Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

14/02/2013

CONGO/KINSHASA : SEULE L'EXPERTISE COMPTE DANS UNE DEMOCRATIE MODERNE

POURQUOI SE CRISTALISE-T-ON TANT SUR LES ORIGINES DE JOSEPH KABILA KABANGE PENDANT QUE SARKOZY QUI A DIRIGE LA FRANCE N'ETAIT PAS FRANCAIS DE SOUCHE, MAIS AU CONTRAIRE JUIF HONGROIS DE PERE ET JUIF GREC DE MERE ? JE RAPPELLE AUSSI AUX JOURNALISTES DE RFI QU'ILS AURAIENT DÛ DIRE PAREIL AVEC MOBUTU. ON DEVRAIT FERMER DE NOUVEAU CETTE STATION DES BATARDS. PARCE QUE LA LIBERTE DE PRESSE D'OPINION d'EXPRESSION NE SIGNIFIE DIRE OU RACONTER N'IMPORTE QUOI, METTRE L'HUILE AU FEU. NON CE N'EST PAS POSSIBLE.

L'expertise n'est plus, mieux, ne doit pas être une affaire de race, d'ethnie, de clan. On l'a ou on ne l'a pas. Or, à ce jeu-là, aidé par quelques cadres 1, 2, ou 3 disait-il au New York, Joseph Kabila Kabange a l'expertise pour diriger la RDC. Aux âmes bien nées la valeur n'attend point le nombre des années, écrivait Corneille.

Quant aux deux troubadours qui ne veulent pas du dialogue national, l'un est de Muene-Ditu, l'autre hutu du Burundi, de quoi se mêlent-ils ? Celui-là, Munyere sur la tête, signe des locuteurs du centre du pays, est un cadavre politique. Le burundais qui a mangé dans la même casserolle avec la nabot de France et de l'ancien est-européen est fini, et bien fini. Qu'ils s'occupent de ce qu'ils savent, et non de ce qu'ils ne savent pas. On attend que l'homme de la 12ème rue de Limeté nous en dise davantage sur son implication (déjà avérée, dixit un témoin occulaire) au Traité de Nice. Voilà c'est ce que la communauté tant nationale qu'internationale atttend maintenant de lui.

Le Prince

Prof./Hdr./Dr.Antoine-Dover Richard Gary OSONGO-LUKADI

-Chercheur habilité de philosophie du CRHIA de l’Université de Poitiers (France)

-Docteur en philosophie et lettres de l’ISP de l’Université Catholique de Louvain (UCL) (Belgique)

-Membre de la SPEP/APA (Association des Philosophes Américains),

de l’Association Canadienne de Philosophie (ACP)

-Professeur de philosophie, d’éthique et de déontologie professionnelle, et de la

méthodologie de la recherche à l’ISP/Gombe de Kinshasa (RDC)

-Directeur-Administrateur/kilimandjero.blogs.dhnet.be (www.dh.be/rubriqueblogs)

-antoinedoverrichardol@hotmail.fr

-osongo_lukadi@yahoo.fr

« Ahora Siempre Adol’che »

 


Le gouvernement proteste contre le traitement sur RFI des rumeurs sur le Président Kabila


Le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende Omalanga, a protesté, mardi, au cours d’une rencontre avec la presse, contre le traitement sur Radio France Internationale (RFI), des rumeurs sur la famille biologique du Président, Joseph Kabila, de même que ce qui apparaît comme une apologie de la rébellion du M23 pourtant étiquetée force négative et terroriste par les instances des Nations Unies. «C’est le journaliste Boniface Villon de RFI qui, sans citer ses sources, s’est fendu d’un commentaire au vitriol digne d’un roman noir sur de prétendus assassinats ou tentatives d’assassinats d’une flopée de prétendus demi-frères ou demi-sœurs du Président de la République», a déclaré le ministre, affirmant que ces informations sont dénuées de tout fondement tant en ce qui concerne les liens de filiation entre les intéressés et le défunt Président M’Zee Kabila.que pour ce qui est d’une quelconque responsabilité du Chef de l’Etat dans le crime. Selon le ministre, Etienne Kabila, de son vrai nom Etienne Kiza, est le fils biologique de M. Raphaël Kianzoluka tandis que Mme Aimée Kabila, fille d’un sergent, M. Mulengela, s’est attribuée le nom des Kabila pour obtenir un passeport diplomatique. Selon des sources proches du dossier de son assassinat, elle aurait été tuée par un certain Barracuda, bien connu dans les milieux Interpol de Kinshasa qui, découvrant la supercherie après avoir investi d’importantes sommes d’argent dans leur relation, se serait vengé en l’éliminant physiquement, le 15 janvier 2009, a indiqué le ministre. Quant à Hortense Kabila prétendument assassinée par des éléments de la garde présidentielle, elle est bien vivante à Londres, en Grande-Bretagne, a dit le ministre qui a promis d’exprimer les protestations du gouvernement aux hauts responsables des médias publics français attendus prochainement à Kinshasa pour une séance de travail.

