Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

01/10/2012

ITALIE/LIBYE/FRANCE : IL CORRIERE DELLA SERA PERSISTE ET SIGNE

Heu ! C'est dans le train qui me ramenait aujourd'hui même de l'Athenée Royal de Rixensart que la puce est entrée dans mon oreille gauche. Il y consistait dans un monologue d'un passager barbu assis en diagonale. Il le lisait certainement le même article que moi : consistant dans l'éventuelle trahison de Bachar au profit de Sarkozy pour éliminer le Colonel Mammouar Kadhafi. Pas si sûr. Mais non pas moins lorsque je l'entendis s'exclamer "tout ça c'est de la merde". Et de poursuivre encore : "c'est pour diviser le monde musulman et arabe en particulier ..."

Aucun des passagers ne broncha. Parce qu'il s'agissait-là d'un barbu ? Non pas pour moi, loin s'en faut. Mais, parce que ces genres de sujets n'intéressent plus grand monde. Les gens sont fatigués de voir l'impérialisme occidental tuer des gens innocents soi-disant au nom d'une démocratie ou d'une bonne gouvernance qu'il n'est jamais prêt de se l'appliquer. Car comment expliquer le quart-monde, cad ces Blancs qui dorment dans les gares, à la nuit étoilée, etc. ? Mammouar Kadhafi était chez lui lorsqu'une bombe a tué l'un de ses fils, la femme de cemui-ci, et leurs trois fils ! Sarkozy, Obama, Hillary Clinton auraient-ils accepté une telle denrée morbibe ? Pas si sûr.

Antoine-Dover OSONGO-LUKADI

Directeur-Administrateur kilimandjero.blogs.dhnet.be


Libye : Mouammar Kaddafi, trahi par Bachar al-Assad et assassiné par un agent français ?

01/10/2012 à 18h:11 Par Mathieu Olivier
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
 
Mouammar Kaddafi est mort le 20 octobre 2011 dans des circonstances troubles. Mouammar Kaddafi est mort le 20 octobre 2011 dans des circonstances troubles. © AFP

Alors que l’anniversaire de la mort de l’ex-Guide libyen approche, son fantôme agite toujours les milieux diplomatiques et du renseignement occidentaux. Dans son édition du 29 septembre, le quotidien italien "Corriere della Sera" avance la thèse de l’assassinat de Kaddafi. Livré par Bachar al-Assad, le leader libyen aurait été abattu par un agent des services secrets français.

Mouammar Kaddafi a-t-il succombé à la fureur de la résistance libyenne ? Ou a-t-il péri sous les balles des services de renseignements français, dans l’ambulance qui devait l’amener à Misrata, le 20 octobre 2011 ? Pour le journal transalpin « Corriere della Sera », la réponse est toute trouvée : « Un agent français derrière la mort de Kaddafi », titre le quotidien.

Un agent étranger était infiltré avec les brigades révolutionnaires pour tuer le colonel Kaddafi.

Mahmoud Jibril, Ex-président du conseil exécutif du CNT

L’article remet en cause la version officielle des dernières heures de l’ex-Guide libyen, qui incriminait les membres de la résistance libyenne ayant procédé à son arrestation. Le « Corriere della Sera » s’appuie dans un premier temps sur les déclarations de Mahmoud Jibril, ex-président du conseil exécutif du Conseil national de transition libyen (CNT), aux micros de la télévision égyptienne Dream TV, le samedi 28 septembre : « Un service de renseignement que je ne connais pas avait intérêt à ce que Kaddafi se taise à jamais, car il a eu plusieurs secrets et a noué d’étroites relations avec de nombreux régimes internationaux ». « Un agent étranger était infiltré avec les brigades révolutionnaires pour tuer le colonel Kaddafi » a-t-il ajouté.

Trahison de Bashar ?

La France a joué un rôle direct dans la mort de Kaddafi.

Rami El Obeidi, Ancien responsable des relations avec les agences de renseignement étrangères pour le CNT

Le quotidien italien ajoute à son argumentaire les déclarations d'un autre responsable libyen, l'homme chargé des relations avec les agences de renseignement étrangères pour le CNT, Rami El Obeidi. Dans le quotidien britannique le « Telegraph », ce dernier affirme que le dictateur aurait été localisé grâce à son téléphone portable dont il s’était servi un peu plus tôt pour contacter plusieurs de ses soutiens en Syrie. Et ce serait à cette occasion que le service d’espionnage de Bachar al-Assad aurait choisi de divulguer l’information aux services secrets français, leur permettant ainsi de capturer leur cible.

