Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

11/02/2013

CONGO/KINSHASA/AFRIQUE DU SUD : AUCUN REPIT POUR DES NOUVEAUX SOI-DISANT REBELLES

Ce matin la Radio Okapiémettant de Kinshasa, non pas de tshigali, annonçait qu'un groupe de dix-neuf rebelles a été extradé à Kinshasa ! Parmi ceux-ci figurerait un certain ETIENNE KABILA. L'homme s'était fait remarquer sur la toile en niant à Joseph KABILA KABANGE la paternité de celui dont tous les deux portent le patronyme ! Si le diffamateur Etienne devra répondre enfin publiquement de ses allégations, une chose est de savoir si les autorités sudafricaines ont mesuré leur extradiction. Affaire à suivre, donc ...

Prof./Hdr./Dr.Antoine-Dover Richard Gary OSONGO-LUKADI

 

-Chercheur habilité de philosophie du CRHIA de l’Université de Poitiers (France)

 

-Docteur en philosophie et lettres de l’ISP de l’Université Catholique de Louvain (UCL) (Belgique)

 

-Membre de la SPEP/APA (Association des Philosophes Américains),

 

de l’Association Canadienne de Philosophie (ACP)

 

-Professeur de philosophie, d’éthique et de déontologie porofessionnelle, et de la

 

Méthodologie de la recherche à l’ISP/Gombe de Kinshasa (RDC)

 

-Directeur-Administrateur/kilimandjero.blogs.dhnet.be (www.dh.be/rubriqueblogs)

 

-antoinedoverrichardol@hotmail.fr

 

-osongo_lukadi@yahoo.fr

 

« Ahora Siempre Adol’che »


 

Afrique du Sud. Dix-neuf rebelles congolais accusés de tentative de coup d’Etat
(L'Avenir Quotidien 08/02/2013)



 

* Dix-neuf Congolais arrêtés en Afrique du Sud en début de semaine ont été inculpés hier jeudi de tentative de coup d’Etat visant à renverser le gouvernement de Joseph Kabila en République démocratique du Congo. A la demande du procureur, l’affaire a été renvoyée au 14 février après l’énoncé des charges retenues, et les accusés transférés à la prison centrale de Pretoria.

* Deux hommes du groupe sont en fuite, il s’agit du Général Yakutumba et un certain Etienne Kabila, qui prétend être le fils aîné de Laurent Désiré Kabila. Pour Lambert Mende, le Gouvernement veut que les accusés soient extradés pour qu’ils répondent des faits mis à leur charge. En ce qui concerne le soi-disant Etienne Kabila, il a dit que ce n’est pas son premier coup, il a toujours été utilisé pendant une longue période par tous les ennemis du Congo2

*Les dix-neuf accusés tombent sous le coup de la loi sur l’assistance militaire étrangère qui interdit les activités de mercenaires non autorisées et permet de les juger en Afrique du sud.

Dix-neuf Congolais arrêtés en Afrique du Sud en début de semaine ont été inculpés hier jeudi de tentative de coup d’Etat visant à renverser le gouvernement du président Joseph Kabila en République démocratique du Congo (RDC). Selon une dépêche tombée à la rédaction du Journal L’Avenir, et à la demande du procureur, l’affaire a été renvoyée au 14 février après l’énoncé des charges retenues, et les accusés transférés à la prison centrale de Pretoria.

La juge sud-africaine Stella de la Rey leur a conseillé de bien choisir leurs avocats, en soulignant que « l’affaire était sérieuse ». En effet, ces 19 hommes sont accusés d’appartenir à un groupe de dissidents ou rebelles appelé l’Union des Nationalistes pour le Renouveau (UNR) de la Rdc, dont l’objectif est, selon l’accusation, « de renverser inconstitutionnellement le président Joseph Kabila ».

Il sied de souligner que la police sud-africaine a reçu en septembre 2012 « des informations crédibles sur un coup d’Etat en préparation et mené une enquête pour réunir des preuves » en infiltrant un homme parmi eux, a raconté le procureur Shaun Abrahams.

