Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

04/10/2012

CONGO/KINSHASA : LES DERNIERES NOUVELLES DU FRONT

POUR MOI personnellement, et ce n'est ni de l'intégrisme absolu, ni du jusqu'au-boutisme à revendre, dont je ne sais devant qui, IL N'Y A RIEN DE NEGOCIABLE AU KIVU NI FONDAMENTALEMENT NI FORMELLEMENT. Le Tutsi Kagamé doit retirer ses rebelles qui lui ressemblent chez lui au Rwanda afin de laisser nos populations kivutiennes tranquilles. Trop de morts, et tout cela pour le bénéfice des corbeaux occidentaux, ça suffit comme ça oh my God ? Kagamé le fils de pute doit retirer ses troupes et ses rebelles qui y stationnent depuis le 06/10/1996. C'est-à-dire depuis le début de la chute du MPR/Parti-Etat et son impressario Marchéal Mobutu sese Seko de Kawele.

Beaucoup d'immatures congolais, surtout de la diaspourrie, accusent Joseph Kabila Kabange de tous les maux d'Israél. Certes, il est muet, mais l'un des traits de son caractère, il faut y avoir été avec lui côte à côte pour bien le savoir ou le connaître, 'homme est extrêmement discret, pugnace, mais pas immature, ni imprudent comme estiment et pensent ses détracteurs. On devrait, au contraire, le féliciter, malgré son apparence molle, d'avoir réuni, et ce pour la toute première fois depuis que Kagamé est au service des puissances et lobbies occidentaux chez moi au Kivu, l'unanimité des condamnations contre celui-ci. Du jamais vu ni entendu. Qu'il eût cru, tentai-je d'invectiver ses détracteurs les plus tribalistes de la RDC, surtout du centre du pays. Ceux qui pensent, mais à tort et à travers, qu'il n'y a que leurs culs qui comptent. A raison, celui-là qui me disait que sans ceux-ci ce pays aurait mérité un avenir plus différent. On le voit bien. Car, ils n'aiment personne. Ils ne considèrent et ne désirent qu'eux-mêmes. Quoi que certains de chez moi y ont trouvé occasion de s'y lier charnellement dans un charlantisme ridicule.

Pour passer à autre chose, tout le monde sait que beaucoup de congolais déploient des muscles pour rien, alors qu'ils se font terrassés dès le huitième raound comme l'eut été Georges Foreman par le valeureux et célébrissime Mohammad Ali BOOM YEE en octobre 1974, j'y fus, d'autres calabres qui font ici le gros dos j'ignore où ils s'y trouvaient, mais certainement dans les brousses du centre du Zaïre. Pourtant, il ne suffit pas d'avoir une grande gueulle pour se faire entendre. C'est la véritable leçon de démocratie que vient de donner JKK à l'opposition qui le matraque et l'accuse de collusion avec Kagamé et le M23.

C'est pourquoi-, même si je n'ai jamais été pour les USA de gauche ou de droite, pas d'importance, tous pareils, même si Obama en a fait plus dans le pire, lui qui a livré l'ignoble terroriste, certes, Oussama Bin Laden aux requins du pacifique ou de l'atlantique, je n'en sais rien-, la position américaine ci-dessous est à mettre pour le compte du succès politico-diplomatique de Joseph Kabila Kabange. Devant la mort des millions de gens chez moi au Kivu, les USA ne peuvent, enfin, que faire profile bas : accepter l'inacceptable mais contre eux, à savoir demander à leur garçon de course le Tutsi Paul Kagamé de condamner, en lieu et place de ses maîtres blancs, ce dont il n'est pas directement ni l'initiateur, ni l'auteur, mais simples allumettes.

Telle est la leçon dont devrait  prendre en compte tous les garçons de courses qui sévissent ci et là en Afrique au profit de l'impérialisme occidental. C'est un peu le cas des quelques chiens du centre du pays qui ont fait influence auprès du Conseil d'administration de l'ESURS pour qu'on ne me donne pas une charge horaire à Kinshasa. Malheureusement pour ces brébies galeuses du centre du pays, j'y persiste, y signe, et y répète, elles ont oublié une chose importante, à savoir qu'au-dessus de ce soi-disant président du CA, il y a à la tête du pays Joseph Kabila Kabange qui s'il le voulait peut le démettre séance tenante.

