Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

21/01/2013

CONGO/BRAZZAVILLE/CONGO/KINSHASA : SASSOU N'EST NI CREDIBLE NI FIABLE JKK DOIT S'EN MEFIER C'EST UN MOBUTISTE

Morceau choisi :

"Avec Sassou aux commandes de la Cirgl, la crise dans la partie Est de la RDC devait certainement prendre une autre dimension. Kinshasa ne voudrait donc pas être pris de court. Aussi se prépare-t-il à toute éventualité, malgré l’entêtement de Kampala d’abriter toujours ce dialogue. Outre le changement de médiation dans les pourparlers engagés dans le cadre de la Cirgl, il y a également le projet de dialogue national entre toutes les forces vives de la nation congolaise promis par le président Kabila."


Sortie de crise en RDC: Kabila se tourne vers Sassou
(Le Potentiel 21/01/2013)


A défaut de Kampala ou de Kigali, deux capitales jugées complices dans la crise qui frappe l’Est de la RDC, c’est vers Brazzaville auprès du président Dénis Sassou N’Guesso que Kinshasa espère trouver le dénouement à cette crise permanente. C’est sans doute ce qui explique le déplacement le week-end à Brazzaville du président Joseph Kabila. Pour Kinshasa, la neutralité de Sassou le place en très bonne position pour servir de médiateur. Pas de doute aussi que son expertise soit mise à profit dans le dialogue national annoncé par le président Kabila

Mission improvisée ou visite programmée. Peu importe ! Le plus évident est que le chef de l’Etat de la RDC, Joseph Kabila Kabange, a passé son week-end à Brazzaville, capitale de la République du Congo. Sur invitation, à en croire le communiqué final lu qui a sanctionné la rencontre, de son homologue Denis Sassou N’Guesso, président du Congo/Brazzaville.

Dans ledit communiqué, logé sur le site officiel de la présidence congolaise, Congo-site actualités, rien de consistant n’a filtré de cette rencontre. L’on sait cependant que Joseph Kabila Kabange, arrivé samedi dans la capitale congolaise par voie fluviale, est allé directement se rendre compte des dégâts enregistrés par l’explosion d’armes le 4 mars 2012 du dépôt de Mpila.

Juste après Mpila, les deux chefs d’Etat se sont rendus à Kintélé pour visiter le site d’hébergement provisoire des sinistrés où vivent près de 83 familles, soit environ 600 personnes, tous sinistrés de Mpila. Ce fût l’essentiel de la partie protocolaire du séjour le samedi du président Kabila à Brazzaville.

Côté échange, c’est hier dimanche au courant de la journée que les deux chefs d’Etat devaient se concerter. Le communiqué rendu public à l’issue de la rencontre renseigne que « les deux chefs d’Etat ont eu des entretiens en tête-à-tête au cours desquels ils ont procédé à un large échange de vues sur les questions d’ordre bilatéral, sous régional, régional et international ».

Sur le plan bilatéral, « les deux chefs d’Etat se sont réjouis de l’excellence des relations d’amitié et de fraternité qui existent entre leurs deux pays. Ils ont, par ailleurs, réaffirmé leur volonté d’œuvrer au raffermissement des relations de coopération entre les deux pays ».

En outre, les deux personnalités ont évoqué le dialogue de Kampala qui se tient entre la partie gouvernementale et la délégation du M23. A ce propos, « les deux chefs d’Etat se sont félicités de la reprise des échanges de Kampala entre la délégation officielle de la RDC et celle des rebelles du M23 et ont exprimé leur vœu de les voir contribuer positivement au retour de la paix dans le Nord du Kivu et la région des Grands Lacs ». Les crises malienne et syrienne ont également fait partie des points abordés par les deux chefs d’Etat lors de leurs échanges.

LES NON-DITS DE BRAZZAVILLE

Mais, au-delà de la partie visible de l’iceberg il doit bien y avoir des non-dits. Qu’il sied d’élucider.Président en exercice de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs(Cirgl )- confirmation de Lambert Mende, lors de sa dernière conférence de presse- Dénis Sassou N’Guesso devrait déjà en toute logique prendre les commandes de l’organisation sous régionale. Et par surcroît, superviser les pourparlers directs de Kampala dont la finalité est de trouver une issue pacifique à la crise qui mine l’Est de la RDC.

Il est donc probable que c’est à ce titre que Joseph Kabila serait allé voir son homologue du Congo/Brazzaville. Dans le but, sans doute, de baliser la voie dans la perspective d’un changement de décor au niveau de la médiation à la crise congolaise. Même si rien n’a été révélé dans ce sens, à la lecture du communiqué final, c’est certain que la question a clairement été évoquée dans l’hui-clos qui a mis en tête-à-tête les deux chefs d’Etat.

