Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

05/03/2013

CONGO/KINSHASA : GOMA N'AIME-T-IL PAS LES AVIONS OU CEUX-CI SERAIENT-ILS ABATTUS PAR LES FORCES NEGATIVES ?

IL Y EN A QUI ACCUSENT L'EQUIPAGE : VERBATIM :

"La témérité du pilote. S’il est établi que les raisons de ce crash sont d’ordre météorologique, il faut admettre que la responsabilité de l’équipage est énorme. Car, pour un avion qui doit quitter Lodja, dans le Kasaï-Oriental pour Goma, dans le Nord-Kivu, l’équipage était bien placé pour se renseigner sur le climat à l’atterrissage. Ce qui aurait évité ce énième accident. Sinon, d’aucuns diront que c’est la témérité du pilote qui a occasionné la mort de ces compatriotes et des étrangers qui ont choisi la Rd Congo comme leur seconde patrie."

© Copyright L'Avenir Quotidien


 


Enième crash à Goma. Des morts de trop
(L'Avenir Quotidien 05/03/2013)



Selon des sources dignes de foi, un appareil Fokker 50 appartenant à la Compagnie Africaine d’Aviation (CAA) en provenance de Lodja au Kasaï-Oriental, s’est écrasé hier lundi sur un quartier résidentiel au bord du lac Kivu

Cet accident survenu suite au mauvais temps alors que la pluie tombait sur la ville aurait causé une trentaine de morts et aucune victime n’aurait été signalée au sol

C’est donc un accident de trop qui arrive au mauvais moment et au mauvais endroit. La Rd Congo qui totalise déjà plus de 5 millions de morts occasionnés par la guerre d’agression dont elle est victime, n’a plus besoin d’en ajouter d’autres.

L’appareil, un Fokker 50 appartenant à la compagnie locale CAA, arrivait de la ville minière de Lodja dans la province du Kasaï-Oriental (centre), a indiqué la source policière. Il s’est écrasé lundi en fin d’après-midi sur un quartier résidentiel au bord du lac Kivu, près des locaux de la Commission électorale nationale indépendante (Céni) et de la Direction générale des migrations (DGM), selon la même source. A l’issue de ce crash, plusieurs dizaines de personnes ont été tuées et trois blessés ont été sortis de l’appareil et transportés à l’hôpital.

« Jusque-là, on n’a pas encore le nombre de victimes car on cherche à avoir le manifeste (la liste des passagers, ndlr) établi à Lodja. Mais on estime qu’il pourrait y avoir entre 30 et 50 morts. Il n’y a pas de victime déclarée au sol jusque-là », a déclaré à l’AFP Julien Paluku, gouverneur de la province du Nord-Kivu, dont Goma est la capitale. Selon une source militaire occidentale, tous les passagers et membres d’équipage - une trentaine de personnes - auraient été tués.

Cet accident est survenu suite au mauvais temps alors que la pluie tombait sur la ville, a ajouté le Gouverneur. L’avion s’est écrasé « en centre-ville, près du bureau de la Céni », a-t-il confirmé. D’après une source aéroportuaire, l’avion « est allé s’échouer à sept kilomètres de la piste de l’aéroport ».

Les appareils de la compagnie CAA sont considérés comme particulièrement dangereux car vieux et pas entretenus, et aucune compagnie n’accepte d’assurer les passagers qui les empruntent, à en croire la presse belge. Les accidents d’avion sont fréquents en Rdc, et toutes les compagnies aériennes du pays, une cinquantaine, figurent sur la liste noire de l’Union européenne, qui leur a interdit son espace aérien. Le dernier accident d’un avion transportant des passagers date du 12 février 2012 : six personnes ont été tuées à l’aéroport de Bukavu (Est du pays) quand leur jet de transport privé a raté son atterrissage. Parmi les victimes figurait le député Augustin Katumba Mwanke, considéré comme l’éminence grise du président congolais Joseph Kabila.

Mettre fin à ces engins de la mort

Comme nous l’avons indiqué, il s’agit d’un crash de trop qui intervient au mauvais moment et au mauvais endroit. D’autant que la Rd Congo qui totalise déjà plus de 5 millions de morts est victime d’une agression lui imposée par son voisin le Rwanda et n’a plus besoin d’en ajouter d’autres. Raison pour laquelle le Gouvernement que dirige le Premier ministre Matata Ponyo doit tout mettre en œuvre pour éradiquer cette gangrène. Il est inadmissible de constater que c’est toujours à Goma où la majorité de crashes se produisent avec une régularité déconcertante.

Voilà pourquoi le Gouvernement est attendu, lui qui devra donner une vraie explication à la population qui commence à avoir peur d’emprunter l’avion, un moyen de transport parmi les plus sûrs et rapides de la planète. En réalité, si l’avion doit être considéré comme un engin de mort en Rd Congo, comment alors nouer les deux bouts du pays qui pèse 80 fois plus que la Belgique et dont les infrastructures routières ne sont pas parmi les meilleures d’Afrique ?

