Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

06/08/2012

BELGIQUE : VOUS NOUS MANQUEZ DEJA MONSIEUR DAERDEN SI NATUREL BRILLANT ET HONNÊTE

Papa est en haut...

 

(06/08/2012)

VIDEO

L'ancien ministre fédéral des Pensions, Michel Daerden, est décédé dimanche après-midi à l'hôpital de Fréjus, a annoncé son fils, Frédéric

BRUXELLES Il était hospitalisé depuis le 25 juillet à la suite de deux arrêts cardiaques. A son arrivée à l'hôpital de Fréjus, les médecins l'avaient placé dans un coma artificiel.

A plusieurs reprises, les médecins avaient tenté de le sortir du coma. Le patient s'était cependant montré agité et les médecins avaient préféré retarder la tentative de réveil.

Depuis mardi, l'ancien ministre souffrait d'une infection pulmonaire et était fiévreux. Aucun antibiotique n'était parvenu à faire tomber la température.
Samedi, les médecins avaient pratiqué une trachéotomie pour faciliter sa respiration mais son état s'était dégradé dans la journée.

M. Daerden, père de trois enfants, est décédé dimanche après-midi. 

© La Dernière Heure 2012

Michel Daerden : toutes les réactions

 

(05/08/2012)

Didier Reynders gardera de lui un "très bon souvenir"

BRUXELLES Le président du PS, Thierry Giet, a indiqué dimanche avoir appris "avec la plus grande tristesse" le décès de l'ancien ministre socialiste Michel Daerden, qu'il a qualifié de "grande perte" pour le Parti socialiste.

M. Giet a, dans un communiqué, "au nom de tous les militants et tous les mandataires socialistes", exprimé ses sincères condoléances et toute son amitié à la famille et aux proches de Michel Daerden, en particulier à ses enfants, Aurore, Elena et Frédéric Daerden.

"M. Daerden fut sans conteste une grande personnalité du PS, qui aimait sincèrement les gens et qui consacra une grande partie de sa vie à la politique. 

Il marquera de son empreinte le bassin liégeois et notamment la commune d'Ans, où il fut l'un des Bourgmestres les plus appréciés", a ajouté le président du parti.

"Son décès est une grande perte pour le PS", a conclu M. Giet.

Didier Reynders gardera de lui un "très bon souvenir"

Le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders (MR), a rendu hommage dimanche, depuis le Bhoutan, où il est en visite, à son ancien collègue des Pensions, Michel Daerden, dont il a affirmé garder "un très bon souvenir". 

"J'ai eu l'occasion de travailler beaucoup avec lui, tant au niveau fédéral qu'au niveau local", a déclaré M. Reynders - un Liégeois, tout comme M. Daerden qui a tout récemment déménagé à Uccle - à l'agence BELGA.

Les deux hommes ont notamment enseigné aux HEC Liège.

"Je garde un très bon souvenir de lui même si son image publique a, depuis 2006, pris le dessus sur l'image du travailleur", a ajouté le chef de la diplomatie belge.

Il a souligné que le "personnage" de M. Daerden avait évolué depuis 2006, au point de voir sa vie habituelle de gestionnaire dépassée par l'image d'un personnage médiatisé.

M. Reynders a enfin fait part de sa sympathie et de ses condoléances à la famille de l'ancien ministre, en particulier à Frédéric Daerden, qui est député européen depuis 2009.

Elio Di Rupo : "Ce soir, il partage la douleur de sa famille"

Le Premier ministre Elio Du Rupo (PS) a indiqué dimanche avoir appris avec "infiniment de tristesse" le décès de l'ancien ministre socialiste Michel Daerden, qu'il a qualifié d'"ami politique". Le chef du gouvernement a expliqué dans un communiqué être "resté en contact permanent" depuis l' attaque cardiaque de Michel Daerden avec son fils Frédéric, espérant une amélioration.

"Ce soir, il partage la douleur de sa famille", ajoute le texte.
M. Di Rupo a assuré avoir perdu un ami politique, entré au Parlement en même temps que lui et avec lequel il a beaucoup travaillé, tant au gouvernement wallon qu'au gouvernement fédéral.

Le Premier ministre a admis que M. Daerden ne laissait personne indifférent. "Médiatiquement connu pour certains aspects de sa personnalité, il ne l'était pas assez sur d'autres".

Le Premier ministre a salué "la grande intelligence, le sens de l'Etat et la fidélité indéfectible de Michel Daerden".

Pour M. Di Rupo, Michel Daerden avait cette capacité rare de dépasser la politique pour toucher directement le coeur des gens.

Il a enfin adressé ses plus sincères condoléances à ses enfants, à sa famille.

Benoît Lutgen salue "le parcours d'un homme détonnant et attachant"

Le président du cdH, Benoît Lutgen, a indiqué dimanche avoir appris "avec tristesse" le décès de l'ancien ministre socialiste Michel Daerden. M. Lutgen a tenu à saluer "le parcours de cet homme détonnant et attachant". 

