Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

19/03/2013

RWANDA : NTAGANDA NI VU NI CONNU MAIS REFUGIE A L'AMBASSADE US DE TSHIGALI!!!

Tout ceci n'est pas du tout clair. Sauf si c'était une manière de faire et de montrer que le nouveau Terminator est arrivé s'est rendu à ses maîtres américains, ceux qui l'utilisaient ou l'utilisent encore dans l'exploitation minière contre le massacre en grande échelle des populations de l'Est du pays. Car comment et le Rwanda et les USA prétendront-ils ne pas avoir su que cet énergumène foulait leurs sols respectifs? Où étaient-ils ces deux pays lorsque cet individu sans foi ni loi était recherché par la CPI? Tout vraiment avait-il été mis en oeuvre pour le faire rechercher et l'arrêter depuis plus de sept ans qu'a été délivré le double mandat de son arrestation et de son extradition à la CPI? Je ne le pense pas.

Antoine-Dover OSONGO-LUKADI


Réfugié à l'ambassade américaine à Kigali, Bosco Ntaganda demande son transfèrement devant la CPI


Bosco Ntaganda s'est réfugié à l'ambassade américaine au Rwanda, où il demande son transfèrement devant la Cour pénale internationale (CPI). Surnommé "Terminator", le général rebelle congolais est recherché par la Haye pour crimes de guerre.

Bosco Ntaganda, un général rebelle de République démocratique du Congo (RDC) recherché par la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes contre l'humanité, se trouvait lundi dans les locaux de l'ambassade américaine à Kigali. Il demande à être transféré à La Haye pour y être jugé.

"Je confirme que Bosco Ntaganda s'est présenté ce matin à l'ambassade américaine de Kigali", a déclaré un porte-parole du département d'État américain. "Il a spécifiquement demandé à être transféré à la CPI à La Haye"", a-t-il ajouté.

Surnommé "Terminator"

Kigali n'a confirmé la présence du rebelle sur son territoire que lundi en fin de journée. Depuis samedi 16 mars, Kinshasa affirme que Ntaganda a franchi la frontière. Lambert Mende, le porte-parole du gouvernement congolais, avait d'ailleurs appelé Kigali à ne pas l'héberger.

"Il y a un engagement clair : pas d'asile, pas d'accueil aux criminels recherchés par la justice internationale, pas d'accueil à ceux qui sont sous sanction des Nations unies", avait-il déclaré.

Bosco Ntaganda, soupçonné par le gouvernement congolais d'être à la tête du mouvement rebelle M23, fait l'objet depuis 2006 de deux mandats d'arrêts de la CPI pour des crimes contre l'humanité et des crimes de guerre, notamment l'enrôlement d'enfants soldats et des viols, commis dans les régions de l'Ituri (nord-est de la RDC) et du Kivu (est) au début des années 2000. Réputé sans pitié, il a été surnommé "Terminator".

 


Kigali, 18/03/2013 (AFP / MCN, via mediacongo.net)

RDC : la CPI réclame le transfert "immédiat" de Bosco Ntaganda

19/03/2013 à 17h:00 Par Jeune Afrique
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
 
Le général rebelle congolais Bosco Ntaganda au milieu de ses hommes. Le général rebelle congolais Bosco Ntaganda au milieu de ses hommes. © AFP

La reddition à l’ambassade des États-Unis du Rwanda du général rebelle congolais Bosco Ntaganda, lundi 18 mars, a surpris tout le monde. La Cour pénale internationale (CPI) demande désormais son transfert  "immédiat" à La Haye, afin de pouvoir le juger.

Surnommé « Terminator », le général rebelle Bosco Ntaganda est recherché par la CPI pour crimes contre l'humanité et crimes de guerre en République démocratique du Congo (RDC) en 2002 et 2003. Sa reddition est « une grande nouvelle pour le peuple de RDC qui a souffert des crimes d'un fugitif », a indiqué le bureau du procureur de la CPI dans un courriel à l'AFP. « Nous contacterons les autorités compétentes dans la région afin de faciliter son transfert immédiat », a ajouté le bureau du procureur. Les autorités rwandaises et américaines ont annoncé lundi que M. Ntaganda s'était rendu à l'ambassade américaine à Kigali et avait spécifiquement demandé à être transféré à la CPI.

Réputé sans pitié, il a « planifié et commandé de nombreuses attaques militaires coordonnées contre les populations Lendu et autre tribus non-Hema » dans le but de les exclure du territoire de l'Ituri et de les « éliminer », selon le procureur de la CPI, cité dans le mandat d'arrêt délivré contre M. Ntaganda. Son modus operandi consistait à encercler un village et à le bombarder à l'artillerie lourde avant de l'attaquer. Il tuait ensuite « ceux perçus comme des ennemis » à l'aide de machettes, armes à feu et couteaux, pillait puis brûlait le village en question avant d'enlever les femmes pour les violer, selon le document.

"Tournant décisif"

La fédération d'ONG Société civile du Nord-Kivu (est de la RDC) a estimé que le transfert de Bosco Ntaganda à la CPI serait un « tournant décisif vers la paix, la sécurité et honorera les victimes de crimes perpétrés par Ntaganda, des victimes toujours en attente d'une justice et d'un signal fort dans la lutte contre l'impunité ».

Pour sa part, le ministre britannique des Affaires étrangères William Hague a qualifié sur Twitter la reddition de M. Ntaganda de « grand moment pour les victimes du conflit en RDC » et appelé à un transfert « rapide » vers la CPI. En novembre, la procureure de la CPI, Fatou Bensouda avait estimé que Bosco Ntaganda était l'un des « principaux instigateurs de l'instabilité qui prévaut sur l'ensemble de la région des Grands Lacs » depuis de longues années.

(Avec AFP)



Lire l'article sur Jeuneafrique.com : RDC : la CPI réclame le transfert "immédiat" de Bosco Ntaganda | Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique

Les commentaires sont fermés.