Plusieurs rencontres ont eu lieu, des échanges d’emails et de téléphones. La « taupe » sud-africaine s’est fait confirmer leurs intentions séditieuses, des concessions minières étant promises en échange de l’aide, et s’est fait remettre une liste de matériel qu’ils cherchaient à se procurer, dont des téléphones satellites, des radios, des fusils d’assaut AK-47, des missiles, etc., selon l’accusation.

Les accusés cherchaient également à mettre sur pied un entraînement militaire spécialisé, dans la province rurale du Limpopo (nord-est), sous couvert d’une formation de rangers à la lutte contre le braconnage de rhinocéros. L’entraînement devait démarrer ces jours-ci et les accusés ont été arrêtés après s’être retrouvés lundi à une station d’essence de Johannesburg, d’où ils devaient partir pour Modimole dans le Limpopo.

Avant leur arrestation, durant la soirée de lundi 4 février, les accusés se sont longuement réunis avec leurs futurs faux soutiens, réitérant leur intention de recevoir un entraînement militaire spécialisé et de faire un coup d’Etat, selon M. Abrahams. Des vidéos ont été filmés, et l’accusation affirme ainsi détenir de nombreuses preuves vidéo, audio, ainsi que des documents et des photos où certains posent avec des AK-47. Les dix-neuf accusés tombent sous le coup de la loi sur l’assistance militaire étrangère qui interdit les activités de mercenaires non autorisées et permet de les juger en Afrique du sud.

Etienne Kabila et le Général Yakutumba cités

Dans le box des accusés, les sources proches de la Cour citent deux hommes qui seraient en fuite, même la police locale pense qu’ils sont toujours en Afrique du Sud. Il s’agit de Etienne Kabila, qui prétend être le fils aîné du défunt président Laurent-Désiré Kabila, et du Général Yakutumba. Interrogé hier à ce sujet par une source proche du dossier, Lambert Mende, ministre de la Communication, Relations avec le Parlement et de l’initiation à la Nouvelle citoyenneté a déclaré que le Gouvernement Congolais veut que les accusés soient extradés pour qu’ils répondent des faits mis à leur charge.

« En ce qui concerne le soi-disant Etienne Kabila, nous savons que ce n’est pas son premier coup d’Etat (tentative), il a toujours été utilisé pendant une longue période par tous les ennemis du Congo », a déclaré Mende. Et la source de poursuivre, l’homme identifié comme « Général Yakutumba » pourrait être William Amuri Yakutumba, un ancien capitaine de l’armée congolaise qui dirige maintenant sa propre milice anti-Rwanda en province orientale.

Un Américain parmi les suspects !

L’un des suspects qui ont comparu jeudi à la Cour était James Kazongo, un citoyen américain qui vit à Middletown, Delaware. Kazongo a dit que le groupe voulait renverser le gouvernement congolais et a demandé des mercenaires et des armes par mail, selon le Procureur M. Abrahams. Cependant, Kazongo au tribunal a nié les allégations, disant qu’il n’est arrivé en Afrique du Sud que quatre jours plus tôt. « Je suis entré légalement en Afrique du Sud et je suis autorisé à rester en Afrique du Sud pendant trois mois, mais maintenant je ne veux pas », a déclaré le magistrat Maryke de la Rey, à un moment.

Le porte-parole de l’ambassade américaine Jack Hillmeyer a dit plus tard que les responsables consulaires ont confirmé l’identité de Kazongo et sa nationalité américaine. « Les autorités sud-africaines ont pris contact avec nos agents consulaires, qui lui ont rendu visite. Nous avons été en contact avec lui et a communiqué avec sa famille », a déclaré Hillmeyer. Jeannine, épouse de Kazongo atteinte par notre source dans le Delaware a confirmé que son mari avait été arrêté, mais a refusé de commenter davantage.

