Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

22/08/2012

CONGO/KINSHASA : QUAND AU PROCES CHEBEYA EN APPEL LES POLICIERS CLAMENT LEUR INNOCENCE ?

RDC / JUSTICE - 
Article publié le : mardi 14 août 2012 - Dernière modification le : mardi 14 août 2012

Le procès Chebeya piétine sur la mise en accusation du général Numbi

Le général John Numbi (G) et Floribert Chebeya.
Le général John Numbi (G) et Floribert Chebeya.
AFP/ Montage
Par RFI

A Kinshasa, en République démocratique du Congo, ce mardi après-midi 14 août, a eu lieu une nouvelle audience du procès en appel des policiers accusés d'avoir assassiné le défenseur des droits de l’homme Floribert Chebeya. Ses partisans réclament toujours la mise en accusation du général John Numbi. Il était le chef de la police au moment des faits mais n’a jamais été inquiété. Et c'est précisément sur cette question que le débat piétine depuis le début du procès en appel.

 

Le général Numbi n’est pas l’accusé dans cette salle d’audience mais il s’y trouve en tout cas de nombreux avocats pour le défendre à commencer par ceux de l’Etat. « Il n ’y a que de la haine, ce n’est pas du droit c’est de la haine », s’exclame l’un d’eux. « Tout ce que les parties civiles veulent, c’est voir couper la tête d’une personne, c’est de l’acharnement », poursuit-il.

Autre défenseur du général, le procureur militaire qui rappelle que le général Numbi est déjà venu en première instance, et a été soumis à une avalanche de questions. « Sur le plan du droit, dit-il, il n’y a rien contre lui, il n’y a que des rumeurs ».

Mais les parties civiles, qui défendent les victimes, n’en démordent pas, elles veulent toujours arracher la comparution du général Numbi en tant que prévenu. Elles se basent sur le dossier, et sur les déclarations du policier en fuite, le major Paul Mwilambwe, qui met directement en cause le général chef de la police à l’époque des faits.

Les accusés eux, ne disent rien, on les a oubliés. Ils sont dans le box, immobiles, semblant assister à un procès qui ne les concerne plus.


RDC / PROCÈS CHEBEYA - 
Article publié le : mercredi 22 août 2012 - Dernière modification le : mercredi 22 août 2012

Procès Chebeya : les policiers condamnés plaident leur innocence

Le colonel de police Daniel Mukalay, principal accusé du procés Floribert Chebeya.
Le colonel de police Daniel Mukalay, principal accusé du procés Floribert Chebeya.
RFI / Bruno Minas
Par RFI

Au procès en appel de l’assassinat du défenseur des droits de l’homme Floribert Chebeya, les parties civiles réclament toujours la comparution du général Numbi, chef de la police au moment des faits. C’est la seule chose qu’ils attendent de ce procès en appel. De leur côté, les policiers condamnés en première instance espèrent être innocentés, à commencer par le colonel Mukalay, qui s’est exprimé ce mardi 21 août 2012 à l’audience.

 

C’est un condamné à mort qui s’avance vers la barre. En première instance, le Colonel Mukalay a écopé de la peine maximale, qui se transforme ici en prison à vie. Lui compte sur ce procès en appel pour être innocenté.

« J’ai été arrêté sur la base de rumeurs, a-t-il assuré ce mardi. J’ai été victime de ma bonne foi, parce que M. Chebeya m’avait demandé un service. De solliciter auprès du général John Numbi une audience pour lui. C’est ce que j’ai fait. C’est tout ce que j’ai commis comme fait infractionnel dans cette affaire. Aujourd’hui je suis en train d’entamer le 27e mois de détention. »

Un autre officier, le commissaire Mwila, fait la même requête. Les parties civiles, elles, sont moyennement concernées par ces demandes. Elles exigent toujours la comparution du général Numbi, le suspect numéro un selon elles. Le tribunal n’a pas encore donné son avis.

 
TAGS: JUSTICE - RDC

Les commentaires sont fermés.