Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

19/09/2012

CONGO/KINSHASA : QUELLE EN SERAIT-ELLE SA NATURE MIEUX SON CONTENU ?

C'est dommage que le ridicule ne tue pas. Pourtant, il devrait normalement tuer. Parce qu'il y en a assez. Je ne comprends pas que la soi-disant opposition congolaise voit en Hollande et sa Francophonie le lieu de son destin. Parce qu'il n'y a de francophonie que pour la France et les Français. Difficile de m'exprimer autrement. Pourquoi au lieu de parler d'absence de démocratie au Congo (s'il en était le cas quoi que depuis que je m'y rends régulièrement là-bas, je n'ai jamais vu l'insuffisance démocratique; il y avait un chef de l'Etat Mobutu omnipotent, il y a un autre muet et totalement invisible des médias; le premier cité voulait tout contrôler - même les toilettes pour femmes, et le second laisse son gouvernement, le parlement, le sénat travailler, mais quitte après à venir rendre compte, ce qui me semble tout à fait normal), ne pas faire au contraire une surprise au Président François Hollande le plus intelligent de la 5ème république depuis Tonton François Mitterrand sur son manque d'implication dans les massacres de Kagamé au Kivu. Là la communauté internationale - soi-disant - nous aurait pris au sérieux. A ne jamais oublier que la force de l'homme blanc a toujours consisté à parler d'une même voix face à ceux qui ne sont pas lui.

Merde ! Mais c'est quoi la Francophonie ? Le vagin parle-t-il SEULEMENT le français ? Possible ! Mais comment ? That is the question, dixit les anglais.

Antoine-Dover OSONGO-LUKADI

Directeur-Administrateur de kilimandjero.blogs.dhnet.be

 

RDC - 
Article publié le : mercredi 19 septembre 2012 - Dernière modification le : mercredi 19 septembre 2012

RDC : Kinshasa tente de mobiliser la classe politique pour assurer le succès du XIVe sommet de la Francophonie

DR

Par RFI

A l’approche du sommet de la Francophonie à Kinshasa, prévu du 12 au 14 octobre, le gouvernement congolais appelle les partis politiques à oeuvrer pour faire la démonstration d’un pays uni. Le ministre de l’Intérieur Richard Muyej a tenté de rassembler hier tous les responsables de partis politiques. Ils ont venus nombreux, mais pas les principaux partis de l’opposition.

 

Faire l’appel des partis politiques est un exercice fastidieux ici. Il y en a plus de 400. De nombreux présidents de partis sont venus dans un hôtel de la capitale à l’appel du ministre de l’Intérieur, Richard Muyej. Le pouvoir a déjà appelé à l’unité face à l’agression à l’Est. Là, le ministre appelle à la cohésion pour présenter un visage uni pendant le sommet de la Francophonie dans moins d’un mois :

« Le 14ème sommet de la Francophonie est une occasion pour la République Démocratique du Congo de s’ouvrir au monde et d’affirmer son identité comme une grande nation africaine. Nous n’avons pas d’autre choix que de consolider la cohésion de notre peuple »

Mais les principaux partis d’opposition, notamment les quatre groupes du Parlement ont boudé la rencontre. Martin Fayulu, coordonnateur des Forces acquises au changement s’en explique :

« Ce sont les signaux que nous envoyons au président français, aux Canadiens, aux Belges, aux Suisses et à tous les présidents francophones africains, pour dire que le pays va très mal. Le pays fait l’objet d’un complot, et certains membres de ce complot sont dans les institutions actuelles de la République ».

Au Parlement, l’opposition a toujours l’intention de lancer une procédure pour mettre le président de la République en accusation pour haute trahison.


 
XIVème Sommet de la Francophonie, l’Opposition prépare une surprise à Hollande !


A jour J-23 de la tenue du XIVème Sommet de la Francophonie, c’est manifestement la veillée d’armes à l’opposition parlementaire. Ses membres se seraient enfermés quelque part, dans la ville haute. Invités par le Ministre de l’Intérieur à participer à une réunion qui s’est tenue hier, mardi 18 septembre 2012, sur la préparation de cette grand-messe, ils auraient décliné l’offre. Refusant tout dérangement ou, mieux, toute ‘‘distraction’’ d’où qu’elle vienne, ils seraient en train d’apprêter, ‘‘minutieusement’’, des mémos à présenter aux différents Chefs d’Etat attendus à Kinshasa dont François Hollande sur notamment, le ‘‘déficit’’ démocratique et l’Etat de droit, les violations des droits de l’homme, la guerre à l’Est de la RDC, etc. Du côté pouvoir, point n’est besoin de se perdre en conjectures. Ici, on fournit plutôt les armes pour la réussite totale de l’événement, l’honneur et la dignité du pays étant suffisamment mis à rude épreuve. C’est donc en ordre dispersé, en désunion que le Congo politique reçoit ses invités de marque. Y a-t-il espoir que cela se passe sans casse ?

Dans un communiqué publié le lundi 17 septembre 2012, l’opposition parlementaire affirme se pencher sur l’élaboration du cahier des charges en perspective de sa rencontre avec le Président Français, le Socialiste François Hollande.

Dans ce cahier des charges, l’opposition parlementaire entend dénoncer le ‘‘déficit’’ démocratique et les ‘‘violations’’ massives des droits de l’homme en RDC.

Pour étayer leur argumentaire, ils ne manqueront pas de sauter sur la demande introduite par le Parquet général de la République sur la levée des immunités parlementaires des Honorables Eugène Diomi Ndongala et Roger Lumbala.

La fameuse vérité des urnes sera inévitablement à l’ordre du jour, alors que les choses auront, dans l’entre-temps, suffisamment évolué, depuis les scrutins du 28 novembre 2011. L’affaire du procès sur l’assassinat de Floribert Chebeya et la disparition de son chauffeur Fidèle Bazana va certainement agrandir le syllabus des opposants.

Très concentrée dans l’élaboration de ce cahier des charges, l’opposition aurait même décliné l’invitation du Ministre de l’Intérieur à participer à une réunion tenue hier, mardi 18 septembre 2012, sur les préparatifs de ce grand rendez-vous.

Du côté de la majorité au pouvoir, rien à faire, il faut regarder au but, à l’objectif qui est à la portée, soit à 23 jours seulement.

Le Raïs l’ayant compris de cette manière, il a visité des sites choisis le lundi dernier, question de jauger l’évolution des travaux.

Comme on peut s’en rendre compte, la RDC politique présente des sons discordants à un moment aussi historique. Et, pourtant, l’occasion requiert unité et cohésion nationales. Surtout que ce Sommet intervient après plusieurs années de création de l’OIF et le report par deux fois de sa tenue à Kinshasa.

Bien plus, avec la guerre qui sévit dans l’Est, la diplomatie congolaise devra tout faire, pour ne pas rater l’occasion de faire signer aux Chefs d’Etat et des délégations, une déclaration condamnant l’agression de la RDC par le Rwanda, les preuves ayant été établies par des experts des Nations Unies. Ce sera également l’occasion de rappeler le travail abattu par le Comité des sanctions du Conseil de Sécurité des Nations Unies qui, à l'audition des arguments des deux pays, a confirmé la teneur de ce rapport dont les détails avaient été longtemps gelés, avant leur publication presque sous pression.


Kinshasa, 19/09/2012 (La Prospérité, via mediacongo.net)

Les commentaires sont fermés.