Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

05/02/2013

CONGO/KINSHASA : LES NOUVELLES DU FRONT ENTRE DAMNATIONS, LAMENTATIONS ET DIFFAMATIONS

Les rwandais et compagnies prendront et/ou prendraient tous les noms possibles de l'Afdl au M23 en passant par le RCD/Goma, ils ne vaincront jamais ni la volonté, ni la détermination du peuple congolais à leur résister jusqu'au dernier des résistants.

Le Prince

Prof./Hdr./Dr.Antoine-Dover Richard Gary OSONGO-LUKADI

-Chercheur habilité de philosophie du CRHIA de l’Université de Poitiers (France)

-Docteur en philosophie et lettres de l’ISP de l’Université Catholique de Louvain (UCL) (Belgique)

-Membre de la SPEP/APA (Association des Philosophes Américains),

de l’Association Canadienne de Philosophie (ACP)

-Professeur de philosophie, d’éthique et de déontologie porofessionnelle, et de la

méthodologie de la recherche à l’ISP/Gombe de Kinshasa (RDC)

-Directeur-Administrateur/kilimandjero.blogs.dhnet.be (www.dh.be/rubriqueblogs)

-antoinedoverrichardol@hotmail.fr

-osongo_lukadi@yahoo.fr

« Ahora Siempre Adol’che »


Des membres présumés du M23 arrêtés en Afrique du Sud


Dix-neuf membres présumés du mouvement rebelle M23, actif dans l'Est de la République Démocratique du Congo (RDC), ont été arrêtés par la police sud-africaine. Cette dernière a précisé mardi que les personnes interpellées dans la province de Limpopo, dans le nord du pays , étaient soupçonnées de participer à une opération militaire illégale.

Le M23 (Mouvement du 23 mars) a pris les armes au Nord-Kivu il y a neuf mois en accusant le gouvernement du président Joseph Kabila de ne pas avoir respecté un précédent accord de réconciliation datant de 2009. Il a ensuite menacé de marcher sur Kinshasa, de "libérer" toute la République Démocratique du Congo (RDC) et de renverser le chef de l'Etat.

Le M23 (Mouvement du 23 mars) a déclaré vendredi qu'un accord de paix avec le gouvernement de Kinshasa était envisageable d'ici la fin du mois de février.  


Afrique du Sud, 5/02/2013 (Reuters / MCN, via mediacongo.net)

Appuyé par deux bataillons rwandais, le M23 renforce sa présence autour de Goma


Selon la société civile, les rebelles se positionnent à Munigi, Kibati, Kanyaruchinya et Buhima, alors que des soldats venus de Kigali se déploient aux alentours de l’aéroport du Chef-lieu du Nord-Kivu.

La société civile du Nord-Kivu accuse les rebelles du Mouvement du 23 Mars (M23) de renforcer leurs positions autour de la Ville de Goma en s’installant à Munigi, Kibati, Kanyaruchinya et Buhima. L’annonce a été faite hier lundi 04 février 2013 par le Porte-parole de ladite organisation, Omar Kavota.

Cette organisation affirme que certains rebelles associés à des militaires rwandais se sont installés à 1 Km de la capitale provinciale du Nord-Kivu. L’information a été confirmée par plusieurs sources indépendantes ainsi que par certaines sources sécuritaires de la province.

« Nous avons des informations qu’un bataillon rwandais s’est déployé non loin de l’aéroport de Goma », a indiqué M. Kavota en ajoutant qu’à un kilomètre plus loin, dans la localité de Rukoko, des militaires rwandais et des rebelles du M23 ont été aperçus.

La présence de deux bataillons de l’armée rwandaise a été signalée dans les localités de Rutagara et de Nyiragongo.

Pour la sécurité de la population, la société civile du Nord-Kivu invite le gouvernement congolais à agir rapidement pour rassurer la population de Goma contre une éventuelle attaque du M23 et à prendre des dispositions d’une réplique au cas où ce mouvement rebelle voudrait reprendre les armes.




Carrol Madiya
Kinshasa, 5/02/2013 ( La Tempête des Tropiques , via mediacongo.net)

Une nouvelle coalition de groupes armés exige des poursuites judiciaires contre Joseph Kabila


L'Union des Forces Révolutionnaire du Congo (UFRC), coalition regroupant des groupes armés basés dans la province du Sud-Kivu, a exigé des poursuites judicaires contre Joseph Kabila, président de la République démocratique du (RDC), pour haute trahison, a indiqué lundi Gustave Bagayamukwe, président du Comité de la coordination de cette coalition, à l'Agence Xinhua .

"Le président Kabila, qui est aujourd'hui à la tête du pays, a été très mal élu lors des élections du 28 novembre 2011, et il est responsable de la guerre dans la province du Nord-Kivu", a déclaré M. Bagayamukwe, ajoutant que "l'UFRC souhaite l'organisation rapide des élections démocratiques et l'instauration d'un nouveau ordre politique, capable d'alléger les misères du peuple congolais et de placer les fondements d'une vraie république et d'une démocratie véritablement participative dans ce pays avec l'aide des l'ONU.

D'après M. Bagayamukwe, l'UFRC a le soutien de la société civile, des organisations politiques et des mouvements politico- militaires du Sud-Kivu ainsi que d'une partie du Nord-Kivu pour mettre fin à "l'aventure" du président Kabila.

Les deux provinces du Kivu, provinces riches en ressources minières, sont instables depuis 1994, et sont devenues victimes de la multiplication des groupes armés, dont le principal objectif est le pillage du sous sol congolais.
Kinshasa, 5/02/2013 (Xinhua / MCN, via mediacongo.net)

Les commentaires sont fermés.