Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

14/08/2012

CONGO/KINSHASA : DE QUI VRAIMENT SE MOQUE AZARIAS RUBERWA ? C'EST QUOI GATUMBA ? ALORS QUE NOUS ON COMPTE 20.000.000 DE TUES AU KIVU ! IL DEVRAIT AVOIR HONTE ET SE TAIRE VOILA !

8 ans après / Gatumba : Azarias Ruberwa réitère l’appel à l’implication de la justice internationale !
(La Prospérité 14/08/2012) 


Les auteurs du massacre de Gatumba courent encore les rues. Ils n’ont jamais été inquiétés. Ni par la justice nationale, ni par la Cour Pénale Internationale. Et, pourtant, ce jour-là, des morts avaient été comptés en un nombre tellement impressionnant qu’il en appelait à une enquête rapide et sérieuse. Azarias Ruberwa Manywa l’a si bien regretté hier, à Fatima, où une messe a été organisée, en guise de commémoration de ce triste événement dont la chronique avait été, en son temps, un sujet très repris dans les annales des atrocités les plus déshumanisantes parmi les événements que l’histoire de la RD. Congo ait connus, sous l’empire 1+4 né du dialogue entre congolais tenu à Sun City, en Afrique du Sud. Ce lundi, en effet, Azarias Ruberwa, ex-Vice-Président de la République, Président du Rassemblement Congolais pour la Démocratie et Notable issu de la communauté Banyamulenge, est revenu, avec insistance, sur la nécessité, pour la justice internationale de faire son travail, pour démanteler les réseaux des criminels qui avaient, de manière inattendue et surprenante, endeuillé le Congo-Kinshasa, sur le sol burundais. Il a également, à cette occasion, déploré que Moreno O’Campo, le Procureur sortant de la Cour Pénale Internationale, n’ait pas tenu ses promesses, en dépêchant, comme la communauté Banyamulenge le souhaitait, une mission d’enquête. C’est pour cette raison qu’il réitère, du reste, son espoir de voir Mme Fatou Bensouda, l’actuelle dame qui a succédé à Moreno, à la tête de la CPI, de prendre ce dossier en mains, pour identifier les coupables à la suite d’un procès équitable autour de cette tragédie insolite. Au-delà de tout, Azarias Ruberwa estime que la tolérance et l’acceptation mutuelle devraient normalement procéder de la volonté de tous les peuples de bâtir un Congo nouveau, un Congo qui serait plus beau qu’avant, conformément aux vœux des ancêtres consignés dans l’hymne national, depuis des années d’indépendance, en juin 1960. A titre purement illustratif, Ruberwa, la main au cœur, n’aurait pas aimé que la RD. Congo dont l’histoire est si riche en enseignements douloureux, revive encore, après autant de péripéties, des temps durs où la coexistence pacifique de ses communautés multiples, plus de quatre cents, au total, endura un coup dû aux incompréhensions alors que le destin solidaire imposait plutôt une attitude plus exigeante en termes d’harmonie, pour sa survie en tant que nation mais surtout, en tant qu’Etat. Pour rafraichir la mémoire de tous ceux qui étaient présents à cette cérémonie de commémoration, à Notre Dame de Fatima, hier, en fin de la soirée, Ruberwa a rappelé, à juste titre, l’expérience fort saumâtre du massacre des Kasaïens, au Katanga. Dans le même registre, il a parlé du cas des violences au Bas-Congo, avec cette page sombre engendrée à la suite du traitement réservé aux adeptes de Bundu dia Kongo, à l’approche des élections pluralistes de 2006. Ruberwa n’a pas manqué, en outre, de faire revivre à ses convives à cette cérémonie, le dossier des affrontements des armées rwandaises et ougandaises opérés grâce à la complicité de certains congolais insouciants, à Kisangani, dans la Province Orientale. A son avis, les congolais devraient maintenant et plus que jamais, développer un sentiment d’amour du prochain. Ceci serait d’ailleurs un motif de fierté, si les congolais, en dépit de leurs origines, de leurs convictions politiques ou religieuses, de leur appartenance ethnique, régionale ou tribale, considérer ces différences comme une richesse plutôt qu’une sève du mal à laquelle, ils s’accrocheraient, pour se déconnecter des réalités de la globalisation économico-financière face aux défis du développement des nations éprises de paix. Comment les américains plus nombreux et plus diversifiés, s’il faut comptabiliser leurs souches d’origine, que les congolais et dont les Etats s’étendent sur des territoires plus vastes que le Congo sont-ils devenus un peuple fort, uni et prospère ? S’est interrogé Azarias Ruberwa, avant de se faire compléter par Moïse Nyarugabo qui, lui, a rappelé la genèse du massacre de Gatumba, dans la nuit d’un certain 13 août 2004. Sous la modération de Charles Mukiza, d’autres Notables à l’instar de Benjamin Mukulungu, Député élu à Shabunda et, du Vice-Président du cadre de concertation des Notabilités du Sud-Kivu, sont intervenus, pour en appeler à leurs ressortissants à observer une pensée pieuse en mémoire des victimes de ce massacre de Gatumba. L’occasion faisant le larron, ils ont, à leur manière, lancé un appel à la fin des hostilités concernant l’actuelle guerre qui sévit au Nord-Kivu, une guerre dont les soubresauts auraient déjà une influence négative sur la vie des Sud-Kivutiens. Dans cette édition, voici l’allocution de Moïse Nyarugabo qui, en un mot comme en mille, résume les frustrations de la communauté Banyamulenge en rapport avec cet odieux massacre de Gatumba. Allocution de Moïse Nyarugabo à l’occasion de la commémoration du 8ème anniversaire du massacre de Gatumba Honorables, Excellences, Distingués invités, Mmes et Mrs, La date du 13 août de chaque année est devenue un rendez-vous où la Communauté Banyamulenge ensemble avec