Disons que l’arrestation des conspirateurs présumés représente le dernier exemple de l’Afrique du Sud qui se trouve être pris dans une intrigue internationale. En janvier, le juge sud-africain avait condamné le nigérian Henry Okah, un trafiquant d’armes et dirigeant présumé d’un groupe armé au Nigeria, coupable d’avoir fomenté un double attentat à la voiture dans son pays, qui a tué au moins 12 personnes et blessé des dizaines d’autres, le 1er octobre, 2010.

Aucun ressortissant sud-africain

Pour rappel, le dix-neuf rebelles présumés originaires de la République démocratique du Congo ont été arrêtés le mardi dernier en Afrique du Sud, et devaient recevoir un entraînement pour renverser le régime du président Joseph Kabila, a affirmé la justice sud-africaine mercredi. Mais à ce stade, aucun indice ne permet à ce stade de relier ce groupe au mouvement rebelle du M23, qui combat le gouvernement dans l’Est de la RDC depuis mai 2012, a précisé la justice sud-africaine.

L’objectif du groupe était de recevoir un entraînement militaire spécialisé pour renverser le gouvernement actuel de RDC, a déclaré dans un communiqué un porte-parole du parquet sud-africain, Makhosini Nkosi. Les suspects ont été appréhendés par une unité d’élite de la police dans une zone isolée de la province du Limpopo, dans le nord du pays. D’autres arrestations sont probables, mais aucun ressortissant sud-africain ne serait impliqué dans l’affaire, selon la même source.

La diaspora congolaise en Afrique du Sud est estimée à environ 300.000 ressortissants, dont beaucoup sont acquis à l’opposition au président Kabila. La plupart sont des citoyens ordinaires, mais les anciens responsables des Forces armées zaïroises, l’armée régulière du président Mobutu Sese Seko avaient été nombreux à trouver refuge en Afrique du sud après leur défaite, en 1997, devant les rebelles de Laurent Désiré Kabila —le père de l’actuel chef de l’Etat, assassiné en 2001. L’opposition congolaise en Afrique du Sud, comme en Europe, s’attache à rendre difficile le séjour des représentants officiels de la RDC.

L’Avenir

 

 

 

© Copyright L'Avenir Quotidien

 

Visiter le site de: L'Avenir Quotidien

 

 

 

 

 

 

Plus de rebelles de la RDC se cachent en Afrique du Sud (police)
(Xinhuanet 09/02/2013)


 

JOHANNESBURG -- Plus de rebelles de la République démocratique du Congo (RDC) seraient encore cachés en Afrique du Sud, bien qu'une opération ait réussi à éliminer un groupe cherchant à s'entrainer militairement en Afrique du Sud pour renverser le gouvernement de la RDC, ont rapporté vendredi les autorités.

Après des mois d'enquête, la police sud-africaine a lancé une opération mardi, arrêtant 19 rebelles de la RDC dans la province du Limpopo qui auraient tenté de renverser le gouvernement de Kinshasa.

Le groupe est venu en Afrique du Sud pour recevoir un entrainement militaire spécialisé pour renverser le gouvernement de RDC, selon le National Prosecuting Authority (NPA).

On ne sait pas combien de rebelles congolais sont entrés en Afrique du Sud, mais la police locale a informé que deux autres rebelles étaient en fuite depuis le lancement de l'opération.

"Selon nos informations, ils pourraient encore être dans le pays; les forces de l'ordre sont à leur recherche", a déclaré le brigadier Lindela Mashigo, porte-parole de la police.

La RDC se bat actuellement contre plusieurs groupes rebelles qui affirment que le gouvernement en place n'a pas respecté l'accord signé en faveur d'une réforme démocratique.

M. Mashigo a indiqué que l'unité du contre-terrorisme du Service de police sud-africain participait à une collecte de renseignements portant sur les activités rebelles présumées.

Jeudi, les 19 suspects, dont un citoyen américain, a été jugé par le tribunal régional de Pretoria.

Le gouvernement sud-africain a toujours souligné qu'il s'opposait à toutes les initiatives dont le but était de renverser un gouvernement par le biais de la force armée.

 

 

 

© Copyright Xinhuanet

 

Visiter le site de: Xinhuanet

 

 

Les commentaires sont fermés.