Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

24/08/2012

CONGO/KINSHASA/BELGIQUE : POUR AU MOINS UNE FOIS C'EST CLAIR NET ET LIMPIDE VOIRE SANS BAVURE LE SOUTIEN DE LA BELGIQUE CONTRE LE BOUCHER DE TSHIGALI

La Belgique s’oppose à la déstabilisation de la RDC


Après avoir été reçu par le Chef de l’Etat le mercredi à Lubumbashi, le Vice Premier Ministre belge et ministre des affaires étrangères Didier Reynders, est arrivé hier jeudi 23 août dans la capitale de la province du Sud-Kivu. Accueilli par le Gouverneur Marcellin Cishambo, Didier Reynders, s’est rendu à l’hôpital de Panzi. Il s’est ensuite entretenu avec le Gouv Marcellin Cishambo, avant de tenir une conférence de presse en sa résidence.

‘’Nous soutenons, les démarches de la RDC, mais aussi celles formulées par les chefs d’Etat à l’issue de la réunion de Kampala. Celles qui vont, de l’idée d’une force neutre à déployer sur les frontières congolo-rwandaises ’’, a déclaré Didier Reynders, Vice premier ministre belge et ministre des affaires étrangères ce jeudi 23 août à Bukavu. La visite du chef de la diplomatie belge, s’inscrit dans le cadre du soutien de l’ancienne métropole, aux efforts de pacification et consolidation de la paix en RDC particulièrement dans la partie Est.

Devant la presse nationale et locale, en la résidence du Gouverneur Marcellin Cishambo, Didier Reynders, affirme que son pays, souhaite ardemment, une force neutre internationale, qui doit s’articuler autour du renforcement de la Monusco. La Belgique, d’ailleurs, est prête à poursuivre son appui logistique notamment pour une réussite de la mission de cette force. Elle est indispensable, a souligné le diplomate belge, car dit-il, elle va permettre de voir et de savoir avec fluidité, ce qui se passe autour de la frontière entre le Rwanda et la RDC.

Le soutien à la RDC est total et sans ambiguïté pour la Belgique, qui veut voir les pays voisins de la RDC, ne plus s’immiscer dans les affaires congolaises. Ils doivent respecter l’intégrité du territoire rd congolais. A Kigali, où le diplomate belge va se rendre, il promet de le signifier à Paul Kagame, dont le pays, a été cité dans le rapport des experts des Nations Unies comme principal soutien aux rebelles du M 23. ‘’ Kigali dit ne pas être partie du problème, mais, il faut qu’il nous dise ce qu’il fait concrètement. Et si, il ne fait pas partie du problème, qu’il fasse alors partie de la solution ‘’, a dit Didier Reynders. Et de poursuivre ‘’ Cela, doit s’inscrire, dans le cadre de l’intégration régionale. Le Rwanda ne doit pas permettre aux groupes rebelles de se développer à l’Est de la RDC, pour déstabiliser le pays ‘’. C’est cette attitude, d’ailleurs qui va guider la position de la Belgique pour un éventuel soutien à la candidature rwandaise au sein du Conseil de sécurité des nations unies, comme pays membre non permanent, a rappelé le Vice premier ministre belge.

Ne lâchant pas la pression sur le Rwanda, la Belgique, semble ne pas du tout satisfaite des sanctions déjà prises par certains pays occidentaux. ‘’ Couper une aide de 200.000$, c’est symbolique, il faut des actions concertées dans le cadre du Conseil de Sécurité de Nations Unies et de l’Union Européenne ‘’, a soutenu le diplomate belge. Il a par ailleurs, félicité le Gouverneur de la province du Sud-Kivu, le fin diplomate Marcellin Cishambo Ruhoya, des efforts consentis dans le cadre de la restauration de la sécurité et de l’Etat de droit dans sa province. De même que l’intégration régionale qui se traduit par la libre circulation des personnes et de leurs biens de deux côtés de la frontière entre le Rwanda et la RDC. ‘’ Suis ravis de voir que les gens circulent librement du Rwanda vers Bukavu et vice versa ’’, s’est réjouit le Chef de la diplomatie belge.

Emis de compassions, et fortement affligé par la situation de la femme (dont la femme violée) à l’hôpital de Panzi, Didier Reynders, a souhaité voir se terminer ce cycle infernal des groupes armés en RDC. Pour ce faire, son pays, attend poursuivre avec son soutien, au processus de la réforme de l’armée, de la police et des services de sécurité. Cependant, a-t-il ajouté, les solutions du passé ne sont plus de mises. Il faut penser à d’autres. Les gens ne doivent plus penser d’intégrer les forces armées ou la Police. Il faut qu’ils soient orientés ailleurs. ‘’ A force d’intégrer les indisciplinés dans les Fardc, on a intégré l’indiscipline ‘’, regrette-t-il. Tout en souhaitant voir le Gouvernement congolais, ne plus réintégrer dans ses rangs, les indisciplinés du M 23. Le Chef de l’Etat, l’a déjà d’ailleurs signifié. Il a tout récemment, prêchant par l’exemple, révoqué au sein des Fardc, des ex-officiers qui ont rejoint les rangs du M 23 dont le patron Bosco Ntaganda (poursuivi par la CPI pour des crimes de guerres commis en Ituri) et Sultani Rusangiza Makenga.

 



Sam Mambo
Bukavu, 24/08/2012 (L'Observateur / MCN, via mediacongo.net)

Les commentaires sont fermés.