Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

07/08/2012

CONGO/KINSHASA : QUAND LES FARDC S'AFFRONTENT ENTRE ELLES ALORS QUE KAGAME ET SON PAYS COURENT TOUJOURS ?

Sud-Kivu: les militaires des FARDC s’affrontent entre eux à Kitindi 


Les éléments du 1e bataillon du 1009e régiment des FARDC basés à Kitindi, chef-lieu du groupement d’Ikama Kasanza, dans le territoire de Shabunda au Sud-Kivu se sont affrontés entre eux dans la nuit de dimanche 5 à ce lundi 6 août. La population locale a fui dans la brousse et plusieurs biens ont été pillés. Des sources militaires de Kitutu ont confirmé l’information, attribuant l’origine de ces accrochages à un officier des FARDC issu de l’ex-rébellion du CNDP (Congrès national pour la défense du peuple).

L’instigateur présumé, cité par des sources proches du commandement du 1009e régiment, est un certain major Thierry, chargé des renseignements du 1e bataillon du 1009e régiment des FARDC à Kitindi. Il a tenté de faire défection avec un autre groupe des militaires de son obédience mais a buté à la riposte d’autres autres militaires loyalistes des FARDC. Des échanges des tirs nourris entre les deux groupes ont poussé la population de Kitindi à fuir dans la brousse, où ils se cachaient encore lundi dans la mi-journée.

Aucun bilan, en termes des dégâts humains, n’a été signalé jusque là. Selon un notable local, il y a eu des scènes de pillages après ces accrochages, qui ont duré presque toute la nuit. Le centre de santé de Ngoma par exemple a été pillé de fonds en comble: médicaments, matériels et près de 3 000 USD emportés, a-t-il précisé.

La hiérarchie du régiment des FARDC dont l’état-major est basé a Kitutu dit s’apprêter à «dépêcher une équipe à Kitindi pour rétablir la confiance au sein de la population locale mais aussi pour établir la responsabilité des uns et des autres dans ces accrochages».


Bukavu, 6/08/2012 (Okapi / MCN, via mediacongo.net)

Arrivée à Kinshasa de la secrétaire générale adjointe de l'ONU aux affaires humanitaires 


La secrétaire générale adjointe de l'ONU aux affaires humanitaires Valérie Amos est arrivée lundi à Kinshasa et se rendra mardi dans l'est de la République démocratique du Congo, en proie à une mutinerie depuis mai, avant de partir jeudi au Rwanda.

Valérie Amos, également coordonnatrice des secours d'urgence, se rendra mardi dans la province congolaise instable du Nord-Kivu (est), où plus de 250.000 personnes ont fui les combats opposant depuis mai l'armée à des mutins issus de l'ex-rébellion du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP).

Elle entend être "témoin de l'impact humanitaire de la crise et des efforts d'assistance" et "attirer l'attention sur la situation humanitaire qui se détériore en RDC et les conséquences sur la région", indique un communiqué du Bureau pour la coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha).

"La protection des civils et la distribution de l'aide humanitaire sont des priorités, mais l'insécurité et la faiblesse des routes rendent difficile d'apporter l'aide aux communautés affectées", ajoute le texte.

Jeudi, Valérie Amos se rendra au Rwanda pour visiter un camp de déplacés congolais, qui ont franchi par milliers la frontière pour échapper aux affrontements des derniers mois dans le Kivu. Beaucoup d'autres se sont réfugiés en Ouganda voisin.

La secrétaire générale adjointe "s'entretiendra avec les autorités congolaises, rwandaises et les partenaires humanitaires sur les mesures pour renforcer l'aide humanitaire et la mobilisation de ressources supplémentaires, y compris financières", indique encore le communiqué.

L'Ouganda abrite à partir de mardi un sommet de la Conférence internationale de la région des Grands Lacs (CIRGL) où seront discutées les modalités d'une force internationale neutre devant combattre les groupes armés dans l'est congolais, dont les mutins ex-CNDP se réclamant du Mouvement du 23 mars (M23).

Cette force devrait être déployée à la frontière entre la RDC et le Rwanda, que l'ONU, des ONG et plus récemment le président Joseph Kabila accusent de soutenir le M23 -ce que Kigali a toujours démenti.


Kinshasa, 6/08/2012 (AFP / MCN, via mediacongo.net)
 

Les commentaires sont fermés.