Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

22/01/2013

BELGIQUE : SALE NEGRE A-T-IL LANCE ET CELA ME FAIT PLUTÔT RIRE !!!

Je serais parti dormir tranquillement dans mon lit enfoncé et disparu dans ma couette kangourou, le temps faisant le larron, n'eût été cette histoire très plaisante et amusante ! Oui amusante. Car, le plaisantin a eu le courage de ses opinions, au moins par rapport et contrairement à ceux et celles pour lesquels les noirs et compagnies votent, qui le pensent très bas, mais n'osent jamais le dévoiler ! C'est pourquoi, elle m'a fait beaucoup rire, au point de remettre, non pas par dégoût, mais en tout cas de rire, tout ce que je venais de mettre dans mon estomac. Quelque part, si on y regarde bien, et loin s'en faut d'encourager les injures racistes, ce plaisantin a raison. Car, en effet, que font les Noirs et les autres ici ? Ils doivent se mobiliser, avec les moyens dont ils disposent, pour y aller chasser les dictateurs qui les poussent vers l'exile européen, américain nordisque ? C'est aux Noirs de créer des conditions chez eux, et par eux-mêmes. RETOURNEZ CHEZ VOUS : n'est pas toujours une exhortation raciste, mais aussi, dirais-je, une sorte d'interpellation.

L'homme n'a pas été interpellé ! Mais qu'y-at-il d'offusquant ? Je n'y vois rien. Il ne s'agit que d'un simple débordement langagier, comme on en entend tout le temps. Si l'on doit à tout instant porter plainte contre ces genres de délits, les prisons belges se rempliraient, et l'Etat n'ayant toujours pas assez de moyens ni pour y loger tout le monde, ni pour s'occuper des éméchés qui sy trouvent, n'en sortira plus jamais. De toute façon, l'homme agressé doit s'estimer chanceux, il est déjà gardien de trains, ça ne lui suffit pas ? Aurait-il été plus heureux dans son Nigéria  natal où la secte islamiste Boko Haram décime tout ce qui bouge ? On ne peut pas êre si envhissant comme cela, c'st-à-dire vouloir le beurre et l'argent du beurre. Autrement dit MANGE, BOIT, VA FAIRE CACA, PIPI ET FERME-LA FERMEMENT. Nous les Nègres nous avons la chance de notre vie d'exister ici en Belgique un espace démocratique et gouvernable, mais nous ne devons pas exagérer : mangeons, buvons, chions, pissons ... sur le dos des contribuables.

Je ne comprends pas, non plus, que "Bamboula" arrête de travailler soi-disant parce qu'il est choqué. C'est des habitudes des blancs ça. C'est leur langage "je me sens choqué". Un Noir ne dit jamais ça. Il dit "certes je suis blessé, mais je lui ferai voir de quoi je suis capable", mieux, sur quelle chauffe eau je me bois", disait un afro-congolais de la belle époque ! Tout ça parce qu'à force de vivre toute une éternité ici, il y en a comme l'écrivait avec tant de lucidité et d'intelligence mon maître à penser Frantz Fanon sont devenus de "peau noire masques blancs". Heureusement, le ridicule ne tue pas sinon un grand nombre de ceux et celles qui, en cinqante ans et plus s'appellent encore "chéris" !!! Chéri vraiment de quoi et/ou de qui ? Les plus âgés devraient laissés ces genres de jérémiades enfantins aux jeunes licenciés et docteurs qui, eux, y avaient encore tout à gagner ici.

Le Prince

Prof./Hdr./Dr.Antoine-Dover Richard Gary OSONGO-LUKADI

-Chercheur habilité de philosophie

-Membre de la SPEP/APA (Association des Philosophes Américains)

-Directeur-Administrateur kilimandjero.blogs.dhnet.be (www.dh.be/rubriqueblogs)

-antoinedoverrichardol@hotmail.fr

-osongo_lukadi@yahoo.fr

« Ahora Siempre Adol’che »

 


 
 

“Bamboula, rentre chez toi, sale nègre”

(21/01/2013)

Un agent de la Stib est en arrêt de travail après avoir été victime hier de violentes insultes racistes. Et selon ses dires, c’est loin d’être la première fois

BRUXELLES Pour Christian Ndupu, travaillant à la Stib depuis 23 ans, la coupe est pleine. Il ne peut plus travailler dans ces conditions. Le déclencheur de son arrêt de travail : une énième insulte à caractère raciste qui a eu lieu hier matin alors qu’il était en intervention.

Christian, 51 ans, d’origine nigériane, est agent de sécurité dans les transports bruxellois. Hier, vers 8 h, il intercepte, avec son collègue, un homme en train de taguer sur la vitre d’un métro. Le vandale est calme et coopératif. Tout se serait bien déroulé si une autre personne, visiblement éméchée, ne s’était pas mêlée à l’intervention.

“Il se trouvait sur le quai opposé, en état d’ivresse, une bière à la main. Il s’est approché et a dit : Laissez-le s’en aller avec votre sale uniforme, je b… la Stib”, explique Christian Ndupu. Il demande alors à l’individu de s’éloigner mais celui-ci refuse et reprend de plus belle en proférant des propos racistes : “Bamboula, rentre chez toi au bled, sale Nègre. Tu ne sais pas parler français. Tu as un accent africain, tu ne peux pas travailler en Belgique” , se souvient l’agent de la Stib.