Alors que la révolte grondait dans son pays, selon le quotidien italien, le leader syrien avait tout intérêt à s’attirer les faveurs des Français. Et, toujours selon le quotidien, qui cite des sources diplomatiques anonymes, il ne fait presque aucun doute que, si un service avait intérêt à faire taire Kaddafi, en le supprimant entre le moment de sa capture et son arrivée à Misrata, c’est le renseignement français. Selon Rami El Obeidi, la France aurait « joué un rôle direct dans la mort de Kaddafi, notamment dans son meurtre », ajoutant que, dans les milieux britannique et turc du renseignement, on parlait à l’époque d’opération « exclusivement française ».

L'enquête de l'ONU en échec

Dans un rapport publié en mars dernier, la commission de l'ONU sur les crimes de guerre et les violations des droits de l'homme en Libye s’était déclarée incapable de déterminer les causes de la mort de Mouammar Kaddafi, les autorités du CNT lui ayant refusé l’accès au rapport d’autopsie. L’ONU avait cependant précisé que l’ancien guide libyen était toujours vivant lors de sa capture.

La campagne de Nicolas Sarkozy financée par Kaddafi

Quel intérêt auraient eu les Français à abattre Mouammar Kaddafi ? Là encore, le « Corriere della Sera » reprend une thèse apparue il y a plus de six mois, notamment sur le site Internet « Mediapart ». La France aurait cherché, selon cette version des faits étayée par des sources diplomatiques occidentales - là encore anonymes - à protéger le secret autour de financements versés par l’ex-dirigeant libyen.

« Mediapart » publiait, en mars 2012, un document qui prétendait prouver le financement de la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy par la famille Kaddafi. L’ancien chef d’État avait aussitôt déposé plainte contre le site Internet, notamment pour faux et usages de faux. Rien ne dit si l’enquête, toujours en cours, permettra de confirmer ou d’infirmer tout ou partie de la version des faits relayée par le journal transalpin. En attendant, faute de preuves suffisantes et d’un mobile avéré, l’ « assassinat » de Kaddafi reste toujours au rang des énigmes irrésolues.

Par Mathieu Olivier (@MathieuOlivier)



Lire l'article sur Jeuneafrique.com : Libye : Mouammar Kaddafi, trahi par Bachar al-Assad et assassiné par un agent français ? | Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique

Kadhafi éliminé par un agent secret français?

Kadhafi éliminé par un agent secret français?
(AgencePol) D'après le quotidien italien Il Corriere della Sera, le colonel Kadhafi aurait été tué l'an dernier par un agent secret français, avec la complicité de Damas
Ce n'est pas la première fois que la version 'officielle' de la mort du colonel est remise en question. Cette fois c'est Mahmoud Jibril, ancien Premier ministre du gouvernement transitoire, pressenti pour diriger le pays après les élections parlementaires, qui a relancé l'hypothèse d'un complot ourdi par des services secrets étrangers. "C'est un agent étranger infiltré dans les Brigades révolutionnaires qui a tué Kadhafi", a-t-il déclaré à une télévision égyptienne. Au sein des cercles diplomatiques occidentaux présents dans la capitale libyenne, la théorie officieuse la plus répandue est que, si des services étrangers sont effectivement impliqués, il s'agit presque certainement des Français. Le fait que Paris voulait éliminer le Colonel Khadafi est un secret de polichinelle. "En effet, dès les premiers signes de soutien de l'OTAN à la révolution, Kadhafi a menacé de révéler les détails de ses liens avec Nicolas Sarkozy, à commencer par les millions de dollars versés pour financer sa campagne électorale en 2007", note le Corriere della Sera. "Sarkozy avait toutes les raisons de faire taire le raïs au plus vite", ont rappelé des sources diplomatiques européennes au quotidien italien. Selon ces mêmes sources, c'est le chef d'État syrien Bachar el-Assad qui a transmis le numéro de téléphone satellitaire de Kadhafi aux services secrets français, leur permettant ainsi de le localiser. En échange, Assad aurait obtenu de Paris la promesse de limiter les pressions internationales sur la Syrie en vue de faire cesser la répression contre le peuple en révolte. (L.M. / Picture : Photo news)
 

Les commentaires sont fermés.