"Sa personnalité atypique, son intelligence et son caractère jovial auront marqué le monde politique belge", peut-on lire dans le communiqué de M. Lutgen. 

Ce dernier présente ses sincères condoléances à la famille et aux proches de Michel Daerden ainsi qu'à l'ensemble des membres du Parti socialiste.

Claude Rolin : Un grand monsieur nous a quitté

"Condoléances à sa famille et à ses amis."

Christiane Vienne : Derrière l'homme public se cachait un homme sensible, cultivé et intelligent !

"Je rentre d'une semaine de vacances passée dans le Sud de la France chez ma fille Deborah et j'apprends une bien triste nouvelle, Michel Daerden est décédé. Derrière l'homme public se cachait un homme sensible, cultivé et intelligent !"

Jean-Claude Marcourt : "Il est parti trop tôt"

"A 62 ans, Michel est parti trop tôt", a réagi avec émotion le ministre wallon de l'Economie, Jean-Claude Marcourt (PS). "Je perds quelqu'un que je connais depuis 30 ans. J'ai un grand sentiment de tristesse", a-t-il expliqué à BELGA. 

"J'ai une pensée pour lui, qui est parti trop tôt et une pensée pour ses trois enfants. Sous ses dehors de ne pas y toucher, il avait une affection immense pour ses enfants. Il avait tout sacrifié pour la politique et il y pensait souvent ces derniers temps. Il m'en avait parlé récemment", a commenté Jean-Claude Marcourt.

Le ministre de l'Economie ne souhaite pas parler politique. "Je n'en ai vraiment pas envie aujourd'hui", a-t-il souligné d'emblée. ll souhaite rendre hommage à "un homme hors du commun".

"Il a voulu être un homme politique conventionnel puis il est devenu hyper-populaire en étant davantage lui-même. Il a fait ce qu'il pensait devoir faire toute sa vie mais je le répète, il est parti trop tôt. C'est triste pour tout le monde! ", a-t-il conclu. 

Rudy Demotte : "C'était un homme atypique en politique; j'ai pu l'apprécier pour sa gentillesse" 

"Une pensée pour Michel Daerden. J'exprime ici mes plus sincères condoléances à ses enfants, sa famille et ses proches. C'était un homme atypique en politique; j'ai pu l'apprécier pour sa gentillesse. C'est avec une grande tristesse que j'apprends la nouvelle de son décès."

André Antoine parle d'une "grande perte pour la politique wallonne"

Le ministre wallon André Antoine (cdH) a appris "avec beaucoup de tristesse" le décès de Michel Daerden, qu'il a qualifié de "grande perte pour la politique wallonne". 

André Antoine, qui a côtoyé Michel Daerden durant de nombreuses années sur les bancs du Parlement wallon et au sein des gouvernements wallon et de la Communauté française, a indiqué dans un communiqué qu'il "retiendra de lui ses compétences dans les diverses fonctions qu'il a exercées à tous les niveaux de pouvoir de la politique belge, tant communale que régionale, communautaire et fédérale mais également sa jovialité sans égale".

M. Antoine a présenté ses plus sincères condoléances à la famille et aux proches de Michel Daerden. 

Charles Michel : "Je tiens à rendre hommage à l' homme de conviction, à la personnalité forte et joviale" 

"J'ai appris avec beaucoup de tristesse le décès ce dimanche de Michel Daerden. l'ancien Ministre socialiste. Je tiens à rendre hommage à l' homme de conviction, à la personnalité forte et joviale, un homme qui savait cultiver des rapports très chaleureux avec les autres."

Louis Michel : "Michel Daerden a, tout au long de sa longue carrière politique, pratiqué la simplicité et l'affabilité"

Le père de l'actuel président des libéraux, Louis Michel, qui a occupé la même fonction avant de devenir député européen, a assuré qu'il appréciait en Michel Daerden une "personnalité forte du PS" pour "son intelligence, sa gentillesse et son humanisme. Michel Daerden avait le don du rapport à l'autre et de la convivialité".

"Echevin, bourgmestre, député, sénateur, ministre fédéral et ministre au gouvernement wallon, Michel Daerden a, tout au long de sa longue carrière politique, pratiqué la simplicité et l'affabilité", a ajouté l'ancien chef de la diplomatie belge en présentant ses plus sincères condoléances à ses enfants, Aurore, Elena et Frédéric, à la famille et à ses proches.

Willy Demeyer : "Au début des années 90, c'est lui qui a pacifié le PS liégeois" 

Le président de la Fédération liégeoise du PS et bourgmestre de Liège, Willy Demeyer, a tenu à saluer le parcours de Michel Daerden. "Au début des années 90, c'est lui qui a pacifié le PS liégeois. Il a aussi joué un rôle déterminant dans l'arrivée du TGV à Liège", s'est notamment rappelé M. Demeyer. "C'était un grand technicien dans les matières financières, et également un homme très populaire, ce qui compte beaucoup en politique", a-t-il ajouté.

