l’ONU sur place, dans une position très inconfortable et pourrait l’obliger à intervenir.

 
tags: Joseph Kabila - ONU - Paul Kagame

Le Conseil de sécurité de l'ONU condamne les exactions des groupes armés dans l'est de la RDC
(Xinhuanet 03/08/2012)


NEW YORK (Nations unies) -- Le Conseil de sécurité de l'ONU a renouvelé jeudi sa ferme condamnation du groupe armé M23 et des attaques qu'il a commises en République démocratique du Congo (RDC), réitérant son exigence que ce mouvement mette immédiatement fin à toute activité de déstabilisation, notamment à toute avancée vers la ville de Goma.

La déclaration du Conseil intervient à la suite à l'exposé le 30 juillet au Conseil par le représentant spécial du secrétaire général en RDC et chef de la Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la stabilisation dans ce pays (MONUSCO), Roger Meece, sur la situation dans l'est de la RDC, en particulier sur les attaques perpétrées par les mutins du Mouvement du 23 mars (M23) et sur la menace imminente qui pèse sur la ville de Goma.

« Les membres du Conseil de Sécurité demandent instamment au M23 et à tous les groupes armés de cesser toute forme de violence, y compris les violences sexuelles ainsi que le recrutement et l'emploi d'enfants-soldats. Ils demandent aux institutions pertinentes de veiller à ce que toutes les violations des droits de l'Homme fassent l'objet d'enquêtes et à ce que les auteurs soient tenus responsables de leurs actes », ont-ils souligné dans une déclaration à la presse.

Dans la déclaration, les membres du Conseil de sécurité expriment par ailleurs leur profonde préoccupation devant l'aggravation de la situation humanitaire dans le Nord-Kivu, en particulier l'augmentation du nombre de personnes déplacées et de réfugiés, et appellent la communauté internationale à fournir l'appui humanitaire approprié.

Ils se déclarent également préoccupés par les conséquences négatives que pourrait avoir la situation actuelle sur la sécurité et les conditions humanitaires dans la province congolaise du Sud- Kivu.

« Les membres du Conseil de sécurité se félicitent que le président Kagame et le président Kabila se soient entretenus récemment afin de résoudre la crise, y compris par l'intermédiaire de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs ( CIRGL) », précise la déclaration.

« Ils encouragent la poursuite d'un dialogue de haut niveau à l'échelle bilatérale et régionale et la mise en oeuvre intégrale des mécanismes régionaux existants pour résoudre le problème de l'insécurité dans l'est de la République démocratique du Congo et trouver une solution politique durable. Ils notent à cet égard qu'un sommet de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs doit se tenir à Kampala le 7 août 2012 ».

 

© Copyright Xinhuanet

Visiter le site de: Xinhuanet

Les commentaires sont fermés.