Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

07/03/2013

VATICAN : QUAND ON PREND LES CARDINAUX AFRO-NOIRS POUR DES ENFANTS FACILEMENT MANIPULABLES S'ILS ETAIENT ELUS PAPES ?

VERBATIM :

"Autre handicap supposé, le manque d'expérience de la Curie (organigramme du Saint Siège), qui risquerait de les « dévorer ou les manipuler », selon Marco Politi."

Je suis peiné par une telle observation voire insinuation très humiliante à l'égard des cardinaux et prêtres afro-noirs. Tout d'abord, la foi n'est pas une question de la couleur de la peau, mais au contraire de la pérennité de la parole de Jésus-Christ. Or, sur ce plan-là l'homme blanc n'en a donné aucune garantie si du moins l'on s'en tient au code actuel du "mariage pour tous". Ensuite, il n'y a pas un seul endroit au monde où la parole de Dieu est respectée, suivie à la lettre, malgré quelques dérapages et frasques, mais mineurs, qu'en Afrique noire. Donc, il est plus que logique, normal qu'un Pape y soit issu. Quant on reproche au Cardinal Laurent Monsenguo Pasinya de faire la politique, mais qui n'en fait pas au Vatican et en Occident, surtout si l'on s'en tenait à la loi du nombre qui devient le seul critère au détriment de la foi, donc, pour être élu Pape ? De toute façon, il n'y aura qu'à élire, en tout cas à l'allure où vont les choses, deux papes un pour les Noirs avec les principes draconiens du christianisme originel, et l'autre pour les autres et leurs mariages pour tous.

Le Prince

Prof./Hdr./Dr.Antoine-Dover Richard Gary OSONGO-LUKADI

-Chercheur habilité de philosophie du CRHIA de l’Université de Poitiers (France)

-Docteur en philosophie et lettres de l’ISP de l’Université Catholique de Louvain (UCL) (Belgique)

-Membre de la SPEP/APA (Association des Philosophes Américains),

de l’Association Canadienne de Philosophie (ACP)

-Professeur de philosophie, d’éthique et de déontologie professionnelle, et de la

méthodologie de la recherche à l’ISP/Gombe de Kinshasa (RDC)

-Directeur-Administrateur/kilimandjero.blogs.dhnet.be (www.dh.be/rubriqueblogs)

-antoinedoverrichardol@hotmail.fr

-osongo_lukadi@yahoo.fr

« Ahora Siempre Adol’che »

 


Succession de Benoît XVI : les cardinaux africains, simples outsiders ?

07/03/2013 à 15h:54 Par Jeune Afrique
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
 
Le cardinal de Kinshasa, Laurent Monsengwo, le 22 novembre 2010 au Vatican. Le cardinal de Kinshasa, Laurent Monsengwo, le 22 novembre 2010 au Vatican. © AFP/Vincenzo Pinto

Le vaticaniste de "La Stampa" Marco Politi estime que, si les cardinaux africains sont "très respectés", ils font figure d'outsiders face à aux membres de l'axe américano-européen, majoritaire, dans la course à la succession au pape Benoît XVI, qui a formellement renoncé à son pontificat le 28 février.

Les cardinaux du monde entier se réunissent depuis le 4 mars pour élire un nouveau pape. Depuis l'annonce, le 11 février, du renoncement de Benoît XVI à son pontificat, l’idée de voir l'Église catholique romaine dirigée par un pape africain semble faire son chemin. Mais, selon le vaticaniste de La Stampa, Marco Politi, si les évêques du continent sont « très respectés », ils font figure d'outsiders face à l'axe majoritaire américano-européen.

Pour cet expert, les Africains ont plusieurs handicaps. D’abord, selon lui, de venir de sociétés « qui n'ont pas l'expérience de la sécularisation », processus qui a réduit la place de la religion dans la définition des normes du savoir, des mœurs et dans l'espace public en général. Or c’est un monde sécularisé, de l'Europe à l'Amérique du Nord, en passant par l'Amérique Latine et l'Australie, que le nouveau pape aura pour mission de ré-évangéliser en priorité.

>> À lire : Vatican : fumée blanche pour pape noir ?

Autre handicap supposé, le manque d'expérience de la Curie (organigramme du Saint Siège), qui risquerait de les « dévorer ou les manipuler », selon Marco Politi.

Ensuite, les candidats africains ne correspondraient pas au profil modéré et rassembleur recherché pour le prochain pape. Principalement visé, le cardinal ghanéen Peter Turkson, président du Conseil pontifical "Justice et paix", chargé par Benoît XVI d'articuler les prises de position de l'Église sur les grands thèmes sociaux dans le monde. En octobre devant 250 évêques réunis en synode, il avait diffusé une vidéo alarmiste sur la progression démographique des musulmans en Europe, s'attirant les foudres d'autres évêques, alors que le dialogue avec l'islam est très délicat.

Selon le vaticaniste de La Stampa, certains Européens, comme le cardinal de Paris, André Vingt-Trois, auraient particulièrement peu apprécié les déclarations de Mgr Turkson selon lesquelles on construit en France plus de mosquées que d'églises. Récemment, des propos du cardinal ghanéen affirmant que les traditions africaines protégeraient de l'homosexualité et de la pédophilie avaient été épinglés par les médias américains.

Le cardinal de Kinshasa, Laurent Monsengwo serait quant à lui jugé trop politique, trop lié à la situation compliquée de l'Afrique des Grands lacs.

>> Lire le portrait interactif du cardinal Monsengwo : pourquoi il pourrait être le prochain pape

(Avec AFP)



Lire l'article sur Jeuneafrique.com : Succession de Benoît XVI : les cardinaux africains, simples outsiders ? | Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique

Les commentaires sont fermés.