Willy Demeyer a également exprimé son soutien envers la famille, envers Frédéric Daerden et ses sœurs.

"Le moment est au recueillement", a-t-il ajouté. "Il est trop tôt pour parler de politique et pour envisager sa succession. Michel avait accepté de nouveaux défis en se présentant aux élections communales à Saint-Nicolas, et il se réjouissait de les relever."

Olivier Chastel : "Je garderai de bons souvenirs lorsque nous étions au gouvernement" 

"Toutes mes pensées vont vers la famille et les amis de Michel Daerden. Je garderai de bons souvenirs lorsque nous étions au gouvernement."


Yvan Mayeur : "Respect pour l'homme et amitiés à ses enfants"

"Tristesse ! J'avais eu le plaisir de présider la Commission des Affaires Sociales du parlement fédéral devant laquelle Michel était venu défendre ses réformes en matière de pensions. Loin des rodomontades de son successeur actuel de l'Open-VLD, Michel préparait avec minutie ses interventions en tant que ministre devant la commission parlementaire. J'ai eu l'occasion de préparer cela avec lui quelques fois, c'était à la fois sérieux et simple finalement. Comme son personnage certes, mais aussi en responsable politique du PS proche des gens. Respect pour l'homme et amitiés à ses enfants."

Johan Vande Lanotte : "Il avait naturellement un problème de boisson"

Le vice-Premier ministre sp.a et ministre de l'Economie, Johan Vande Lanotte, a salué dimanche soir la personnalité de l'ancien ministre Michel Daerden. 

"Mais il avait naturellement un problème de boisson", a-t-il souligné. "Michel Daerden pouvait donner l'impression de ne pas bien savoir de quoi il s'agissait, une impression d'absence", a-t-il affirmé à l'agence BELGA.

"Mais avec lui vous deviez toujours être sur le qui-vive. Daerden était un homme qui suscitait souvent une image trompeuse de lui", a ajouté M. Vande Lanotte.

Il a toutefois souligné que M. Daerden avait un "gros problème", son addiction à l'alcool.

"En tant que ministre des Pensions, il ne pouvait pas vraiment se le permettre", a ajouté le vice-Premier ministre socialiste flamand. "Son image en pâtissait", a-t-il fait valoir.

Eliane Tillieux : "Michel Daerden ? Un Wallon d'exception !

"Michel Daerden vient de nous quitter. Un Wallon d'exception qu'il nous revient de saluer pour son investissement sans limite dans l'action publique", a commenté dimanche la ministre wallonne de la Santé, Eliane Tillieux (PS) sur Facebook. La ministre a tenu à rendre hommage à un "professeur apprécié pour son sens de la pédagogie, réviseur avisé, homme de tête, qui a géré avec grande intelligence ses mandats ministériels, en particulier du budget et des finances".

Mme Tillieux, qui a participé pendant cinq ans aux travaux de la commission des finances du parlement wallon quand M. Daerden était chargé du budget, témoigne "de l'apport précieux de Michel pour le déploiement de la Wallonie".

"Il n'a laissé personne indifférent et a incontestablement marqué chacun de nous. Je garderai le souvenir de ses mots remplis de sagesse, d'humour et de son sens de la repartie. Véritable homme de cœur, il était profondément proche des gens et comprenait leurs difficultés, c'était surtout à cela que tenait sa véritable notoriété", a-t-elle conclu. 

Hoyos et Deleuze saluent la mémoire d'un politicien "compétent et engagé"

Les deux co-présidents d'Ecolo, Emily Hoyos et Olivier Deleuze, ont adressé au nom de leur parti leurs plus sincères condoléances à la famille et aux proches de Michel Daerden. 

Les co-présidents d'Ecolo souhaitent également "saluer la mémoire d'un homme politique compétent et engagé". Les écologistes ont indiqué, dans un communiqué, qu'ils "se souviendront d'un homme particulièrement attaché à la commune de Ans, où il a fait ses débuts politiques, mais plus globalement à la région liégeoise et ses 'symboles' comme le Standard de Liège dont il était un fervent supporter".

Le bourgmestre de Saint-Nicolas fait part d'une "grande tristesse"

Jacques Heleven, bourgmestre PS de Saint-Nicolas, a appris avec une "grande tristesse" le décès de Michel Daerden, dimanche, qu'il connaissait depuis plus de 30 ans, a-t-il indiqué à l'Agence BELGA. 

"Nous nous étions vus récemment, Michel ne me semblait ni malade ni spécialement fatigué", explique Jacques Heleven, bourgmestre de la commune où Michel Daerden venait de déménager et où il comptait se présenter aux prochaines élections communales.

"Cela a été très rapide, on espérait qu'il s'en sortirait. Je suis choqué, abasourdi."

Le socialiste précise qu'à Saint-Nicolas la population est triste. "Michel attirait beaucoup de sympathie, comme à Ans ou ailleurs dans la région liégeoise."