Mon tort ? Avoir critiqué Monsengwo et Tshisekedi au profit de JKK ! A la tête d'une telle furia deux femmes du centre du pays et leurs acolytes, deux hommes précisément, résidant en Belgique. Ce n'est pas difficile de les reconnaîtres. Car, ils ont des mâchoirs carrées. Deux tarrés de l'immobilisme occidental. Sans savoir ma force réelle, car ce n'est jamais dans ma nature, d'exhiber ma puissance ni scientifique, ni politique, ils ont pris ce risque-là : de jouer avec le feu. Mais, heureusement que je n'étais comme eux. Parce qu'autrement je leur causerais des sérieux ennuis ici en Belgique, ou au pays. Mais, ce n'est ni la tâche, ni le rôle d'un camarade marxiste. Moi je ne connais pas la délation de service comme ils l'exercent, eux, en merveille. L'un d'eux qui rôde ici à Louvain-La-Neuve, lui dont l'identité est déjà retenue à la sûreté belge dans d'autres cas de délation et de génocide, a encore des jours devant, parce que jamais de ma vie je ne porterai atteinte à l'intégrité physique d'un être humain, celle que par plus d'une fois je faillis perdre à l'Université de Lubumbashi.

Antoine-Dover OSONGO-LUKADI

Directeur-Administrateur kilimandjero.blogs.dhnet.be 


 

Les Etats-Unis demandent au Rwanda de condamner publiquement le M23!
(Congo365.com 04/10/2012)



Les Etats-Unis ont appelé lundi le Rwanda à dénoncer publiquement les rebelles du M23 qui se sont emparés de pans entiers de l'Est du Congo et ont souligné leur frustration sur le rôle présumé de Kigali dans le conflit.

Le Rwanda a nié à plusieurs reprises son soutien au mouvement rebelle du M23 accusant Kinshasa et les grandes puissances mondiales d’omettre de s'attaquer aux vrais problèmes qui ont conduit au soulèvement. Publiquement, Kigali n'a pas encore condamné le mouvement M23 et les bailleurs de fonds, y compris les États-Unis, l'un des plus proches alliés de Kigali, ont réduit l'aide à la petite nation d'Afrique centrale à la suite d'un rapport des Nations Unies qui a conclu que des responsables rwandais ont aidé à l'approvisionnement des rebelles par des armes et de la logistique.


"Il n'est pas et ce ne serait pas trop demander au gouvernement du Rwanda de dénoncer un groupe rebelle qui s'attaque sur aux vies de personnes et porte atteinte à la stabilité d'un voisin», a dit Johnnie Carson, le secrétaire d'Etat adjoint américain pour les affaires africaines , lors d’une conférence téléphonique le lundi.


Des centaines de milliers de civils ont été chassés de leurs foyers par les combats depuis que le M23, qui a des liens avec Bosco Ntaganda, chef de guerre recherché par la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes de guerre, a pris les armes en avril.


«Le M23 est dirigé par des personnes qui sont accusés par la CPI et qui sont accusés de violations graves des droits de l'homme et cela ne devrait pas être trop demander au gouvernement du Rwanda de le faire», a précisé Carson.



Les rebelles disent qu'ils se battent pour essayer d'assurer la pleine application d'un accord de paix mettant fin 2009 à une rébellion précédente que les experts de l'ONU ont déclaré également avoir été soutenue par le Rwanda.


Contacté pour une réaction après les commentaires de Carson, un responsable du ministère rwandais des Affaires étrangères a redirigé l’agence Reuters vers les commentaires du président Paul Kagame niant les accusations de son pays sur le soutien aux rebelles faites lors d'une réunion de l'ONU à New York la semaine dernière.


Kagame et le président congolais Joseph Kabila se sont rencontré en marge de l'Assemblée générale de l'ONU, mais aucune percée n’a été faite.


Kagame a déclaré la semaine dernière que "la résolution de la crise ne sera pas possible si la communauté internationale continue de définir la question de manière erronée."

Une force de proposition africaine qui serait neutre et chargé d'éliminer tous les rebelles opérant dans l'est du Congo n'est pas encore concrétisée.

Carson a dit que Kabila avait également le devoir d'assurer la paix et la stabilité dans son pays.
Aurélie Nyssen avec Reuters

 

 

 

RDC : Goma peut-elle tomber malgré la présence des troupes de l’ONU ?
(VOA News 04/10/2012)



Pour certaines personnalités du chef-lieu du Nord-Kivu, les récentes menaces du M23 relèveraient purement de la propagande.

En République démocratique du Congo, les rebelles du M23 menacent de prendre Goma, la capitale du Nord-Kivu. Officiellement, les mutins estiment vouloir sauver la population après la recrudescence des assassinats, ces derniers jours, dans la ville.

Les autorités locales, elles, parlent d’incidents sporadiques…plusieurs suspects ont été arrêtés dont des civils et des soldats. Pour des précisions, la VOA a joint à Goma le directeur de la radio Kivu-1, Magloire Paluku.

Les Etats-Unis disent que le Rwanda devrait dénoncer le M23, qui est accusé d'avoir utilisé le viol et les assassinats dans une campagne de terreur en République démocratique du Congo. Par ailleurs, les Nations Unies ont accusé des responsables de la Défense au Rwanda de soutenir les combattants du M23, allégation démentie par Kigali.

jeudi, octobre 04, 2012 Heure locale: 04:47

 

Les commentaires sont fermés.