Il importe d’insister sur le fait que l’atterrissage sur cet aéroport est très particulier pour au moins deux raisons : la piste de l’aéroport de Goma a été coupée par la coulée de lave datant de 2002. Ce qui réduit sa longueur totale à celle d’une piste de province. En plus, la piste commence juste en bordure du lac et sachant le point a/, les pilotes la prennent très tôt au ras des habitations qui s’amassent en bordure. D’où le risque accru de drame en cas de crash. Comme pour dire que Goma, c’est trois fois pire qu’ailleurs : pas d’instruments de navigation, approche au milieu des collines et dernière approche en courbe ...

La témérité du pilote

S’il est établi que les raisons de ce crash sont d’ordre météorologique, il faut admettre que la responsabilité de l’équipage est énorme. Car, pour un avion qui doit quitter Lodja, dans le Kasaï-Oriental pour Goma, dans le Nord-Kivu, l’équipage était bien placé pour se renseigner sur le climat à l’atterrissage. Ce qui aurait évité ce énième accident. Sinon, d’aucuns diront que c’est la témérité du pilote qui a occasionné la mort de ces compatriotes et des étrangers qui ont choisi la Rd Congo comme leur seconde patrie.

Au-delà de cette responsabilité du pilote, il sied d’insister sur le fait que lorsqu’un crash survient de par le monde, les informations, c’est-à-dire, les causes de cet accident sont mises à la disposition de tous les pilotes, pour diminuer la reproduction de ces genres d’accidents dans leurs pays respectifs. Malheureusement en ce qui concerne la Rd Congo, ces causes ne sont pas mises à la place publique, ce qui ne permet donc pas aux pilotes de s’informer suffisamment et de tirer les conséquences. Sinon, l’équipage de la Compagnie africaine d’aviation (CAA) aurait profité de l’expérience de leur partenaire Hewa Bora, à travers le contrat de partenariat signé avec Fly Congo.

L’Avenir

 

© Copyright L'Avenir Quotidien

 

RDC: un avion s'écrase près de Goma avec 9 personnes à bord
(Le Nouvel Observateur 05/03/2013)


GOMA (RDCongo) - Un avion de ligne transportant neuf personnes s'est écrasé lundi en fin d'après-midi près de Goma, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), mais aucun bilan officiel n'était connu dans la soirée.

Les policiers ont trouvé sur les lieux de l'accident les corps inanimés de cinq personnes et ont sorti trois blessés de l'appareil. Ils ont interrompu leurs recherches en début de soirée, selon une source policière jointe par l'AFP au téléphone à Goma, vers 21H30 locales (19H30 GMT).

L'appareil transportait six passagers et trois membres d'équipage, a affirmé à l'AFP un responsable de la compagnie locale CAA à laquelle appartient l'appareil, ce qu'a confirmé une source aéroportuaire.

Des sources policières avaient annoncé peu après l'accident que plusieurs dizaines de personnes avaient été tuées et le gouverneur de la province du Nord-Kivu (dont Goma est la capitale), Julien Paluku, avait estimé que l'accident avait fait entre 30 et 50 morts.

Dans l'attente de la publication d'un bulletin par le ministère des Transports, toutes ces sources ont, depuis, refusé de communiquer.

L'avion, un Fokker 50, arrivait de la ville minière de Lodja dans la région du Kasaï Oriental (centre), selon une source policière. Il s'est écrasé sur un quartier résidentiel au bord du lac Kivu, près des locaux de la Commission électorale (Céni) et de la direction générale des migrations, selon la même source. Selon les autorités, il n'y a eu aucune victime au sol.

D'après une source aéroportuaire, l'avion serait "allé s'échouer à sept kilomètres de la piste de l'aéroport".

Les accidents d'avion sont fréquents en RD Congo, et toutes les compagnies aériennes du pays - une cinquantaine identifiées - figurent sur la liste noire de l'Union européenne, qui leur a interdit son espace aérien.

Le dernier accident d'un avion transportant des passagers date du 12 février 2012: six personnes ont été tuées à l'aéroport de Bukavu (est) quand leur jet de transport privé a raté son atterrissage. Parmi les victimes figurait le député Augustin Katumba Mwanke, considéré comme l'éminence grise du président congolais Joseph Kabila.

En juillet 2011 un Boeing 727 de la compagnie Hewa Bora Airways (HBA) s'était écrasé à l'atterrissage à Kisangani (Province orientale, nord-est). Au moins 80 personnes avaient péri et plusieurs dizaines avaient été blessées. L'enquête avait conclu à une erreur de pilotage, de la tour de contrôle et à une surnombre de passagers.

Mis à jour le 05-03-2013 à 07h55

 

© Copyright Le Nouvel Observateur

Les commentaires sont fermés.