Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

06/08/2012

CONGO/KINSHASA : L'OCCASION DE SE REMPLIR ENCORE LES POCHES SUR LA MISERE DU KIVU!

Afin de trouver solution au problème sécuritaire de l’Est du pays : Un Groupe consultatif national présente des recommandations au Chef de l’Etat
(L'Avenir Quotidien 06/08/2012) 


Le samedi 4 août s’est réuni au Palais de la Nation sous la présidence du Chef de l’Etat Joseph Kabila Kabange un groupe consultatif national. Introduisant la réunion, le président de l’Assemblée nationale Aubin Minaku a dit que dans l’optique du chef de l’Etat, trois pistes de solution sont envisagées pour le règlement de la situation sécuritaire au Kivu, à savoir la piste militaire, la piste de la diplomatie agissante et enfin la piste politique. C’est dans l’esprit de la piste politique que le chef de l’Etat a convoqué un groupe consultatif national. Ce groupe consultatif national est composé de quatre-vingt-cinq (85) personnalités émanant de divers horizons : Assemblée nationale, Sénat, Gouvernement, Cours et tribunaux, Armée, Police nationale, Confessions religieuses, Société civile, Chefs coutumiers, Partis politiques toutes tendances confondues, …

C’est une initiative du Chef de l’Etat qui veut donner aux responsables de toutes les couches sociales congolaises une information claire faisant l’état des lieux de la situation sécuritaire qui prévaut dans l’Est de la République. Après l’information, à en croire le Président de l’Assemblée nationale Aubin Minaku, il y a eu un échange entre les différents participants suivi de débats et délibérations.

Après quoi, le Groupe consultatif national a formulé des recommandations aux institutions de la République susceptibles de juguler une fois pour toutes la rébellion qui accable présentement la République Démocratique du Congo. Ces recommandations étant stratégiques, l’honorable Aubin Minaku s’est abstenu d’en donner la quintessence à l’opinion.

Majorité et Opposition parlent le même langage

Interrogé par la presse, l’honorable Christian Badibangi de l’Opposition politique a loué l’initiative du Chef de l’Etat dans la mesure où l’agression dont est victime le pays est une affaire de tous les citoyens congolais indistinctement. Des députés et sénateurs tant de la Majorité que de l’Opposition qui font partie de ce Groupe consultatif national se sont exprimés dans le même sens. Comme quoi, la majorité et l’opposition parlent le même langage pour un problème qui concerne la nation.

D.L.

 

© Copyright L'Avenir Quotidien

Visiter le site de: L'Avenir Quotidien

Le week-end dernier au Palais de la nation : Le Groupe consultatif national examine avec Joseph Kabila la situation dans l’Est
(Le Potentiel 06/08/2012) 


Un Groupe consultatif national, structure informelle composée de plus de 80 personnalités politique (Majorité et Opposition), a été mis en place pour examiner en profondeur la situation qui prévaut dans l’Est de la RDC. Samedi, le groupe s’est réuni autour du chef de l’Etat. Une réunion qui s’est soldée par une série de recommandations en rapport avec la situation sécuritaire prévalant dans l’Est de la RDC.

Le chef de l’Etat, Joseph Kabila Kabange, a réuni le samedi 4 août 2012 au Palais de la Nation le Groupe consultatif national sur la situation dans l’Est de la RDC, cette structure informelle qui réunit plus de 80 personnalités politico-administratives du pays, recrutés aussi bien dans les institutions que dans l’Opposition. 

En agissant ainsi, le président de la République est animé certainement du souci de fédérer toutes les énergies sur le plan national en vue de faire face à la situation de guerre qui prévaut depuis quelques mois dans la partie Est de la RDC.

Plusieurs recommandations tant sur les plans diplomatique, politique que militaire ont été formulées au terme de cette première réunion du Groupe consultatif national, présidée par Joseph Kabila. 

Pas un mot cependant à la presse quant aux grandes décisions du Groupe. Selon l’honorable Aubin Minaku, président de l’Assemblée nationale, porte-parole du Groupe consultatif, étant donné que «le pays est en pleine guerre», ce n’est donc pas le moment de divulguer ces différentes recommandations qui sont d’ordre stratégique. Il a néanmoins fait remarquer qu’il revenait à présent aux institutions de la République et au peuple congolais tout entier de mettre en œuvre ces recommandations.

Aubin Minaku a ensuite indiqué que la RDC subit une agression de la part du Rwanda, dans la mesure où ce pays soutient militairement les insurgés du M23. 

Face donc à cette «situation grave», a-t-il poursuivi, il était normal que le président de la République, garant de l’intégrité territoriale et de l’unité nationale, puisse consulter toutes les couches de la population, tant au niveau des institutions qu’à celui des confessions religieuses, des chefs coutumiers et de la Société civile. 

Cela, a-t-il dit, rentre dans la droite ligne de l’agir du président de la République depuis janvier 2001, à savoir la coparticipation de tous, lorsqu’il est question d’intérêt majeur de la République, en l’occurrence une guerre d’agression. C’est donc pour cette raison qu’il a été mis en place un Groupe consultatif national dont la mission est de conseiller les institutions de la République, afin que dans un bref délai l’agression soit vaincue, a-t-il conclu.

Au cours de cette rencontre qui a porté sur diverses questions relatives à la situation sécuritaire dans l’Est du pays, le chef de l’Etat a donné des orientations précises aux 85 personnalités présentes à cette réunion en vue d’un bon déroulement de travaux, suivies des interventions du ministre de l’Intérieur, Sécurité, décentralisation et Affairescoutumières, Richard Muyej Mangez et de celui des Affaires étrangères, Coopération internationale et Francophonie, Raymond Tshibanda N’tunga Mulongo.

Les gouverneurs de provinces du Nord et du Sud-Kivu, Julien Paluku et Marcellin Cishambo, ont également fait des exposés devant l’assemblée, composée de membres de l’Assemblée nationale, du bureau du Sénat, du gouvernement central et des gouvernements provinciaux, du pouvoir judiciaire, du cabinet du chef de l’Etat, des services de défense et de sécurité, des confessions religieuses, des partis politiques, des chefs coutumiers, de la Société civile et d’autres personnalités nationales, a précisé le porte-parole du Groupe, Aubin Minaku, président de l’Assemblée nationale.

Écrit par F.K. 

 

© Copyright Le Potentiel

Visiter le site de: Le Potentiel

Les commentaires sont fermés.