Jacques Heleven ajoute être "de tout cœur avec Frédéric et sa famille", et assure qu'il est trop tôt pour évoquer la situation politique de la commune.

André Flahaut : "Emotion et tristesse, pensées et soutiens à Fredéric et à toute la famille" 

Selon lui, "le PS tout entier est en deuil et perd un de ses plus fidèles acteurs dont on mesurera toute l'ampleur du travail accompli partout où il a oeuvré au cours de sa longue carrière politique à tous les niveaux".
Il a qualifié M. Daerden d'"homme de valeurs ayant un sens profond de l'amitié et aimant tellement la vie".

"Il nous manquera", a conclu M. Flahaut.

Laurette Onkelinx : "Michel était un homme du peuple, avec sa gouaille, ses excès, ses générosités, ses ruses"

"Michel Daerden n'est plus. Je veux d'abord présenter mes plus sincères condoléances à ses enfants et à ses proches. Michel était aimé d'eux, soutenu par eux et il en parlait toujours avec énormément d'amour et d'émotion. J'imagine l'ampleur de leur détresse. Je les embrasse très amicalement. Michel était un homme du peuple, avec sa gouaille, ses excès, ses générosités, ses ruses. Il a mis son intelligence au service du développement économique de Liège et de la Wallonie. André Cools avait lancé sa carrière en connaissant ses capacités créatives. J'ai commencé la politique à Liège en même temps que lui. Nous sommes devenus députés le même jour. Nos routes n'ont pas cessé de se croiser. En quelque sorte depuis 24 ans, il faisait partie de ma vie. Sa disparition si soudaine, si inattendue, me rend profondément triste. Au revoir Michel..."

Bruno Tobback : "Beaucoup plus intelligent qu'il n'y paraissait

Michel Daerden était nettement plus intelligent qu'il n'y paraissait souvent, a affirmé dimanche soir le président du parti socialiste flamand, Bruno Tobback.

"Michel Daerden était politiquement nettement plus efficace qu'il ne le laissait paraître", a déclaré M. Tobback à l'agence BELGA en citant comme exemple ses résultats électoraux.

"62 ans, c'est beaucoup trop jeune pour décéder", a ajouté le président du sp.a, qui avait lui-même été ministre des Pensions deux ans avant l'arrivée de M. Darden à cette fonction. M. Tobback a toutefois eu peu de contacts avec son successeur. "Délibérément", a-t-il assuré en expliquant avoir voulu garder ses distances.

Stéphane Moreau "perd un ami de plus de 30 ans"

Le bourgmestre de la commune d'Ans, Stéphane Moreau, a appris dimanche "avec stupéfaction et surtout une grande tristesse" le décès de son prédécesseur et bourgmestre honoraire. "C'est avant tout un ami de plus de 30 ans que je perds aujourd'hui, une perte d'autant plus cruelle que les nouvelles concernant sa santé semblaient plus rassurantes ces derniers jours", a déclaré M. Moreau. Stéphane Moreau a également tenu à rappeler dans son communiqué que "c'est Michel Daerden qui lui a inculqué le virus de la politique".

"Mes pensées vont évidemment avant toutes choses à ses enfants Frédéric, Aurore et Elena, à ses petites filles Charlotte et Clara, à son frère Jean-Louis, à son père Michel, à l'ensemble de sa famille et de ses proches", ajoute le texte du communiqué.

"Nos origines modestes communes nous ont toujours rapprochés, et les différents combats que nous avons pu mener ensemble à Ans, à la Fédération liégeoise du Parti socialiste et sur bien d'autres terrains n'ont fait que cimenter ces liens", souligne encore Stéphane Moreau qui retient de l'ancien ministre l'image "d'un homme de chiffres, de cœur, de talent et de grandes réalisations comme le TGV à Liège ou la métamorphose totale de sa chère commune d'Ans, que nous avons pu mettre en œuvre de concert.

"D'un homme politique de toute première force aussi, avec qui nous avions d'ailleurs décidé d'entamer de nouvelles missions essentielles dans le cadre du déploiement financier et stratégique du groupe Tecteo que je dirige", a-t-il ajouté. 

Kris Peeters : "Un homme important qui a déterminé la politique belge"

Le ministre-président flamand, Kris Peeters, a regretté dimanche soir la perte d'un homme politique important, qui a déterminé la politique belge au cours des dernières décennies et qui l'a "colorée", a-t-il indiqué. 

M. Peeters a également présenté, au nom du gouvernement flamand dans son ensemble, "ses condoléances à la famille, aux amis et aux collègues de Michel Daerden".

Alain Mathot : "Quelqu'un hors du commun, à tous points de vue"

"Michel était quelqu'un hors du commun, à tous points de vue", a commenté le bourgmestre de Seraing, Alain Mathot (PS), dimanche par voie de communiqué. Les deux hommes se connaissaient depuis longtemps. Guy Mathot, le père d'Alain, et Michel Daerden étaient très proches. Les deux familles passaient leurs vacances dans les maisons voisines qu'elles possédaient à Saint-Raphaël, dans le Sud de la France.

