Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

09/08/2012

CONGO/KINSHASA : DU JAMAIS VU VOILA UN NEANT PLANETAIRE SANS ARMEES QUI SE MET A POSER DES CONDITIONS !!!

La RDC ne veut pas de certains pays voisins dans la «force neutre» 


La RDC a rejeté la participation à la «force internationale neutre», censée débarrasser l'est du pays des groupes rebelles, de soldats issus de certains pays voisins, dont le Rwanda, qu'elle accuse d'être impliqués dans ce conflit.

Réunis cette semaine à Kampala, les chefs d'Etat des onze pays membres de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL) ne sont pas parvenus à trancher entre la création d'une force purement régionale ou internationale. Le Rwanda et l'Ouganda, que l'Occident a sommés de cesser toute relation avec le M23, ont défendu l'idée d'une force régionale. Or, cette solution a été écartée par la République démocratique du Congo, qui préférerait que la mission de maintien de la paix de l'ONU sur son territoire soit étendue.
«Le Rwanda fait partie du problème»

Le ministre congolais des Affaires étrangères, Raymond Tshibanda, a dit que Kinshasa accepterait la présence de soldats de certains pays dans la future mission internationale, mais pas ceux du Rwanda ou d'autres pays voisins qu'il n'a pas nommés. «Pour nous, la solution la plus facile et la plus rapide est d'utiliser le mécanisme qui se trouve déjà en RDC», a-t-il dit mercredi soir à la presse. «(La force neutre) ne peut pas inclure des soldats rwandais, car le Rwanda fait partie du problème. Ces forces néfastes sévissent sur le sol congolais, mais viennent des pays voisins. Donc je pense que ces (...) pays devraient logiquement ne pas faire partie de la force».

Il a également exclu toute négociation avec les insurgés. «Nous ne voulons pas les voir survivre comme mouvement, comme idéologie, nous ne voulons pas voir leur action se poursuivre», a-t-il déclaré. Les combats qui opposent les rebelles du M23 et les forces congolaises ont déjà déplacé plus de 500.000 personnes près de la frontière avec le Rwanda, que la RDC a régulièrement accusée de soutenir les insurgés. Kigali a nié des accusations de responsables de l'ONU selon lesquelles son armée a fourni de l'équipement et des troupes au M23. L'Ouganda a démenti des accusations similaires.


Kinshasa, 9/08/2012 (Reuters / MCN, via mediacongo.net)
  Huit millions de Congolais ayant trouvé la mort pour défendre la nation, la journée du 2 août renvoyée aux calendes grecques ? 


Le 2 août 1998, il y a exactement aujourd'hui 14 ans, des Rwandais, de connivence avec des membres du Rassemblement congolais pour la démocratie(RCD) ont tenté de s'emparer du pouvoir de Kinshasa.
 
Un avion, rempli de militaires armés jusqu'aux dents, a quitté la ville de Goma pour atterrir à la base militaire de Kitona.

Les assaillants ont traversé la province du Bas-Congo, pour se retrouver à Kinshasa, précisément dans le district de la Tshangu. Le but visé était de s'emparer de l'aéroport international de N'Djili, de la station de la radio télévision nationale congolaise(RTNC) et finalement renverser le pouvoir de Laurent-Désiré Kabila.

Peu avant d'atteindre la métropole congolaise, non seulement que les insurgés ont décimé des milliers d'âmes dans leur passage, mais ont également saboté les installations du barrage hydro-électrique d'Inga, privant de l'électricité et de l'eau potable aux Congolais. Poignant ! Mettant ainsi le peuple congolais dans une grande désolation : consternation.

Réunis comme un seul homme, les Kinois et plus précisément ceux du district de la Tshangu ont fait face aux ennemis. Mains vides, ils ont bravé les balles des assaillants, armés jusqu'aux dents.

Surpris et décontenancés, les insurgés ont capitulé ; désarmé. Ce n'est pas tout : anéantis, les soldats rwandais ont été brûlés à l'aide de l'essence, du pétrole et des pneus. A peine croyable, les braves Kinois ont sauvé in extremis le pouvoir de Laurent-Désiré Kabila ; leur idole.

Pourtant, tout avait été planifié par les Rwandais qui avaient vendu la peau de l'ours avant de l'avoir tué. Au moment où les combats faisaient rage dans le district de la Tshangu, une importante délégation des hors-la-loi s'était postée dans la ville de Brazzaville, prête à traverser le fleuve Congo dès le premier signal. Sablant le champagne. Allègrement !

La surprise a été amère d'apprendre que les Kinois, mains vides, ont eu raison des assaillants. La joie s'est ipso facto transformée en tristesse.
 
Sens patriotique élevé 

Pour récompenser les Kinois qui ont tenu tête aux soldats rwandais, feu Laurent-Désiré Kabila a effectué le déplacement de la place Sainte Thérèse de la commune de N'Djili, noire de monde ce jour là. Il a tenu à féliciter de vive voix les habitants du district de la Tshangu de leur bravoure, plutôt de leur esprit patriotique.

Pour joindre l'acte à la parole, M'Zee Laurent-Désiré Kabila a, séance tenante, décrété la gratuité du payement des factures de la SNEL et de la Régideso pour une période de trois mois. Il a également offert gracieusement les camions militaires pour transporter les civils.

Comme si le Congolais avait une courte mémoire, cette date mémorable est complètement oubliée. Proprement. Les 8 millions d'âmes qui ont été fauchées par des balles meurtrières sont ignorées et renvoyées aux calendes grecques, sans autre forme de procès.

Au vu de ce qui précède, l'opinion tant nationale qu'internationale réclame à cor et à cri que cette journée mémorable; historique, soit décrétée chômée et payée. Elle doit être fêtée, même dans la méditation, pour se souvenir de 8 millions de Congolais qui ont trouvé la mort à cette occasion.

Un culte oecuménique doit être organisé le 2 août de chaque année à travers toute l'étendue de la République démocratique du Congo en mémoire de ceux qui sont tombés ce jour là.

Dans les après-midis, des combats de boxe, de catch, de judo ou de lutte (libanda)  doivent être organisés ce jour pour se souvenir de la bravoure, mieux, de la résistance et de la force de frappe des Kinois qui ont anéanti mains vides les soldats rwandais.


Nsuami Nienga 
Kinshasa, 9/08/2012 (L'Observateur, via mediacongo.net)

Les commentaires sont fermés.