d’autres compatriotes et différentes personnalités se retrouvent pour commémorer les tristes évènements de Gatumba du 13 août 2004. Ce rendez-vous est une occasion qui nous est offerte nous tous qui y avons répondu d’élever nos voix pour dire NON et JAMAIS PLUS de tel massacre à l’endroit des Congolais, quels que soient leur appartenance tribale, le lieu où ils vivent ou leurs convictions. C’est pour cela que la Communauté Banyamulenge que vous avez honorée ce jour se réjouit de votre présence qui est, certes, un signe de solidarité et de consolation. Honorables, Excellences, Mmes et Mrs, Pour rappel, des membres de la Communauté Banyamulenge, mais aussi des Communautés Bembe, Fuliru et Barundi se sont réfugiés au Burundi fuyant des hostilités qui avaient élu domicile en province du Sud-Kivu. Les autorités du pays d’accueil, le BURUNDI, ont installé ces infortunés dans différents sites dont celui de GATUMBA. Dans la nuit de 13 au 14 août 2004, un commando génocidaire composé, selon les témoignages, des FNL Palipehutu, des Interhamwe et des Maï-Maï a fait irruption dans le camp tuant à l’arme à feu et à l’arme blanche hommes, femmes et enfants et brûlant leurs corps dans leurs abris de fortune. Exécutant leur besogne de manière professionnelle, ces bourreaux ont procédé à la sélection des leurs victimes jusqu’à atteindre un nombre de 152 morts et plusieurs milliers des blessés de la Communauté Banyamulenge. 14 autres victimes étaient des Babembe trouvés dans les mêmes tentes que les Banyamulenge. Par la suite, le FNL PALIPEHUTU, groupe rebelle Burundais, a revendiqué ce massacre. Selon les témoignages, les tueurs ont traversé nuitamment la rivière RUZIZI vers la RDC après leur forfait. Des corps calcinés, comme vous l’avez vu dans ce film, ont été inhumés en présence, notamment, du Président burundais, des représentants du Gouvernement de la RDC, des représentants de la mission onusienne au Burundi ainsi que du HCR. Notons également que ce genre de crime est un fait unique dans l’histoire de la RDC. En effet, il n’est pas mentionné une situation similaire où la population congolaise a été systématiquement massacrée en lieu de refuge. Face à la cruauté de ces tueries et à leur caractère sélectif, toutes ces personnalités ont haussé le ton pour condamner ces massacres. Elles ont rassuré aux rescapés qui les suivaient de vive voix, de ne ménager aucun effort en vue de la mise sur pied d’une commission internationale d’enquête dans le but d’identifier les responsables et de les sanctionner. La détermination de ces autorités avait suscité au sein de la Communauté Banyamulenge, victime des massacres à répétition, l’espoir de voir cette question prise en charge par la justice. Fort malheureusement, huit ans après ce massacre, il est regrettable de constater que les attentes de la Communauté Banyamulenge en ce qui concerne la justice sont loin d’être rencontrées. Ni la RDC, notre pays ; ni le Burundi, le pays d’accueil ; encore moins la Communauté Internationale, responsable des réfugiés n’osent rétablir la vérité de ce crime en vue de la sanctionner. Pourtant, ces criminels dont certains ont revendiqué ce massacre ne nécessitent pas de méthodes sophistiquées pour être démasqués et appréhendés. Il suffit d’une volonté et d’une détermination. Honorables, Excellences, Mmes, Mrs. A coté de 166 morts, il faut considérer les blessés, les orphelins, les veuves et veufs qui sont devenus invalides ou traumatisés du fait de vivre ces évènements directement cette nuit du 13 au 14 août 2004 à Gatumba. Ces hommes et femmes sont, à ce jour, éparpillés et laissés pour compte. Leurs conditions sont indescriptibles. Excellence, Honorable, Mme, Mr, Ce tableau sombre ne peut pas offusquer les actes positifs posés par certains gouvernements et organisations pour soulager tan bien que mal les rescapés de massacre de Gatumba. La Communauté Banyamulenge les reconnaît à leur juste valeur. Néanmoins, par ce cri qui sort de leurs cœurs et en cette commémoration, la Communauté Banyamulenge demande 3 choses : 1. Identifier les auteurs de massacre de Gatumba et les sanctionner. Nous demandons à la RDC de le faire ; Nous demandons au Burundi de le faire ; Nous demandons à la Communauté Internationale de le faire. Mieux encore, tous les 3 peuvent le faire en synergie. 2. S’occuper convenablement et rapidement des questions de retour des réfugiés pour mettre un terme à leur errance. A ce sujet, nous saluons les rencontres tripartites qui se tiennent pour amorcer ce retour et souhaitons que le processus soit accéléré, en créant des conditions favorables au retour. 3. Condamner et sanctionner les discours et actes d’incitation à la haine et de violence tribales à l’instar des messages distillés dans la presse dernièrement et des violences commises à Bukavu ce samedi 11/08/2012. Il convient de noter que ces violences se sont faites sur la seule base de faciès. A ce propos, nous saluons les quelques mesures prises par les autorités allant dans ce sens et les encourageons à aller plus loin pour décourager définitivement les activités et éradiquer ce genre d’actes. A travers ces vœux, la Communauté Banyamulenge dit qu’elle est résolument engagée dans la voie de la paix et de la réconciliation sans laquelle le développement ne saurait être envisagé. Que le Tout Puissant garde notre pays et ses dirigeants, qu’il garde notre peuple afin que la paix et la justice soient reconnues à tous JE VOUS REMERCIE 

La Pros. 



 

© Copyright La Prospérité

Visiter le site de: La Prospérité

Les commentaires sont fermés.