En politique cependant, Alain Mathot et Michel Daerden n'ont pas toujours eu les mêmes idées. "La politique était toute sa vie, c'était un stratège dont les yeux brillaient quand il voyait comment concrétiser un gros dossier ou sceller un grand accord... Nous avons eu des moments d'opposition, et tenter mutuellement de déjouer nos plans était alors un peu comme un jeu d'échecs !", a commenté le Serésien dimanche, se rappelant toutefois les liens qui unissaient les deux familles.

"Mais Michel, c'est aussi un homme que je connais depuis ma naissance et qui m'a vu grandir. Ce sont de grands fous rires, de grandes discussions, des moments parfois surréalistes que je n'oublierai jamais", s'est-il souvenu.
Alain Mathot avait rencontré Michel Daerden peu de temps avant son départ en vacances. "Il était joyeux, parlait de sa campagne électorale qui débutait, échafaudait des stratégies pour mener de gros dossiers à Saint-Nicolas. Il avait encore beaucoup d'énergie qu'il voulait mettre, au sein d'Ecetia, au service de la métropole liégeoise. La mort à ses raisons que la raison ignore", a-t-il remarqué.

Le bourgmestre de Seraing, qui a perdu son père en février 2005, adresse toutes ses pensées aux enfants de la famille Daerden, Frédéric, Aurore et Elena. "Perdre un père est une épreuve terrible et crée un vide que rien ne peut combler", a-t-il conclu.

La ville de Seraing ouvrira dès lundi matin un registre de condoléances.

Joëlle Milquet salue sa "convivialité"

La vice-Première ministre cdH et ministre de l'Intérieur et de l'Egalité des chances, Joëlle Milquet, a annoncé dimanche soir avoir appris avec "émotion et grande tristesse" le décès de Michel Daerden, et a salué sa "convivialité".

"Ayant travaillé avec lui pendant de nombreuses années, soit comme présidente de parti, soit comme collègue au gouvernement fédéral, Joëlle Milquet a toujours pu apprécier non seulement l'intelligence, mais également le grand sens de la convivialité et de la relation humaine de Michel Daerden avec qui elle a toujours entretenu de très bons contacts personnels", peut-on lire dans le communiqué.

"Sa présence chaleureuse, son sens de l'humour, son sens de la proximité et son intérêt pour les gens vont manquer cruellement, non seulement à la vie politique liégeoise, mais aussi à la vie politique nationale", a ajouté Mme Milquet.

Elle a présenté ses plus sincères condoléances à ses enfants, petits-enfants, à toute sa famille et à ses proches, ainsi qu'à l'ensemble des responsables du PS.

"Michel Daerden aura eu une vie certes hélas trop courte mais très intense tant au niveau politique que surtout au niveau de la chaleur humaine et c'est cette notion de chaleur humaine que nous garderons le plus de lui", a conclu la vice-Première ministre.

Walther Herben a perdu son "meilleur ami"

Walther Herben, secrétaire communal d'Ans s'est dit "fort triste et interloqué", à la suite du décès de Michel Daerden. "J'ai perdu mon meilleur ami, mon ami de plus de 25 ans", a déclaré M. Herben, qui était l'un de ses plus proches collaborateurs. "Nous étions très proches, il y avait une réelle complicité entre nous, et elle était réciproque", se rappelle-t-il. "Je retiendrai les moments forts de cette collaboration étroite."

Le secrétaire communal d'Ans ajoute : "Perdre Michel dans de telles circonstances, aussi rapidement, m'attriste beaucoup. Il n'était pas particulièrement inquiet au sujet de sa santé, et se réjouissait des nouveaux défis qui l'attendaient".

Marc Tarabella a appris "avec tristesse le décès d'un homme de coeur"

Le député européen et bourgmestre socialiste d'Anthisnes, Marc Tarabella, a appris "avec la plus grande tristesse" le décès de Michel Daerden. "Michel Daerden était une vraie personnalité mais avant tout un homme de coeur, un de ces hommes qui ne laissent pas indifférent tant il avait de l'affection pour chacun. Son départ laisse un grand vide dans le coeur de tous ceux pour qui il a compté", a indiqué M. Tarabella dans un communiqué. 

"Je tiens à exprimer mes sincères condoléances et toute mon amitié à la famille et aux proches de Michel Daerden, en particulier à ses enfants, Aurore, Elena sans oublier mon collègue et ami Frederic Daerden", a conclu le député européen. 

© La Dernière Heure 2012


Michel Daerden: la procédure de rapatriement est en cours

 

(06/08/2012)

VIDEO

Les funérailles devraient se dérouler à la fin de la semaine ou, au plus tard, lundi 13 août

ANS La procédure de rapatriement du corps de Michel Daerden est en cours, a-t-on appris lundi. On ne sait cependant actuellement pas si la dépouille arrivera en Belgique lundi ou mardi. 