M. Gustave Bagayamukwe devra affronter la justice

Le porte-parole du gouvernement a ensuite évoqué la question du nouveau seigneur de guerre du Sud-Kivu, Gustave Bagayamukwe, chef de l’Union des forces révolutionnaires du Congo (UFRC), qui se trouve dans les filets des services de sécurité, en compagnie de trois de ses compagnons, depuis le 10 février dernier, alors qu’il rentrait au pays depuis son escapade à l’étranger. « Il se préparait à revendiquer des attaques contre de grandes agglomérations du Sud-Kivu dans le style de ce qui avait été observé au Nord-Kivu et a été acheminé à Kinshasa », a dit le ministre. « En agissant ainsi comme il l’a fait, Gustave Bagayamukwe  a enfreint le code pénal congolais en ses articles 133-135 qui définissent et sanctionnent l’infraction de rébellion. Il devra, de ce fait, affronter la justice de son pays pour répondre de ses actes », a souligné M. Mende, qui estime, par ailleurs, que l’arrestation du leader de l’UFRC devrait dissuader tous ceux qui croient que la RDC est un terrain ouvert pour de telles aventures. « Le temps des primes aux rébellions et à la guerre est bel et bien révolu en RDC», a réaffirmé le ministre.


Kinshasa, 13/02/2013 (ACP, via mediacongo.net)

Dialogue national : Tshisekedi et Kamerhe rejettent l’offre de Joseph Kabila


Enfin, l’UDPS et l’UNC se prononcent sur la tenue du dialogue national initié par le chef de l’Etat. Les messages de ces deux partis significatifs de l’Opposition se rejoignent tant sur la forme que sur le fond. Si la position du parti cher au « lider maximo » Etienne Tshisekedi était connue d’avance par ceux qui suivent de près l’évolution de la 10e rue Limete, celle de Vital Kamerhe était tout aussi attendue dans presque les mêmes proportions dans l’opinion. Car, les deuxième et troisième en ordre d’arrivée au classement de la présidentielle 2011 se montrent souvent prudents face à toutes les initiatives émanant du pouvoir en place.

L’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) s’est prononcée sur le forum national initié par le président Joseph Kabila et dont les consultations se poursuivent encore aujourd’hui sous la direction de Aubin Minaku, président de l’Assemblée nationale et secrétaire général de la Majorité présidentielle qui a pris le relai après Evariste Boshab, secrétaire général du PPRD, qui avait ouvert la voie. Sans aucune surprise, le parti cher à Tshisekedi a refusé de prendre part au dialogue national. Par la bouche de son secrétaire général, Bruno Mavungu, l’UDPS déclare : « L’UDPS n’ira jamais dans un dialogue ou des négociations pour partager le pouvoir parce que le peuple souverain avait déjà fait son choix. Nous ne pouvons pas répondre déjà sur le principe de la forme. Qui convoque ces concertations ? C’est Monsieur Kabila, déjà dans cette forme-là, nous ne sommes pas d’accord. »

Et cela même si, poursuit-il encore, « certains partenaires politiques essayent de forcer la main à l’UDPS ». En guise de réponse à cette démarche, Bruno Mavungu indique: « Nous leur disons que l’UDPS n’est pas partisane ». Le Secrétaire général de l’UDPS explique également que Tshisekedi a même refusé d’aborder ce sujet avec ses pairs de l’Opposition. « Il y a des amis qui se disent de l’Opposition qui ont demandé de rencontrer le président Etienne Tshisekedi. Nous leur avons répondu que le président n’était pas disposé à les recevoir pour parler de ce problème de dialogue ».

Même son de cloche en tout cas du côté de l’UNC cher à Vital Kamerhe. Le président de l’Union pour la nation congolaise remet carrément en cause la légitimité même des initiateurs de ces consultations, à savoir le Pr Evariste Boshab et Aubin Minaku. « Si les consultations que Boshab [le secrétaire général du PPRD] a commencé à faire et qui ont avorté et celles de Minaku [le secrétaire général de la MP] qui constituent déjà un mort-né, c’est ça le contenu de l’initiative du président Joseph Kabila, je dis que nous regrettons beaucoup. Ce n’est pas comme ça qu’il faut voir les choses », déclare Kamerhe.

Toutefois, à l’UNC, on est d’accord sur le principe de la tenue de ce dialogue qui devra permettre d’aborder tous les problèmes qui se posent en RDC. Car, pour Vital Kamerhe, « le pays a des problèmes très sérieux. Dans sa partie Est, il y a la guerre. Et sur le plan national, il y a la faiblesse du leadership, il y a un problème de légitimité ». L’UDPS et L’UNC se disent non partantes pour le dialogue.



M.M.
Kinshasa, 13/02/2013 (Forum des As, via mediacongo.net)

Les commentaires sont fermés.