Avec Sassou aux commandes de la Cirgl, la crise dans la partie Est de la RDC devait certainement prendre une autre dimension. Kinshasa ne voudrait donc pas être pris de court. Aussi se prépare-t-il à toute éventualité, malgré l’entêtement de Kampala d’abriter toujours ce dialogue. Outre le changement de médiation dans les pourparlers engagés dans le cadre de la Cirgl, il y a également le projet de dialogue national entre toutes les forces vives de la nation congolaise promis par le président Kabila.

Doyen de la sous-région, le président Kabila est allé sans doute recueillir les avis d’un aîné. Pays post-conflit à l’instar de la RDC, le Congo/Brazzaville est également passé par une crise armée avant de retrouver une stabilité politique. Dialogue national et voie de sortie de crise dans l’Est de la RDC sont des questions d’actualité qui ne pouvaient pas manquer de figurer au menu du séjour de 24 heures de Joseph Kabila à Brazzaville.

Ce séjour de brazzavillois ne serait qu’une première étape d’une série de visites qui devraient se poursuivre dans la sous-région. Pour Kinshasa, il s’agit de mobiliser autour de sa cause plus de chefs d’Etat de la sous-région pour envisager avec sérénité la sortie de crise dans sa partie Est. C’est dire qu’après Sassou, d’autres missions de persuasion sont inscrites dans l’agenda de travail de Kabila.

Par ailleurs, d’aucuns supputent que les deux voisins n’auraient pas manqué d’évoquer le changement de politique étrangère que pourrait annoncer la nouvelle administration Obama. Le départ du clan Clinton pourrait influer d’une façon ou d’une autre sur l’orientation de la diplomatie américaine en Afrique et particulièrement dans la région des Grands Lacs.

Lire en encadré, le communiqué ayant sanctionné le séjour de 24 heures de Kabila à Brazzaville.

Encadré
Communiqué final de la rencontre de Brazzaville

« Dans le cadre du renforcement des relations d’amitié, de solidarité et de coopération qui existent entre la République du Congo et la République démocratique du Congo, et sur invitation de son excellence M. Denis Sassou N’Guesso, président de la République du Congo, son excellence M. Joseph Kabila Kabange, président de la République démocratique du Congo, a effectué une visite de travail les 19 et 20 janvier 2013, en République du Congo. Au cours de cette visite, le président Kabila a exprimé sa solidarité au peuple congolais en se rendant sur le site de la catastrophe du 4 mars 2012, à Mpila.

Il a ensuite visité successivement deux sites à Kintélé sur lesquels sont installés les personnes déplacées du fait de ce drame, d’une part, et se construisent les habitations destinées au relogement des sinistrés, d’autre part.

Les deux chefs d’Etat ont eu des entretiens en tête-à-tête au cours desquels ils ont procédé à un large échange de vues sur les questions d’ordre bilatéral, sous régional, régional et international. Sur le plan bilatéral, les deux chefs d’Etat se sont réjouis de l’excellence des relations d’amitié et de fraternité qui existent entre leurs deux pays. Ils ont, par ailleurs, réaffirmé leur volonté d’œuvrer au raffermissement des relations de coopération entre les deux pays.

Les deux chefs d’Etat se sont félicités de la reprise des échanges de Kampala entre la délégation officielle de la RDC et celle des rebelles du M23 et ont exprimé leur vœu de les voir contribuer positivement au retour de la paix dans le Nord du Kivu et la région des Grands Lacs. Au plan sous régional, les deux chefs d’Etat se sont réjouis de la signature à Libreville de l’accord de cessez-le-feu entre le gouvernement centrafricain et les rebelles de la coalition Séléka et de l’Accord politique sur la résolution de la crise politico-sécuritaire. Ils invitent les parties centrafricaines à œuvrer à la mise en œuvre effective de ces accords.

Abordant les questions d’actualité en Afrique, le Président Denis Sassou N’Guesso et son homologue ont exprimé leur appui à la communauté internationale dans la lutte contre le terrorisme, ainsi que leur soutien au déploiement des forces françaises et de la CEDEAO afin que le Mali recouvre l’intégrité de son territoire et la cohésion nationale.

Ils ont exprimé leur satisfaction sur les derniers développements positifs à Madagascar qui augurent une issue heureuse de la crise que traverse ce pays depuis quatre ans. Les présidents Denis Sassou N’Guesso et Joseph Kabila Kabange ont salué la tenue prochaine de la 20ème session de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine.

Sur le plan international, les deux chefs d’Etat ont exprimé leur préoccupation sur la détérioration de la situation en Syrie et ont lancé un appel pressant à la communauté internationale et aux protagonistes en vue d’une solution rapide à cette crise. Au terme de sa visite, son excellence M. Joseph Kabila Kabange a exprimé sa gratitude au chef de l’Etat, au gouvernement et au peuple congolais, pour l’accueil fraternel qui lui a été réservé, ainsi qu’à sa délégation ».

Publié le lundi 21 janvier 2013 07:38
Écrit par Le Potentiel

 

© Copyright Le Potentiel

Visiter le site de: Le Potentiel

Les commentaires sont fermés.