Les funérailles devraient quant à elle se dérouler à la fin de la semaine ou, au plus tard, lundi 13 août. Michel Daerden, hospitalisé à l'hôpital de Fréjus dans le Sud de la France depuis le 25 juillet, est décédé le dimanche 5 août. Dès dimanche soir, ses proches ont pris les premières mesures pour organiser son rapatriement.

Des contacts étaient encore en cours lundi matin avec la compagnie d'assurances chargée du rapatriement. L'aspect pratique n'a pas encore été établi et on ne sait pas encore si la dépouille sera ramenée en Belgique par avion ou par corbillard, lundi ou mardi.

Le corps du défunt sera ramené à Ans.

La cérémonie funéraire aura lieu au funérarium de Robermont (Liège) vendredi ou samedi ou, au plus tard, lundi prochain. Franc maçon, Michel Daerden sera incinéré après une cérémonie maçonnique.

La famille du défunt se trouve toujours à la Côte d'Azur. Les retours sont en cours d'organisation. Frédéric Daerden a annoncé qu'il ne ferait pas de déclaration à la presse avant mardi après-midi.

© La Dernière Heure 2012

Michel Daerden: un homme aux deux visages, souligne la presse flamande

 

(06/08/2012)

La presse flamande est également revenue sur le décès de Michel Daerden

BRUXELLES Quelques quotidiens consacrent leur éditorial au socialiste liégeois, évoquant eux aussi l'homme aux deux visages. "Het Laatste Nieuws" se montre extrêmement sévère, n'hésitant pas à comparer Michel Daerden à un croisement entre Serge Gainsbourg et Silvio Berlusconi. "Charmeur avec un parfum, celui de l'alcool.

Le socialisme n'a jamais rimé avec misérabilisme pour Michel Daerden. Si d'autres s'en trouvent mieux, pourquoi ne pourrait pas lui aussi s'en trouver mieux? Et il roula donc au volant d'une Porsche cabriolet. A l'essence, Sancerre et Pomerol. Papa est mort. La Wallonie est sonnée".

Peu d'hommes politiques ont été aussi diabolisés en Flandre que Michel Daerden constate "De Morgen". "Mais quand même, Daerden n'était pas ce dadais classé qu'avait créé sa réputation, surtout flamande. Je le dis sans crainte: Michel était un intellectuel. Même un fétichiste des chiffres". Son seul problème était, selon l'éditorialiste, son besoin d'être aimé, pour lequel il était prêt à tout.

"Populiste avant la lettre mais avec un coeur rouge. Tatoué de la Charte de Quaregnon. Bien que roulant en Porsche, l'ouvriérisme historique comme souffle de l'âme. Daerden avait un problème d'élocution. Et donc tout le monde pensait qu'il était toujours ivre. C'était aussi un timide existentiel: sans un petit verre, il ne se montrait pas (...). Il manquera dans notre démocratie gris souris. Et pas seulement le clown".

"Gazet van Antwerpen" voit dans Michel Daerden l'homme qui voulait être chanteur. Les socialistes wallons perdent un faiseur de voix mais aussi un enfant terrible, relève le quotidien. Selon lui, cet homme intelligent serait resté dans le cercle restreint d'Elio Di Rupo s'il ne s'était perdu dans les frasques et avait résisté à son amour de la bouteille.

Michel Daerden: un homme politique devenu bête de scène, souligne la presse francophone

Le décès de Michel Daerden fait la une des quotidiens francophones. Les journaux évoquent la personnalité hors norme de celui qui fut ministre pendant dix-sept ans et l'une des figures emblématiques du PS Liégeois. Un constat revient au fil des éditoriaux: l'homme politique s'est perdu dans un jeu médiatique dangereux qui en a fait une bête de scène. 

"Victime de l'image qu'il a lui-même créée", résume Le Soir qui insiste sur l'ambivalence du personnage: un homme intelligent maîtrisant les chiffres comme peu de ses semblables, un homme populaire et jovial ne se souciant guère de soigner sa relation difficile avec l'alcool. "Force est de reconnaître que, ces derniers temps, ce n'est pas son action politique qui le plaçait bien en vue dans les médias", souligne le quotidien.

Le journal rappelle la disgrâce politique de Michel Daerden au cours des deux dernières années. "Populaire et doué, il avait tout pour être l'homme fort du PS Liégeois dans les gouvernements. Ses frasques et ses relations chaotiques avec les autres clans de sa fédération en ont décidé autrement. Exclu d'un gouvernement Di Rupo trop soucieux de son image en Flandre, mis à la porte de sa commune par son protégé, Michel Daerden se battait toujours. Pour lui, pour son parti. Il méritait une meilleure sortie".

"Il était son pire ennemi", lance L'Avenir qui voit dans le défunt un "homme d'excès divers et paradoxaux". Le quotidien se montre lui aussi sévère sur la dérive médiatique dans laquelle Michel Daerden s'est laissé entraîner. 

