Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

17/01/2013

POUR L'HOMME CONGOLAIS LA SCIENTOLOGIE COMME UNE AUTRE LOGE DE SE REMPLIR LES POCHES

 

Morceau choisi :

Cap sur l’Afrique. Selon un récent rapport de la Sûreté de l’État Belge que le quotidien belge DH (www.dhnet.be) a pu lire, l’Église de scientologie veut étendre ses activités sur le Continent noir . En particulier en République démocratique du Congo (RDC).


Belgique: la Scientologie infiltre les milieux belgo-congolais


Cap sur l’Afrique. Selon un récent rapport de la Sûreté de l’État Belge que le quotidien belge DH (www.dhnet.be) a pu lire, l’Église de scientologie veut étendre ses activités sur le Continent noir . En particulier en République démocratique du Congo (RDC).

Pour ce faire, elle s’implante en Belgique en y cherchant des relais dans la communauté belgo-congolaise. Avec beaucoup de réussite ! Un témoignage repris dans le rapport parle de Bruxelles, l’endroit “d’où tout est possible” . Si bien que l’Église a transféré ses activités en lien avec la RDC de Paris à Bruxelles (ses cadres restent surtout français)…

Bertin Mampaka (CDH), vice-président du Parlement bruxellois et conseiller communal à la ville de Bruxelles, ainsi que Justine Kasa-Vubu, la fille de l’ancien président congolais Joseph Kasa-Vubu, en font partie ! Selon le rapport, ces deux personnes sont des “recrues de choix” . Leur “conversion” est toutefois “tenue secrète” pour ne pas compromettre leur crédit vis-à-vis du public et des autorités.

L’Église souhaiterait favoriser “l’ascension politique” de M. Mampaka et encourager le “retour” de Mme Kasa-Vubu sur la scène politique congolaise. Pour ce faire, elle mettrait à leur disposition des moyens financiers, humains et techniques. La Fondation Kasa-Vubu servirait de réceptacle pour toutes ces aides.

Le texte ajoute que l’Église a des “relations” avec la députée bruxelloise Gisèle Mandaila (FDF). Et “a tenté de se rapprocher” de Pierre Migisha (CDH), lui aussi député bruxellois.

La Sûreté de l’État a transmis son rapport à la mi-décembre à la ministre de la Justice Annemie Turtelboom (Open VLD), au ministre des Affaires étrangères Didier Reynders (MR), à l’ambassadeur de Belgique au Congo Michel Lastchenko ainsi qu’au président du SPF Affaires étrangères, son chef Sécurité et son directeur Afrique.

La Sûreté précise le raisonnement de l’Église de scientologie : le nombre de Belges allochtones est en augmentation, surtout à Bruxelles; ils sont donc logiquement amenés à occuper plus de fonctions publiques ou privées importantes; or, ils sont “davantage réceptifs” au message de la scientologie; et constituent dès lors des relais privilégiés pour jouer un rôle de lobbying – le rapport parle de lignes de communication – auprès des autorités belges, européennes et congolaises.

Selon la Sûreté, la scientologie a placé le Congo au centre de sa stratégie d’expansion en Afrique. Elle souhaiterait ainsi s’étendre vers la Zambie et l’Angola.

Plus inquiétant est le soutien que voudrait apporter le mouvement religieux au M23, groupe rebelle soutenu par le Rwanda à la base de graves déstabilisations dans l’est du Congo.

Le rapport souligne que la scientologie est déjà bien implantée au Rwanda. Elle aurait des relations privilégiées avec les hautes sphères du pouvoir. Notamment le président rwandais Paul Kagame !

Des cadres bruxellois de la scientologie (de nationalité française) ont eu des contacts avec des personnalités rwandaises. Ces dernières auraient pour mission de convaincre des Belgo-Congolais influents de “promouvoir” la cause du M23...

La Scientologie

La Scientologie ou « Église de Scientologie » est un mouvement dont les principes ont été développés aux États-Unis en 1953 par L. Ron. Hubbard. La première église de Scientologie fut établie à Washington en 1954. La Scientologie promeut une méthode appelée dianétique par son fondateur et propose plus largement un ensemble de croyances et de pratiques relatives à la nature de l'être humain et de sa place dans l'univers.

Son statut juridique et l'appréciation de sa qualité de secte religion et/ou de secte (au sens de dérive sectaire) suscitent de nombreuses critiques. Des États l'ont officiellement reconnue comme une religion. Dans certains pays, tels que la France, Belgique, elle est souvent présentée comme une dérive sectaire. Ses pratiques, via ses différentes organisations satellites, font également l'objet de controverses et de nombreuses procédures judiciaires, notamment pour escroquerie.


Bruxelles, 17/01/2013 (DH / Wkikipedia / MCN, via mediacongo.net)

Les commentaires sont fermés.