Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

20/08/2012

CONGO/KINSHASA : LES BALLES NE SUFFISENT PAS KAGAME ET MUSEVENI NOUS JETTENT LE VIRUS DE MARBOURG OU EBOLA MAINTENANT NZAMBE KIVU EKUSUKA WAPI ?

RDC : la force "neutre" devrait compter 4 000 hommes de pays africains

18/08/2012 à 10h:06 Par AFP
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
 
Les délégués à la Conférence internationale pour la région des Grands Lacs, le 16 août 2012.Les délégués à la Conférence internationale pour la région des Grands Lacs, le 16 août 2012. © Michel Siboni/AFP

La force "neutre" qui doit empêcher certaines groupes armés d'opérer dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC) pourrait compter 4.000 hommes, a affirmé vendredi à l'AFP le ministre congolais de la Défense Alexandre Luba Ntambo.

La force "neutre" qui doit empêcher certaines groupes armés d'opérer dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC) pourrait compter 4.000 hommes, a affirmé vendredi à l'AFP le ministre congolais de la Défense Alexandre Luba Ntambo. La force pourrait compter "4.000 hommes" qui viendront de "pays africains", a déclaré le ministre joint par l'AFP au lendemain d'une réunion avec ses homologues d'Angola, du Burundi, du Congo, du Rwanda, d'Ouganda et de Tanzanie sur la crise à l'est de la RDC.

Selon lui, les Etats "concernés" par les récents troubles à l'est ne participeront pas à cette force. "La RDC, le Rwanda, le Burundi, l'Ouganda, pour ne citer que ceux-là, sont concernés, il ne serait pas normal qu'ils composent la force", a souligné M. Luba Ntambo. L'armée congolaise combat depuis mai des mutins se réclamant du Mouvement du 23 mars (M23), et issus d'une ex-rébellion congolaise: le Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), intégré dans l'armée en 2009.

L'Ouganda est soupçonné de soutenir le M23, ce que Kampala a démenti. Le Rwanda a pour sa part été nommément accusé par des ONG puis par l'ONU d'appuyer en hommes, en armes et en munitions les rebelles, ce que Kigali a toujours nié. Les ministres étaient réunis depuis mercredi à Goma, capitale de la province instable du Nord-Kivu (est), pour préparer une nouvelle réunion de la Conférence internationale pour la région des Grands Lacs (CIRGL) destinée à jeter les bases de la nouvelle force.

"Le problème ce n'est pas les trois collines"

Les derniers combats entre l'armée et le M23 remontent à quelques semaines. Les mutins doivent "retourner à leurs positions d'avant le 30 juin 2012", c'est-à-dire sur les collines stratégiques de Runyioni, Mbuzi et Chanzu, près de la frontière avec l'Ouganda et le Rwanda, a rapporté M. Luba Ntambo. Il est par ailleurs demandé au M23 "d'arrêter toute activité anticonstitutionnelle, dont l'installation de structures politiques et administratives parallèles, d'arrêter la nomination des présidents d'administration, d'arrêter de changer les chefs coutumiers, et (d'arrêter) de remplacer le drapeau national" par le leur, a détaillé le ministre.

"Le problème ce n'est pas les trois collines! (...) Nous demandons au gouvernement de Kinshasa de s'assoir avec nous, de dialoguer avec nous, avec l'opposition, avec la société civile, ensemble (...) pour qu'on trouve un compromis, une solution sur le problème congolais!", a déclaré à l'AFP le lieutenant-colonel Vianney Kazarama, porte-parole militaire du M23. Le gouvernement a toujours refusé toute discussion avec le M23 le qualifiant de "force négative".
Les ministres étaient accompagnés de leurs chefs d'état-majors et de leurs chefs de service de renseignement, qui s'étaient rencontrés auparavant pour définir les contours de la force "neutre" et faire cesser les violences qui ont fait plus de 250.000 déplacés.

Ils ont transmis leur rapport au président ougandais Yoweri Museveni afin qu'il l'expose lors du prochain sommet de la CIRGL, prévu en septembre. La CIRGL est composée de la RDC, de l'Angola, de la Zambie, de la Tanzanie, du Burundi, du Rwanda, de l'Ouganda, de la Centrafrique, de la République du Congo, du Kenya, du Soudan.

Lors d'un sommet à Kampala le 7 juillet, les chefs d'Etat n'avaient pas réussi à s'entendre sur la composition de la force neutre décidée à Addis Abeba en marge du sommet de l'Union africaine. Ils ont décidé de se revoir début septembre à Kampala.



Lire l'article sur Jeuneafrique.com : RDC : la force "neutre" devrait compter 4 000 hommes de pays africains | Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique 


RDC : 11 cas "probables ou confirmés" de fièvre Ebola, avec 9 décès

19/08/2012 à 10h:59 Par AFP
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
 
Des employés de l'OMS à kagadi, dans l'ouest de l'Ouganda.Des employés de l'OMS à kagadi, dans l'ouest de l'Ouganda. © AFP

Onze cas "probables ou confirmés" de fièvre hémorragique virale de type Ebola, avec 9 décès, ont été signalés dans la ville d'Isiro, dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC), a annoncé samedi le ministre de la santé de ce pays, le Dr Felix Kabangue Numbi.

Onze cas "probables ou confirmés" de fièvre hémorragique virale de type Ebola, avec 9 décès, ont été signalés dans la ville d'Isiro, dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC), a annoncé samedi le ministre de la santé de ce pays, le Dr Felix Kabangue Numbi.

Selon le ministre, cité dans un communiqué de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), les examens de laboratoire, effectués par l'Institut ougandais de recherche sur les virus d'Entebbe (UVRI), ont confirmé la présence de la souche Bundibugyo de cette maladie dans cette ville de 200.000 habitants.
Isiro, chef-lieu du Haut-Uélé dans la Province Orientale, est situé à quelques centaines de kilomètres de la région ougandaise touchée par cette maladie ces dernières semaines.

Épidémie sous contrôle en Ouganda

Seize personnes sont mortes en Ouganda depuis le début de la dernière poussée de fièvre hémorragique Ebola, début juillet dans l'ouest du pays. Le foyer se trouvait dans l'ouest de l'Ouganda, à quelque 200 kilomètres de Kampala et à environ 50 kilomètres de la frontière avec la RDC.

Un responsable ougandais avait affirmé au début de cette semaine a l'AFP que cette épidémie était "sous contrôle". En RDC, des équipes d'urgence mixtes du ministère de la Santé publique, de l'OMS, du Centre de Contrôle des Maladies (CDC-Atlanta) et de Médecins Sans Frontières (MSF) travaillent en étroite collaboration sur place, a précisé l'OMS.

Selon le communiqué de l'OMS, le ministre a demandé à toute la population de la RDC de se mobiliser pour faire face à cette épidémie, en observant des mesures strictes d'hygiène collective et individuelle, et en évitant de manger la viande d'animaux trouvés morts dans la forêt, ou encore de toucher le cadavre d'une personne morte de la fièvre hémorragique virale.



Lire l'article sur Jeuneafrique.com : RDC : 11 cas "probables ou confirmés" de fièvre Ebola, avec 9 décès | Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique 

Les commentaires sont fermés.