"Incapable de résister aux sollicitations des médias et des plateaux de télé, l'homme politique fera du Michel Daerden à la Gainsbourg et jouera à la 'papa'. Son plus mauvais répertoire, en somme, qui estompera l'image de l'homme de coeur, le vrai socialiste issu du monde du travail et dont il comprenait si bien les difficultés, les aspirations et les joies".

Nos confrères de La Libre Belgique préfèrent chercher l'homme qui se cachait derrière le politicien et le chéri du grand public. "L'animal politique qu'il fut dut composer avec la bête de scène qu'il devint. Et, dimanche soir (...), il fut malaisé, à l'heure d'un premier bilan, de prétendre lequel de ces êtres, responsable ou bouffon, l'emporta sur l'autre". Là encore, c'est le double visage du Liégeois qui revient. "Simplement un homme", souligne le quotidien qui consacre à Michel Daerden un long portrait intitulé... "l'ivresse du pouvoir".

"La deuxième mort de Papa", estiment les journaux du groupe SudPresse aux yeux desquels Michel Daerden n'avait pas dit son dernier mot en politique. "Il voulait sa deuxième chance. Il voulait triompher aux élections communes pour donner une leçon à tous ceux qui l'avaient enterré politiquement un peu trop vite".

© La Dernière Heure 2012

Michel Daerden, une personnalité qui aura marqué le grand public

 

(05/08/2012)

Né le 16 novembre 1949 à Baudour, Michel Daerden était l'une des figures emblématiques du PS liégeois

BRUXELLES Ce réviseur d'entreprises, dont la personnalité parfois fantasque a marqué le grand public, a connu une longue carrière ministérielle avant d'être écarté du devant de la scène après les élections législatives de 2010 et son éviction de la commune d'Ans en mars 2011. 

Ce fils de cheminot émigré dans les années 1950 en région liégeoise est licencié en sciences commerciales et financières (HEC-Liège) en 1971. Il obtient une agrégation de l'enseignement secondaire supérieur en 1973. En 1975, il décroche une licence en économie appliquée à l'Université de l'Etat à Mons puis en 1977, une licence spéciale en révisorat.

Réviseur d'entreprises de profession, il est également, depuis 1976, chargé de cours aux HEC Liège.

Conseiller communal d'Ans, dont il est devenu le bourgmestre en 1993, il est entré au parlement fédéral en 1988. Il a siégé à la Chambre et au Sénat. Il a pris la tête en 1993 de la fédération liégeoise du PS secouée après l'assassinat d'André Cools avec comme tâche délicate de réconcilier les diverses tendances. Il a été remplacé à ce poste par le bourgmestre de Seraing, Guy Mathot, décédé en 2005.

De 1994 à 1999, Michel Daerden a participé au gouvernement fédéral. En 1994, il a été nommé ministre de l'Infrastructure et de la Politique scientifique en remplacement de Jean-Maurice Dehousse devenu maïeur de Liège. En juin 1995, il est devenu ministre des Transports.

En 1999, il est désigné au gouvernement wallon pour y prendre le département de l'Emploi avant d'hériter du Logement, des Travaux publics et du Budget en 2000 à la faveur du départ d'Elio Di Rupo à la présidence du PS et de l'accession de Jean-Claude Van Cauwenberghe à la ministre-présidence. Il devient également le vice-président socialiste du gouvernement.

Michel Daerden a été élu à la Chambre en mai 2003. Il était tête de liste PS dans la province de Liège. En juin 2004, il s'est présenté aux élections européennes. Il a été élu mais n'a pas siégé, privilégiant la Région.

En 2007, il a hérité du portefeuille de ministre communautaire des Sports, laissé vacant par Claude Eerdekens lors du remaniement ministériel.

Critiqué par certains pour son comportement, Michel Daerden, tête de liste PS dans la province de Liège lors des législatives de 2007, avait pourtant sauvé les meubles de son parti en déroute dans le reste de la Wallonie. Lors des élections de 2009, à nouveau tête de liste, il avait obtenu 63.580 voix. Certains avaient manifesté leur souhait de ne plus le voir occuper un poste de ministre, notamment chez Ecolo. Le président Di Rupo a cependant respecté le choix des électeurs en lui accordant un poste au fédéral.

En juin 2010, il a poussé la liste PS pour la Chambre en province de Liège. Il y a réalisé le meilleur score mais a renoncé à son siège. La formation du gouvernement Di Rupo a toutefois eu raison de sa carrière ministérielle. Il perd son portefeuille au fédéral et revient siéger au parlement wallon.

Sur le plan local, Michel Daerden est destitué le 28 mars 2011 de son mandat de bourgmestre d'Ans, victime d'une fronde orchestrée par celui qui fut son poulain, Stéphane Moreau, patron de la puissante intercommunale Tecteo. La présidence de la société de Leasing et de Financement (SLF) lui est offerte en compensation. Le 6 juillet 2012, il est devenu citoyen de la commune voisine de Saint-Nicolas où il devait mener la liste pour les communales.

