Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

28/03/2013

CONGO/KINSHASA : QU'ELLE SE FOUTE LE DOIGT LA OU JE PENSE ... MERDE !

Mais de qui ou de quoi se moque ce machin-là qu'on appelle l'ONU? Bien sûr, les viols des femmes sont intolerables. Les meurtres des civils innocents mêmement. C'est que je dis consiste dans ce que l'intérêt aujourd'hui pour le peuple congolais ne consiste pas uniquement à traquer les violeurs, mais également les meurtriers, les criminels qui sévissent voici plus de dix ans à l'EST de la RDC. Ces criminels sont au pouvoir au Rwanda, en Ouganda. L'ONU le sait. Très bien. C'est à l'ONU de les capturer pour les livrer à la CPI. Une ONU qui a été "incapable" de mettre la main sur le criminel totalement rwandais l'innommable Bosco Ntaganda. Les avertissements de l'ONU sont, donc, un faux meurtre du père. Elle va en vouloir aux soldats congolais violeurs, alors qu'en même temps Mutebusi, Nkunda, Kagamé, Kabarhebe et consorts circulent en toute liberté et en toute impunité. S'il y a un goup de gueule ce n'est pas prioritairement contre les militaires congolais qui sont chez eux et commettent des tels crimes, si crimes il y a, chez eux. La RDC est quand même un pays indépendant. Cette ONU doit s'en aller. Parce qu'il y en a marre. Marre de nous faire commander par des brébis galeuses onusiennes. Comment comprendre voire tolérer un tel deux poids deux mesures de la part de ce machin-là, surtout quand on sait que ses propres soldats ont violé et violent encore nos femmes et nos enfants au KIVU; qu'elle n'a jamais été capable d'identifier le moindre suspect? Alors je me le demande de qui ou de quoi se moque-t-elle de nos morts et/ou de nos femmes violées ? Sans doute. C'est pourquoi, rationnel et critique jusqu'au bout, je me dis qu'elle n'a qu'à se foutre le doigt là où je pense ... Parce qu'il y en a marre.

Le Prince

Prof./Hdr./Dr.Antoine-Dover Richard Gary OSONGO-LUKADI

-Chercheur habilité de philosophie du CRHIA de l’Université de Poitiers (France)

-Docteur en philosophie et lettres de l’ISP de l’Université Catholique de Louvain (UCL) (Belgique)

-Membre de la SPEP/APA (Association des Philosophes Américains),

de l’Association Canadienne de Philosophie (ACP)

-Professeur à l’ISP/Gombe de Kinshasa (RDC)

-Directeur-Editeur RAS-IAS et RpP-RphSp/CRPIC)

-Directeur-Administrateur/kilimandjero.blogs.dhnet.be (www.dh.be/rubriqueblogs)

-antoinedoverrichardol@hotmail.fr

-osongo_lukadi@yahoo.fr

« Ahora Siempre Adol’che »

 

 


L'ONU lance un ultimatum à l'armée de la RDC pour agir contre des soldats violeurs


Les Nations unies ont donné mercredi à la République démocratique du Congo (RDC) une dernière semaine pour agir contre les soldats de deux bataillons de l'armée accusés d'avoir commis au moins 126 viols en novembre dernier, selon des diplomates.

L'ultimatum a été posé par le chef de la mission de maintien de la paix de l'ONU, Hervé Ladsous, lors d'une réunion à New York avec le ministre des Affaires étrangères de la République démocratique du Congo (RDC), Raymond Tshibanda. Cette entrevue s'est déroulée alors que le Conseil de sécurité doit se réunir jeudi pour voter une résolution mettant en place une brigade d'intervention afin d'aider l'armée à combattre les groupes rebelles dans l'Est de la RDC.

" Le gouvernement congolais a été averti que les actions de l'armée ne sont pas acceptables et qu'il y aura de sérieuses conséquences ", a souligné un diplomate.

Les Nations unies, par le biais de deux lettre envoyées en février, avaient déjà menacé le gouvernement de RDC de ne plus travailler avec les troupes visées si des actions n'étaient pas prises à propos de ces cas de viols présumés.

Selon l'ONU, au moins 126 femmes ont été violées dans la ville de Minova vers le 20 novembre alors que l'armée était en train de se replier face à l'avancée des rebelles du M23, en route vers Goma. De nombreux pillages avaient également été rapportés autour de Minova.

L'armée de la République démocratique du Congo (RDC), notoirement faible, a été largement critiquée pour sa brutalité envers les civils et la corruption qui y règne.


Kinshasa, 28/03/2013 (Belga/MCN, via mediacongo.net)

Les commentaires sont fermés.