Dès lors, la police des chemins de fer est appelée en renfort. “Il continuait à tenir des propos racistes devant la police et elle n’a rien fait. Il a été relâché en me faisant un doigt d’honneur.” Dans ces conditions, Christian Ndupu décide de porter plainte. En état de choc, il ne s’estime plus en état de travailler et demande un arrêt de travail.

D’autant que c’est loin d’être la première fois qu’il est victime de ce type d’incident. “Lorsque j’étais contrôleur, ça m’arrivait au moins une fois par semaine” , explique l’agent. À tel point que, d’après ce dernier, les collègues ne veulent plus faire équipe avec lui. “On dit que je porte la poisse. Mais je trouve qu’ils pourraient réagir plus quand je me fais insulter. Moi j’interviens lorsque des collègues belges se font insulter par des Africains ou des Maghrébins.”

La Stib, elle, se dit totalement solidaire avec son agent. “C’est scandaleux. Il a fait son travail et il a totalement raison de porter plainte. On le soutiendra s’il a besoin d’une aide” , indique une porte-parole. “Malheureusement, ce type d’incivilités se développe de manière importante” , conclut-elle.



N. G.

© La Dernière Heure 2013

 
 

Des piments rouges dans l'anus de sa fille !

(18/01/2013)

Le parquet de Bruxelles a ouvert une instruction

BRUXELLES Les policiers de la zone Midi ont dû intervenir dans la soirée de mardi au sein d’un appartement saint-gillois d’où provenaient des cris d’enfant. Soit ceux d’une petite fille de 13 ans châtiée par sa maman d’origine africaine. Laquelle avait introduit des piments dans l’anus de sa progéniture et a en conséquence été interpellée avant d'être mise à disposition du parquet.

“Une instruction a été ouverte pour des faits de moeurs”, confirme Ine Van Wymersch, porte-parole du parquet de Bruxelles. Sans pouvoir préciser si un mandat d’arrêt a été décerné ou non à l'encontre de la "maman". Le juge d'instruction en charge de l'affaire se refuse en effet à tout commentaire jusqu'à présent.

Toujours est-il que les enfants de notre "maman" auraient déjà fait l'objet d'une mesure protectionnelle de placement. Précisons encore que le domicile familial reste toujours désert ce vendredi.

Renseignement pris auprès d'un gastro-entérologue : "Au-delà du choc traumatique subi par l'enfant, les séquelles potentielles sont les mêmes que lors d'une ingestion par voie orale, soit des brûlures…"

D. Ha.

© La Dernière Heure 2013

 
 

Sa maîtresse est partie jambes en l'air

(22/01/2013)

Pour éviter de se faire prendre, ce monsieur n'a pas hésité à l'envoyer en l'air


CASABLANCA Cette anecdote aurait de quoi amuser, si seulement la pauvre demoiselle qui en fut victime ne s'était pas blessée dans l'aventure. Mais, elle en fera néanmoins sourire plus d'un, d'où le besoin de vous la relater. L'histoire se passe au Maroc, dans un appartement de la belle Casablanca. Alors qu'il se faisait gentiment plaisir en l'absence de sa belle officielle et en compagnie de son amoureuse officieuse, un monsieur infidèle fut soudain dans le pétrin lorsque la première rentra plus tôt que prévu à la maison.

Apeuré, l'homme adultère a paniqué et a tout bonnement balancé la demoiselle de 17 ans par la fenêtre! Il ne devait pas disposer de placard suffisamment grand et le dessous de son lit devait être encombré. Toujours est-il que sa maîtresse s'est retrouvé quatre fers en l'air sur le bitume, un étage plus bas. Dans sa malchance, cette dernière avait eu la bonne idée de choisir un étalon grossier qui habitait fort heureusement au premier étage de l'immeuble.

Grièvement blessée après avoir heurté un mur, elle s'est enfuie sans demander son reste. En état de choc, elle a dû être hospitalisée d'urgence et une enquête a été ouverte. C'est ce qu'on appelle s'envoyer en l'air.

N.Cap

© La Dernière Heure 2013

Commentaires

Par contre, je n'en reviens pas que vous puissiez croire que le Blanc soit dans le droit d'insultes racistes quand on sait que l'exil des Noirs est souvent occasionné en bonne partie par la mafia internationale soutenue par les puissances militaires occidentales et que toutes les résistances contre les dictateurs africains se sont révélées suicidaires, parce que de l'Europe pas une seule ligne en est écrite, à peine y fait-on allusion comme un fait divers. Le problème avec le racisme, c'est qu'il est criminogène, pas simplement "des paroles qui font rire", mais des armes qui peuvent terrasser et ruiner toute une vie. Je suis que, tout philosophe engagé que vous êtes, vous puissiez si allègrement vous en démordre, vraiment curieux de voir les choses sous cet angle- Soit--

Écrit par : Jonny | 08/08/2013

Bonjour , Je tiens à dire que ce post est incroyable, bien écrit et vient avec presque toutes les infos vitales. Je voudrais regarder les postes supplémentaires comme ça.

Écrit par : maxosize temoignage | 08/10/2014

Les commentaires sont fermés.