La personnalité de ce bon vivant, porté sur la dive bouteille, a suscité un engouement médiatique après une prestation pour le moins éthylique lors de la soirée électorale de 2006. "Papa" y évoque alors les désormais célèbres "grrrands accords" entre socialistes et libéraux ansois. La "Daerdenmania" est enclenchée. L'arme sera à double tranchant: la popularité est au rendez-vous mais le personnage est de plus en plus décrié.

A côté du clown à la diction inimitable, qui fait la joie de nombreux imitateurs, se cache un homme de pouvoir redoutable. Il est l'un des "barons" liégeois, fondateur d'un bureau de révisorat contrôlant les comptes de nombreuses sociétés publiques et dont l'emprise fit l'objet de nombreuses critiques. La lutte avec l'autre clan (Mathot, Marcourt, Demeyer) fut parfois âpre et finit par tourner en sa défaveur. Il a perdu peu à peu son pouvoir à partir de mai 2005 quand Willy Demeyer, bourgmestre de la Cité ardente, remporta la présidence de la fédération contre Charles Janssens, le candidat qu'il soutenait.

Michel Daerden est le père de trois enfants. Son fils Frédéric a suivi ses traces, en se lançant lui aussi en politique et en reprenant un temps les rênes du bureau de révisorat.

Il est décédé ce dimanche 5 août à l'hôpital de Fréjus (sud de la France), où il était hospitalisé depuis le 25 juillet à la suite de deux arrêts cardiaques. Il était plongé dans un coma artificiel et ne s'est jamais réveillé.

© La Dernière Heure 2012

Les frasques à répétition de Michel Daerden

(06/08/2012)

VIDEO

Michel Daerden a fait rire (parfois jaune) nombre de téléspectateurs

LIEGE Michel Daerden est un phénomène politique non expliqué.

Honni par une bonne partie des observateurs attentifs de l’actualité politique (et par bon nombre des politiciens) en raison de ses bouffonneries à répétition, il reste adulé par l’électeur pour ces mêmes excès… Les derniers scrutins en date le rappellent à l’envi, tant au niveau local que régional ou fédéral.

Retour sur quelques-unes de ses plus récentes frasques.

Octobre 2006. Michel Daerden commente sa victoire auxélections communales à Ans en direct à la RTBF. Il y apparaît très éméché. “Pas plus que d’habitude” , dira-t-il une semaine plus tard dans Mise au Point (RTBF).

Avril 2008. Fidèle supporter, il fête dignement le titre du Standard , le premier depuis 25 ans. À nouveau en pleine forme, il lâchera son célèbre “wouaarr” au micro de RTL, depuis largement singé par André Lamy dans l’émission Votez pour moi .

Septembre 2008. Le ministre-président wallon Rudy Demotte (PS) tient son traditionnel discours à l’occasion des Fêtes de Wallonie à Namur. Dans l’assistance, M. Daerden, qui est alors ministre wallon du Budget, pique du nez et manque pratiquement de s’endormir.

Décembre 2009. L’ex-Ansois sort totalement de son rôle de ministre et accepte de participer à l’émission de la RTBF Les 12 travaux de Michel Daerden . Il participera notamment à une pathétique partie de kicker avec Jean-Michel Javaux (Écolo), Melchior Wathelet (CDH) et Charles Michel (MR).

Décembre 2009. L’homme donne une interview très controversée à Paris-Match. Non pas tellement pour ses propos, mais pour les photos qui accompagnent l’article. On le voit en effet dans un décor le faisant passer pour Jules César aux côtés de sa fille Aurore, habillée en tenue (légère) d’époque.

Janvier 2010. Celui qui est ministre des Pensions du gouvernement fédéral monte à la tribune du Sénat pour répondre à une question d’un sénateur de la N-VA. Réponse en néerlandais, une langue qu’il ne maîtrise pas. Il s’embrouille. Et parle notamment, très amusé, de “wit boek” et “groen boek” . La N-VA l’accusera d’avoir été ivre lors de la séance plénière et demandera, sans succès, sa démission.

Juin 2010. Nouvelle victoire électorale à l’occasion des dernières législatives . Et nouvelle prestation télévisée détonante, cette fois-ci en direct sur RTL.

Décembre 2010. Le ministre belge des Pensions fait rire l’Europe entière. Alors que la Belgique assume la présidence tournante de l’Union européenne, Michel Daerden dit, en pleine conférence de presse, être un ministre “impuissanté” . Il fait là référence à ses pouvoirs limités par le fait d’un gouvernement en affaires courantes.

Mars 2011. Il prend du galon télévisuel et est invité par le présentateur français Arthur dans son émission. Il se prêtera notamment à un test d’alcoolémie – qui se révélera négatif.



A. C.

© La Dernière Heure 2012

Sur le même sujet:

14:24 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.